Delevoye pas grand-chose

Delevoye a peut-être une tête de premier de la classe et avoir été couvert d’hommages appuyés hier, il s’est quand même bien planté dans sa copie ou n’a pas compris le sujet de la « transparence de la vie publique ». Résultat : zéro pointé !

Delevoye, il a une bonne bouille, une tête de gentil, de premier de la classe, de bon élève qui fait ses devoirs.

Affublez le d’une barbe blanche et d’un bonnet rouge, et c’est le Père-Noël que les syndicalistes attendaient au pied du sapin. Ils n’ont d’ailleurs eu que des mots d’hommage qui ont presque viré à l’hommage funèbre.

Dans l’ordre sur le registre des "condoléances", Yves Veyrier, secrétaire général de Force ouvrière :« Homme de dialogue, (…) j’aime bien M. Delevoye [en tant que] personne »; Laurent Berger, secrétaire général de la CFDT : « La concertation avec lui a été loyale, il y a eu une confrontation d’idées intelligente,(…) Il ne nous a jamais pris en traîtres »; Laurent Escure, UNSA : « J’espère que son successeur aura la même connaissance technique et le même respect pour les partenaires sociaux ». Outre son « sens du collectif » Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a aussi loué, dans la même tirade, un grand esprit, presque saint : « grand esprit de responsabilité », « esprit de dialogue », « esprit constructif » ; le Modem saluant pour sa part « son abnégation »1. Il n’aura que l’embarras du choix pour une épitaphe… Il ne lui manque plus qu’une rosette au revers du veston, s’il ne l’a pas déjà.

Ceci dit, ce « grand esprit de responsabilité », gaulliste chiraquien, a tout de même violé un article de la Constitution de la V ème République en ne démissionnant pas de ses activités rémunérées en entrant au gouvernement.

Ce premier de la classe hyperactif a tout de même « oublié » qu’il avait treize activités différentes extra scolaires… pardon ! extra gouvernementales et qu’il y avait un pion… pardon ! une Haute autorité pour la transparence de la vie publique.

Ce fin connaisseur technique des arcanes du pouvoir et du calcul des retraites s’est tout de même planté dans le calcul de ses revenus (annexes) à déclarer2.

Et que le milliardaire Bernard Arnault donne par inadvertance 5.000 € de pourboire au voiturier, on peut y croire, mais que M. Jean-Paul Delevoye « oublie » qu’il a perçu 135.554 €3 pour son poste de président d’honneur (pas que pour l’honneur apparemment) d’un think-tank en plus de son salaire de membre du gouvernement, quelle abnégation.

Et si Sibeth Ndiaye juge qu'il a joué "collectif" tandis que les syndicalistes estiment qu’il ne les a pas pris « traîtres » lors des négociations, le tandem Macron-Philippe n’a peut-être pas le même ressenti au milieu du champ de bataille des grèves et manifestations.

 

1 : https://www.lemonde.fr/politique/article/2019/12/16/demission-de-delevoye-les-syndicats-saluent-un-homme-de-dialogue-l-opposition-applaudit_6023064_823448.html

2 : http://www.leparisien.fr/politique/affaire-delevoye-ses-treize-mandats-passes-au-crible-15-12-2019-8217873.php

3 : en tant que président d’honneur du think-tank Parallaxe (spécialisé dans l’éducation) en 2018 et 2019

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.