Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

90 Billets

1 Éditions

Billet de blog 23 déc. 2021

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Un peu de cynisme sous le sapin

Vaut-il mieux un mensonge enguirlandé qu’une vérité qui désespère ? Les vitrines illuminées, les publicités criardes, les queues énervées aux caisses et la frénésie de clics acheteurs permettent de se shooter à crédit pour ne pas voir le désastre de consumation que sont devenues les fêtes de fin d’année, en attendant la fin d’un monde. Le Père Noël est vraiment une ordure.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© Patricia M.

Des téléfilms guimauve incluant obligatoirement « Noël » dans leur titre et qui inondent les programmes tv gratuits ou payants ; le vénérable Tino qui crachote son « Petit papa Noël » dans des haut-parleurs urbains asthmatiques ; des pères Noël de supermarchés moins crédibles que des poupées gonflables et qui se pèlent sur le trottoir  ; des illuminations très kitch qui clament, en kilowatts, un supposé statut social sur des bicoques de lotissement ; des marchés de Noël qui se multiplient comme les pains de la bible avec des marchands du temple de la consommation qui font la nique à Jésus ; des vins chauds qui se muent en piquettes fumantes ; une course numérique et frénétique à la console de jeux en pénurie de composants taïwanais ; des réseaux sociaux en transe où s’exposent les goûts les plus abracadabrantesques en matière de décoration et de recettes de cuisine festive… n’en jetez plus, les fêtes de fin d’année sont une gabegie de dépenses et de mauvais goût dont les conséquences sociales, environnementales, sont funestes.

Ainsi, derrière la bonhomie du bedonnant homme rouge, apparaît le méphistophélique Jeff qui se frotte les mains en faisant trimer jusqu’à épuisement ses lutins enchaînés à leurs consoles, fliqués par l’algorithme d’Amazon, dans des entrepôts sinistres de déshumanisation, dont l’appétit de gadgets plastiques et numériques est satisfait par d’autres hordes de lutins esclaves, pas en Laponie, mais en Chine : là-bas on les appelle des Ouïghours. Pas de rennes virevoltants mais des norias de porte-conteneurs et de camions puants pour déposer cette débauche de consommation sur le pas des portes, masquant le paillasson « Bienvenue ». Le bilan carbone de cette ordure de père Noël est indécent.

Noël amer © Marc Nidjam

Et puis des réveils nauséeux et bruyants, des vomissures alcoolisées, des poubelles qui se remplissent d’emballages et d’excès festifs, des crises de nerfs devant des notices absconses ou l’absence du bon calibre de pile, des cadeaux qui n’en sont pas et qui vont faire tourner à fond les serveurs du Bon coin. Pour couronner ce sinistre tableau, des repas de famille qui se transforment en pugilats. Les motifs ne manquent pas : vaccination et antivax, Zemmour, campagne présidentielle, Zemmour, religions et terrorisme, Zemmour, féminisme et patriarcat, Zemmour, confinement et gestes barrière… Et puis les résultats de tests Covid de lendemain de réveillon et les accusations de contaminations. Ajoutez-y quelques vieilles rancœurs en souffrance : « J’ai toujours su que tu étais le préféré des parents ! » et il ne manquera aucune boule sur le sapin, en plastique ou bourré de pesticides. Et loin des éclats de voix et des guirlandes, des migrants se noient, le froid dévore des SDF, des déplacés climatiques sont en quête d’une crèche, des victimes de guerre agonisent, des petits vieux meurent de solitude.

Il n'y a pas des sapins dans tous les foyers © Guy Richard Giulielli

Je ne sais pas si « c’était mieux avant », avant quoi d’ailleurs ? Mais j’ai le souvenir indélébile de mon premier jouet, paquet énorme et esseulé à côté de la traditionnelle orange : un train Hornby métallique, électrique et sonore. Pas de plastique à part un peu de bakélite sur le transformateur. C’était il y a 60 ans, il est toujours là dans sa boîte fatiguée, je vais le sortir pour jouer avec mes petits-fils. Pas sûr qu’en 2081, les enfants d’aujourd’hui se souviendront de leurs jouets du Noël 2021. En auront-ils d’ailleurs le loisir ?

Motrice BB 8000 Hornby

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le ministre Éric Dupond-Moretti est renvoyé devant la Cour de justice
Éric Dupond-Moretti devient le tout premier ministre de la justice en exercice à être renvoyé devant la Cour de justice de la République pour des faits commis dans l’exercice de ses fonctions. Le garde des Sceaux est accusé de « prise illégale d’intérêts » après avoir fait pression sur plusieurs magistrats anticorruption.
par Michel Deléan
Journal
Au moins 25 % des chômeurs ne réclament pas leur allocation
Entre 390 000 et 690 000 personnes ne demandent pas d’allocation chômage alors qu’elles y ont droit, soit de 25 % à 42 % de taux de non-recours, essentiellement chez les plus précaires. Des chiffres communiqués au Parlement par le gouvernement.
par Cécile Hautefeuille
Journal — France
« Ruissellement » : la leçon de Londres à Emmanuel Macron
Le gouvernement britannique a dû renoncer ce lundi à une baisse d’impôts sur les plus riches sous la pression des marchés. Une preuve de la vacuité du ruissellement auquel s’accroche pourtant le président français.
par Romaric Godin
Journal — France
Sélection à l’université : « Quand réfléchit-on au droit à la réussite ? »
Des écarts scolaires qui se creusent avant le bac, un financement inégalitaire dans le supérieur et un régime de plus en plus sélectif symbolisé par Parcoursup : la « démocratisation des savoirs » prend l’eau, s’inquiètent les sociologues Cédric Hugrée et Tristan Poullaouec, dans leur livre « L’université qui vient ».
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Iran - Pour tous les « pour »
Les messages s'empilent, les mots se chevauchent, les arrestations et les morts s'accumulent, je ne traduis pas assez vite les messages qui me parviennent. En voici un... Lisez, partagez s'il vous plaît, c'est maintenant que tout se joue.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Artistes, écrivains et journalistes iraniens arrêtés
Une traduction de la chanson « Barayé » (Pour...) du chanteur Shervin Hajipour, arrêté le 29 septembre.
par Mathilde Weibel
Billet de blog
Dernier message de Téhéran
Depuis des années, mon quotidien intime est fait de fils invisibles tendus entre Paris et Téhéran. Ces fils ont toujours été ténus - du temps de Yahoo et AOL déjà, remplacés depuis par Whatsapp, Signal, etc. Depuis les manifestations qui ont suivi la mort de Mahsa, ces fils se sont, un à un, brisés. Mais juste avant le black out, j'avais reçu ce courrier, écrit pour vous, lecteurs de France.
par sirine.alkonost
Billet de blog
Voix d'Iran - « Poussez ! »
À ce stade, même s'il ne reste plus aucun manifestant en vie d'ici demain soir, même si personne ne lève le poing le lendemain, notre vérité prévaudra, car ce moment est arrivé, où il faut faire le choix, de « prendre ou non les armes contre une mer de tourments ».
par sirine.alkonost