Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 mars 2021

Quel anarchiste-résistant vais-je devenir?

Les crises se succèdent de plus en plus fort et vite. Le monde d’avant nous a mis dans la mouise et place déjà des options fermes sur le monde d’après. Les résistants à la colonisation capitaliste, violente et autoritaire, n’ont alors que peu de choix d’actions pour faire pièce aux projets funestes. Et si on piquait aux capitalistes leur mantra de « destruction-créatrice » ?

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’après Covid-19 sera fantastique, dixit la tête d’œuf à particule qui dirige la Banque de France1 : la vénérée croissance s’annonce exceptionnelle dès 2021, alors même que tous nos morts ne seront pas encore mis en bière. Mais un enterrement de première classe, c’est du PIB, et les capitalistes ne crachent pas sur les tombes. Toutefois, monsieur François Villeroy de Galhau, et son frère d’armes, Bruno Lemaire, grand argentier devant Jupiter, comptent avant tout sur les survivants pour se jeter sur les caddies, dans une course effrénée dans les allées des supermarchés. Bref, retrouver au plus vite les petits bonheurs d’actionnaires du monde d’avant. Politiques et boursicoteurs lorgnent d’ailleurs avec insistance sur le bas de laine des Français qui a fortement gonflé, faute de pouvoir consommer tout et surtout n’importe quoi dans les centres commerciaux.

Attention spoiler sur le monde d’après

En attendant, le monde d’après, c’est aussi un duo pas comique Macron-Lepen promis pour 2022 par toutes les madames Irma des instituts de sondages, une jouissance sommitale pour les pros du maroquin de la Ve République, qui voient là l’occasion de se glisser dans un « front républicain » digne des décors en carton pâte d’un navet hollywoodien. Le monde d’après, ce sera un état d’urgence qui ne sera plus dans l’urgence, puisqu’il sera permanent. L’autoritarisme, c’est l’avenir assuré des gouvernements, actuel et futurs, de cette république irrespirable où les parlementaires sont des accessoires aussi utiles qu’une convention citoyenne sur le climat. L’autoritarisme, ce sont des promesses de désordre violent et des manifestants qui comptent leurs morts et leurs blessés. L’avenir, c’est Big Brother, capitalisme de surveillance de plus en plus invasif, ce sont des Gafam, bandits de grands chemins numériques, faisant main basse sur nos intimités pour les revendre aux plus offrants, entreprises apatrides toutes puissantes devant les états, leurs lois et leurs peuples. L’horizon post-Covid, ce sont d’autres pandémies surgissant sans crier gare des forêts primaires suppliciées et du marigot de l’élevage industriel. Ce sont des tsunamis de béton asphyxiant la terre nourricière et c’est une chaîne alimentaire farcie aux micro-plastiques, aux antibiotiques, aux pesticides, et à toute la foisonnante palette chimique du progrès. Notre postérité, ce seront de vieilles chaudières nucléaires fissurées, fumantes, et notre héritage, une poubelle de déchets radioactifs pour l’éternité. Les lendemains de gueule de bois covidée, ce seront des étudiants perdus, proies faciles du capitalisme ubérisé ; des artistes faisant la manche dans des couloirs de métro puants ; des anciens parqués dans l’oubli ou mis au turbin, faute de retraites décentes ; des premiers.res de corvées toujours sous-payés ; des services publics anémiés ; des populations à la rue ; des migrations climatiques et de conflits meurtrières ; des biens communs privatisés…

JE CRAQUE !

Croyez-moi : le Sars-Cov-2, malgré ses plus de deux millions de morts, est le moindre de nos soucis. La petite guéguerre de cour de récré politicienne autour d’un ersatz de projet de loi contre l’apocalypse climatique, c’est comme dresser des pâtés de sables sur la plage face au tsunami qui arrive. Ça désespère ou/et révolte, mais ça fera bien rigoler les archéologues et anthropologues du futur venus explorer notre planète à califourchon sur leurs ovnis.

Je suis d’un âge certain, mais un anarchiste conscient de prime jeunesse. Rebelle au conformisme, aux injustices, aux ségrégations depuis toujours, l’âge m’a amené à plus de conscience politique pour résister aux dominants. L’étude, encore en cours, des pensées de l’anarchisme ont permis ma libération intellectuelle et façonné chez moi une nouvelle résistance aux aliénations de notre époque, aux emprises du pouvoir et au légitimisme de cooptation. Ces pensées anarchistes sont vivantes, adaptables, multiformes par tous ceux qui veulent s'émanciper et construire des coopérations assumées sur des territoires, des projets communs, des solidarités… Elles sont déjà à l'œuvre à Notre-Dame-des-Landes (voir ci-dessous), à Gonesse, dans la vallée de la Roya…

Alors quel anarchiste-résistant vais-je devenir ? Il faut réinventer. Mais peut-on construire l’opposé du capitalisme au sein du capitalisme ? Deux solutions, pas une de plus.

Soit il nous reste suffisamment de lambeaux de liberté pour construire des îlots de société autonomes et libertaires, écologiques et égalitaires, sans que les escadrons de la répression ne rasent à coups de cutters et de tractopelles la moindre cabane et le plus petit signe de liberté créatrice. On peut toujours rêver mais pas compter sur la mansuétude du pouvoir et de ses brigades de coercition. Les petites victoires de Notre-Dame-des-Landes à Gonesse ne sont justement que des petites victoires et non des guerres gagnées, comme l’indiquent études et chiffres officiels même pas cachés ou démentis sur le non respect des engagements du très pâle Accord de Paris sur le climat ou dans bien d’autres domaines comme l’artificialisation des terres.

Autre solution, on s’empare de l’une des armes du capitalisme en la retournant contre lui. Et l’un des mantras du capitalisme est la destruction-créatrice, notion shumpeterienne, portée aux nues par Macron dans son slogan marketing de « start-up nation », comme par tous les ultra-orthodoxes de la religion de la croissance. Vous savez, cette histoire à dormir debout qui consiste à nous faire avaler (de force) que les licenciements, la précarité, le flicage, les pollutions, l’esclavage, les inégalités… sont des maux nécessaires pour accoucher d’une nouvelle tranche de croissance des dividendes mais aussi, promis-juré et deuxième mantra, ruisselante de pitié et de miettes pour les masses laborieuses.

Mondialisation des luttes

Que donnerait la mise en œuvre du principe de destruction-créatrice par l’anarchisme libertaire et humaniste ? De la destruction, par les luttes, du capitalisme et de ses excroissances monstrueuses, finance stratosphérique et mondialisation à tous crins (y compris des virus), peut naître une nouvelle tranche de vie, de respiration, pour l’Homme et la nature, un vent de liberté, d’émancipation et d’ordonnancement en projets territorialisés et fédérateurs. Une croissance intellectuelle libertaire et une économie de coopérations locales par cercles concentriques, dont les fruits seraient acquis à ceux qui créent, en tenant collectivement à bonne distance de ruissellement tous les Arnault, Bezos, Bolloré, Musk et autres profiteurs (je vous épargne la liste des financiers). Ces derniers ne disparaîtront probablement pas. Probable qu’ils pratiqueront, encore plus qu’aujourd’hui, le communautarisme de bon aloi dans des ghettos biens gardés, clusters de bienséance surannée, vestiges du monde d’avant.

En attendant, les alertes (OCDE, Forum de Davos, FMI) se multiplient pour avertir les dominants que la pression monte et menace la belle architecture capitaliste et leurs cassettes. Les rébellions, révoltes, luttes, manifestations massives, résistances, mouvements de désobéissance fleurissent un peu partout dans le monde, mouvements sociaux pacifiques qui ne dégénèrent que sous la violence des répressions. Ils n’ont pas (encore) de liens physiques entre eux et les détonateurs sont multiples mais avec une constante : l’injustice des ségrégations, des spoliations, des humiliations, des génocides physiques et/ou culturels. Là encore, on peut retourner l’une des armes du capitalisme, celle de la mondialisation, en reliant, en fédérant, en mutualisant les luttes locales et régionales par cercles concentriques.

Mise à jour de dernière minute

En France, il faudra bientôt reprendre les luttes pour sauvegarder des pans entiers de l’état social, des biens communs, de nos libertés qui subissent de nouveaux coups de boutoir de la part du gouvernement et des lobbies. Coïncidence bienfaisante, au moment où je concluais ce billet, est apparu l’appel du lancement des Soulèvements de la terre. Au nom de la terre nourricière et du bien commun, d’une zone libertaire victorieuse, Notre-Dame-des-Landes, émerge une coopération de volontaires émancipés pour sauver les terres arables et sauvages des appétits capitalistes.

Soulèvements de la terre © Les Soulèvements de la terre

A lire, à discuter, à enrichir, à diffuser :

https://blogs.mediapart.fr/les-soulevements-de-la-terre/blog/100321/lancement-des-soulevements-de-la-terre

LES SOULÈVEMENTS DE LA TERRE

"Cet appel est issu d’une rencontre récente sur la zad de Notre-Dame-des-Landes qui a réuni des personnes des quatre coins du pays : paysan.nes et paysannes, jeunes écologistes en révolte, habitant.e.s de zad et territoires en luttes, syndicalistes, chercheurs.euses engagés dans la défense du vivant. Appel à reprendre les terres, à bloquer les industries qui les dévorent, et annonce d’une première saison d’actions communes."

1. https://www.francetvinfo.fr/sante/maladie/coronavirus/video-la-croissance-sera-au-moins-egale-a-5-en-2021-assure-le-gouverneur-de-la-banque-de-france-un-rebond-historique_4325897.html.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Comment le CHU de Bordeaux a broyé ses urgentistes
Les urgences de l’hôpital Pellegrin régulent l’accès des patients en soirée et la nuit. Cela ne règle rien aux dysfonctionnements de l’établissement, mettent en garde les urgentistes bordelais. Épuisés par leur métier, ils sont nombreux à renoncer à leur vocation.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Force ouvrière : les dessous d’une succession bien ficelée
À l’issue du congrès qui s’ouvre dimanche, Frédéric Souillot devrait largement l’emporter et prendre la suite d’Yves Veyrier à la tête du syndicat. Inconnu du grand public, l’homme incarne, jusqu’à la caricature, le savant équilibre qui prévaut entre les tendances concurrentes de FO.
par Dan Israel
Journal
« Travail dissimulé » : la lourde condamnation de Ryanair confirmée en appel
La compagnie aérienne a été condamnée, en appel, à verser 8,6 millions d’euros de dommages et intérêts pour « travail dissimulé ». La firme irlandaise avait employé 127 salariés à Marseille entre 2007 et 2010, sans verser de cotisations sociales en France. Elle va se pourvoir en cassation.
par Cécile Hautefeuille
Journal — Social
En Alsace, les nouveaux droits des travailleurs détenus repoussent les entreprises
Modèle français du travail en prison, le centre de détention d’Oermingen a inspiré une réforme du code pénitentiaire ainsi qu’un « contrat d’emploi pénitentiaire ». Mais entre manque de moyens et concessionnaires rétifs à tout effort supplémentaire, la direction bataille pour garder le même nombre de postes dans ses ateliers.
par Guillaume Krempp (Rue89 Strasbourg)

La sélection du Club

Billet de blog
par Bésot
Billet de blog
Le service public d’éducation, enjeu des législatives
Il ne faudrait pas que l’avenir du service public d’éducation soit absent du débat politique à l’occasion des législatives de juin. Selon que les enjeux seront clairement posés ou non, en fonction aussi des expériences conduites dans divers pays, les cinq prochaines années se traduiront par moins ou mieux de service public d’éducation.
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Ce qu'on veut, c'est des moyens
Les salarié·es du médicosocial se mobilisent à nouveau les 31 mai et 1er juin. Iels réclament toujours des moyens supplémentaires pour redonner aux métiers du secteur une attractivité perdue depuis longtemps. Les syndicats employeurs, soutenus par le gouvernement, avancent leurs pions dans les négociations d'une nouvelle convention collective avec comme levier le Ségur de la santé.
par babalonis
Billet de blog
Destruction du soin psychique (2) : fugue
Comment déliter efficacement un service public de soins ? Rien de plus simple : grâce à l'utilisation intensive de techniques managériales, grâce à l'imposition d'un langage disruptif et de procédures conformes, vous pourrez rapidement sacrifier, dépecer, puis privatiser les parties rentables pour le plus grand bonheur de vos amis à but lucratif. En avant toute pour le profit !
par Dr BB