YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 juin 2014

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Nicolas savait, pas Carla

Direct 8 a diffusé le 5 novembre 2013 un documentaire de Farida Khelfa intitulé Campagne intime, sur la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, qui montre que ce dernier était contre des « limites » imposées à « la fuite en avant des dépenses » (publiques). Carla était pour…

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Direct 8 a diffusé le 5 novembre 2013 un documentaire de Farida Khelfa intitulé Campagne intime, sur la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy, qui montre que ce dernier était contre des « limites » imposées à « la fuite en avant des dépenses » (publiques). Carla était pour…

 Dans ce documentaire, on assiste à des scènes criantes de vérité et de spontanéité, qui feront date dans l'Histoire : Nicolas à propos de Giulia (« je suis fou d’elle »), Pierre à propos de son père Nicolas (« c’est une bonne personne »), Nicolas à propos de Bernadette Chirac (« c’est une mère, j’ai tellement peur qu’il lui arrive quelque chose »), Carla se regardant dans un miroir (« on ne peut rien faire contre les bajoues »), Sarko à Carla chantant Bella Ciao (« t’es belle »), Sarko à propos de Carla et devant elle (« ma femme dit, ma femme croit »). 

Nicolas Sarkozy contre des limites aux dépenses… [extrait de Campagne intime]

Mais le clou est la scène suivante : après le premier tour de l’élection, Nicolas Sarkozy, qui en cinq ans a laissé déraper la dette publique de 600 milliards d’euros (soit une augmentation de 50 %), répète un discours devant ses conseillers. Il loue « ceux qui refusent la fuite en avant dans les dépenses publiques sans aucun contrôle… ». Il lit la phrase mais est interrompu aussitôt, on lui propose : « sans limites » au lieu de « sans contrôle ». Carla Bruni, présente, confirme : elle est pour la formule « sans limites », ajoutant doctement que, procéder à cette modification, « c’est majeur ! ».

Sarkozy n’est pas d’accord : il défend l’idée que le mot « contrôle » renvoie à l’utilité de la dépense, tandis que « limites » ne recouvre qu’un aspect comptable (ce qui n’est pas faux). Il maintient la phrase telle qu’il l’avait lue. En bout de table, Carla se renfrogne et donne le sentiment de ne pas apprécier que son Pygmalion n’aie pas pris en compte son avis, surtout devant la caméra de la réalisatrice, une amie proche.

Carla Bruni pour des limites aux dépenses… [extrait de Campagne intime]

Sachant que la scène dure quelques minutes, plusieurs conseillers donnant, sur ce simple mot, leur avis, on peut imaginer le temps que son entraînement à la lecture et son hésitation sur les mots devait prendre. Lorsque l’on a du temps à consacrer à de telles subtilités, on a tout loisir pour se pencher sur les dépassements de frais de campagne, surtout lorsqu’ils atteignent près de 17 millions d’euros (soit un dérapage de 76 %, par rapport à la dépense autorisée : rappelons qu’en juillet 2013 le Conseil constitutionnel avait gravement sanctionné Nicolas Sarkozy pour un dépassement de moins de 2 %). Il est cocasse de constater que le candidat ne souhaitait manifestement pas qu’on impose des « limites » à  la fuite en avant dans les dépenses (1), tout en défendant l’idée que cette « fuite » soit tout de même contrôlée. Par qui ? Par lui, sans doute. Sûrement pas par la Commission des comptes de campagne.

_____

(1) A noter que les dépenses pour une campagne électorale sont en partie des dépenses publiques si l'on prend en compte le financement par l'Etat et les déductions d'impôts pour les donateurs.

_____

Documentaire encore visible : http://www.dailymotion.com/video/x1aqkk5_campagne-intime-05-11-2013_news

Billet n°126

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

[Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, Social en question]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Mineurs isolés à Paris : "C’est le moment d’agir, aidez-nous à quitter cette merde !"
Cela faisait depuis juin 2022 que des mineurs exilés isolés survivaient sous le pont Nelson Mandela, sur la rive droite des quais de Seine de la ville d’Ivry. En six mois, plus de 400 jeunes se sont retrouvés là-bas, faute d’autre solution. Ce matin, ils ont enfin été pris en charge, non sans peines et non sans luttes. Retour sur ces derniers jours de survie et de mobilisation.
par Emile Rabreau
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez