Batailles paysannes en rase campagne

La langue de bois vert du gouvernement ayant accompagné la mise en place d'une Convention citoyenne pour le climat s'est traduite par des défaites en rase campagne... pour l'agriculture paysanne et agro-écologique. Les abandons discrets de mesures et les ripolinages en vert des discours démontrent la complicité servile du pouvoir avec le lobby agro-industriel. Les paysans sont traités avec mépris.

"Bio à poil" © Public "Bio à poil" © Public

La FNSEA sauvegarde son pré carré avec une efficacité de ministère de l'Agriculture bis. Avec l'appui des agro-industriels, elle vient de faire diluer ou capoter plusieurs projets de mesures agro-écologiques et a freiné toute velléité de redistribuer les aides PAC vers une agriculture de résilience. Il faut dire que ce puissant lobby d'entre-soi et d'intérêts bien compris n'avait face à lui qu'une complicité dissimulée plus qu'une résistance de façade. Le « en même temps » macronien censé ménager la chèvre et le choux, en l’occurrence l'agriculture industrielle et l'agro-écologie, est surtout l'habit de camouflage politiquement correct, au regard des engagements internationaux pour la transition, qui permet de maintenir le statut-quo exigé par la FNSEA.

Pour faire passer la pilule des arbitrages de répartition des 9 milliards d'aides européennes aux agriculteurs français, Julien Denormandie, ministre de l'Agriculture1, n'a cessé de marteler dans les médias l'alibi de « la souveraineté alimentaire ». Argutie récurrente du système néo-libéral : faire naître dans la population des peurs de pénuries alimentaires ou de flambée des prix pour mieux imposer des mesures favorables à son régime, à l'exemple du terrorisme pour édicter un cadre ultra sécuritaire ou de la pandémie pour prescrire des états d'urgence autoritaires. Il n'est besoin d'être sorti d'AgroParis Tech, comme ce ministre haut fonctionnaire, pilier des cabinets ministériels de gauche ou de droite depuis 2012, pour savoir que la France peut largement assurer sa souveraineté alimentaire grâce à la diversité de ses territoires et de ses climats et sans pour autant recourir aux élevages et monocultures industrielles qui hypothèquent l'avenir en épuisant les terres et les écosystèmes.

Le problème est que gouvernements successifs et FNSEA ont toujours misé sur le business des exportations de produits agricoles. Les premiers pour sauver la balance commerciale de la France et ses rentrées d'argent frais, les seconds pour trouver les débouchés nécessaires aux produits bas de gamme de l'agriculture industrielle.

Car le problème de l'autonomie alimentaire est avant tout celui de la qualité avant la quantité. L'industrialisation intensive de l'agriculture, l'hyper spécialisation des territoires, l'appauvrissement des terres, de la génétique des variétés cultivées et des animaux élevés, la disparition des savoir-faire, produisent une gamme de produits restreinte et de qualité médiocre. Mais avec la quantité et en jouant sur l'image d'Épinal d'une France aimant la bonne chair, l'agro-industrie exporte à tours de bras, trompant le gogo japonais, chinois ou américain. En France, la grande distribution peut jouer sur les deux tableaux, des produits industriels français à bas coûts (grâce également à des négociations en position de force) ou des produits importés issus de pays à la main d'œuvre asservie.

Les Bio à poil

"Bio à poil" © Public "Bio à poil" © Public

Le secteur de l'agro-alimentaire bio est emblématique des mêmes dérives du système que pour l'agriculture conventionnelle. la France importe de plus en plus de produits bio pour répondre à une demande avec une progression comme l'agro-alimentaire en connaît peu. En toute logique (libérale) donc, le gouvernement déstabilise le secteur de l'agriculture bio française en lui coupant les financements qui contribuaient à pérenniser les fermes de taille modeste ou intermédiaires dans la durée, ce qu'on appelle les aides au maintien, c'est-à-dire après les deux à trois années de conversion. Une baisse qui devrait atteindre 66 % : « Les agriculteurs bio vont passer en moyenne de 220 euros de soutien à l'hectare à 70 euros », estimait le 15 mai dernier Loïc Madeline, secrétaire national de la Fédération Nationale d'Agriculture Biologique (FNAB). Ceci alors que le secteur court après son retard en termes de surfaces par rapport à nombre de pays européens et qu'il est un pourvoyeur d'emplois non délocalisables et plus éthiques. Rappelons aussi que l'État a trois ans de retard dans le paiement des aides au maintien, sans aucune indemnité pour les paysans, fragilisant, voire poussant à la faillite, des fermes à la trésorerie fragile dans les premières années de production.

La FNAB a donc claqué la porte du Conseil supérieur d'orientation présidé par Julien Denormandie. En effet, le ministre a annoncé vouloir aligner les aides à la bio sur celles dont bénéficie le « label » Haute valeur environnementale (HVE), exemple typique du greenwashing dont est gourmande la FNSEA comme l'agriculture « raisonnée ». Dans une note confidentielle remise fin 2020 aux ministères de l’agriculture et de la transition écologique et révélée par Le Monde, « l’Office français de la biodiversité [organisme public, ndlr] assure que le label agricole HVE ne présente, dans la grande majorité des cas, aucun bénéfice environnemental ». « Ce bref rapport (...) conforte, chiffres officiels à l’appui, les critiques formulées de longue date par les associations de défense de l’environnement qui considèrent le label HVE comme " un cheval de Troie du greenwashing ", soutenu par les milieux de l’agriculture intensive. »

C'est surtout la démonstration que le gouvernement met sur le même plan l'agriculture conventionnelle (la viticulture est notamment très consommatrice de label HVE) très exportatrice, et l'agriculture biologique de proximité dont les services environnementaux, sociaux et de santé sont, eux, démontrés. C'est aussi laisser le champ libre à la bio industrielle, qui dévoie avec cynisme les principes de base de l'agroécologie (monocultures, variétés industrielles, pauvreté des écosystèmes...) et qui a les moyens financiers de fonds d'investissements, au détriment des fermes de taille humaine.

L'agriculture paysanne se mobilise donc. De nombreux agriculteurs bio2 se sont lancé dans un « striptease » sur les réseaux sociaux symbolisant le hold-up dont il sont violemment la cible. L'agriculture paysanne dans son ensemble fait les frais de ce statu-quo revendiqué par Denormandie. Environ 150 paysans et paysannes, appuyés par la Confédération paysanne, ont également protesté jeudi 27 mai devant la direction générale de Pôle emploi, à Paris, pour défendre l'emploi agricole : « Nous sommes profondément déçus [des] décisions qui nous orientent vers une stabilité de la PAC qui a pourtant prouvé toute son inefficacité sociale, économique, alimentaire et écologique » constate le syndicat paysan dans une lettre adressée au ministre. Et de pointer des pertes d'emplois de « 10.000 à 15.000 paysans par an » dans l'agriculture, des « revenus agricoles qui ne cessent de se dégrader », une « hausse de la précarité alimentaire en France » et une « perte de biodiversité et atteintes à l’environnement nombreuses ».

De fait, le statu-quo sur la PAC pérennise l'enrichissement de l'agro-industrie exportatrice, comme le montre l'enquête de Bastamag, démontrant là encore que le capitalisme libéral et ses actionnaires s’accommodent très bien des aides publiques.4

Mesures discrètement enterrées

Champ de blés anciens © Luc Legay Champ de blés anciens © Luc Legay

D'autres mesures de transitions agro-écologique et climatique ont été enterrées sans fleurs ni couronnes. A commencer par une taxe sur les engrais azotés. Ces derniers participent généreusement au dérèglement climatique en étant sources de protoxyde d'azote, gaz à effet de serre 310 fois plus puissant que le CO2. Dans le cadre du projet de loi Climat et Résilience, le ministre de l'Agriculture Julien Denormandie a été entendu par la commission Aménagement du territoire et du Développement durable du Sénat1 et a laissé peu d'espoirs sur l'instauration d'une telle taxe. « Julien Denormandie leur a bien expliqué qu'il ne fallait pas enquiquiner plus que ça les agriculteurs au motif qu'ils répandent trop d'azote dans les champs », relate le Canard enchaîné (26 mai 2021). Ce projet faisait partie des propositions de la Convention citoyenne sur le climat. La députée LREM et agricultrice de Bretagne, Sandrine Le Feur, l'a donc proposé à travers des amendements à la loi Climat et résilience, avec un montant de 27 centimes d'euro par kilo d'azote et en en reversant le montant « aux agriculteurs qui s'engagent à réduire leur consommation d'engrais azotés ». Si Sandrine Le Feur fait partie de la majorité parlementaire et déclarait que "sur les engrais azotés, je ne lâcherai pas"5, c'est la FNSEA, co-ministère de l'Agriculture, qui a eu le dernier mot grâce à son réseau sénatorial qui a rejeté ses amendements en bloc.

Autre enfumage (vert) : le projet de loi censé réguler l'accès aux terres agricoles en freinant les appétits des fonds d'investissements ou des sociétés foncières ou tout simplement pour modérer la goinfrerie des plus grosses exploitations, appâtées par les primes à l'hectare de la PAC. L'accaparement des terres agricoles, véritable spoliation dans les pays du Sud6, est aussi une réalité en France. Sans rentrer dans les détails, cette loi permet une liste tellement exhaustive de dérogations que cette dernière rend caduque l'objet premier de la loi7. Du côté de la résistance, les actions des Soulèvements de la terre rencontrent un franc succès et génèrent des initiatives de types zones terriennes à défendre ou jardins à défendre.

On pourrait parler aussi de la majorité des sénateurs qui a retoqué une proposition de loi pour des élevages plus éthiques ou encore de l'absence de soutien gouvernemental à la recherche sur les alternatives aux néonicotinoïdes, autre dérogation au service de la FNSEA et des agro-industriels du sucre.

L'autonomie alimentaire ne s'obtiendra qu'avec des productions diversifiées, bien réparties dans les régions en favorisant le localisme, l'agriculture paysanne et familiale, la sauvegarde des terres agricoles, de la variété génétique, et une recherche soutenue pour une véritable agro-écologique adaptée à l'agriculture paysanne et non industrielle. Industriels qui n'ont pas besoin d'argent public pour leurs recherches sur des productions profitables mais mortifères pour les éco-systèmes et les consommateurs. Mais dans tous ces domaines, l'action gouvernementale n'est qu'une longue succession de rebuffades, d'hypocrisies, d'immobilismes avec pour seul cap la bonne santé du secteur agro-industriel.

Malgré leur faiblesse numérique et financière, les paysans doivent faire front commun et se mobiliser pour faire vaciller la citadelle politique et affairiste du syndicat patronal et hégémonique de la FNSEA, à commencer par ses bases locales. Et c'est en semant les graines de l'agro-écologie, de la proximité avec les consommateurs, des pâturages jusqu'au cœur des métropoles, que ce combat se gagnera.

1 : http://videos.senat.fr/video.2296650_60a3ae1c78014.audition-de-m-julien-denormandie-ministre-de-lagriculture-et-de-lalimentation?timecode=1486039.

2 : https://reporterre.net/Mis-a-poil-par-le-gouvernement-les-paysans-bio-se-mobilisent-pour-une-meilleure-PAC.

3 : https://reporterre.net/Il-y-a-urgence-A-Paris-150-paysans-denoncent-une-PAC-qui-detruit-l-emploi-paysan

4 : voir l'enquête de Bastamag https://basta.pouruneautrepac.fr/wp-content/uploads/2021/05/Investigation-be%CC%81ne%CC%81ficiaires-PAC.pdf et le papier d'Amélie Poinssot https://www.mediapart.fr/journal/france/190521/politique-agricole-commune-les-gros-cheques-vont-des-societes-florissantes.

5 : https://www.terra.bzh/sur-les-engrais-azotes-je-ne-lacherai-pas

https://www.action-agricole-picarde.com/sandrine-le-feur-sur-les-engrais-azotes-je-ne-lacherai-pas .

6 : https://www.mediapart.fr/journal/economie/dossier/laccaparement-des-terres-dans-le-sud.

7 : https://reporterre.net/Une-loi-pour-reguler-l-acces-aux-terres-agricoles-qui-rate-le-coche.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.