Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

81 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 mars 2021

Le commerce mondialisé victime d’une thrombose

Le système circulatoire qui irrigue le moteur du capitalisme planétaire a une artère bouchée à force d’avoir les yeux plus gros que le ventre. Le canal de Suez a du mal à digérer un gros caillot, un navire ventripotent sensible à la brise du désert. Il aura suffi d’un minuscule virus ou d’une petite rafale de vent pour gripper la machine infernale du commerce mondialisé.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce n’est pas encore l’infarctus fatal mais le système circulatoire du commerce mondialisé de tout, et surtout n’importe quoi, vient de subir encore une sérieuse alerte, une thrombose dans l’une de ses plus grosses artères, et rien à voir avec le vaccin AstraZeneca. Et les conséquences sont tout de suite astronomiques : ce sont près de quatre cents navires bloqués (dont certains avec des milliers d’animaux vivants, du moins pour l’instant) , des dizaines de milliards de dollars immobilisés (huit milliards par jour de blocage) et des sueurs froides pour les capitalistes du transport maritimes. Les traders du pétrole se sont un temps affolés faisant bondir les cours.

Lorsqu’un malade entre à l’hôpital avec un tel diagnostic, on en recherche tout de suite les causes. Pour le commerce mondial, il est clair qu’à force de se goinfrer de babioles et colifichets fabriqués par notamment des esclaves Ouïghours, l’Occident consommateur a mis le transport maritime et ses multinationales en surchauffe. C’est par lui que transitent 90 % du commerce. Ce sont, en temps normal, plus de 50 000 navires qui sillonnent chaque jour les océans et, au passage, polluent en nettoyant leurs cuves, transportent des espèces invasives dans leurs ballasts à travers la planète, perturbent les cétacés dans leurs communications, sans compter les milliers de conteneurs perdus en mer tous les ans lors de chaque tempête. Et, pour rentabiliser les déplacements, les sociétés de fret ont versé dans le gigantisme en se dotant de monstres flottants à l’image de l’Ever Given : 400m de long, 220 000 tonnes et plus de 18 000 conteneurs. Des navires exigeant de nouvelles infrastructures à leurs mesures et frôlant les limites des plus anciennes.

Le B-Franklin de la CMA CGM est de la même taille que l'Ever Given © Alexandre Prévot

Bref, le transport maritime a eu un problème de transit dans le canal de Suez, mais ce n’est pas le seul. Les Occidentaux continuant de compter leurs morts et étant au régime confiné depuis un an, les transporteurs, qui n’ont pas le temps d’attendre les bénéfices, ont déplacé navires et conteneurs vers l’Asie et surtout la Chine qui a remis très tôt le pied sur l’accélérateur de la croissance. Résultat, les usines européennes, qui peinent déjà à produire et à exporter, ne trouvent plus de conteneurs et voient les coûts de transport s’envoler devant la rareté des navires. L’occlusion guette l’économie européenne (enfin surtout allemande). Dans l’autre sens, il y a aussi asphyxie avec une pénurie de matières premières et composants venant d’Asie pour fabriquer. L’économie mondialisée et libérale est décidément dans un état clinique inquiétant après l’arrêt respiratoire de la flotte aérienne, les AVC des chaînes de montage de bagnoles, l’état de stase du tourisme de masse… Un diagnostic d’instabilité qui fait palpiter d’inquiétude les portefeuilles des gros bonnets du capitalisme mondialisé.

Presque rigolards fin 2019 face à l’apparition d’un minuscule-virus-coupable-de-grippette-qu’on-n’a-même-pas-besoin-de-masque, gouvernements et grands patrons ont été dans le déni au bénéfice du business-as-usual, « quel qu’en soit le prix ». Macron reste obstinément dans cette ligne de déni concernant les moyens à allouer aux services de santé et clamant depuis janvier, du haut de sa tour d’ivoire, que le confinement, comme les masques, est inutile, voire néfaste, et qu’il voit les vaccins arriver à l’horizon dans la poussière qui poudroie. Comme dans les westerns à la John Ford, la cavalerie va arriver à la fin de la bataille pour compter les morts.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés