Pourquoi voulez-vous que ça change ?

La Révolution n’a pas réussi à abattre la domination de l’Église et du clergé. Les crises et Marx n’ont pas réussi à abattre la domination des capitalistes. Les lanceurs d’alerte n’ont pas réussi à abattre la domination des Gafam et la surveillance d’état. #Metoo n’a pas réussi à terrasser la domination du patriarcat. Pourquoi voulez-vous que ça change ? Le nœud coulant ne fait que se resserrer.

Actualité des dominations sans partage

Clergé : à confesse, mais je garde mes bijoux de famille

Les voies du Seigneur sont impénétrables. © Gauthier V. Les voies du Seigneur sont impénétrables. © Gauthier V.

C’est un peu comme la fuite des données personnelles d’utilisateurs d’un site porno. Des curés se retrouvent à la vue de tous, soutane relevée et caleçon sur les chevilles, c’est le rapport Sauvé, et il semble faire tomber de leur chaise tout ce que la sphère médiatique compte de tête creuses. Pas glorieux pour des donneurs de leçons de morale. Pas de sexe avant mariage (avec Dieu) qu’ils disaient les coquins…

Les victimes1, elles, savaient, mais personne ne voulait les écouter, du moins celles qui n’étaient pas réduites au silence par la peur. Cette chape de plomb ne fait que traduire le sentiment de domination que possède encore l’Église, malgré une Révolution et cinq républiques. La loi de séparation de l’Église et de l’État, antichambre du capitalisme, n’a fait que délimiter des champs de pouvoirs. Le secret de la confession d’un côté, le secret des affaires de l’autre. Ce qui n’exclut pas des partenariats pour faire fructifier les patrimoines respectifs. Pour exemple des figures de la congrégation catholique des Légionnaires du Christ, «secouée par les scandales sexuels ont discrètement exfiltré des centaines de millions de dollars avant sa reprise en main par le Vatican, en 2010» révélé dans le cadre des Pandora papers publiés par "Le Monde".2

L’Église a toujours eu une haute idée d’elle-même. Pour Francis Messner, directeur de recherche émérite en droit des religions à l’université de Strasbourg, « l’Église catholique se pensait en société parfaite et intouchable » 3. Cette croyance est restée tenace dans l’esprit pas sain des violeurs en soutane et tripoteurs d’enfants. Les chasses aux curés de l’An II de la Révolution n’ont fait qu’ébrécher le pouvoir de cette institution, assise sur une fortune, arme de domination massive. Indemniser les victimes en vendant les bijoux de famille ? « Touche pas au grisbi », préviennent aussitôt les évêques. Selon Messner, « cette conception sociétale d’une Église autonome par rapport à l’État se retrouve en filigrane dans le Code de droit canonique de 1917. Sa constitution de promulgation […] définit dès la première phrase la nature d’une Église créée par le Christ avec tous les attributs d’une société parfaite. Là encore l’Église catholique s’impose aux sociétés et aux États en tant que personne morale instaurée par Dieu ». Le lobbying des ultra-cathos (aussi ultras que des supporteurs de foot) est à la mesure de ce sentiment de supériorité. « L’Église catholique a certes modifié ses textes dans le sens d’une franche collaboration avec les tribunaux étatiques et le modèle de la société parfaite désormais incompréhensible par les contemporains a rejoint le musée des idées religieuses périmées. Mais la tentation de revivifier cette doctrine n’a pas disparu. Elle subsiste dans les cercles catholiques intégristes et dans certaines « nouvelles communautés » fermées sur elles-mêmes et rétives à toute intervention ou interrogation extérieure » , conclut Francis Messner. Sa Seigneurie Eric de Moulins-Beaufort, président de la Conférence des évêques de France, en a rajouté une couche en affirmant que le secret de la confession était « plus fort que les lois de la République » 4. Même en cas de viols d’enfants, en infraction avec le Code pénal ? 5 L’évêque est convoqué chez le directeur, pardon, le ministre de l’Intérieur dont on se demande ce qu’il va bien pouvoir lui infliger comme punition. 10 Ave et 15 Pater ?

C’est sans doute cela que beaucoup de figures politiques de la Droite droitière et de bénitier décrivent comme l’héritage judéo-chrétien. Nadine, pourquoi es-tu si silencieuse sur les crimes sexuels perpétrés dans les sacristies, contre ce patriarcat religieux tout-puissant ?

Si la force de la Révolution n’a pu abattre ce pouvoir illégitime, croyez-vous que monsieur Sauvé saura sauver les enfants de la prédation sexuelle des Hommes de Dieu ? Non ?

Alors pourquoi voulez-vous que ça change ?

Combattre le réchauffement climatique : j’ai un mot d’excuse

Inondation © Etolane Inondation © Etolane

Le climat part en vrille, le monde vivant se meurt et notre seul cri de victoire du moment est : « la croissance de notre économie est très dynamique », dixit Lemaire. On reparlera (un peu) du climat à la prochaine catastrophe d’envergure, au prochain coup de colère de Mère Nature, qui coûtera un bras aux assureurs qui augmenteront nos primes. C’est bien ça le problème ? Car le capitalisme et le libéralisme à tout crin n’est pas prêt à abandonner ne serait-ce qu’une parcelle de pouvoir. Et leur capacité de colonisation des esprits est presque totale.

La très sérieuse université de Cambridge a listé les principales raisons avancées par nos sociétés, dirigeants politiques et boss du CAC40 compris, pour ne pas… avancer, arguments repris par Thomas Legrand dans son édito du matin sur France Inter 6 :

Ces «  arguments […] ont tous un petit morceau de pertinence mais […] ont surtout pour finalité de nous autoconvaincre que ce serait mieux de ne rien faire ». Chacun y reconnaîtra ses petits.

(Reprise du texte de T. Legrand)

« 1 – Notre empreinte est ridicule comparée à celle de l’Inde et de la Chine ou des USA… donc on ne fait rien.

2 – Ce sont les individus qui consomment donc c’est une affaire de conscience individuelle pas besoin de politique publique… donc on ne fait rien.

3 – Réduire nos émissions affaiblirait la France… donc on ne fait rien. Allons dans le mur mais puissants.

4 – C’est la technologie qui nous sauvera (malheureusement cet argument ne donne pas de date) donc on ne change pas nos modes de vie.

5 – C’est trop tard, tout ce que l’on peut faire maintenant ne suffira pas (argument plus courant chez ceux qui n’ont pas d’enfants) … donc on ne fait rien.

6 – Abandonner les énergies fossiles condamnerait les pauvres à être encore plus pauvres. Donc on ne fait rien !

7 – On ne devrait proposer que du sur mesure, adapté à chaque pays et à chaque population. Donc on ne fait rien d’envergure.

8 – La lutte contre le réchauffement n’est financièrement pas soutenable, elle va détruire nos systèmes sociaux… donc, allons dans le mur en bonne santé.

9 – Non à l’écologie punitive, la société n’acceptera que des mesures positives. Allons dans le mur avec le sourire !

10 – Les combustibles fossiles modernisés, dits bas carbone, font partie de la solution… donc patience…

11 – Nous sommes leaders mondiaux de la lutte contre le changement climatique… ça c’est mon argument préféré parce qu’il est pratiqué dans absolument tous les pays ! Chacun, avec ses critères choisis, se pense sincèrement plus vertueux que les autres. » Arguments démontrés par Dominique Seux, journaliste économique très orthodoxe, qui lance timidement à Legrand, en fin de chronique : « Mais il y a quand même des choses qui se font… »

Alors pourquoi voulez-vous que ça change ?

Pandora, les increvables vampires

100 € offerts par les philantropes du CAC40 à découper proprement © bibok Leicht Lesen 100 € offerts par les philantropes du CAC40 à découper proprement © bibok Leicht Lesen

Ce pourrait être un nouvel opus d’Anne Rice dans sa saga sur les vampires. Les riches élites vampirisent avec constance les richesses produites par le petit peuple et vident les caisses des États, de véritables suceurs de richesses et de ressources collectives. C’est ce que révèlent les Pandora papers7, après les Panama papers, les Bahamas leaks, les Dubaï papers, les Cumex leaks, les OpenLux… j’en passe, surtout les enquêtes à venir inévitablement. Car c’est comme la courbe des températures mondiales, il y a bien quelques refroidissements ponctuels mais, globalement, la courbe est orientée à la hausse. Dans le domaine de l’évasion fiscale, les scandales provoquent un petit coup de mou avant que les affaires reprennent dans le secret des cabinets d’avocats d’affaires. Autant de lanceurs d’alerte qui se mettent en danger, d’enquêtes journalistiques sur le long cours très sérieuses et de cris d’orfraie des classes politiques et des élites qui jurent qu’ils respectent les lois (pour mieux les contourner), qu’ils paient leurs impôts comme tout le monde, qu’ils vont durcir les règles, que les paradis fiscaux c’est fini comme Capri, et qui changent de conversation : « Voyez comme le business de la philanthropie fonctionne bien ».

Les redressements fiscaux ressemblent à des petites tapes sur les mains manucurées des élites. La taxe Biden sur les multinationales, dont les armées de juristes travaillent déjà sur les méthodes de contournement (pardon, d’optimisation), ressemble à une piqûre de moustique sur un rhinocéros en train de charger.

Pourquoi voulez-vous que le prochain scandale, qui ne manquera pas d’arriver dans les mois qui viennent, vide les coffres optimisés des rentiers planqués dans les paradis fiscaux ?

Pourquoi voulez-vous que ça change ?

Le cancer informationnel des réseaux est incontrôlable

Adios Zuckerberg ? © Joe Flood Adios Zuckerberg ? © Joe Flood

Zuckerberg piraté par une lanceuse d’alerte qui dévoile ses vices les plus cachés, presque un revenge porn ; ses réseaux victimes d’une erreur informatique provoquant une panne mondiale, le patron de Facebook n’est pas à la fête. Mais peu de chance que le monstre capitaliste qu’il est devenu, pilleur de données personnelles, Walkyrie au service du ministère de la Propagande qu’est le monde publicitaire, soit mis à terre. Les sénateurs américains froncent le sourcil mais ne vont certainement pas sacrifier une force impérialiste bien plus efficace que l’US Army.

Facebook, véritable cancer informationnel, diffuse ses métastases à ses près de 3 milliards d’accros actifs chaque mois. Il a fait des petits qui grandissent bien, merci, grâce à des méthodes addictives tout aussi tordues et intrusives.

Avec ces petits ennuis, Zuckerberg vient de perdre 6 milliards de dollars à la roulette boursière sur… 97 milliards de fortune personnelle. Avec les 91 milliards restants et la force de frappe de ses réseaux et de ses milliards d’embrigadés, il lui reste de quoi rebondir. Ses compères Bezos, Musk et autres dirigeants de Google, Microsoft sont sur le même petit nuage, à une altitude suffisante pour ne pas être atteints par les missiles asthmatiques de régulateurs impuissants. La Chine ? Son impérialisme numérique n’est pas moins tumoral, avec les armes du capitalisme d’un état autoritaire et riche. Ils sont désormais incrustés dans 99,9 des vies pas privées des Terriens, en métastases insaisissables.

Pourquoi voulez-vous que ça change ?

Zemmour : #Metoo je suis mysogine

Zemmour fait de la contre pub © Alternative libertaire Zemmour fait de la contre pub © Alternative libertaire

Le patriarcat a encore de beaux jours devant lui. Et c’est le plus couillu des agitateurs des petits mondes médiatique et politique qui le revendique. « Les femmes n’incarnent pas le pouvoir »7 assène-t-il sans trembler à Ruth Elkrief sur BFMtv en présentant comme preuve une vérité : les femmes sont quasi absentes des lieux de pouvoir, politiques et financiers. Il nous livre une démonstration imparable de la vampirisation des pouvoirs par les hommes, le capitalisme et la politique affidée.

C’est qu’elles sont bien éduquées nos élites masculines. Regardez ce qui se passe à Centrale Supélec, grande école ultra sélective, révélé par « Le Monde »8 : au cours de l'année scolaire 2020-2021, un sondage fait état de 28 viols, 71 agressions sexuelles et 74 cas de harcèlement sexuel sur 659 répondants parmi les 2400 élèves sondés. Une formation à l’exercice du pouvoir des plus efficaces.

Zemmour affirme que le patriarcat est l’avenir… de l’Homme, pourquoi voulez-vous que ça change ? Les sondages, ses audiences prouvent qu’il a raison !

1. Le rapport Sauvé fournit une estimation à 330 000 avec la participation des petites mains des curés, les laïcs au service de ces derniers.

2. https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2021/10/06/pandora-papers-les-millions-envoles-des-legionnaires-du-christ_6097282_4355770.html

3.https://theconversation.com/quand-leglise-catholique-se-pensait-en-societe-parfaite-et-intouchable-130430.

4. Repris dans de nombreux médias au choix.

5. Le secret de la confession, comme les autres secrets professionnels, ne s’applique pas aux atteintes sexuelles sur mineurs de moins de 15 ans et autres personnes vulnérables (article 434-3 du code pénal)

6. https://www.cambridge.org/core/journals/global-sustainability repris par Thomas Legrand sur France Inter : https://www.franceinter.fr/emissions/l-edito-politique.

7. Voir le dossier du « Monde » et du consortium de journalistes ICIJ qui a épluché les données de quatorze agences spécialisés dans l’évasion et/ou l’optimisation fiscale. On y retrouve le bottin des élites, milliardaires, dirigeants politiques…

8. https://www.youtube.com/watch?v=jml0m7P__10 à 2’50, pour vous éviter la totalité de ses insanités.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.