YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 mai 2014

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Larmes fatales

Les larmes sont de plus en plus prisées dans le débat politique. Affaire Bygmalion et victoire du FN, que de larmes versées, en public. Aveu... de sincérité ?

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les larmes sont de plus en plus prisées dans le débat politique. Affaire Bygmalion et victoire du FN, que de larmes versées, en public. Aveu... de sincérité ?

On se souvient des larmes d’Obama après sa réélection, en 2012, devant son équipe de campagne. Certes, il était sans doute heureux, mais il confiait à ses militants : « Vous êtes tellement meilleurs que je ne l’étais (à votre âge) ». Etait-ce vraiment du bonheur ? Et Elsa Fornero, ministre italienne des affaires sociales, qui éclate en sanglots lors d'une conférence de presse face aux "sacrifices" imposés par un plan de rigueur draconien en 2011. Chez nous, c'est Ségolène Royal en pleurs après son échec à la primaire socialiste. On n’a pas oublié non plus, car l’extrait est passé en boucle, Gérard Filoche, membre du bureau national du PS, qui fait un tabac à la télévision lorsqu’il réagit en larmes à l’aveu de culpabilité de Jérôme Cahuzac, véritable trahison pour le combat socialiste qu’il mène. Un succès télévisuel dont il dit qu’il se serait bien passé, mais qui lui a permis d’être interviewé par moult médias et d’écrire un livre sur le sujet.

Le soir de la claque aux européennes et de la victoire du Front d’extrême droite, Jean-Luc Mélenchon, particulièrement mélancolique, n’a pu terminer son discours tellement il était étreint par l’émotion. Il avait eu le temps tout de même de lancer un appel aux travailleurs : « Ne permettez pas que la France soit autre chose que ce qu'elle est dans le cœur du monde entier. »

Pascal Durand, EELV, n’a pu répondre aux questions des journalistes, car « il s’est effondré en pleurs », selon Le Canard enchaîné du 28 mai, qui rapporte le commentaire d’un sénateur vert : « Dire qu’il va falloir se taper les fachos à Bruxelles ! Avec un gars en acier comme Durand, les fachos peuvent dormir tranquilles ! ».

[capture d'écran BFM TV]

Jérôme Lavrilleux, sur BFM TV lundi 26 mai, alors qu’il venait opportunément d’être pour la première fois élu, et au Parlement européen (tête de liste, excusez du peu), pleurnichait pour avoir, avec quelques complices, commis une grosse bêtise avec les comptes de campagne de Nicolas Sarkozy et ceux de l’UMP de Jean-François Copé (à l’insu de leur plein gré, bien sûr).

A la suite de quoi Eric Ciotti, qui semble pourtant plus copéiste qu’un partisan de Copé, larmoie face à ces tricheries, en pensant à cette pauvre femme au RSA qui a donné 300 € à l’UMP lors du Sarkoton (en plus, sans même pouvoir récupérer une partie de cette somme sur sa non déclaration d’impôt : c’est l’abnégation totale, à moins que, comme dirait Laurent Wauquiez, le montant du RSA est encore vraiment trop élevé).

Et Roselyne Bachelot sur Direct 8 s’y met aussi : elle « pousse un vrai cri du cœur, les larmes aux yeux, sur l’affaire Bygmalion » (Le Figaro du 28 mai).

[capture d'écran D8]

Diane, militante UMP, interviewée dans l’émission de Pascale Clark (France inter du 28 mai), fond en larmes à l’idée que Jean-François Copé ait du démissionner, un « homme tellement charmant, qui a tellement fait pour son parti ».

Et cela déteint sur les sportifs puisqu’au même moment, battu à Roland Garros, « Llodra, en larmes, dit adieu au tournoi » (Le Parisien du 27 mai).

Bon, je ne me moque pas : les larmes sont l’expression de l’humanité. Du coup, elles humanisent celui ou celle qui les verse. Fatalement, calculées ou pas, elles apparaissent comme un aveu... de sincérité. Il ne sert à rien de les ravaler, et elles ne sont pas toutes de crocodiles. Elles ne sont pas toujours amères, elles sont parfois de joie. Non, je me demande plutôt avec Jules Renard : « Que deviennent toutes les larmes qu’on ne verse pas ? ».

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Éducation et enseignement supérieur
Prof harcelée par l’extrême droite : « Maintenant, il faut une protection policière pour réfléchir sur la fraternité ? »
Sophie Djigo, enseignante de philosophie en classe préparatoire à Valenciennes, a été la cible d’une campagne en ligne parce qu’elle organisait une sortie pédagogique dans une association d’aide aux migrants à Calais. Elle demande à l’Éducation nationale de « protéger les collègues ».
par Célia Mebroukine
Journal
Drones, « exosquelettes » et nouvelles brigades : comment Darmanin va dépenser ses milliards
Les députés ont adopté mardi la version sans doute définitive de la Lopmi, ce texte qui fixe les objectifs et moyens des forces de l’ordre pour les cinq prochaines années. Elle prévoit une augmentation de leur budget de 15 milliards d’euros, dont la moitié sera consacrée à la numérisation de l’ensemble de leurs activités.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Justice
Affaire « Paul Bismuth » : Sarkozy prend ses distances avec les autres prévenus
L’ancien président conteste avoir commis la moindre infraction, malgré des enregistrements diffusés par la cour d’appel de Paris indiquant le contraire. À l’entendre, il n’était « pas passionné de procédure pénale », à l’inverse de Thierry Herzog, son ami avocat, et de l’ex-magistrat Gilbert Azibert.
par Michel Deléan
Journal — International
Opération « Sauver Sarko » : un diplomate libyen rattrapé par la justice
Un diplomate libyen en lien avec les services secrets français a été mis en examen pour « corruption de personnels judiciaires étrangers ». Il a reconnu avoir servi d’intermédiaire pour essayer d’obtenir la libération d’un des fils de l’ancien dictateur libyen Mouammar Kadhafi dans le but de servir les intérêts de Nicolas Sarkozy.
par Fabrice Arfi, Karl Laske et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Loi Darmanin contre les étranger·e·s : danger pour tou·te·s !
Ce mardi 6 décembre a lieu à 17H00 un premier « débat » sur l'immigration à l'Assemblée nationale initié par Gérald Darmanin préparant une loi pour le 1er trimestre 2023. Avec la Marche des Solidarités et les Collectifs de Sans-Papiers, nous serons devant l'Assemblée à partir de 16H00 pour lancer la mobilisation contre ce projet. Argumentaire.
par Marche des Solidarités
Billet de blog
Morts en Méditerrannée : plainte devant la CPI contre la violence institutionnelle
La plainte va soulever la question de la responsabilité de l'Italie, Malte, la commission européenne et l'agence Frontex dans le bilan catastrophique de plusieurs dizaines de milliers de noyés en Méditarrannée depuis 2014, au mépris du droit international et des droits humains. Questions sur la violence institutionnelle à rapprocher du projet de loi contre les migrants que dépose l'exécutif.
par Patrick Cahez
Billet de blog
La liberté d’aller et venir entravée pour les habitant⋅es de Mayotte
Le Conseil constitutionnel a jugé conforme à la Constitution les contrôles d’identité systématiques sur l’ensemble du territoire de Mayotte sans limite dans le temps. Il assortit sa décision d’une réserve qui apparait vide de sens : ces contrôles ne peuvent s’effectuer « qu’en se fondant sur des critères excluant […] toute discrimination », alors qu’ils apparaissent par essence discriminatoires.
par association GISTI
Billet de blog
Une famille intégrée ou comment s'en débarrasser - Appel OQTF
6 décembre : appel de la décision de l'obligation de quitter le territoire devant le tribunal administratif de Clermont-Ferrand, décision que nous avons déjà chroniquée. Cette famille particulièrement intégrée doit rester ici. Voici quelques vérités fortes apportées par son avocate et un des responsable de RESF63, le jour même d'un « débat » sur la loi immigration à l'Assemblée Nationale !
par Georges-André