Mauvais augures pour les temps d’après

Les temps d’après ne seront pas de tout repos : la réacosphère espère bien tirer son épingle du jeu et reprendre du poil de la bête.

Emmanuel Macron, comme pour donner raison à tant de reproches qui lui sont faits, affiche son inconstance, son opportunisme, sa capacité à faire feu de tout bois. Ainsi, sans vergogne, il téléphone pour rassurer Bigard qui protestait que les bistrots restent fermés, au raciste Zemmour agressé verbalement dans la rue par un imbécile qui doit se réjouir de l’écho qu’on lui donne, à l’extrême-droitiste de Villiers qui se plaignait que son Puy-du-Fou n’ouvre pas de si tôt, lui donnant gain de cause. Sachant qu’il a rendu visite au Professeur Raoult dans le secret espoir de l’amadouer, il faut s’attendre à ce qu’il téléphone à Michel Onfray pour lui faire part de toute l’affection qu’il lui porte.

Gérald Darmanin voudrait faire du "social-souverainisme", paraît-il. Un "expert" sur BFM a dit que c’est exactement ce que veut incarner désormais Emmanuel Macron. On n’y comprend plus rien. 

« Coqueluche de l’extrême-droite »

Le Monde papier daté du 23 mai (version en ligne datée du 19 mai) a publié un article sur le projet de Michel Onfray de créer une revue trimestrielle titrée prétentieusement et abusivement... Front Populaire. Titre de l’article : Michel Onfray, nouvelle coqueluche des milieux d’extrême-droite. Ses auteurs : deux journalistes, dont l’un Abel Mestre est une référence, spécialiste de l’extrême-droite qu’il couvre avec sérieux depuis longtemps. Sont listés les soutiens : Élisabeth Levy, Ivan Rioufol, Barbara Lefebvre, Régis de Castelnau, Alain de Benoist (la vieille « nouvelle droite » d’extrême-droite), Philippe Vardon (RN), Robert Ménard (maire de Béziers, proche du RN), Djordje Kuzmanovic (aux positions nationalistes et anti-immigrés, ayant quitté LFI pour fonder un parti souverainiste… République souveraine) et, last but not least, le professeur Didier Raoult (qui considérait que l’épidémie de coronavirus n’atteindrait jamais la France mais qui avait un remède miracle, contesté par la quasi-totalité des études faites pour évaluer son efficacité).L’extrême-droite, la droite extrême et la réacosphère, évidemment, sont furieuses et prises de quintes de toux, n’appréciant pas du tout cette charge implacable. Valeurs Actuelles, l’Observatoire du journalisme (sic) et TV libertés, tous trois d’extrême-droite, volent au secours d’Onfray.

[avec l'aimable autorisation d'Alain Goutal] [avec l'aimable autorisation d'Alain Goutal]

Marine Le Pen déclare que cette initiative « qui vise à défendre la liberté d’expression, et à réunir dans un média ceux qui croient en la nation et sont opposé au mondialisme, est positive et ne peut que me réjouir ! ».

 Philippot dit qu’il est "en parfait accord avec le projet" (avec un bémol : si cela devient un projet politique pour 2022, ce qui semble être dans les intentions d’Onfray). Ce dernier ne va pas tarder à cracher, comme souvent, sur Le Monde comme il crache régulièrement sur Mediapart. Ce qui m’intrigue ce n’est pas que Mediapart n’en ait pas encore parlé, c’est que Marianne (qui se retrouve bien dans le discours souverainiste sinon nationaliste affiché, ainsi qu’islamophobe d’Onfray et de ses soutiens) n’ait publié aucun article : ça doit discuter dur au sein de la rédaction (tout le monde n’est pas sur la même ligne). Jacques Julliard, le gardien du temple, qui doit être en désaccord sur le souverainisme, mais pas sur l’islamophobie, n’apprécie pas forcément l’utilisation du mot Front Populaire, lui dont un éditorial du 1er juin 2018 (j’ai mes archives), visant d’autres, disait se méfier de ceux qui prétendent faire Front populaire : « ne confondons pas l’anarchisme petit-bourgeois, le dandysme idéologique de certains intellectuels avec les aspirations populaires ».

Par contre, sur le site de Marianne, le 15 mai, dans une vidéo, Natacha Polony a échangé avec Michel Onfray au cours de laquelle celui-ci, outre qu’il a justifié les positions nationalistes et protectionnistes de Donald Trump, a présenté son projet de revue, contre les libéraux de droite et de gauche, affirmant qu’il n’a rien à faire de Philippot et de Le Pen, qu’il veut juste agir « pour le peuple ».

Par ailleurs, dans un article de Front Populaire  du 24 mai, Michel Onfray a qualifié l’article du Monde d’ordurier, l’accusant dans le passé d’avoir soutenu des dictatures et des pédophiles. Suspectant Abel Mestre d’être communiste, sans en être certain, il dresse alors une attaque en règle contre le PC !

Et je découvre aujourd'hui même (27 mai), en écrivant ce texte, que Jack Dion, directeur adjoint de la rédaction de Marianne, monte au créneau sur le site de l'hebdo, prenant la défense de Michel Onfray et n’hésitant pas à considérer que Front Populaire ne peut renvoyer à l’extrême-droite puisqu'il a été impulsé... par Léon Blum ! Il ironise sur l’allusion faite par les journalistes du Monde à une préface écrite par Onfray, opposant Marx à Proudhon, avec des connotations antisémites (comme si Dion ignorait que le propos d’Onfray a écœuré un bon nombre de commentateurs ne lui pardonnant pas cet ultime dérapage). Ce qui est cocasse est que Jack Dion fut rédacteur en chef adjoint de L’Humanité. Va-t-il  se prendre une volée de bois vert par le philosophe normand ?

sans-titre-2
 J’évoque plus haut l’islamophobie de Michel Onfray (ce qui fait venir à lui beaucoup de monde). Sans remonter à bien loin, voici ce qu’il écrivait sur son blog dans une chronique au vitriol, alors qu’il était de retour d’un voyage en Martinique, au début du confinement : après avoir pris la défense d’un couple ami se promenant tranquillement dans les rues de sa ville et verbalisé pour n’avoir pas respecter les règles du confinement, il pourfendait « les territoires perdus de la République qui refusant le confinement perdent la République toute entière : ils le savent bien, ils le veulent bien, puisque c’est leur projet… », trop heureux de pouvoir déverser sa bile, sans un mot sur les beaux quartiers qui, à plusieurs reprises, n'ont pas respecté le confinement. Au contraire, il accuse les habitants des mauvais quartiers de procéder à des vols de matériels médicaux : « ils crachent sur la police en disant que le coronavirus est une maladie de blancs et qu’Allah les en protège ». Il est vrai que certains quartiers ont contrevenu aux règles du confinement mais ce sont les seuls dont M. Onfray a entendu parler : à la manière Finkielkraut, il ignore totalement tout ce qui irait à l’encontre de son idéologie et ne peut et ne veut citer les quartiers populaires, nombreux, qui ont respecté à la lettre le confinement, malgré les difficultés liées aux conditions d’habitat.  

Un « Puyfolais » à l’Élysée

jean-gaborit
Plusieurs médias se font l’écho de ce jeune homme (26 ans), Jean Gaborit, successeur de Benalla, gérant les affaires privées du Président, et macroniste de la première heure. La preuve : il fut PS et sert d’intermédiaire entre Emmanuel Macron et l’extrémiste de droite Philippe de Villiers, dont il est très proche. Il fut le fondateur des Jeunes avec Macron et a organisé la rencontre en 2016 de Macron avec de Villiers. Il incarne bien le mépris de l’en-même-temps pour les valeurs humaines et sociales. Le fondateur du Puy du Fou vient d’obtenir la réouverture de son parc de loisirs, après avoir bien insulté Edouard Philippe et louangé Emmanuel Macron. Le gamin, qui fut attaché de presse de Sibeth Ndiaye, pourrait devenir bientôt sous-préfet : l’ex-préfet de Villiers sera content. Ainsi va la vie politique en 2020.

. Certains passages de ces chroniques sont parues sur mon compte Facebook ces jours-ci.

Billet n° 552 : Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique.

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr ; Lien avec ma page Facebook ; Tweeter : @YvesFaucoup

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.