YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 oct. 2013

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Shutdown : virer les fonctionnaires, une idée «séduisante»

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les parlementaires américains ne parvenant pas à se mettre d’accord sur l’accroissement du déficit et de la dette (les 16 700 milliards de dollars seront atteints le 17 octobre, date retenue pour la journée international de … l’élimination de la pauvreté, mais cela n’a rien à voir), 800 000 fonctionnaires (sur 4 millions) ont été renvoyés dans leurs foyers. Ils ignorent quand ils pourront reprendre le travail. Les services comme la poste, l’armée, l’école, la santé sont cependant maintenus. C’est le « shutdown », la fermeture à l’américaine !

En réalité, les républicains, majoritaires à la Chambre des représentants, s’opposent à leurs collègues démocrates, majoritaires au Sénat, pour obtenir de Barak Obama le report de sa loi sur la santé, l’Affordable Care Act, plus connue sous le nom d’ « Obamacare ». Cette loi a été votée (pourtant même certains démocrates s’y sont opposés), et a été jugée conforme à la Constitution : elle permet un accès à la santé à 32 millions d’Américains (mais elle en laisse tout de même 23 millions sans couverture maladie). Il y aura obligation de s’affilier, avec participation des entreprises de plus de 50 salariés et aide de l’Etat (à hauteur de l’équivalent de 70 milliards d’euros par an). On imagine que les ultra-libéraux puissent être vent debout contre de telles mesures « socialistes », sinon « communistes », en particulier les membres du Tea-Party, mouvement de l’extrême-droite américaine, proche de certains républicains.

On peut s’interroger comment les USA peuvent être encore considérés comme une démocratie, quand on voit à quel point le principe de solidarité est systématiquement combattu par un grand nombre de ses citoyens et de ses élus. La France n’a pas de tels opposants. Mais elle a tout de même des contempteurs de la protection sociale, qui font sans cesse feu de tout bois, travestissant les chiffres, ne se contentant pas d’appeler à des économies, toujours souhaitables, mais ne cachant pas leur rêve d’un Etat amaigri, qui aurait réduit de façon drastique ses dépenses sociales.

Ainsi, on imagine la joie que nombreux « experts » ont du éprouver en apprenant que des fonctionnaires « non indispensables » avaient été contraints à cesser le travail. 20 % de fonctionnaires auxquels on impose une grève forcée, c’est le bonheur assuré pour ceux qui font profession d’attaquer en permanence le service public. Je pense, bien sûr, à cette « élite » (économistes ou politologues) qui tient le haut du pavé (Jean-Marc Daniel, Philippe Dessertine, Michel Godet, Christophe Barbier, Ivan Rioufol et tant d’autres) ou à ces think tank inféodés au système économique dominant, tel l’IFRAP et sa directrice Agnès Verdier-Molinié. L’IFRAP a d’ailleurs encore frappé avec le « shutdown » : le 10 octobre, son site publiait un article assez technique sur le sujet, mais regrettait que cette «mise au régime forcé de l’appareil administratif de l’État » ne soit pas transposable en France car « l’idée (…) peut paraître séduisante ».

Bien sûr le texte de l’IFRAP se garde bien d’informer sur l’Obamacare, en jeu dans cette affaire. Comme il n’indique pas si le sourire de madame la directrice demeure toujours aussi arrogant en découvrant que ces centaines de milliers de fonctionnaires, dans le pays le plus capitaliste de la planète, seront quand même payés pour ce temps d’inaction quand la guéguerre engagée à la Chambre aura cessé.

Le discours que tient l’IFRAP, il faut bien le dire, trouve dans l’opinion publique des appuis. La question de la protection sociale est de plus en plus abordée par des propos de rejet assumé. Il n’y a plus consensus sur la lutte contre l’exclusion. Souhaitons cependant que le débat ici, qui malheureusement se dramatise, n’atteigne pas le niveau abjecte qu’il connaît aux Etats-Unis où certains ne craignent pas d’afficher un mépris souverain à l’encontre des plus démunis et n’hésitent pas à s’en prendre avec violence aux élus favorables aux réformes sociales (y compris à l’encontre des rares républicains favorables à l’Obamacare).

 _______

Campagne agressive du Tea Party à l’encontre des cinq républicains prêts à voter le dépassement budgétaire et à mettre fin ainsi au « shutdown » : accusés d’être « RINO », « Republican In Name Only », républicains qui n’en ont que le nom, ils sont soumis à des appels téléphoniques permanents et haineux, afin de leur rendre la vie impossible.

[capture d’écran du site http://www.pennlive.com]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André