Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

75 Billets

1 Éditions

Billet de blog 3 nov. 2020

Dieu ne publie pas de démentis

Dieu/Allah/Yahvé est un axiome bien pratique pour combler nos puits d'ignorance sans fond. Mais on lui prête un dos un peu trop large pour justifier massacres, nettoyages ethniques, misogynie, homophobie, pédophilie, enrichissements, pouvoirs autoritaires… déviances très humaines et terre à terre.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Dieu a créé l’Homme. Et ensuite, pour le remercier, l’Homme a créé Dieu. »

 Philippe Geluck Grand philosophe félin

C'est vrai : on n'a rien trouvé de mieux (pour l’instant) pour expliquer notre minuscule présence, sur notre non moins minuscule caillou, planqué dans une banale galaxie qui se balade dans un univers sans queue ni tête. Parce que devant un tel spectacle, on se pose LA question qui ouvre un abîme existentiel : pourquoi y a-t-il quelque chose plutôt que rien ?

Un big bang, c'est beau comme un feu d'artifice, mais il a bien fallu que « quelqu'un » ou « quelque chose » allume la mèche. L’hypothèse d'autres univers, précurseurs, parallèles… proposée par certains scientifiques ne résout pas la question.

Alors pourquoi pas Dieu, Allah, YHWH1, Zeus, Toutatis, Wotan, les dieux de l'Olympe, égyptiens, assyriens, animistes, celtiques, germaniques... Tous ont une légitimité à être créateurs. Croire en un (ou plusieurs) dieu omnipotent et omniscient, quel qu’il soit, peut apaiser bien des angoisses très humaines, surtout celle du vide existentiel. Ça vaut bien un anxiolytique, une heure de Cyril Hanouna ou encore une course de Caddies au supermarché. Dieu est un postulat bien commode, car on n'est sans doute pas près de trouver mieux comme justification du grand capharnaüm astronomique et de l'incongruité humaine. Croire en un dieu est après tout la preuve qu’on peut avoir plus d'imagination qu'un athée. D'ailleurs, ne pas croire en l'existence d'un dieu est tout aussi présomptueux que d’y croire : si on ne peut prouver l'existence d'un dieu, on est tout autant embarrassé pour prouver sa non-existence. Dans les deux cas, c'est une question de foi… Personnellement, je préfère dire que je n'en sais foutre rien et que je m'en préoccupe comme de ma première gourmette de baptême. Ce qui ne m'empêche pas, parce que je suis humaniste, d'être par coïncidence en accord avec certaines injonctions religieuses, comme celle d'aimer mon prochain… ou ma prochaine.

Á ce propos, je me permets une petite objection dans l’air du temps : en allant plus loin dans le fantasme, pourquoi, plutôt qu’un dieu, ne pas croire en une déesse créatrice, Mère de l’Univers ? Une déesse noire de peau à chevelure d'ébène ― à moins qu'elle ne soit rousse aux yeux verts ou blonde aux yeux bleus les stéréotypes anthropomorphiques étant légion ―. Ça vaut bien un Dieu, vieillard blanc de peau, de chevelure et de barbe, pointant un doigt accusateur sur les misérables vermisseaux que nous sommes ! N’est-ce pas M. Michelangelo di Lodovico Buonarroti Simoni ?

La foi n’est pas nocive en soi, c’est une sorte de méthode Coué, « méthode fondée sur lautosuggestion et lauto-hypnose (qui) utilise la répétition de prophéties autoréalisatrices, censée entraîner ladhésion du sujet aux idées positives qu'il simpose et ainsi un mieux-être psychologique ou physique. Elle se veut autant préventive que curative. » Personnellement, je préfère avoir foi en l’humanité de mes congénères, même si je ne suis pas toujours récompensé de mes prières.

Avoir la foi ou avoir de la religion

Ces considérations toutes personnelles posées, avoir la foi et avoir de la religion sont deux choses différentes. La foi est quelque chose d’intime, une sorte de connexion directe entre son moi et une entité immatérielle, irrationnelle à laquelle on attribue d’extravagants pouvoirs. Les religions, notamment monothéistes, revendiquent être des porte-parole et fournir à leurs ouailles une ligne de communication privilégiée avec Dieu/Allah/Yahvé avec, comme à l'époque des PTT où il fallait passer par l’opératrice du standard, des opérateurs que sont curés, imams et rabbins. Elles s’imposent comme filtres. Au nom de leur dieu, elles édictent des « notices » qui organisent cultes, rituels, règles de vie, voire pour imposer un modèle social, bref mettre un peu d'ordre dans leurs troupeaux de brebis.

Le premier problème, c'est que ces modes d’emploi (livres sacrés) datent un peu, ont été rédigés au très, très long cours, avec des témoignages multiples, variés, diffus, colportés, pour finir sur des textes amendés, remaniés, compilés, traduits au gré des migrations avec plus ou moins de bonheur. Les versions des textes sacrés se sont multipliées comme les petits pains. La dernière traduction de la Bible vient de sortir avec pas moins de 2880 pages et 9 millions de signes!2 Au gré des interprétations très humaines, des centaines de variantes sont apparues dans les royaumes de la chrétienté, de l'islam ou du judaïsme. Autant que de dieux et déesses chez les Hindous ou dans la mythologie grecque.

Au fil des siècles, des jeux de pouvoirs, des schismes, des fitan3 et guerres de religions, des évolutions culturelles, des colonisations, et avec la disparition des manuscrits originaux, les textes sacrés sont devenus sacrément abscons et ouverts à toutes les interprétations de théologiens plus ou moins bien intentionnés ou influencés. Au final, les modes d'emploi sont devenus aussi multiples, sibyllins et obscurs que des notices de chez Ikéa.

Quand les religieux miséricordieux font la guerre

L'occasion pour des cléricaux de tous poils et de toutes obédiences, pas toujours éclairés mais retors dans leurs interprétations, de s’improviser bras droit de Dieu et de prendre le pouvoir sur des esprits non émancipés, affaiblis par la misère, la maladie, privés d'éducation. Les prêches utilisent la pression en vouant aux gémonies ou promettant les enfers ; la menace (inquisition, évangélisation colonialiste, fatwas, croisades) ou tout bonnement la terreur ou la torture (bûchers, exécutions, massacres, décapitations…) ‒ voir les livres d’histoire pour une recension sanglante de leurs faits et gestes. Quand les religieux miséricordieux partent en guerre contre les mécréants, les apostats et les hérétiques, leurs dieux respectifs ont le dos un peu trop large pour endosser des infamies et abjections bien humaines, surtout quand ces dieux ne sont pas en mesure de publier des démentis.

Il y a bien eu les Lumières des sciences pour faire reculer l’obscurantisme du créationnisme ; la Révolution remisant le pouvoir théocratique dans les coulisses de l’Histoire ; l’Éducation de Jules Ferry pour émanciper le peuple ; la loi de 1905, sensée garantir la liberté des cultes mais en circonscrivant leur influence hors du pouvoir politique.

Mais voilà que les religieux font leur grand retour. Peu importe de savoir si Malraux a réellement dit : « Le XXI e siècle sera religieux ou ne sera pas. »4 Le fait est que depuis une trentaine d'années, les religieux et leurs troupes sont à l’offensive pour tenter de régenter la plupart des domaines souverains de la société civile, avec parfois l’aide des compromissions petites et grandes de nos gouvernements libéraux.

Quelques exemples ?

1- Le terrorisme islamiste, rêve de théocratie suprême, a bénéficié, et sans doute bénéficie encore, des financements des régimes pétro-monarchiques avec l’amicale et très intéressée bienveillance de nos gouvernements successifs, européens et américains. Les clients de nos marchands d'armes et un pétrole à prix d'ami valent bien quelques menus dégâts collatéraux. Le fait qu’il nous ait déclaré une guerre sanglante ne doit pas nous faire oublier que d’autres conflits et génocides sous-tendus par les croyances religieuses ont lieu ailleurs et parfois à nos portes. La sape de nos démocraties est parfois insidieuse sous l'action de riches lobbies religieux (voir l‘Opus Dei), s’attaquant à l’éducation, exacerbant le communautarisme, noyautant les partis politiques…

2- Les religions préservent le patriarcat misogyne et la domination masculine. Chez ces gens-là, monsieur, les femmes ne sont pas trop en odeur de sainteté. La faute à Ève et à une lecture au premier degré de la Genèse qui « a rendu la femme inférieure et coupable ».5 Si les droits des femmes ne sont pas près de progresser dans l'islam saoudien ou iranien, dans la culture « chrétienne » européenne, ils seraient plutôt en train de régresser. En Pologne, il y a quelques semaines, les cathos antisémites du PiS ultra-conservateur au pouvoir viennent de concrètement interdire l’avortement, provoquant la révolte. Et comme la miséricorde a ses limites, la plupart des cathos extrémistes européens batifolent avec les extrêmes droites, partisanes de la peine de mort, du rejet du migrant, des LGBT et autres phobies .

Le retour des religions avec tranchoirs, kalachnikovs et paquets de fric

3- Retrouver les pouvoirs théocratiques des siècles passés est un moteur essentiel des offensives sociétales et électoralistes des gouvernances religieuses. Même si elle est attaquée ou mal comprise, la laïcité est une spécificité française, qui éloigne les religions du pouvoir mais qui assure la liberté de croyance et de culte à toutes les religions. Mais dans une grande partie des pays du globe, et parmi les plus puissants, la religion reste au cœur des constitutions, des institutions et des pouvoirs politiques. Les évangéliques6, qui véhiculent un protestantisme radical, ont acquis une puissance de lobbies telle qu’ils ont largement participé, en mobilisation d’électeurs et en espèces sonnantes et trébuchantes, à l’avènement de clowns dangereux comme Trump ou Bolsonaro.7 Ils appuient Netanyahou dans sa politique de colonisation de la Cisjordanie. Ils font également leur trou en Europe et taillent des croupières aux réseaux d'influence catholiques. Comme aux États-Unis où les très catholiques Hispaniques « troquent prière à la Vierge Marie contre prophéties pentecôtistes, et passent de prêtre (célibataire) à pasteur (marié) », relève le site de géopolitique Areion24.news. Même ton chez le journaliste et vaticaniste, Henri Tincq : « Les mouvements chrétiens évangéliques font et défont les majorités, sont à l'origine des mutations conservatrices et populistes de la planète ».8

Inutile de rappeler également l’influence des Juifs orthodoxes sur la formation des gouvernements israéliens ou des Chiites sur la société iranienne qui rendent grâce à la France de leur avoir gardé au chaud l'ayatollah Khomeini, dont personne ne voulait dans le monde sunnite. L’autocrate Poutine lui-même se sent obligé de recourir à l'appui de la très riche et influente Église orthodoxe, alliée objective pour bouter hors de la société les homosexuels ou approuver ses interventions belliqueuses en Syrie.8 En Afrique du Sud, les télévangélistes ont une emprise grandissante malgré escroqueries financières, pédophilie et viols. « « Le problème pour toutes [leurs] victimes, c’est que les pasteurs ont les politiciens et les forces de sécurité dans leurs poches », affirme Mme Mkhwanazi-Xaluva, ancienne présidente de la Commission de la protection des droits religieux.9 Enfin, les monarchies religieuses et pétrolières utilisent leurs pétro-dollars pour diffuser leur religion d’État et peser politiquement à l'international en utilisant réseaux islamiques et cirque capitaliste et libéral.

4- L'obscurantisme est bien entendu le meilleur allié des hallucinés de Dieu/Allah/Yahvé. Difficile de s’implanter et imposer des règles de sectes dans des sociétés éduquées et prospères. Ce n’est pas pour rien que les Talibans privent les jeunes femmes afghanes d’éducation et qu’ils bombardent les écoles non religieuses et les enfants qui s’y trouvent. Tout comme Boko Haram en Afrique. Des affidés de Daech viennent d’attaquer l’université de Kaboul et ses étudiants, en tuant une vingtaine.

Dieu est un artiste qui a beaucoup d'imagination

En Amérique, c’est le créationnisme10 qui triomphe grâce à Trump, qui n’est pas à un négationnisme scientifique près. Il a nommé Betsy DeVos,11 dont la riche famille a financé sa campagne, au poste de Secrétaire à l’Éducation. Républicaine ultra-religieuse, elle a milité dans le Michigan pour que la Constitution de l'état permette de financer des écoles privées et religieuses par des fonds publics. Une fois dans le gouvernement Trump, en 2017, avec l’appui du vice-président Mike Pence, elle s’est déclarée favorable à l’enseignement de la « controverse » opposant le créationnisme biblique au darwinisme scientifique, poursuivant un travail de sape de l’enseignement entamé dès le début des années 2000 sous la houlette de Bush junior.12 Trump s'est également largement attaqué à toutes les instances scientifiques du pays avec l’approbation bruyante des créationnistes.

5- Si les prophètes n’ont jamais oublié les pauvres, les hauts gradés de la religion sont très souvent des capitalistes bon teint. Les flux financiers irriguant l’économie religieuse, de la chrétienté à l’islam, sont aussi obscurs que ceux de l'évasion fiscale ou que les blanchisseries mafieuses. Le dernier des scandales financiers à répétition au Vatican a été à l’origine d’un coup de sang de François qui a viré avec pertes et fracas un cardinal malandrin sans pour autant y voir plus clair dans les coffres papaux.13 Aux États-Unis ou en Afrique du Sud, les télévangélistes « de la prospérité »,14 héritiers des prédicateurs itinérants du Far West, promettent des placements en or, avec retour sur investissement divin. Ils n’hésitent pas à se faire payer des jets privés par leurs ouailles, à l’image de Creflo Dollar le bien nommé15 ou des « presbytères » dignes des stars hollywoodiennes, le tout exempt d’impôts, signes de richesses spirituelles agrémentées de scandales sexuels et/ou financiers. Kenneth Copeland, un des dix télévangélistes les plus riches des États-Unis,16 promet de soigner du coronavirus à travers l’écran de sa propre chaîne baptisée Victory News : "Posez votre main sur le téléviseur", prêche-t-il, tout en n’oubliant pas à intervalles réguliers de lancer un appel aux dons pour sa propre église.17 Un véritable dieu du capitalisme décomplexé et du pain bénit pour son business.

Les financements de mosquées en Europe font l'objet de gesticulations gouvernementales françaises depuis plusieurs années. Dès 2018, Macron annonçait : « Je ne veux plus de mosquées qui souvrent avec des financements cachés, je ne veux plus de gens qui utilisent largent du pèlerinage pour financer nimporte quoi ».18 Pas concluant puisqu’il a dû remettre ça lors de son discours sur le « séparatisme » en février dernier. La Ligue islamique mondiale, faux nez de l’Arabie Saoudite, a annoncé en janvier dernier qu’elle allait arrêter progressivement ses financements de mosquées à travers le monde, reconnaissant du même coup sa main mise : « Nous allons arrêter de la financer. Sinon, cela voudrait dire que nous continuons de linfluencer », a dit Mohammad bin Abdulkarim Al-Issa, secrétaire général de la Ligue, devant une mosquée suisse.19 A supposer que cela soit suivi des faits, le Qatar et le Koweit sont toujours dans la course. Chez eux, la religion de l'influence politique passe par l'islam mondialisé à coups de pétro-dollars.

« Au paradis, on est assis à la droite de Dieu. Cest normal, cest la place du mort »20

6- Le mélange des genres entre politique et religions se manifeste aussi dans les nettoyages ethnico-religieux. Si la religion n’est pas toujours le seul levier de conflit, elle est un aiguillon efficace de mobilisation haineuse. Dans l’Inde de l’ultra nationaliste hindou Modi, comme dans la Birmanie bouddhiste du prix Nobel de la Paix, Aung San Suu Kyi, les minorités musulmanes ne sont pas à la fête. En Chine communiste (une autre « religion » là-bas), les religions sont plutôt vues comme une menace et Xi Jinping ne prend pas de gants pour interner la minorité sunnite des Ouïghours. Pendant les guerres d'ex-Yougoslavie, le génocide, perpétré en 1995, par les Serbes chrétiens orthodoxes de Mladić contre les musulmans de Srebrenica, se perpétra sur des critères ethniques et religieux. En Europe, en Irlande du Nord, des murs « de la paix » de plus de sept mètres de haut séparent depuis un demi-siècle catholiques et protestants, période ponctuée d’une guerre civile et de « troubles » qui ont fait des dizaines de morts. Un conflit larvé qui pourrait être relancé par le brexit. Religions et nationalismes violents font bon ménage. Actuellement, dans le Haut-Karabagh, Arméniens chrétiens et musulmans d'Azerbaïdjan s’entre-tuent avec en vue un nouveau nettoyage ethnique.

7- Droits des LGBT, droits des femmes, liberté des autres cultes, droits de l'Homme... sur tous les continents, les religions, avec l’aide de législations et de gouvernements à leur botte, font la chasse à tous ceux qui ne passent pas sous le joug de la croyance dominante du pays. Malgré les discours, l’intolérance reste un trait majeur des religions, avec l’objectif d’une rigoureuse application des tables de la loi religieuse du cru. Ce qui n'empêche pas de multiples scandales sexuels entre deux prêches chez les parangons de la vertu. La pédophilie était pratiquement institutionnalisée dans l’Église catholique.21

8- Le colonialisme, tout aussi sanglant, a eu deux moteurs : la soif de richesses des colonisateurs, musulmans ou chrétiens, et le prosélytisme des soldats de Dieu ou d’Allah. Massacres, déculturation, domination, pillages ont accompagnés prédicateurs et évangélisateurs.

Cette liste est bien entendu non exhaustive.

Bien sûr, la grande majorité des individus vivent leur foi dans une intimité sereine et sans prosélytisme. Bien sûr, des religieux prônent fraternité et dialogue entre les hommes de toutes religions. Je me souviens même avec bonheur, adolescent, avec cousin et cousine, des virées du jeudi dans la deudeuche de « monsieur le curé » et des succulentes confitures de l’adorable bonne du curé. Mais ils ne nous parlaient jamais de Dieu, seulement du bonheur d’être ensemble, vivants. Mais ces religieux-là ne mènent pas le jeu du pouvoir.

Malgré tout, je garde ma foi... en l'Humanité.

« Dieu a dit : " Tu aimeras ton prochain comme toi-même ". Dieu ou pas, jai horreur quon me tutoie... »

Pierre Desproges Philosophe grinçant, auteur des Chroniques de la haine ordinaire.

1 : YHWH est l'une des nombreuses identités, imprononçable, au propre comme au figuré, du Dieu de la Bible hébraïque.

2 : https://www.lemonde.fr/le-monde-des-religions/article/2020/11/01/pourquoi-traduire-a-nouveau-la-bible_6058076_6038514.html

3 : Fitan, pluriel de Fitna, désigne les schismes politico-religeux, guerres civiles et divisions qui ont émaillé la naissance et l'évolution de l'Islam.

4 : Malraux l’a nié (https://dicocitations.lemonde.fr/questions-reponses/question/qui-a-dit-le-xxieme-siecle-sera-spirituel-ou-ne-sera-pas/) mais le débat demeurent (https://www.lesoir.be/art/1136269/article/soirmag/soirmag-histoire/2016-02-29/xxie-siecle-sera-religieux-ou-ne-sera-pas ou https://www.histoire-en-citations.fr/citations/le-xxie-siecle-sera-spirituel-ou-ne-sera-pas).

5 : « Histoire de la misogynie » de Bertrand Lançon, historien, et Adeline Gargam, docteur ès littérature, éd. Arkhê et https://www.slate.fr/story/196519/la-faute-a-eve-bonnes-feuilles-histoire-de-la-misogynie-arkhe-editions-adeline-gargam-bertrand-lancon pour les bonnes feuilles.

6 : sur l'expansion des évangéliques : http://www.aedh.eu/europe-lexpansion-des-eglises-evangeliques/, sur la concurrence avec les catholiques : https://www.areion24.news/2017/02/17/leglise-catholique-face-a-concurrence-evangelique/ .

7 : https://www.lemonde.fr/international/article/2020/10/14/silas-malafaia-pasteur-en-mission-pour-bolsonaro_6055909_3210.html.

8 : https://www.francetvinfo.fr/monde/russie/vladimir-poutine/l-eglise-orthodoxe-est-un-levier-d-influence-qui-sert-vladimir-poutine-dans-sa-strategie-de-division-de-l-europe_2662844.html; https://www.franceinter.fr/emissions/le-zoom-de-la-redaction/le-zoom-de-la-redaction-27-juillet-2017.

9 : https://www.lemonde.fr/afrique/article/2020/01/26/en-afrique-du-sud-l-emprise-grandissante-des-televangelistes_6027255_3212.html.

10 : https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/etats-unis-les-creationnistes-revisitent-l-histoire-de-l-humanite_3676671.html; https://www.lhistoire.fr/%C3%A9tats-unis-des-mus%C3%A9es-contre-darwin.

11 : https://fr.wikipedia.org/wiki/Betsy_DeVos.

12 : https://fr.wikipedia.org/wiki/L%C3%A9gislations_cr%C3%A9ationnistes_aux_%C3%89tats-Unis; https://www.la-croix.com/Religion/Protestantisme/Aux-Etats-Unis-projets-pour-enseigner-creationnisme-lycee-2017-03-17-1200832743; https://www.lemonde.fr/idees/article/2017/11/19/aux-etats-unis-les-creationnistes-repassent-a-l-offensive_5217118_3232.html.

13 : https://www.lepoint.fr/monde/le-vatican-de-nouveau-eclabousse-par-un-scandale-financier-22-10-2019-2342640_24.php; https://www.la-croix.com/Religion/Scandales-financiers-Vatican-coup-semonce-pape-Francois-2020-09-27-1201116254.

14 : https://www.monde-diplomatique.fr/1988/06/CARLANDER/9426.

15: https://www.huffingtonpost.co.uk/2015/03/15/american-pastor-creflo-dollar-mocked-for-launching-online-appeal-to-buy-him-a-private-jet_n_6873590.html?guccounter=1 (en anglais).

16 : https://meteopolitique.com/Fiches/Obscurantisme/ignorance/Coronavirus-COVID-19/Les-10-pasteurs-etats-uniens-les-plus-riches.pdf.

17 :https://www.francetvinfo.fr/monde/usa/presidentielle/donald-trump/on-peut-se-demander-s-il-n-y-a-pas-un-objectif-politique-derriere-tout-cela-aux-etats-unis-le-coronavirus-au-coeur-de-theories-complotistes_3866397.html.

18 : https://www.lesechos.fr/2018/04/macron-compte-sattaquer-au-financement-etranger-des-mosquees-988717.

19 : https://www.capital.fr/economie-politique/larabie-saoudite-veut-arreter-de-financer-les-mosquees-a-letranger-1360254.

20 : citation de Pierre Desproges.

21 : https://www.mediapart.fr/journal/france/dossier/pedophilie-dans-l-eglise-notre-dossier.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger  
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky