YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

710 Billets

1 Éditions

Billet de blog 28 août 2014

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Les ministères sociaux restent féminins

 On commente à satiété le fait que le ministère de l’Education nationale est pour la première fois dirigée par une femme. A la tête de tous les ministères sociaux, les titulaires du poste sont des femmes. Vieille tradition, non commentée.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

On commente à satiété le fait que le ministère de l’Education nationale est pour la première fois dirigée par une femme. A la tête de tous les ministères sociaux, les titulaires du poste sont des femmes. Vieille tradition, non commentée.

Tous les médias se sont attardés non seulement sur le ministre de l’économie, mais aussi sur la nouvelle ministre de l’Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, première femme à occuper le poste. Avec des commentaires inhabituels lorsqu’il s’agit d’un homme, sur son physique, son sourire, sa jeunesse, et la conviction pour certains qu’elle est envoyée au casse-pipe à cause des ABCD de l’égalité entre filles et garçons ! Il est vrai que les plus extrémistes à droite se déchaînent : La Manif pour Tous bien sûr, mais aussi l’inénarrable Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet qui ne veut pas être en reste, et cette pauvre Nadine Morano.

Mais certaines nominations n’ont fait l’objet d’aucun commentaire : celles concernant les ministères dits sociaux. Restent en place : Marisol Touraine, ministre des Affaires sociales et de la santé, Laurence Rossignol, chargée de la famille, des personnes âgées et de l’autonomie, et Ségolène Neuville, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion. Arrive dans ce ministère, pour compenser le départ de NVB, Pascale Boistard, chargée des droits des femmes.

Depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande, tous ces ministères ont été tenus par des femmes : Michèle Delaunay (personnes âgées et dépendance), Dominique Bertinotti (famille), Marie-Arlette Carlotti (personnes handicapées et exclusion). Rien de nouveau sous le soleil : c’est une vieille tradition. Rappelons quelques figures féminines à la tête du ministère de la santé ou des affaires sociales : Marie-Madeleine Dienesch, Hélène Missoffe, Michèle Barzach, Elisabeth Hubert, Roselyne Bachelot, et bien sûr Simone Veil.

Tout de même, sur les grands maroquins de la santé ou du travail, plus honorables, les hommes restent majoritaires. Mais dès que l’on va sur les ministères délégués ou secrétariats d’Etat sociaux, alors peu d’hommes se bousculent au portillon. Sous Nicolas Sarkozy, également, aucun homme : Nora Berra, Marie-Anne Montchamp, Valérie Létard (ancienne assistante sociale).

J’ai abordé quelques fois la question sur ce blog (ici et ) : les sujets liés à la précarité, au vieillissement, au handicap, à la famille, paraissent concerner chacun d’entre nous. Cela ne semble pas être une affaire de professionnels, mais plutôt de bénévoles, d’où le fait que la société a confié longtemps ces missions aux femmes. Même si ces dernières ont lutté pour faire reconnaître leur activité comme professionnelle, et donc exigé une formation et un salaire décent.

Bien sûr les choses ont progressivement changé, surtout à partir du moment où les questions sociales ont envahi l’espace public. Le temps est loin où une Simone Veil, magistrate, dut se contenter d’un ministère des affaires sociales, moins glorieux, parce qu’un dénommé Jean Lecanuet, oublié aujourd’hui, exigeait de Valery Giscard d’Estaing d’être, lui, ministre dela Justice. Mais, on le voit, de vieilles traditions perdurent. D’ailleurs, sur le terrain, dans le domaine social, les femmes sont nettement majoritaires. Ce qui d’ailleurs pourrait justifier que les postes d’encadrement et les ministères soient tenus justement par des femmes (c’est un argument qui a été invoqué pour le ministère de l’Education nationale, où le corps enseignant est majoritairement féminin).

Evoquant un jour ici ce sujet, j’ai eu droit à des commentaires indignés : l’urgence n’est pas de favoriser l’accès des hommes à des métiers essentiellement occupés par des femmes, m’affirmait-on. Je ne dis rien de tel : je dis simplement que cette question est le plus souvent occultée. On insiste sur les postes « masculins » que des femmes pourraient occuper, et ces dernières ne se privent pas, à juste titre, de tout faire pour y accéder. Inversement, les hommes rechignent à aller sur des métiers considérés traditionnellement comme féminins, même s’il ne s’agit que d’un stéréotype. Ce qui est grave ce n’est pas que les hommes n’aillent pas sur ces métiers (rien ne les en empêche), c’est que les mentalités continuent à assigner des fonctions particulières aux femmes, y compris professionnelles. Y compris ministérielles.  

 [Yves Faucoup, assistant social de formation initiale]

 * Je m'en tiens, dans ce billet, aux ministères sociaux traditionnels. Evidemment, j'aurais pu évoquer deux autres ministères à vocation sociale : les ministères du Logement et celui de la Ville. Le premier est tenu par Sylvia Pinel (après Cécile Duflot), le second par Patrick Kanner (remplaçant NVB sur la Ville, la Jeunesse et les Sports), secondé sur la Politique de la Ville par Myriam El Khomri, secrétaire d'Etat.

 Cette affiche, souvent attribuée au Ministère de la Santé Publique en 1940 (avant ou après Pétain, sans précision), daterait en réalité, selon le site de l’Université de Stanford, de novembre 1942.

Billet n°141

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

[Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, Social en question]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À La France insoumise, le flou de la réorganisation suscite des inquiétudes
Si des garanties sont données aux militants insoumis en vue d’améliorer l’implantation locale du mouvement, la composition de la nouvelle direction, restée jusque-là à la discrétion d’une poignée de cadres, fait craindre de mauvaises surprises.
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Éducation et enseignement supérieur
Une école plus si obligatoire
Pour faire face à la menace de coupures d’électricité cet hiver, le gouvernement a brandi une possible fermeture des écoles le matin, au coup par coup. Cette politique repose, trois ans après l’épidémie de Covid, la question de l’obligation d’instruction des enfants, un principe sans cesse attaqué.
par Mathilde Goanec
Journal — Énergies
EDF face aux coupures d’électricité : la débâcle énergétique
Jamais EDF ne s’était trouvée en situation de ne pas pouvoir fournir de l’électricité sur le territoire. Les « éventuels délestages » confirmés par le gouvernement attestent la casse de ce service public essentiel. Pour répondre à l’urgence, le pouvoir choisit la même méthode qu’au moment du Covid : verticale, autoritaire et bureaucratique.
par Martine Orange
Journal
Les gueules noires du Maroc, oubliées de l’histoire de France
Dans les années 1960 et 1970, la France a recruté 80 000 Marocains pour travailler à bas coût dans les mines du Nord et de la Lorraine. La sociologue Mariame Tighanimine, fille d’un de ces mineurs, et la journaliste Ariane Chemin braquent les projecteurs sur cette histoire absente des manuels scolaires. 
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Récit d'une mort réussie
Elle avait décidé de ne plus souffrir. En 2002, La loi sur l'euthanasie venant d'être votée aux Pays-Bas elle demanda à être délivrée de ses souffrances.
par françois champelovier
Billet de blog
Mourir en démocratie — La fin de vie, une nouvelle loi ? (le texte)
Les soins palliatifs, et donc la sédation, ont désormais des alliés ne jurant que par eux pour justifier l’inutilité d’une nouvelle loi. Mais les soins palliatifs, nécessaires, ne sont pas une réponse à tous les problèmes. Si c'est l'humanité que l'on a pour principe, alors l'interdit actuel le contredit en s'interdisant de juger relativement à des situations qui sont particulières.
par Simon Perrier
Billet de blog
Fin de vie, vite
Le Comité Consultatif National d’Éthique considère « qu’il existe une voie pour une application éthique d’une aide active à mourir, à certaines conditions strictes, avec lesquelles il apparait inacceptable de transiger ». Transigeons un peu quand même ! Question d’éthique.
par Thierry Nutchey
Billet de blog
Fin de vie : faites vivre le débat sur Mediapart
En septembre dernier, le Comité consultatif national d’éthique (CCNE) a rendu un avis qui rebat les cartes en France sur l'aide active à mourir, en ouvrant la voie à une évolution législative. Conscient que le débat autour de la fin de vie divise la société, le président de la République lance un débat national. Nous vous proposons de le faire vivre ici.
par Le Club Mediapart