YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 15 nov. 2013

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ras-le-bol la misère !

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ras-le-bol des Pigeons qui piaillent et obtiennent illico presto l’abandon de la réforme sur la taxation des plus-values sur cession de start-up.

Ras-le-bol des Bonnets rouges, ramassis d’intérêts contradictoires qui détruisent des installations coûteuses et qui gagnent non seulement la suspension sinon l’abandon de l’écotaxe mais aussi un milliard d’euros pour la Bretagne.

Ras-le-bol du tollé orchestré contre la refonte des prélèvements sociaux sur les produits de placement exonérés d'impôt sur le revenu  (PEL, PEA, assurances), réforme aussitôt abandonnée.

Ras-le-bol des Bonnets jaunes, assurances et mutuelles qui montent au créneau pour contester l’accord permettant d’étendre la couverture santé à tant de salariés de PME qui n’étaient pas couverts jusqu’alors.

Ras-le-bol des cavaliers qui, eux, montent à cheval contre la hausse de TVA et qui espèrent bien obtenir gain de cause.

Ras-le-bol de la contestation de la réforme des rythmes scolaires qui est sensée répondre à un constat partagé par (presque) tous mais qui, sans doute insuffisamment préparée, provoque une levée de bouclier de tous les corporatismes sur fond de règlements de compte politiques.

Ras-le-bol des « experts » qui squattent les plateaux de télévision pour réclamer une réduction drastique des dépenses d’assistance et prôner une économie ultra-libérale qui pourtant est à la source de tous nos maux.

Ras-le-bol des commentateurs de la droite extrême qui envahissent les forums de média sur Internet pour diffuser leur propagande frontiste, non seulement leur racisme ordinaire mais aussi leur opposition aux politiques sociales.

Ras-le-bol des protestations des classes moyennes supérieures qui se servent des classes moyennes inférieures et des classes populaires, pour dénoncer l’impôt et donc leur participation à la solidarité nationale.

Ras-le-bol des appels à l’austérité par un grand patronat, les 120 cotés en bourse à Paris, qui s’adjugent pourtant en moyenne 2,8 millions d’euros par an, rémunérations en hausse très nette depuis un an.

Ras-le-bol des stars qui gémissent sans cesse : Florent Pagny qui se qualifie dans L’Express de précurseur du ras-le-bol fiscal, qui vante les mérites de l’Allemagne sabrant dans les aides sociales et qui ne craint pas, du coup, de proclamer avec délicatesse : « Soyons un peu boches » ; et Eddy Mitchell (dans Le Point) qui se plaint de payer trop d’impôts, qui accuse la taxe à 75 % d’être du « vol » et qui a pensé aussi s’installer en Belgique (comme quoi les « minables » n’ont pas tous acquis la nationalité russe).

Ras-le-bol des joueurs de foot et de leurs clubs qui partent en guerre contre cette taxe à 75 % et menacent la France d’une « journée blanche », sans matchs (on tremble).

Se battre !

Un film émouvant de Jean-Pierre Duret et d’Andréa Santana, Se battre, non encore diffusé en salle mais qui parcourt les festivals de cinéma, décrit la pauvreté dans une ville de France (Givors). On assiste au combat quotidien de ces êtres qui font tout pour conserver leur dignité. Le spectateur ne comprend pas où ces gens-là trouvent la force de tenir le coup (l’un dit : « plus tu pleures, plus tu ramasses la misère »). Une femme ne cache pas cependant qu’elle a pensé déjà se jeter dans la rivière auprès de laquelle elle se rend chaque jour pour donner du pain sec aux canards, aux cygnes et aux ragondins, sa seule distraction dans cette vie de galère.

Le Secours catholique vient de publier son rapport annuel, avant de lancer sa campagne de collecte alimentaire : les média s’extasient car ils ont rencontré un pauvre qui vit avec « 480 euros par mois ». Incroyable ! «Tous les matins, l’inquiétude me réveille à 5 heures. Je me demande comment je vais pouvoir sortir de cette spirale infernale», dit ce pauvre selon 20 minutes. Mais c’est ce que vivent des centaines de milliers de foyers en France aujourd’hui ! Et les Restos du Cœur nous livreront bientôt leurs constats, et aussi la Croix-Rouge, mais également le Secours populaire et ATD Quart Monde. On ressassera ce que l’on sait déjà, ce que l’INSEE a bien décrit, ce que l’Observatoire national de la pauvreté et de l’exclusion sociale ne cesse de nous dire. La pauvreté extrême gagne du terrain dans notre pays (et elle effraye tous ceux qui craignent d’y basculer à leur tour).

Paris, 13ème arrondissement [Photo YF]

Des témoignages attestent que certains ne peuvent manger à leur faim. Certains sont condamnés à fouiller les poubelles. Si l’on doit reconnaître que la CMU a été étendue à un plus grand nombre, il n’en demeure pas moins que le gouvernement (terriblement inquiet de se voir reprocher par la droite, l’extrême droite et les think tank dits libéraux de favoriser l’ « assistanat ») n’a pas jugé bon d’assurer une réelle progression des ressources de survie des plus pauvres (tout en taxant les foyers les plus modestes, alors qu’il avait été annoncé qu’ils seraient épargnés).

Dans ce contexte général, s’il y a un ras-le-bol qui mérite d’être entendu c’est bien celui là : le fait qu’une multitude s’enfonce dans la misère mais aussi dans le silence ; si certains sont légitimes à pousser un coup de gueule, ce sont bien ceux-là : les seuls à ne pas se regrouper, à ne pas protester, à subir toujours subir, à assister muets aux débats qui les ignorent. Faudra-t-il qu'ils descendent massivement dans la rue (certains y sont déjà) pour se faire entendre et obtenir satisfaction ? Pourtant, ils ont droit, plus que quiconque, non pas à la compassion de la société mais à ce que les pouvoirs publics leur assurent ce que la Constitution de 1946 reconnaît dans son préambule (validé en 1958) : « tout être humain qui, en raison de son âge, de son état physique ou mental, de la situation économique, se trouve dans l'incapacité de travailler a le droit d'obtenir de la collectivité des moyens convenables d'existence ».

_______

Blog Social en question, consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart