YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

655 Billets

1 Éditions

Billet de blog 21 oct. 2014

Centre de rétention, de l’intérieur

La France n’est pas terre d’asile, elle accueille moins de réfugiés que d’autres pays européens et en enferme un grand nombre en centres de rétention (CRA). Des adultes et des enfants, confiants en la patrie des droits de l’homme, sont confrontés au monde kafkaïen des tribunaux, des arrestations avant l’aube, des embarquements forcés. Des détentions en rétention, y compris des enfants « retenus » comme c’est le cas depuis ce soir 23 octobre au CRA du Mesnil Amelot à Paris (4 enfants) et comme ce fut le cas jusqu’à ce soir à Toulouse contre l’avis de la CEDH de Strasbourg. Visite guidée du CRA de Cornebarrieu.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La France n’est pas terre d’asile, elle accueille moins de réfugiés que d’autres pays européens et en enferme un grand nombre en centres de rétention (CRA). Des adultes et des enfants, confiants en la patrie des droits de l’homme, sont confrontés au monde kafkaïen des tribunaux, des arrestations avant l’aube, des embarquements forcés. Des détentions en rétention, y compris des enfants « retenus » comme c’est le cas depuis ce soir 23 octobre au CRA du Mesnil Amelot à Paris (4 enfants) et comme ce fut le cas jusqu’à ce soir à Toulouse contre l’avis de la CEDH de Strasbourg. Visite guidée du CRA de Cornebarrieu.

Le Centre de rétention administrative (CRA) de Cornebarrieu, à proximité de Toulouse, est installé directement sur les pistes de l’aéroport de Blagnac : tout est fait pour que les sans-papiers comprennent que leur destin c’est de monter dans un avion qui les emmènera de gré ou de force vers une destination qu’ils ne souhaitent pas. A proximité, c’est le ballet permanent des avions qui décollent et se posent dans un bruit d’enfer. Pour rejoindre les aérogares, les membres de la PAF empruntent, avec leurs détenus, les routes spécialement prévues pour les pompiers, qui longent les pistes d’envol, et ils accèdent à l’intérieur de l’avion par des passerelles indépendantes.

CRA de Cornebarrieu, Haute-Garonne [Ph. YF]

Les familles et amis qui veulent rendre visite aux personnes retenues à l’intérieur du CRA doivent d’abord le trouver. Si sur les panneaux indicateurs, un kilomètre en amont, des militants n’avaient pas apposé des affichettes indiquant le chemin à suivre, il serait difficile d’y accéder. Devant le Centre, aucune possibilité de stationner. Quant au chemin d’accès, il est à peine praticable, et pas du tout les jours de pluie car trop boueux. Et à proximité, une usine de fabrique de peinture, non sans danger.

 Des policiers de la Police de l’Air et des Frontières (PAF) assurent le gardiennage du Centre. Par ailleurs, la Cimade est habilitée à affecter du personnel à l’intérieur du CRA pour assurer l’assistance juridique des retenus.

Le CRA de Cornebarrieu et son chemin d'accès [Ph. YF]

C’est accompagné d’une militante du Cercle des Voisins* que j’entre dans ce Centre. Une policière nous demande nos cartes d’identité et s’assure que nous n’avons ni arme, ni appareil de photo. On nous conduit à une cellule de parloir où nous rencontrons Diagne, 26 ans, un grand Noir, avec un bonnet bleu sur la tête. On ne connaît pas son pays d’origine, et on ne lui pose pas de question à ce sujet. La mise en rétention est souvent destinée à connaître le pays d’où vient l’exilé. Il arrive même que des policiers, bien que ce ne soit pas légal, interrogent les visiteurs pour leur soutirer une information qu’ils n’ont pu obtenir en direct.

Traversée tragique

Diagne paraît très fatigué, il parle doucement, et son regard, abattu, est touchant. Il dit juste qu’il est parti en pirogue de la Libye en direction de Lampedusa : 200 personnes sont mortes dans cette traversée et Diagne est terrifié au souvenir de cette tragédie. Après l’île de Lampedusa, l’Italie puis un train qui passe par Vintimille et, à Toulouse, Diagne descend. Il dort dans la rue, puis se réfugie au centre d’hébergement du Ramier, avant d’être secouru par deux prêtres. Il trouve un logement chez un couple âgé puis du travail, non déclaré, chez un employeur marocain en charpentes métalliques.

Sa santé a été très affectée par ce qu’il a vécu sur la pirogue. Malgré des conditions de travail difficile (il est tombé d’un échafaudage à Lannemezan), il allait mieux quand il a été arrêté sur une rocade toulousaine alors que son employeur emmenait ses ouvriers sur un chantier tôt le matin. Interné au CRA, son état de santé s’est à nouveau détérioré. Il est passé au moins deux fois devant un juge. Il espère que, la prochaine fois, il obtiendra sa libération.

Film de Moussa Toure

 Une des tragédies en Méditerranée, 366 morts le 3 octobre 2013 [Ph. AP/Luca Bruno]

Une enfant de 15 mois en rétention

Le Centre de Cornebarrieu héberge 70 résidents répartis en deux secteurs hommes, un secteur femmes, et un secteur famille. M. et Mme K., un couple d’origine tchétchène, lui 30 ans, elle 25 ans, présents en France depuis quatre ans, ayant une enfant de 15 mois, a été arrêté très tôt le 15 octobre dans un hôtel de Perpignan où il était assigné à résidence, puis, ayant refusé d’embarquer, il a été enfermé au CRA. Une audience au tribunal administratif était prévue le 17 octobre pour contester cette arrestation, mais ce jour-là, à 4 heures du matin, le Préfet des Pyrénées orientales a ordonné à nouveau leur expulsion immédiate vers la Russie (et non plus, comme ce fut le cas antérieurement, vers la Pologne, pays de l’espace Schengen, par où le couple est entré en 2010). Nouveau refus du couple d’embarquer. [J’ai donné une information sur cette situation hier dans un billet intitulé La CEDH condamne à nouveau la France].

Lors de l’audience en ce 17 octobre [journée internationale de lutte contre la misère, soit dit en passant], l’avocat du couple a évidemment soulevé le problème d’une décision du préfet qui faisait fi d’une audience prévue au préalable (comme s’il se moquait de sa décision à venir) et a montré que M. et Mme K. ne cherchaient pas à fuir puisqu’ils ont été arrêtés dans l’hôtel où la police savait les trouver. Le ton avec lequel le jeune juge a demandé à la jeune mère de sortir parce que la petite fille pleurait, ne laissait rien augurer de bon.

Effectivement, malgré la santé déficiente de la mère liée aux évènements douloureux vécus en Tchétchénie (déjà hospitalisée en psychiatrie, et dont l’éloignement a déjà été refusé par le Préfet du Gard à cause justement de son état de santé), les risques de répression en Tchétchénie ou en Russie (trois documents corroborent ces risques), le caractère illégal de l’internement d’un enfant (contraire à l’article 22 de la Convention internationale des droits de l’enfant qui doit bénéficier de mesures appropriées si ses parents demandent le statut de réfugiés et contraire à l’engagement de François Hollande en 2012), et malgré des promesses d’embauche, la requête du couple contestant son arrestation est rejetée.

Tribunal administratif de Toulouse le 17 octobre [Ph. YF]

Cinq policiers de la PAF étaient là pour encadrer ce couple et cette enfant et veiller à ce qu’ils ne s’échappent pas. Un policier me confie que c’est leur lot quotidien, ils passent leur temps ainsi à accompagner des « retenus » en salle d’audience. Aucun commentaire, aucun état d’âme exprimé. Mais j’apprends le soir-même, qu’à l’autre bout de la France, il arrive que des policiers de la Police nationale (pas de la PAF) préviennent parfois RESF pour les informer et les aider dans leur combat pour les droits des demandeurs d’asile.

Le couple devait être expulsé lundi 20 octobre. Finalement, lors d’une audience au Tribunal de Grande Instance de Toulouse l’après-midi, le juge des libertés et de la détention a rejeté la demande de mise en liberté qui invoquait la présence de l’enfant. L’affaire devait être jugée en appel par le TGI dès le lendemain : ce jour-là, mardi 21, la juge a estimé que cela ne relevait pas de sa compétence mais a mis son jugement en délibéré au 22 octobre. Face à l'inquiétude de la mère de voir son enfant ainsi isolée, et confondant le CRA avec un parc d’attraction, la juge s’est étonnée que l’enfant ne puisse pas jouer avec d’autres enfants à l’intérieur du centre !

De son côté, dans la journée du 20 octobre, la Cour Européenne des Droits de l’Homme (CEDH) de Strasbourg a relevé le non-respect de la France envers un de ses jugements précédents qui condamne la rétention d’un enfant et a stipulé au gouvernement français qu’il ne devait pas expulser cette famille vers la Russie, compte tenu des risques encourus, en attendant de pouvoir se prononcer sur le fond (d’ici deux à trois mois). Malgré cette décision, les autorités françaises ont maintenu le couple et l’enfant en rétention le mardi 21 octobre.

Dernières nouvelles :

La Cour d'appel, ce mercredi 22 octobre après-midi, a rejeté la demande de mise en liberté de la famille K. Pourtant, la CEDH s'étant prononcée la veille, les autorités françaises auraient dû déjà libérer ce couple. Or le Préfet des Pyrénées orientales n'a pas bougé, 24 heures après la décision de la CEDH, ce qui est une éternité pour cet homme, cette femme et leur enfant, et aussi pour ceux qui les soutiennent et attendent avec impatience que l'administration daigne appliquer une décision de  justice qui s'impose à elle. 

La Préfecture des Pyrénées orientales, ce jeudi 23 octobre en fin de journée, a finalement décidé la libération du couple K. et de leur enfant, alors que la Cour européenne des droits de l'homme l'exigeait depuis lundi. Ils sont assignés à résidence. Au même moment, une famille avec 4 enfants était retenue au CRA du Mesnil Amelot à Paris.

Dessin de Meybeck

Depuis des années, diverses procédures se succèdent : la première OQTF (obligation de quitter le territoire français) date de 2012, la deuxième de 2014, suivie d’une assignation à résidence de 41 jours, renouvelée une fois (41 autres jours), puis six mois supplémentaires, avant les événements du 15 octobre. Le tribunal administratif (TA) se prononce sur un point, puis le TGI sur un autre, puis appel, puis retour au TA, et la CEDH. On s’y perd. Derrière tout ça, il y a la vie d’êtres humains, d’enfants en perdition. Des hommes et des femmes qui ont quitté leur famille, pris des risques énormes, parfois frôlé la mort, pour une terre certainement pas promise mais qu'ils espéraient accueillante.

Les personnalités, qui dans la coulisse interviennent pour empêcher l’expulsion, exigent la discrétion, car elles sont persuadées que la médiatisation n’est pas efficace. D’autant plus que toute clémence sera présentée par les partis d’opposition comme un appel d’air, un signe donné aux déboutés du droit d’asile qu’ils peuvent obtenir gain de cause en protestant. Le ministère de l’Intérieur ne s’est pas laissé fléchir pour le moment, malgré les risques de torture en Tchétchénie et le fait que deux frères de M. K. auraient été tués. Le ministère devra bien prendre en compte la position de la CEDH, mais il semble en faire une affaire de principe. Pourquoi ?

Cela aurait-il à voir avec une campagne de l'Europe en cours ? En effet, les Etats membres de l’Union européenne viennent de lancer une opération policière de grande envergure, du 13 au 26 octobre, dénommée Mos Maiorum, contre les filières d’immigration et pour repérer les routes empruntées par les migrants de façon irrégulière : dans cette période, les arrestations doivent être accrues afin de recueillir les informations souhaitées. Cette opération risque bien d’être le signe d’un durcissement général des politiques d’immigration et de refus de demandes d’asile.

A noter que Mos Maiorum signifie « mœurs des ancêtres », terme utilisé dans la Rome antique  pour défendre les valeurs anciennes contre la décadence du temps présent ! Tout un programme.

Aider et témoigner

La question des Centres de rétention est un vrai cas de conscience : il faudrait militer pour leur fermeture, mais si d’un côté l’Etat contrôle les personnes qu’il veut expulser, de l’autre les humanitaires ont accès à des personnes menacées qui, sans cela, seraient dispersées et pas défendues. La Cimade est confrontée à ce dilemme : elle veut « aider et témoigner ». Elle s’est retirée des CRA du Sud-est, considérant que les conditions de sa présence ne lui permettaient plus d’assurer sa mission : mais du coup ce sont des associations plus conciliantes qui restent habilitées, se contentant d’aider mais sans témoigner.

Deux membres de l’Observatoire de l’enfermement des étrangers (Clémence Richard de la Cimade et Claire Rodier du Gisti) ont publié une tribune dans L’Humanité le 10 octobre, dans laquelle les auteurs s’inquiètent d’une tendance qui consiste pour le pouvoir à privilégier l’assignation à résidence en hôtel plutôt que la rétention, surtout pour les personnes les plus vulnérables (familles, malades, femmes isolées avec enfant). « Sous leur apparence plus humaine, ces mesures alternatives mises en œuvre à l’abri de tout regard restent problématiques. Isolées, les personnes ont beaucoup plus de difficulté à accéder à leurs droits (interprète, avocat, possibilité de former un recours…). » Cela permet d’éviter le regard citoyen, de contourner les juges, et finalement d’augmenter les mesures coercitives (1).

 (1) J’ai abordé cette question paradoxale dans mon article daté du 1er avril 2014 : Demandeurs d’asile : des droits qui s’enfuient.

Dessin de Meybeck

* Cercle des Voisins :

Le CRA de Cornebarrieu, comme la plupart des établissements de ce type, a été construit clandestinement, sans permis de construire, afin qu’aucune opposition ne se fasse jour. Le maire lui-même prétend qu’il ne savait rien.

Un mouvement s’est créé, avec des habitants de Cornebarrieu,  pour manifester leur désaccord devant l’existence d’une telle structure dans leur ville et pour informer sur la question de la rétention. Ils sont rejoints par des habitants de Toulouse, Tournefeuille, Cugnaux, Fonsorbes.

« Nous avons décidé de dire, d'informer, de parler partout où cela est possible sur les lois en vigueur et la politique de persécution des étrangers privés de papiers ainsi que sur l'existence même de ce CRA. Nous voulons témoigner de l'arrestation et de l'enfermement iniques des personnes privées de papiers et de leurs procès devant les tribunaux. » Voir le blog du Cercle des Voisins : http://cdv.over-blog.com/

 Ainsi le Cercle des Voisins ne s’engage pas dans la défense individuelle d’un débouté du droit d’asile, mais il travaille en lien avec RESF, la Cimade, Amnesty International, la Ligue des Droits de l’Homme, la Maison du Gabon,la CGT Migrants, la Pastorale des Migrants, de nombreux petits collectifs humanitaires, et le CLIC, comité de liaison intercollectifs pour le soutien aux personnes sans papiers (www.clicsans papiers.org). 

Voir aussi le site de la Cimade : www.lacimade.org

Et le journal numérique très bien fait de la Cimade au sujet du Centre de rétention de Cornebarrieu, Planète CRA : http://www.lacimade.org/regions/sud-ouest/nouvelles/5066-Plan-te-CRA-n-37---Les--trangers-malades--surveiller-et-punir

CRA – Centre de rétention Administrative, bande dessinée de Jean-Benoît Meybeck aux éditions Des ronds dans l’O.

En 2012, à Toulouse-Cornebarrieu, Meybeck participe à la campagne « Ouvrez les portes » organisée par Migreurop et Alternative Européenne, campagne visant à obtenir l'accès des journalistes et de la société civile aux centres de rétention pour lesquels nous n'avons pratiquement aucune information, ni sur ce qui s'y passe, ni comment sont traités les migrants, ni sur le respect de leurs droits.
Magnifique documentaire avec les témoignages de migrants et d'associations intervenantes.

 Lien : http://www.desrondsdanslo.com/CRA.html

« Contre les murs »

Neus Viala, réalisatrice, est l’auteur d’un film tourné à propos du CRA de Cornebarrieu. Elle y interviewe des demandeurs d’asile qui ont séjourné dans le centre et elle dénonce le fait qu’il ne soit pas possible d’entrer dans un centre de rétention et d’y mener des interviews enregistrées ou filmées. Elle filme une manifestation réclamant ce droit et la suppression des CRA : y participait Kader Arif …. avant qu’il ne soit ministre du gouvernement actuel.

 DVD en vente 26 € : http://www.cultures-et-communication.com/

"Des lits solidaires"

Dans la revue la Pie du Pilat, Annette Foëx a publié un beau texte en défense de Gérard Riffard, prêtre de Saint-Etienne, poursuivi pour avoir hébergé des demandeurs d’asile. En septembre, il a été relaxé, mais le parquet a fait appel. Cette manifestation de solidarité, comme celle des Voisins à Cornebarrieu, comme celle de ces autres voisins qui distribuent de la nourriture à Sangatte, est réconfortante, quand on sait combien la générosité en prend un coup en ce moment, où beaucoup de nos compatriotes se réfugient... dans leur pré carré.

http://www.lapiedupilat.fr/fr1/index.php/societe/social/244-08-des-lits-solidaires

  Réfugiés de Syrie :

La France ne peut certainement pas accueillir tous ceux qui souhaiteraient s’y réfugier. Mais on sait que des êtres humains vivent dans des conditions effroyables dans certains pays, dont la Tchétchénie et bien sûr la Syrie. La guerre en Syrie a provoqué trois millions de réfugiés. La France s’était engagée à accueillir 500 réfugiés syriens (seulement). Au bout d’un an, elle n’a ouvert ses portes qu’à la moitié de sa promesse, alors même que les autorités ont annoncé en juillet l’accueil de 500 réfugiés syriens supplémentaires. Amnesty international, CCFD Emmaüs, la Cimade, Médecins du Monde, le Secours Catholique, et le Secours islamique de France rappellent à la France ses engagements par des pages de publicité dans la presse ce 20 octobre.

Les Têtes Raides chantent "L'identité" :

 Les clans des rues, les clandestins

Les cris des chiens hurlent à la ronde

J’suis pas inscrit sur la mappemonde. (…)

Avec ces sans-papiers qui vont bientôt r’partir,

On a tout pris chez eux, y’a plus rien.

Leur rétention en cale de fond

J’en ai même oublié mon ombre…

Billet n°155

Billets récemment mis en ligne sur Social en question :

Référendum sur les aides sociales : programme infâme

Prix Nobel : Economie de bouts de chandelle

Exigeons des allocs dès le premier enfant

Mort de Marina : l'exploitation de la tragédie

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

[Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, Social en question]

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Le naufrage d’un ministre désinvolte
Le voyage de Jean-Michel Blanquer aux Baléares, à la veille d’une rentrée scolaire à haut risque, résume deux années de gestion de la pandémie de Covid-19 : par désintérêt manifeste, il n’a jamais répondu aux craintes et à l’épuisement des enseignants comme des familles. 
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Anne Hidalgo face à Mediapart
Ce soir, une invitée face à la rédaction de Mediapart : la maire de Paris et candidate socialiste à l’élection présidentielle.  
par à l’air libre
Journal — Industrie
Industrie française : l’attractivité de la rente
Accusé d’être le fossoyeur de l’industrie, Emmanuel Macron entend contre-attaquer : grâce à sa politique, la France aurait retrouvé son attrait pour les investisseurs étrangers. Mais il confond compétitivité-prix et attractivité, qui repose sur des écosystèmes détruits systématiquement par le gouvernement au profit d’un capitalisme de rente.
par Martine Orange
Journal
La Serbie fait front derrière son héros Novak Djoković
Les aventures australiennes de l’actuel numéro un du tennis mondial, et son expulsion, ont mobilisé la Serbie, qui a défendu bec et ongles son champion. Sûrement parce qu’il incarne depuis plus d’une décennie les espoirs de tout le pays, mais aussi ses profondes contradictions. 
par Jean-Arnault Dérens, Laurent Geslin et Simon Rico

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
La gauche et l’éducation : l’impensé des savoirs scolaires
D’un débat entre représentants des candidats de gauche et de l’écologie sur l’éducation ressort l’impensé partagé des savoirs scolaires.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
La farandole ultra-droitière d'un ministère de « l'Instruction publique »
Eric Zemmour vient de présenter comme un point important de son programme éducatif la « création d'un grand ministère de l'Instruction publique ». Cela avait déjà été préconisé dès 2013 dans le projet d'« une droite forte » rédigé par deux secrétaires nationaux de l'UMP : Guillaume Peltier et Didier Geoffroy. Et Jean-Michel Blanquer l'aurait aussi suggéré à Emmanuel Macron lors de sa nomination.
par claude lelièvre