Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

1 Éditions

Billet de blog 1 mars 2021

Cochon qui s’en dédit

Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans un précédent billet, je titrais : « Le cochon n’est pas un animal » pour dénoncer le fait que les conditions d’élevage industriel (pour tous les animaux) n’étaient pas prises en compte dans la loi sur le bien-être animal actuellement en discussion. Pour avoir élevé pendant vingt ans des cochons de races anciennes en plein air, dans une nature préservée du piémont pyrénéen, je peux affirmer qu’il est un animal intelligent et de bonne compagnie. « Il y a plus de similitudes entre le porc et l'homme qu'entre le rat et la souris », constatait Alan Archibald, généticien de l'Université d'Edimbourg (Écosse), après avoir séquencé le génome d'un porc en 2013.1 Or une étude2, relevée par le Guardian3, confirme ce fait puisque des scientifiques de l’université de Perdue (USA) ont réussi à entraîner et faire jouer quatre porcs sur un écran d’ordinateur avec un joystick.3 « Il est possible que les porcs soient capables d’apprendre et de réagir à davantage de choses que ce que nous avions envisagé auparavant », constate le professeur Candace Croney, co-auteur de l’étude. Une intelligence que confirme, dans l’article du Guardian, le docteur Emily Bethell, spécialiste du comportement des primates à l’université John Moores de Liverpool.

Prouver que le cochon est un animal intelligent rend d’autant plus insupportables les révélations sur les conditions inhumaines (ai-je dit inhumaines?) des élevages concentrationnaires dans lesquels sont entassés 90 % des porcs français. Gavés d’antibiotiques et d’aliments industriels standardisés, élevés sur des caillebotis, dans des cellules bétonnées, dans une ambiance confinée, les porcs sont soumis au stress permanent de la promiscuité, de l’ennui, du bruit et de l’absence d’espace de fuite. Et c’est d’autant plus insupportable que ces usines à viande crachent des produits de qualité déplorable à destination des populations modestes et qui ne font pas vivre les petites mains de l’élevage agro-industriel. L’agro-industrie revendique être indispensable pour nourrir le monde. Qu’elle est la meilleure solution ? Manger une sous qualité de viande à tous les repas ou une viande de qualité deux ou trois fois par semaine ? Le menu de l’Homme, omnivore comme le porc, doit être en majorité végétal pour un maintien en bonne santé. On sait qu’il sera physiquement impossible de donner de la viande à toute l’Humanité avec un régime de pays riches. Les dégâts de la production intensive de viande sont parfaitement documentés tant dans le domaine de la santé que de l’environnement, des ressources en eau, etc.

Jeunes cochons de race basque © Y. Guillerault

Bien avant l’industrialisation de l’agriculture, la tuerie du cochon avait lieu une fois par an afin de réapprovisionner le garde-manger. Confits et charcuteries sèches, salées étaient prélevées, avec parcimonie, à certaines occasions, tout au long de l’année, tandis que les bas morceaux venaient agrémenter les soupes, bouillons et autres potées de légumes. Les excédents nourrissaient les citadins.

Tout animal d’élevage, doté d’une sensibilité et d’une intelligence adaptées à sa survie et à sa vie sociale, doit pouvoir naître et grandir dans des conditions aussi proches que possible de ses besoins biologiques. Un cochon bienheureux a besoin de beaucoup d’espace pour fouir le sol et y trouver une partie importante de son alimentation. Il doit pouvoir s’y cacher et éviter tout stress, surtout lors des mises bas. Des cochons de race ancienne, élevés dans leur terroir d’origine, donc adaptés et rustiques, n’ont besoin d’aucun traitement médicamenteux préventif sous condition qu’il ait accès librement à un abri qui le protège du vent d’hiver et de l’humidité. Le cochon est un compagnon de l’Homme éleveur depuis au moins 10 000 ans. Il pourrait même devenir un fournisseur d’organes pour des greffes humaines, mais c’est là encore un autre débat éthique. Une chose est sûre, il mérite notre respect. Raisonnement valable pour tous les animaux exploités. Paroles d’éleveur !

1. https://www.lemonde.fr/festival/article/2014/07/03/le-cochon-donneur-d-organes-de-demain_4450610_4415198.html.

2. https://www.frontiersin.org/articles/10.3389/fpsyg.2021.631755/full (en anglais).

3. https://www.theguardian.com/science/2021/feb/11/pigs-can-be-trained-to-use-computer-joysticks-say-researchers (en anglais). Article repris en français sur : https://www.slate.fr/story/201072/cochons-joystick-etude-experience-scientifique-ordinateur-jeux-video.

4. https://www.franceculture.fr/sciences/embryons-mi-cochon-mi-homme-tout-comprendre-du-projet-qui-fait-peur

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Redon : un mutilé, les fautes du ministère de l’intérieur et la justice qui enterre
Le 19 juin 2021, en Bretagne, lors d’une opération menée pour interdire une rave party, Alban, 22 ans, a eu la main arrachée par une grenade tirée par les gendarmes. Le 11 mars 2022, le parquet de Rennes a classé sans suite. Pourtant, l’enquête démontre non seulement la disproportion de la force mais les responsabilités de la préfecture et du ministère de l’intérieur. Mediapart a pu consulter des SMS et des appels aux pompiers, accablants, enterrés par le procureur de la République.
par Pascale Pascariello
Journal
La majorité se montre embarrassée
Après les révélations de Mediapart concernant le ministre Damien Abad, visé par deux accusations de viol qui ont fait l’objet d’un signalement à LREM le 16 mai, la majorité présidentielle peine à justifier sa nomination au gouvernement malgré cette alerte. La première ministre a assuré qu’elle n’était « pas au courant ».
par Marine Turchi
Journal
La haute-commissaire de l’ONU pour les droits humains en Chine pour une visite à hauts risques
Michelle Bachelet entame lundi 23 mai une mission officielle de six jours en Chine. Elle se rendra au Xinjiang, où Pékin est accusé de mener une politique de répression impitoyable envers les populations musulmanes. Les organisations de défense des droits humains s’inquiètent d’un déplacement trop encadré et de l’éventuelle instrumentalisation. 
par François Bougon
Journal — Europe
À Kharkiv, des habitants se sont réfugiés dans le métro et vivent sous terre
Dans le métro ou sous les bombardements, depuis trois mois, la deuxième ville d’Ukraine vit au rythme de la guerre et pense déjà à la reconstruction.
par Clara Marchaud

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite déchaînée contre Pap Ndiaye
Le violence des propos Pap Ndiaye, homme noir, annonce une campagne de criminalisation dangereuse, alors que les groupes et militants armés d'extrême droite multiplient les menaces et les crimes.
par albert herszkowicz
Billet de blog
La condition raciale made in USA
William Edward Burghardt Du Bois, alias WEB Du Bois, demeure soixante ans après sa mort l’une des figures afro-américaines majeures du combat pour l’émancipation. Magali Bessone et Matthieu Renault nous le font mieux connaître avec leur livre « WEB du Bois. Double conscience et condition raciale » aux Editions Amsterdam.
par Christophe PATILLON
Billet de blog
Pap Ndiaye : la nouvelle histoire des migrations
En décembre dernier, en direct de Pessac, Pap Ndiaye a évoqué de façon magistrale la nouvelle histoire des migrations, estimant que la France n’est pas un bloc, mais faite de « variations ». On se grandit en les prenant en compte, disait-il, contrairement au projet des « marchands de haine ».
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Racisme systémique
Parler de « racisme systémique » c’est reconnaître que le racisme n’est pas uniquement le fait d’actes individuels, pris isolément. Non seulement le racisme n’est pas un fait exceptionnel mais quotidien, ordinaire : systématique, donc. Une définition proposée par Nadia Yala Kisukidi.
par Abécédaire des savoirs critiques