YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

717 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 juin 2016

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Donner la mort à son enfant…

Les réseaux dits sociaux ont frémi après la condamnation d'une mère ayant organisé la noyade de son enfant : prompts à l'accuser d'être folle, ensorcelée ou saine d'esprit, souvent furieux que sa peine soit trop légère. Si la justice des hommes a du mal à juger de tels actes, tellement chargés de contradictions, ce qui est sûr c'est que ce n'est pas Twitter qui nous dira la vérité de cette femme.

YVES FAUCOUP
Chroniqueur social
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Si vilipender un personnage public pour son racisme, sa politique injuste, son mépris pour les plus démunis, ses malversations, sa corruption, si nos écrits peuvent être à charge dans le débat public, par contre dans les affaires privées, jugées pénalement, il me semble que, tout au plus, on peut commenter leur traitement judiciaire et médiatique, mais certainement pas se transformer en procureur. En démocratie et en République, il y a des tribunaux pour ça.

Compte Twitter de France Inter [capture d'écran]

 La cour d'assises de Saint-Omer (Pas-de-Calais) a condamné Fabienne Kabou à 20 ans de réclusion criminelle pour avoir provoqué la mort de sa fillette de 15 mois, en la laissant se noyer sur une plage la nuit, après lui avoir donné le sein et l'avoir emmitouflée dans une doudoune. Le procureur avait réclamé 18 ans, considérant qu'elle était "une menteuse doublée d'une dangereuse manipulatrice". Paradoxalement, la cour, quant à elle, lui a reconnu l'altération de son discernement (notion juridique) comme circonstance atténuante tout en la condamnant plus sévèrement que le réquisitoire ! Un expert a estimé qu'il ne s'agissait que d'un "trouble psychique", mais un psychiatre de renom parle d'un "cas historique de paranoïa délirante", un autre d'"homicide altruiste". Car cette mère aurait voulu protéger sa fille de puissances maléfiques.

Des journalistes se sont étonnés : comment une femme si belle ("d'une beauté rare"), si "intelligente", si "élégante", si "cultivée", si "avenante", si "sympathique", parlant si bien français ("langage châtié"), qui dit avoir préparé une thèse de philo sur la théorie du réel peut-elle ainsi être une telle criminelle ? Une avocate a même dit que ce n'est pas un "monstre" puisqu'elle a un QI de 130 ! Une des associations rapaces qui se précipitent pour être partie civile dès qu'un enfant est tué par un parent pour qu'on parle d'elles et récupérer ainsi un euro symbolique, a estimé que "ça arrange tout le monde que ce soient des malades qui font ça", et, péremptoire, que c'est "un infanticide comme un autre" !

Comme si un infanticide pouvait être banal. Tout est hors norme, ou hors des normes qu'on se fabrique. Mme Kabou est Sénégalaise. Beaucoup de pauvreté au Sénégal, où la religion dominante est l'islam. On imagine les commentaires dans certains milieux xénophobes : en gros, "ceci pouvait expliquer cela". Ben non : cette femme est issue d'une famille aisée et catholique pratiquante (ce que personne ne lui a reproché). On a fini par considérer que le père de l'enfant n'y était pour rien. Sans que l'on sache pourquoi le prétendu départ de l'enfant chez la grand-mère au Sénégal lui paraissait une banalité. Ni non plus qu'on ait expliqué pourquoi la petite Adelaïde n'avait pas été déclarée à l'état-civil : si la mer avait emporté l'enfant, sa disparition aurait été ignorée. Et pourtant cette mère n'a cessé de laisser des jalons qui permettraient de retrouver la trace de son forfait.

L'enfant n'était pas connue du voisinage, et pourtant, alors que son histoire va se terminer par une maltraitance suprême, le procès n'a pas relevé d'actes de violence maternelle durant sa courte vie. Dangereux de relever ce fait, semble-t-il, objectif : pour avoir indiqué que Fabienne Kabou avait déposé son enfant "sans violence" sur le sable, un grand média a reçu un commentaire considérant cette expression comme "à la limite de l'apologie du crime".

Ce qui est toujours difficile à admettre pour chacun d'entre nous c'est qu'avant de commettre un crime l'auteur n'est pas un criminel ; qu'un criminel n'est pas un monstre, pas parce qu'il a un QI confortable, mais parce qu'il est membre de notre communauté humaine, c'est bien ce qui fait l'horreur du crime. Et, comme pour les suicides, il y a autant de raisons que d'infanticides.

Berck avait déjà un nom difficile à porter, ça ne va pas s'arranger avec ce "cas historique" : la mère a choisi cette ville non seulement pour sa marée (elle avait consulté les horaires) mais aussi pour son nom qui lui semblait si "triste".

Leo ThalKeyston Maxppp 2015 FI

Billet n° 269

Contact : yves.faucoup.mediapart@sfr.fr

Lien avec ma page Facebook

Tweeter : @YvesFaucoup

  [Le blog Social en question est consacré aux questions sociales et à leur traitement politique et médiatique. Voir présentation dans billet n°100. L’ensemble des billets est consultable en cliquant sur le nom du blog, en titre ou ici : Social en question. Par ailleurs, tous les articles sont recensés, avec sommaires, dans le billet n°200]

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France

Affaire Pellerin : la fuite judiciaire qui menace l’Élysée et le ministère de la justice

Le député Emmanuel Pellerin, visé en septembre dernier par une enquête en lien avec sa consommation de cocaïne, a été prévenu des investigations en cours, pourtant censées rester secrètes. L’élu des Hauts-de-Seine affirme que l’information lui a été transmise par Thierry Solère qui lui aurait dit la tenir du ministère de la justice. Le conseiller politique du président de la République et Éric Dupond-Moretti démentent.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal — France

Le député Pellerin : la cocaïne en toute impunité

Député des Hauts-de-Seine de la majorité présidentielle, l’avocat Emmanuel Pellerin a consommé de la cocaïne avant et après son élection à l’Assemblée en juin dernier, d’après une enquête de Mediapart. Confronté à nos éléments, il a reconnu cet usage illégal. Saisie en septembre dernier, la justice n’avait pourtant pas souhaité enquêter.

par Pascale Pascariello et Antton Rouget

Journal

TotalEnergies est visée par une enquête préliminaire pour mensonges climatiques

Selon nos informations, la multinationale pétrolière est l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Nanterre à la suite d’une plainte au pénal pour « pratiques commerciales trompeuses ». Ce délit ouvre la voie à des sanctions pour « greenwashing ». Une première en France.

par Mickaël Correia

Journal

TotalEnergies : l’heure des comptes

TotalEnergies sait que ses activités sont nocives pour le climat depuis 1971. Pourtant, le géant pétrolier continue d’émettre autant de gaz à effet de serre que l’ensemble des Français·es. En pleine crise énergétique, TotalEnergies a annoncé début 2022 un bénéfice record de 14 milliards d’euros. Retrouvez ici nos articles et nos enquêtes sur une des multinationales les plus polluantes au monde.

par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog

Loi sur l’immigration : la nouveauté sera de rendre la vie impossible aux immigrés

Le ministre de l’intérieur, comme ses prédécesseurs, veut sa loi sur l’immigration destinée notamment à expulser plus efficacement les étrangers faisant l’objet d’une OQTF. Mais pourquoi, une fois de plus, le gouvernement ne s’interroge-t-il jamais sur les causes profondes de cette immigration ?

par paul report

Billet de blog

Appel contre l’immigration jetable et pour une politique migratoire d’accueil

Nous appelons à la mobilisation contre le nouveau projet de loi du gouvernement, qui s’inscrit dans une conception utilitariste et répressive des personnes étrangères en France. S'il était adopté, il accentuerait encore le fait qu'elles sont considérées comme une population privée de droits, précarisée et livrée à l’arbitraire du patronat, de l’administration et du pouvoir.

par association GISTI

Billet de blog

OQTF : la réalité derrière ces quatre lettres

À cause de l'OQTF, j'ai perdu mon travail étudiant. Je me suis retrouvé sans ressources du jour au lendemain, sans rien. C'est très dur, car je cotisais comme tout le monde. Avec ma compagne, on attend une petite fille pour juin prochain. D'ici là, je dois me terrer. J'ai l'impression de vivre comme un rat, j'ai tout le temps peur de tomber sur la police. Je ne suis certes pas Français, mais j'aime la France comme j'aime le Sénégal.

par Couzy

Billet de blog

SOS solidarité pour famille intégrée en péril

Le recours contre l'OQTF du 6-12-22 a été rejeté. Cette famille, avec trois jeunes enfants est menacé de mort dans son pays, risque l'expulsion. Conséquence immédiate : logés au CADA (hébergements demandeurs d'asile) de Cebazat, ils seront à la rue le 31 janvier et si le 115 ne répond pas ce jour-là ou ne propose rien... SOS solidarité rapide et concrète dans ce billet. A vous de jouer.

par Georges-André