YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

678 Billets

1 Éditions

Billet de blog 26 oct. 2016

Fuite radioactive à Golfech

On a appris lundi que la centrale nucléaire de Golfech (Tarn-et-Garonne) a libéré dans l'atmosphère des rejets radioactifs supérieurs à la limite autorisée pendant "deux minutes", selon EDF, qui ajoute "qu'aucun impact sur l’environnement ni pour le personnel du site" n'a été mesuré. Au même moment, on apprend que de nombreux réacteurs nucléaires seraient défectueux en France.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ph. YF]

FranceInfo, France3 Régions, RTL, Sud-Ouest, La Dépêche du Midi, Le Parisien, Le Dauphiné Libéré, L'Indépendant, 20 minutes se sont fait l'écho depuis un ou deux jours du communiqué laconique de la centrale, sur un incident ou accident survenu le 19 octobre, mais sans donner davantage d'éléments (1).

[Ph. YF]

La centrale a ouvert un premier réacteur en 1991 et le second en 1994 (1300 MW chacun, soit en tout 4,75 % de la production d'électricité nucléaire en France : EDF annonce que cela représente l'ensemble des besoins de l'ex-région Midi-Pyrénées). Elle est située sur la Garonne, à proximité d'habitations et possède les tours de refroidissement les plus hautes d'Europe (à 178 mètres de hauteur). EDF a su, comme ailleurs, faire taire les contestations locales : la piscine de la ville, la maison de retraite et l'école sont chauffées par les surplus d'énergie des circuits de refroidissement, et, bien évidemment, EDF abonde de manière copieuse le budget communal.

A noter que le site internet de la commune ne dit rien de ce qui s'est passé le 19 octobre mais annonce en tête de sa page une exposition de peintres amateurs qu'organise... EDF au sein du Centre d'information du public (CIP) de la centrale.

Golfech, une bourgade paisible, sans aucune menace alentour [photo du site de la commune http://www.ville-golfech.fr/]

Déjà, il y a un mois, le 26 septembre, un réacteur s'était automatiquement mis en arrêt après avoir détecté une "anomalie".

Et aujourd'hui, Le Canard enchaîné révèle que l'Autorité de sûreté nucléaire, qui vient d'ordonner l'arrêt de 5 réacteurs nucléaires, met en cause les générateurs de vapeur de 19 réacteurs qui ont été usinés avec un acier trop riche en carbone, fragilisant leur solidité. EDF se veut rassurante mais le gendarme du nucléaire, l'ASN, exige l'arrêt de 5 autres réacteurs d'ici trois mois. Pas du tout rassurant tout ça. Surtout que, d'après Le Canard, la note à payer est tellement élevée que l'ASN pourrait bien réfréner ses exigences.

[Ph. YF]

Plan Orsec-Rad

EDF donne des éléments sur son site en cas d'accident (2) : la zone circonscrite est dans un rayon de 10 kilomètres (seulement) autour de la centrale. Des consignes sont données pour se mettre à l'abri, laisser les enfants à l'école, se calfeutrer chez soi, écouter la radio, laisser les troupeaux où ils sont, ne pas téléphoner (sauf urgence). Il est indiqué que l'alimentation confinée est consommable sans risque, avant 48 heures l'eau des nappes phréatiques reste encore buvable.

[site EDF]

Puis le préfet peut donner la consigne d'évacuer les lieux : emmener vêtements, chaussures, affaires de toilette, vêtements de nuit, médicaments en cours et bijoux précieux (!). Et animaux familiers (n'oubliez pas de couper le gaz et de fermer la porte à clé). On sait jamais : quand une centrale explose ou laisse s'échapper un nuage radioactif, il faut toujours se méfier des pilleurs.

Le préfet peut aussi demander de prendre de l'iode. Là, évidemment c'est dans le secteur des 10 kilomètres, où les habitants ont pu s'approvisionner. Au-delà du périmètre, impossible d'obtenir des comprimés d'iode dans les pharmacies : vous imaginez, pour ceux qui cogitent un peu sur le sujet et qui demeurent à 15 kms de la centrale ? Ça fait un peu nuage de Tchernobyl…

[Ph. YF]

En attendant, une pensée pour ceux qui habitent tout près de la centrale et qui ont eu droit à deux minutes de rejets radioactifs, et aussi pour ceux qui aperçoivent chaque jour les deux panaches au loin. J'écris d'Auch : à 50 kms de Golfech, à vol d'oiseau (pouvant encore voler, donc non encore irradié).

[Ph. YF]

© Photos Yves Faucoup

_________

(1) Communiqué de 11 lignes sur le site de la centrale : https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-golfech/actualites/declaration-d-un-evenement-significatif-pour-l-environnement

 (2) Consignes de sécurité d'EDF : mise à l'abri ou évacuation https://www.edf.fr/sites/default/files/contrib/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-golfech/presentation/Plaquette_PPI_Golfech.pdf

 Article du Canard enchaîné du 26 octobre 2016 :

Billet n° 287

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

Lien avec ma page Facebook

Tweeter : @YvesFaucoup

  [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question. Par ailleurs, tous les articles sont recensés, avec sommaires, dans le billet n°200]

L’auteur n’a pas autorisé les commentaires sur ce billet

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon