YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

655 Billets

1 Éditions

Billet de blog 17 oct. 2014

Référendum sur les aides sociales : programme infâme

A la veille de la journée mondiale de la misère, Nicolas Sarkozy s’est une nouvelle fois fait applaudir en annonçant son projet de référendum sur l’attribution des aides sociales. Cette annonce est passée quelque peu inaperçue, tout au plus s’est-on étonné de cette kyrielle de référendums qu’il envisage. Sans s’interroger sur le caractère populiste et franchement anti-démocratique d’une telle consultation.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

A la veille de la journée mondiale de la misère, Nicolas Sarkozy s’est une nouvelle fois fait applaudir en annonçant son projet de référendum sur l’attribution des aides sociales. Cette annonce est passée quelque peu inaperçue, tout au plus s’est-on étonné de cette kyrielle de référendums qu’il envisage. Sans s’interroger sur le caractère populiste et franchement anti-démocratique d’une telle consultation.

Le 17 octobre est la journée mondiale de la misère : alors que les associations qui luttent en France auprès des personnes les plus démunies sont mobilisées pour faire reconnaître leurs conditions de vie au quotidien, Nicolas Sarkozy proclame le 15 octobre, à Saint-Cyr-sur-Loire, qu’il fera procéder, sous entendu quand il sera à nouveau président de la République, à plusieurs référendums, dont un proposant que « les allocations sociales soient fournies en échange d’une activité minimum ». Tonnerre d’applaudissements. Passons sur le fait que formulée ainsi, la proposition n’est plus une question de référendum, mais carrément une affirmation.

Cet effet de manche est pure démagogie : j’ai souvent évoquer sur ce blog ce que cette injonction (de Laurent Wauquiez ou de Nicolas Sarkozy, avant 2012) avait d’hypocrite. En effet, la loi sur le RMI a dès 1988 prévu une « contrepartie », un contrat d’insertion, prévoyant l’engagement dela personne. Lorsquedes dispositifs spécifiques (formation, activités diverses) ont été mis en place dans les départements, ces engagements ont du sens. Bien sûr que la situation de certains bénéficiaires, très éloignés de l’emploi, et tout simplement la situation de basses eaux de l’emploi ne permettent pas de faire des miracles.

[Ph. YF]

Quant au RSA, il a été voté sous le règne de Nicolas Sarkozy. Il avait tout le temps de réfléchir à la question et toute latitude pour l’aménager à sa convenance. S’il ne l’a pas fait c’est qu’il sait qu’il ne suffit pas d’un claquement de doigt pour que les emplois soient là et qu’on y affecte ceux qui perçoivent le RSA. D’ailleurs, s’il y a vraiment des emplois pour les gens au RSA, il suffit de leur les fournir, sans avoir besoin de continuer à leur verser le RSA. Rappelons que Laurent Wauquiez (révélation faire par Martin Hirsch) militait à l’époque pour que les bénéficiaires du RSA ne s’inscrivent surtout pas à l’ANPE (et donc ne retrouvent pas d’emploi en priorité), pour que les chiffres du chômage ne progressent pas trop.

Coupables d’être pauvres

Les études récentes sur l’état d’esprit des Français montrent une montée rapide d’une opinion opposée aux plus démunis, qui percevraient des allocations bien suffisantes qui, en réalité, les inciteraient à ne pas chercher du travail. Tout le monde ou presque s’accorde pourtant pour dire qu’il y a une crise terrible (économique, financière), tout le monde ou presque gémit sur la montée continue du chômage, mais il n’empêche ici ou là on ne craint pas d’affirmer que ceux qui sont exclus des allocations chômage, et n’ont plus que des allocations de survie, seraient coupables de leur situation. La démocratie ce n’est pas de demander au peuple de dire s’il est d’accord ou non de permettre à ceux qui n’ont rien de bénéficier de la solidarité nationale : quand on n’a pas d’emploi, disposer de « moyens convenables d’existence » assurés par les pouvoirs publics, c’estla Constitution. D’ailleurs, pour le moment les moyens d’existence ne sont même pas convenables (le RSA n’assure qu’un revenu total, pour une personne seule, de 448 € par mois). Ne nous trompons pas : cette idée d’activité obligatoire pour tous, est irréalisable. L'annonce du référendum est là soit pour amuser la galerie, soit pour remettre carrément en cause des pans entiers de l’aide sociale.

Qu’un nombre de plus en plus grand de Français éprouve la crainte de déchoir, de rejoindre peut-être un jour cette foule silencieuse qui vivote, qu’ils puissent, en exutoire, reprocher, de façon irrationnelle, à ceux que la crise a rejetés en premier, d’avoir « choisi » délibérément d’en être là, c’est une chose. Mais que des hommes politiques, aspirant aux plus hautes fonctions de l’État, puissent  afficher un tel mépris à l’encontre des plus pauvres, qui subissent une politique qui, en aucune façon ne peut leur être imputée, est proprement inadmissible. Si en plus, on propose un référendum sur le sujet, c’est le summum de l’odieux en politique. Ce qui est étrange c’est que les médias ont été très discrets sur le sujet. Comme si une telle proposition était comparable à celle qui consiste à interroger le peuple pour savoir s’il souhaite ou non la fusion entre les départements et les régions !

[Ph. YF]

Billet n°153

Billets récemment mis en ligne sur Social en question :

Prix Nobel : Economie de bouts de chandelle

Exigeons des allocs dès le premier enfant

Mort de Marina : l'exploitation de la tragédie

Sarkozy désigne les coupables

Propagande efficace contre la solidarité

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

[Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, Social en question]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le fondateur de l’association Le Refuge et l’ex-directeur général mis en examen
Après les révélations de Mediapart en décembre 2021 sur les graves dysfonctionnements au sein de cette association LGBT, plusieurs plaintes avaient été déposées contre ses deux anciens dirigeants. L’ex-président Nicolas Nogier est mis en examen pour viol et agression sexuelle. Frédéric Gal, lui, est poursuivi pour deux faits de harcèlement sexuel.  
par David Perrotin et Youen Tanguy
Journal — Gauche(s)
« On n’a pas le choix, il faut croire aux urnes »: l’activiste écolo Alma Dufour rejoint Mélenchon
Ancienne chargée de campagne aux Amis de la Terre, l’activiste pour le climat Alma Dufour rejoint le parlement de l’Union populaire, en soutien à la campagne de Jean-Luc Mélenchon. Elle explique les raisons de son passage du mouvement social au militantisme politique.
par Mathieu Dejean
Journal — Gauche(s)
À Strasbourg, Jadot et Mélenchon étrillent Macron
Les candidats insoumis et écologiste à la présidentielle ont mis en scène leur opposition au président sur la question européenne. Mais si Jean-Luc Mélenchon avance un contre-modèle clair, celui de Yannick Jadot, pour l’heure, semble moins lisible.
par Fabien Escalona et Pauline Graulle
Journal
Les députés français condamnent le génocide des Ouïghours
À la quasi-unanimité, l’Assemblée nationale a invité ce jeudi le gouvernement français à reconnaître le génocide commis envers la minorité turcique, à majorité musulmane, du nord-ouest de la Chine. La France Insoumise s’est abstenue, tout comme un élu communiste, évoquant soit le manque de consensus au sein de la communauté des experts, soit la guerre froide menée par Washington contre Pékin. Le seul à avoir voté contre appartient à La République en marche.
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Le nucléaire, l'apprenti sorcier et le contre-pouvoir
Les incidents nucléaires se multiplient et passent sous silence pendant que Macron annonce que le nucléaire en France c'est notre chance, notre modèle historique.
par Jabber