Agnès Verdier-Molinié, une ultra-libérale de choc

 La directrice du think tank iFrap, Agnès Verdier-Molinié, habituée des plateaux de radios et de télévision, cajolée par des journalistes friands de ses saillies contre les fonctionnaires et les impôts, publie un livre : On va dans le mur... On a droit à la panoplie habituelle de la propagande des ultra-libéraux : pas de réelle analyse de fond, mais thérapie de choc par une approche comptable, parsemée d'erreurs de calcul calculées.

 

La directrice du think tank iFrap, Agnès Verdier-Molinié, habituée des plateaux de radios et de télévision, cajolée par des journalistes friands de ses saillies contre les fonctionnaires et les impôts, publie un livre : On va dans le mur... On a droit à la panoplie habituelle de la propagande des ultra-libéraux : pas de réelle analyse de fond, mais thérapie de choc par une approche comptable, parsemée d'erreurs de calcul calculées.

 

D'abord, Agnès Verdier-Molinié se fait passer pour économiste, ce qu'elle n'est pas. Une maîtrise d'histoire et une enfance dans une famille vieille France dans les vignobles du bordelais, ne suffit pas pour prêcher la bonne parole à propos de l'État et de la bonne gestion. Ses jugements à l'emporte-pièce sur la démocratie française (il y a trop d'élus), sur le service public (il y a trop de fonctionnaires), sur les politiques sociales (il y a trop d'aides financières pour les plus démunis) ne sont pas fondés sur une réelle expérience de travail dans le domaine social et économique. On se perd en conjectures sur les raisons de son accès en 2009 à la tête de cet institut, l'iFrap (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques), qui vit en partie des subsides fournis par l'Etat tant décrié (grâce aux réductions d'impôts de ses donateurs).

Elle a dû donner des garanties à ses employeurs, proches du Medef et de l'UMP, bien qu'elle prétende ne pas être "militante libérale", disant croire ni à la droite ni à la gauche, mais seulement en ceux qui veulent réformer. Son CV comporte cette gloire notable : elle aurait refusé d'entrer dans un cabinet ministériel à l'époque de Nicolas Sarkozy, auquel elle reproche mollement de n'avoir pas fait grand-chose quand il était au pouvoir. Et elle se vante d'apprécier Didier Migaud ("socialiste" président de la Cour des comptes) et Pascal Lamy ("socialiste", ancien président de l'OMC). Et ferraille sans complexe avec des économistes de renom comme Eric Heyer, Philippe Frémeaux ou Thierry Pech (avec ce dernier, lorsque France 2 a complaisamment consacré une longue séquence à la sortie du brûlot anti-service public). Elle n'hésite pas non plus à contester les recherches de Thomas Piketty.

 

On_va_dans_le_mur.jpg

Christophe Barbier, qui l'eut comme stagiaire à L'Express, la couvre d'éloges. Anne Fulda, journaliste au Figaro, a dit d'elle qu'elle était un "agent d'utilité publique". Il faut dire, comme l'écrivait Libération le 25 septembre 2013, que, comme tout idéologue, elle sait enfiler les "habits du bon sens". Parfois. Lorsque l'on ne s'embarrasse pas de nuances, lorsque l'on y va avec ses gros sabots, c'est sûr que l'on peut se constituer un auditoire sensible à des idées simples. Trop d'impôts, trop de dépenses publiques, trop d'assistés. Quitte à tordre le cou à la réalité des chiffres.

 

"Ni pasionaria vociférante, ni caricature bourgeoise" !

Libération ajoutait qu'elle serait "bûcheuse", ce qui "donne à son propos toutes les apparences du sérieux". Les apparences. Bizarrement, bien que laudateur, l'article se poursuivait ainsi : "Ni pasionaria vociférante ni caricature bourgeoise, elle ne hausse pas le ton, ne coupe pas la parole, mais débite du chiffre au kilomètre". Dans cette antiphrase, il y a une chose qui est vraie : elle débite du chiffre au kilomètre.

Elle l'a encore prouvé avec son dernier livre On va dans le mur... Ses chapitres (repris en couverture) se décline ainsi : "360 impôts et taxes, 400 000 normes et ... 10 500 lois, 103 aides sociales", etc... Un véritable inventaire à la Prévert (que l'auteur de Paroles me pardonne).

Tout d'abord, elle liste les taxes, toute heureuse d'en avoir trouvé, à elle toute seule, 360, et choquée qu'il y en ait une sur le Nutella, au détriment de la population "pauvre, captive et dépendante". Ce sera la seule fois où les pauvres la préoccuperont. 5,3 millions de fonctionnaires : on l'aura compris, enfer et damnation, la France irait à sa perte avec tous ces emplois inutiles. Non seulement elle assène des comparaisons abusives avec l'Allemagne, mais encore elle s'offusque du relèvement des bas salaires de la fonction publique [alors que certains sont à peine au niveau du Smic]. Sa solution : supprimer 630 000 postes. Notre comptable de service, qui n'a aucun scrupule à afficher ainsi son mépris pour le travail effectué par ces citoyens qui ont aussi le droit d'être respectés dans le débat public, a déjà calculé que ça ferait 15 milliards d'économie.  

Je passe sur le nombre d'élus et de mandats paritaires : je ne prétends pas qu'il n'y ait pas nécessité de se pencher sur ces questions, mais certainement pas comme le fait Mme Verdier-Molinié dont la calculette se moque du tiers comme du quart de tout ce qui touche à la démocratie et aux modalités de représentation des citoyens. Ainsi, elle réclame que l'on passe de 620 000 élus à 55 000, laissant entendre que tous seraient grassement payés. Quant aux syndicats présents dans des instances paritaires, cela représenterait un coût de 100 millions d'euros pour les finances publiques, selon ses propres chiffres, comme si cette somme avait le moindre impact sur le déficit budgétaire.

 Je concède que certains doublons entre communes et structures intercommunales sont caricaturaux, et que des pratiques de politiciens locaux donnent du grain à moudre à notre ultra-libérale tellement soucieuse de voir la dépense publique se détourner de la cause publique pour alimenter sans retenue les finances des entreprises. Non seulement elle ne conteste jamais les libéralités de l'Etat en faveur du grand patronat (tout en faisant l'impasse sur le CICE et le Pacte de responsabilité), mais elle en réclame davantage. Bien évidemment, il ne lui vient pas à l'idée qu'il y a quelque contradiction à militer pour cet "assistanat" des entreprises dans un système qui se voudrait libéral, et alors qu'elle ne cesse de stigmatiser les bénéficiaires d'aides sociales. Quitte à manipuler les chiffres.

 

La manipulation sur les dépenses sociales

Ainsi son chapitre 5 intitulé 103 aides sociales, 700 milliards de dépenses sociales est emblématique de sa méthode largement expérimentée lors de ses apparitions sur les plateaux de télévision. Elle a régulièrement entretenu la confusion entre dépenses d'assistance et dépenses sociales. J'ai plusieurs fois relevé sur ce blog ce dérapage conscient qui consiste à jouer sur l'ambigüité du terme consacré "dépenses sociales" pour désigner toutes les dépenses de la protection dite sociale, c'est-à-dire les pensions de retraites, la maladie, le chômage et, à la marge, les dépenses d'assistance, dont celles en faveur des personnes âgées dépendantes ou des personnes en situation de handicap, et, encore plus à la marge, les dépenses pour les minima sociaux. Mais Mme Verdier-Molinié s'ingénie à établir une superposition entre "dépenses sociales" et RSA. Notre dette, finalement, serait la conséquence de cette trop grande générosité des pouvoirs publics.

Evoquant avec effroi les multiples allocations versées par les CAF, elle ajoute : "un saupoudrage de 700 milliards d'euros". Et tout le reste du chapitre est dans la même veine, faisant lien sans cesse entre cette énorme dépense sociale (le tiers du PIB) et le RSA ou l'allocation de solidarité spécifique. On pourrait imaginer qu'il s'agit d'ignorance de sa part, de dossier bâclé, ce qui n'est pas totalement impossible. Je suis cependant plutôt porté à croire que, compte tenu de la fonction propagandiste de son opus, cette confusion est volontaire, grossière certes, mais destinée à tromper le lecteur.

Comment en effet deviner, puisqu'elle ne l'indique jamais, pour ceux qui ne maîtrisent guère ces chiffres que la somme de 652 Mds€ en 2012 (700 milliards c'est l'estimation qu'elle fait du montant actuel, sans doute un peu forci) se ventile de la façon suivante :

- vieillesse/survie : 298 Mds (pensions de retraite pour une grande part)

- maladie/invalidité/accidents du travail et MP : 204 Mds

- famille/maternité : 55 Mds

- chômage : 40 Mds

- logement : 17 Mds

- pauvreté/exclusion : 16 Mds

Dans ce dernier chiffre, le RSA socle c'est 8,4 Mds (le chiffre est donné dans un tableau, en toutes petites lettres, en annexe), soit autour de 1,2 % des dépenses dites sociales (les fameux 700 milliards), et 0,4 % du PIB. Qui pourra imaginer que la dépense publique pour le RSA (attribué à près de 2 millions de foyers) est inférieure à celle consacrée aux accidents du travail et aux maladies professionnelles : 12,5 Mds€ ! Comment comprendre qu'elle n'ait pas au moins fait une petite allusion, même discrète ? Comment ne pas douter de son honnêteté quand elle ne cesse de mélanger dépenses sociales, aides sociales, avantages sociaux, allocations sous condition de ressources (souvent son expression est étrange, donnant le sentiment qu'elle maîtrise mal son sujet, en fusionnant dans une même phrase plusieurs notions qui sont sans rapport) ? Comment expliquer que les médias qui ont consacré une information à son livre n'ont pas relevé ce qu'on peut qualifier de manipulation ? Quand elle nous liste les "103" aides sociales, c'est pour n'en donner que 33, sans nous dire d'ailleurs en quoi ce serait grave, docteur, de disposer d'allocations diverses permettant de prendre en compte justement la diversité des situations.

Rien sur le non-recours

Elle n'avait pas hésité à titrer son précédent livre 60 milliards d'économies ! (sous-titré : Oui... mais tous les ans, ce qui est pure folie). Friande, donc, de chiffres au doigt mouillé, elle se garde bien, en allant "dans le mur", d'évoquer le non-recours. Pourtant c'est un sacré chiffre, officiel : plus de 5 milliards d'euros non réclamés par ceux qui y ont droit (RSA, CMU), parce que trop compliqué, ou parce que culpabilisés par les propos insultants des gens de son espèce, qui surfent sur la fraude sociale des assurés (relativement mineure), qui stigmatisent les "assistés". Son opposition constante au RSA et à la CMU explique sans doute son silence. Elle préfère taire ce réel scandale, et nous raconter l'anecdote de Jeannette qui a des droits, que les organismes sociaux lui accordent alors qu'elle ne les a même pas sollicités. Notre "experte" est offusquée. De même qu'elle entretient le mythe des revenus de l'assistance "autant" ou "presque autant" (ça dépend des pages) élevés que les revenus au Smic (thèse démentie par les services de la ministre Bachelot en son temps, par Rue89, par ATD).

Après avoir fait cette découverte : "jamais les aides sociales n'ont été autant développées et les déficits aussi abyssaux", elle pousse sa hargne à l'encontre des plus démunis en souhaitant que les aides sociales soient soumises à l'impôt. Chiche ! Mais alors il faudra augmenter d'autant ces aides sociales. Car sa passion pour les chiffres ne l'a pas incité à publier le montant du RSA pour une personne seule. Elle n'a pas non plus indiqué que ce montant est égal à la somme allouée par l'Etat à un ancien président de la République pour l'entretien de sa C6V6 HDI Exclusive, soit 5301 € par an, sans compter le carburant et les deux chauffeurs à 4000 € nets mensuels chacun. Carosse acheté 55 000 €, aux frais de la princesse, sans que notre Robin des Bois de la dépense publique s'insurge contre ces prébendes injustifiées. 

Ce qui est insupportable dans cette attaque en règle à l'encontre de la solidarité, un des fondements de la République, qui s'ajoute aux approximations ou erreurs graves dont certaines ne peuvent pas ne pas être voulues, c'est qu'elle émane d'une caste qui non seulement est à l'origine de la crise que subit notre pays, par des choix financiers irresponsables, mais qu'en plus cette même caste s'emploie à justifier ses exactions en s'en prenant à ses victimes. Je suis favorable à ce que l'on interroge les politiques publiques, qu'on les évalue, afin d'éviter les gaspillages et de valoriser une administration performante  : mais cette fonction "d'utilité publique" ne peut être confiée à des militants stipendiés pour véhiculer les thèses du "laissez-faire laissez-passer", du renard libre dans le poulailler libre, dont le seul souci est de détricoter le service public, de n'exprimer aucune compassion pour ceux qui souffrent réellement dans ce pays, et de chercher finalement à miner ce qui fonde notre République.

On va dans le mur..., éditions Albin Michel, 2015.

 

Verdier-Molinie_montage.jpgHabituée à toujours chercher à imposer son dernier mot lors de ses apparitions à la télé, Agnès Verdier-Molinié agace même ceux qui lui sont le plus favorable. Après avoir proclamé textuellement, avec sa délicatesse coutumière : "ce sont les aides sociales qu'il faut remettre en question", en fin d'émission C dans l'air le 2 avril (France 5), elle agitait ostensiblement son dernier livre pour être bien vue de la caméra (ce qu'aucun débatteur n'a jamais fait sur ce plateau). On n'est jamais si bien servi que par soi-même : c'est ainsi que, dans son livre, elle répète que partout des pontes lui confieraient qu'ils comptent sur l'iFrap pour dire tout haut ces vérités qu'ils n'osent pas aborder publiquement. Son voisin sur la photo : Jean-Pierre Delevoye, président du Conseil économique social et environnemental, dont elle réclame... la suppression, dans son livre, sans l'avouer sur le plateau [France 5 capture d'écran, montage YF]

 

iFrap encore !

_______

Tout dans ses choix vise à tirer la couverture à elle. Lorsqu'elle veut enfoncer le clou sur la fonction publique, elle invoque le montant suivant de la masse salariale : 262 milliards d'euros. Elle ne peut pas ignorer que ce chiffre comprend salaires, cotisations sociales, et pensions de retraite. Or elle ne le dit pas. A aucun moment. Elle n'est pas la seule, mais certains, plus sérieux, le précisent.

Evidemment elle conteste le mode de calcul des retraites du public : habituée à faire des estimations en milliards d'euros ("à l'iFrap, nous avons calculé...", serine-t-elle à longueur d'émissions, sans fournir les modes de calcul), elle affirme que s'il y avait alignement avec le privé, cela représenterait 2 à 3 Mds€ d'économies par an [pas, selon moi, si les salaires de la fonction publique sont revalorisés pour rejoindre le niveau du privé à compétences égales et si les primes sont prises en compte dans le calcul des pensions]. N'ayant sans doute pas lu la loi en entier, elle reproche à François Hollande de s'être contenté d'une augmentation des taux (France inter 21 novembre 2013, émission Service public) : ceux qui devront cotiser 43 ans ont dû apprécier.

_______

Que ce soit sur le plateau de C dans l'air (2 avril) ou dans son livre, elle gamberge sur l'absentéisme dans la fonction publique : elle relève quelques exemples qui effectivement interrogent, mais, sachant qu'elle s'appuie sur une étude effectuée par l'iFrap, par elle-même donc, on a toute raison de prendre avec prudence les chiffres avancés, qui lui permettent de tirer à boulets rouges sur les administrations, à travers plusieurs collectivités citées nommément, ce qui fait glousser Yves Calvi. J'ai la faiblesse de faire davantage confiance à une étude de l'Assemblée nationale qu'évidemment elle ne cite pas. Cette étude indique  que l'absentéisme, pour maladie ordinaire, dans la fonction publique d'Etat (7,1 jours) est inférieur à ce qu'il est dans le privé (11,2) et dans les deux autres fonctions publiques (11,9). Par contre pour les arrêts de longue durée, l'absentéisme est élevé dans  les fonctions publiques territoriale et hospitalière. Tout en considérant que c'est un problème qu'il faudrait affronter, l'étude l'explique par des personnels plus âgés (FPT) ou plus féminisés (FPH).

Sur la durée du travail annuelle, avec les 35 heures, elle décrète que cela devrait représenter 1661 heures (il s'agit en fait d'une étude de Rexecode qui établit ainsi la moyenne de la durée de travail réelle pour les salariés à temps complet, ce qui n'est pas la même chose). Or le chiffre officiel est 1607 heures (définition de l'Insee). Mais cela lui permet de stigmatiser tous ceux qui travaillent en dessous de son chiffre.

 _______

Elle prétend qu'avec l'"écosystème" (succinctement défini : aider les entreprises), on pourrait créer "4 à 7 millions d'emplois marchands qui nous manquent". Il y a un risque que ce chiffre soit aussi farfelu que celui qu'elle cite pour les emplois marchands perdus depuis 2008 : "plus de 331 000". Or ce chiffre est faux : cela saute aux yeux à la seule lecture et incite à aller vérifier. Il s'avère qu'il s'agit des seuls emplois marchands perdus en 2009. Ils avaient été de 183 000 en 2008, et à part 2010 où 74 000 ont été créés, la baisse a continué jusqu'à aujourd'hui (213 000 de 2012 à 2014), donc au total deux fois le chiffre donné. Erreur de documentation ou façon de minorer une perte d'emplois marchands particulièrement élevée sous Nicolas Sarkozy (certes, en plein impact de la crise des subprimes, que Mme Verdier-Molinié n'évoque, bien sûr, jamais) ?

______

Elle se prononce pour la suppression de l'ISF, réclame une fiscalité favorable pour les pôvres Pigeons, patrons de start-up qui ne supportent pas le changement (des règles du jeu), conteste la suppression de niches fiscales pour les plus riches, voudrait que les taxes qui ne rapportent pas plus d'un milliard d'euros soient supprimées (un milliard ? peanuts !), considère qu'il n'est pas important de vraiment lutter contre la fraude fiscale mais plutôt de réduire la fiscalité.

_______

Dans un tableau en annexe, fort intéressant, elle liste le nombre d'heures travaillées entre 2000 et 2014, par pays et par an, "en millions d'heures". Allemagne : 58,1 ; France : 40,3. Quatre autres pays européens sont cités. Il n'y a pas besoin d'être grand clerc pour s'apercevoir que c'est "en milliards d'heures". Mais Madame ne s'en est pas rendue compte, ni l'éditeur. Elle veut évoquer l'absentéisme, mais ce tableau, sur ce sujet, ne démontre rien. Il faudrait comparer avec la population active. Il n'empêche : il nous donne à voir ce que certains savent déjà, mais qu'il est quasiment "interdit" de dire aujourd'hui : le nombre d'heures par pays est le même depuis de nombreuses années (France : 40,3 en 2014 contre 39,3 en 2000 ; Allemagne : 58,1 en 2014 contre 57,9 en 2000 ; total des 27 pays européens : 369 contre 364). En France, il était déjà de 41 milliards d'heures travaillées en 1974 ! Je ne veux pas développer ici, je l'ai déjà évoqué dans un précédent billet : cela montre qu'avec la progression de la productivité, le volume d'heures nécessaires reste relativement constant. Les grands décideurs le savent, mais il leur faut une armée de réserve de chômeurs et pouvoir agiter le fléau du chômage pour contenir les revendications : quitte à larmoyer sur le manque d'emplois (comme le fait Mme Verdier-Molinié), il n'est pas question qu'ils proposent la seule chose à faire pour permettre aux chômeurs de retrouver du travail : réduire la durée hebdomadaire du travail, et non pas pousser à retourner à 39 h., comme elle le fait également.

_______

Figaro_Vox.jpgSi sa diatribe à l'encontre des agences publiques est entendable (certainement que plusieurs d'entre elles pourraient être supprimées), sa charge contre les "3500 pages du code du travail" (titre d'un chapitre) relève de l'attaque démagogique classique du Medef ou de ... François Bayrou : elle fait bien quelques allusions à la jurisprudence, mais sans préciser que cette dernière envahit le Dalloz (c'est un choix de l'éditeur). J'ai abordé la question ici. Voir également l'explication de Gérard Filoche.

 

Nicolas Sarkozy a annoncé que l'UMP souhaitait que les aides sociales (le RSA) soient soumises à référendum après 2017 : j'ai déjà dit que c'était une proposition populiste odieuse. Notre "experte" fait la même proposition : elle se fait son petit cinéma, et imagine qu'en 2022, suite à un référendum, 77 % des Français se prononcent pour une limite du "cumul mensuel" des aides sociales. Et elle fixe ce plafond à "1300 euros maximum par foyer". Pourquoi ? "Pour qu'un euro du travail soit imposé de la même manière qu'un euro d'aide". Cette démonstration n'a ni queue ni tête : sauf peut-être d'instiller dans celle du lecteur (la tête) que des foyers reçoivent déjà 1300 € par mois et même plus. C'est tout autant odieux que le référendum.

Par contre, il faut le noter, elle ne tient jamais un propos sur l'immigration. Ni pour la combattre, ni pour la défendre. Elle ne dit rien, dans ce livre, sur l'Aide médicale d'Etat, tant décriée par toute une droite et extrême-droite. On est là dans un discours de droite extrême en matière économique et sociale mais qui ne s'aventure pas sur les questions sociétales et les immigrés.

______

Un malade c'est forcément un abuseur qui se rend inutilement trois fois chez son médecin.

Les chômeurs pas assez actifs, selon elle, dans la recherche d'emploi sont des "fraudeurs".

Une chômeuse de Bolbec qui interpelle un jour de mai 2014, en direct sur une radio, le président de la République sur sa situation c'est évidemment une tricheuse. Elle disait ne percevoir que l'ASS (490 € par mois), sans perspective d'emploi, mais le préfet de Seine-Maritime a rectifié, en livrant son dossier au public et en précisant tout ce que Pôle emploi lui avait proposé. Conclusion de notre "experte" : cette chômeuse "percevait également 1050 euros d'Assedic". Soit elle ne prend même pas la peine de se relire, soit elle ne connaît rien à la législation sociale. Dans cette accusation, il y a de la méchanceté et de l'inintelligence : puisque le cumul n'est pas possible, c'est jeter le discrédit, de façon ridicule, sur cette personne afin d'atteindre tous les chômeurs. Il était assez simple de comprendre (en lisant les divers articles et communiqués sur cette affaire qui a fait le buzz) qu'après un licenciement économique, cette personne arrivait en fin de droit (1050 €) et qu'elle allait bientôt basculer dans l'ASS (490 €). Notre spécialiste de la détection des abus a sans doute lu trop vite (!) un article d' HuffingtonPost, qui évoquait ces montants, et ça l'arrangeait bien de pouvoir mettre au pilori une chômeuse qui "cumulait" de telles sommes.

______

Elle sait flairer le vent. Elle a longtemps défendu l'idée que pour combattre le "millefeuille" il fallait spécialiser les collectivités (là j'avais une occasion d'être d'accord avec elle). Le 11 avril 2013, à C dans l'air, elle approuvait Christian Saint-Etienne : le social aux Départements l'économique à la Région. Après que le premier ministre ait annoncé carrément la suppression des Départements, elle n'allait pas ne plus être à la pointe de la modernité réformatrice : alors elle a défendu la suppression de ces collectivités, regrettant aujourd'hui que cela accouche d'une souris.

______

Méconnaissance des politiques sociales :

Elle ne perçoit les politiques sociales qu'à travers un prisme financier. Pour elle, il ne s'agit que de prestations et d'aides sonnantes et trébuchantes. Elle ignore tout ce qui concerne l'action sociale, c'est-à-dire la mise en œuvre des politiques sociales dans leur versant intervention sociale : accompagnement, protection, conseils, soutien social et éducatif. Du coup, elle estime que tout le social pourrait être géré par un guichet, qui serait tenu par un seul organisme, comme la CAF.

Cette proposition est tellement irréaliste qu'elle ne risque pas de voir le jour de si tôt. Comme d'ailleurs son dada : faire embaucher les enseignants par les mairies (elle qui, par ailleurs, voue un culte sans réserve pour les écoles privées).

______

J'ai titré sur l'"ultra-libérale de choc" parce que "pasionaria" ou "égérie" [des libéraux] a son petit relent de sexisme. Je la nomme elle en personne parce qu'elle signe cet ouvrage, parce qu'elle est seule à représenter l'iFrap dans les médias, mais bien évidemment je vise à travers elle ce think tank. Dire qu'on "va dans le mur", c'est utiliser une formule choc, comme beaucoup de propositions qu'elle fait. Je suis conscient que le mot que j'utilise est certainement un pléonasme, les ultra-libéraux jouant à fond la carte de la crise (dont ils sont pour l'essentiel responsables) pour mettre en œuvre ce que Naomi Klein a démontré dans son célèbre ouvrage La stratégie du choc. On sent bien que les propagandistes de l'ultra-libéralisme réclament des réformes drastiques immédiatement (comme le fait AVM : bandeau sur son livre : "il faut agir d'urgence") tellement ils craignent qu'une reprise économique ne plombe leur stratégie de démantèlement du service public et de la protection sociale.  

______

  Voir sur le site d 'Acrimed, un article complet sur l'Ifrap et sa directrice, mis en ligne le 19 mars, par Martin Coutellier : L’Ifrap : think tank ultra-libéral à l’aise sur France 2, et ailleurs : http://www.acrimed.org/article4609.html

______

Billet n°194

Billets récemment mis en ligne sur Social en question :

L'UMP incite les patrons des Départements à l'illégalité

Assommons les pauvres ! [social en vrac n° 41]

Crash d'un serial killer

Faut-il exploiter le thème de l'assistanat ?

Françoise Hardy, droite décomplexée

Front national, entre précaires et assistés

 

 Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

@YvesFaucoup

  [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question]

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.