Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 déc. 2021

Un peu de cynisme sous le sapin

Vaut-il mieux un mensonge enguirlandé qu’une vérité qui désespère ? Les vitrines illuminées, les publicités criardes, les queues énervées aux caisses et la frénésie de clics acheteurs permettent de se shooter à crédit pour ne pas voir le désastre de consumation que sont devenues les fêtes de fin d’année, en attendant la fin d’un monde. Le Père Noël est vraiment une ordure.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Patricia M.

Des téléfilms guimauve incluant obligatoirement « Noël » dans leur titre et qui inondent les programmes tv gratuits ou payants ; le vénérable Tino qui crachote son « Petit papa Noël » dans des haut-parleurs urbains asthmatiques ; des pères Noël de supermarchés moins crédibles que des poupées gonflables et qui se pèlent sur le trottoir  ; des illuminations très kitch qui clament, en kilowatts, un supposé statut social sur des bicoques de lotissement ; des marchés de Noël qui se multiplient comme les pains de la bible avec des marchands du temple de la consommation qui font la nique à Jésus ; des vins chauds qui se muent en piquettes fumantes ; une course numérique et frénétique à la console de jeux en pénurie de composants taïwanais ; des réseaux sociaux en transe où s’exposent les goûts les plus abracadabrantesques en matière de décoration et de recettes de cuisine festive… n’en jetez plus, les fêtes de fin d’année sont une gabegie de dépenses et de mauvais goût dont les conséquences sociales, environnementales, sont funestes.

Ainsi, derrière la bonhomie du bedonnant homme rouge, apparaît le méphistophélique Jeff qui se frotte les mains en faisant trimer jusqu’à épuisement ses lutins enchaînés à leurs consoles, fliqués par l’algorithme d’Amazon, dans des entrepôts sinistres de déshumanisation, dont l’appétit de gadgets plastiques et numériques est satisfait par d’autres hordes de lutins esclaves, pas en Laponie, mais en Chine : là-bas on les appelle des Ouïghours. Pas de rennes virevoltants mais des norias de porte-conteneurs et de camions puants pour déposer cette débauche de consommation sur le pas des portes, masquant le paillasson « Bienvenue ». Le bilan carbone de cette ordure de père Noël est indécent.

Noël amer © Marc Nidjam

Et puis des réveils nauséeux et bruyants, des vomissures alcoolisées, des poubelles qui se remplissent d’emballages et d’excès festifs, des crises de nerfs devant des notices absconses ou l’absence du bon calibre de pile, des cadeaux qui n’en sont pas et qui vont faire tourner à fond les serveurs du Bon coin. Pour couronner ce sinistre tableau, des repas de famille qui se transforment en pugilats. Les motifs ne manquent pas : vaccination et antivax, Zemmour, campagne présidentielle, Zemmour, religions et terrorisme, Zemmour, féminisme et patriarcat, Zemmour, confinement et gestes barrière… Et puis les résultats de tests Covid de lendemain de réveillon et les accusations de contaminations. Ajoutez-y quelques vieilles rancœurs en souffrance : « J’ai toujours su que tu étais le préféré des parents ! » et il ne manquera aucune boule sur le sapin, en plastique ou bourré de pesticides. Et loin des éclats de voix et des guirlandes, des migrants se noient, le froid dévore des SDF, des déplacés climatiques sont en quête d’une crèche, des victimes de guerre agonisent, des petits vieux meurent de solitude.

Il n'y a pas des sapins dans tous les foyers © Guy Richard Giulielli

Je ne sais pas si « c’était mieux avant », avant quoi d’ailleurs ? Mais j’ai le souvenir indélébile de mon premier jouet, paquet énorme et esseulé à côté de la traditionnelle orange : un train Hornby métallique, électrique et sonore. Pas de plastique à part un peu de bakélite sur le transformateur. C’était il y a 60 ans, il est toujours là dans sa boîte fatiguée, je vais le sortir pour jouer avec mes petits-fils. Pas sûr qu’en 2081, les enfants d’aujourd’hui se souviendront de leurs jouets du Noël 2021. En auront-ils d’ailleurs le loisir ?

Motrice BB 8000 Hornby

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal
Gare d’Austerlitz : le futur complexe immobilier visé par une plainte
Des associations viennent de déposer plainte pour détournement de fonds publics au sujet de la construction du futur siège de l’Agence française de développement. Elles dénoncent son coût de 924 millions d’euros, au centre d’un gigantesque projet de bureaux et de galeries commerciales.  L’aménagement de ce quartier au cœur de Paris crée une cascade de controverses.
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
En finir avec la culture du viol dans nos médias
[Rediffusion] La culture du viol est omniprésente dans notre société et les médias n'y font pas exception. Ses mécanismes sont perceptibles dans de nombreux domaines et discours, Déconstruisons Tou(rs) relève leur utilisation dans la presse de masse, dans la Nouvelle République, et s'indigne de voir que, depuis près de 10 ans, ce journal utilise et « glamourise » les violences sexistes et sexuelles pour vendre.
par Déconstruisons Tours