Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

84 Billets

1 Éditions

Billet de blog 29 avr. 2022

Les famines à venir de la mondialisation

L’atrocité de civils ukrainiens écrasés sous les bombes ne suffisant pas, d’autres cohortes humaines, de par le monde, vont souffrir de la faim et en mourir. En cause, le grenier à blé de la mondialisation est en guerre mais surtout, partout, les paysans de l’agriculture vivrière ont été méthodiquement éradiqués par cette même mondialisation des marchés de matières premières agricoles.

Yves GUILLERAULT
Paysan et journaliste, tous les deux en retraite active
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Paysan congolais et production vivrière © Antoine Moens de Hase

L’invasion brutale de l’Ukraine par l’armée terroriste de Poutine a pour premières conséquences la litanie des morts violentes de civils innocents, l’exode forcé de millions d’autres, des destructions d’infrastructures essentielles à la population (hôpitaux, adductions d’eau…) et la mise sous tutelle propagandiste et sécuritaire du peuple russe. Mais l’attitude belliciste et primaire du criminel du Kremlin est en train de provoquer d’autres désastres humains, directs avec les raids meurtriers des mercenaires de Wagner, en lien avec des régimes cleptocratiques, ou indirects avec la désorganisation de la mondialisation des matières premières agricoles et en premier lieu du blé et de l’huile de tournesol.

Formé à l’école du KGB, Poutine a parfaitement identifié les faiblesses des démocraties occidentales qui se sont mises au service mercantile des économies de marchés et se sont rendues dépendantes aux matières premières russes. Les richesses agricoles de l’Ukraine sont aussi un butin, ou pour le moins une prise d'otage, qui permet à Poutine de créer un chaos de diversion. Le gaz russe est devenu une laisse pour les Européens, et le blé bloqué en Ukraine un instrument de déstabilisation de l’ordre capitaliste et de ses flux mondiaux.

Nombre de pays africains (mais pas seulement), déjà théâtres d’émeutes de la faim en 2007-2008, paient le prix fort de leur dépendance aux importations alimentaires de l’occident. On peut faire remonter cette dépendance mortifère à la colonisation. Colonialisme et néocolonialisme, ce dernier initié notamment par les politiques du FMI et de la Banque mondiale, ont imposé des monocultures de rentes et d’exportation aux pays les moins avancés, de l’arachide à la banane en passant par l’huile de palme et désormais l’agrocarburant remplissant les réservoirs de nos SUV. Le tout accompagné de corruption, de cleptocratie, d’accaparement étatique et/ou privé des terres, de portes ouvertes aux puissantes multinationales de l’alimentaire et de spéculation sur les stocks vitaux des récoltes, dans un contexte de changement climatique et sa litanie de catastrophes naturelles.

Battage du blé en Birmanie © Jean Latour

Le mouvement s’est considérablement accéléré depuis l’expansion sans garde-fous de la mondialisation à partir des années 1980. Dans toutes les régions du monde, la libéralisation débridée des flux du commerce et des capitaux a, sur le plan des matières premières agricoles, engendré la spécialisation de régions entières du globe, la mort économique de l’agriculture vivrière et de millions de petits paysans, enfin le saccage écologique de la planète. Les excédents européens et nord-américains, fortement subventionnés, ont inondé les marchés des pays du Sud, ruinant les producteurs locaux. Nombre d’ONG et organismes onusiens ne sont pas à épargner. Dans l’urgence de famines en cours, elles ont inondé des régions entières de produits excédentaires occidentaux ‒ parfois de piètre qualité ‒, oubliant de donner les moyens et outils nécessaires pour redémarrer des productions vivrières locales ou plaquant des méthodes et techniques occidentales sur les productions et régimes alimentaires locaux.

Liquidation mondiale des paysanneries

Avec la mondialisation capitaliste, la production agricole, comme l’eau ou les ressources de biologiques, est devenue une industrie et un commerce comme un autre. Sur les écrans des traders, cinquante kilos de blé valent symboliquement autant qu’un iPhone fabriqué par des Ouïghours, un sanglant baril de pétrole russe ou une citerne de gaz de schiste américain.

L’essor de la spéculation sur ce secteur vital et stratégique pour les populations, à fortiori pour les plus fragiles, a de plus permis à une petite clique d’« investisseurs » d’amasser d’immenses fortunes et à des millions d’hommes et de femmes de plonger dans la misère et la malnutrition. La mondialisation a aussi orienté les régimes alimentaires des populations conduisant à de graves problèmes de santé : obésité, diabète…1 Elle a également fragilisé la santé de la biodiversité. Sur France Inter,2 la réalisatrice et journaliste Marie-Monique Robin et l'écologue-parasitologue Serge Morand sont venus rappeler que « si on continue de détruire les écosystèmes, nous allons entrer dans ″une ère d'épidémie de pandémies″ », la Covid n’étant qu’une préfiguration des nombreuses crises à venir, « tant la liste des nouvelles maladies émergentes liées à la dégradation écologique est très longue ».

La liquidation mondiale des paysanneries, dont les agricultures vivrières étaient gages d’intégration aux milieux dans lesquels elles produisaient pour une population locale, provoque donc aujourd’hui des famines, ne pouvant plus suppléer l’arrêt des importations. Et son remplacement par des monocultures industrielles d’exportation a provoqué des dévastations écologiques, notamment la dégradation dramatique des terres agricoles.

La FNSEA en reconquête

Une agriculture industrielle occidentale qui voit une opportunité de reconquête de marchés dans la mise à mort de l’agriculture ukrainienne. Dès les premières inquiétudes sur les approvisionnements en denrées agricoles des pays du Sud, Christiane Lambert, présidente du syndicat patronal FNSEA, a proposé avec compassion l’aide de ses adhérents exploitants pour couvrir, du moins en partie, les besoins, son plan incluant la revendication d’une suspension des contraintes environnementales sur les jachères et les épandages de pesticides. Le syndicat va pouvoir accroître ses exportations pour le plus grand bien de la balance commerciale du pays tout en augmentant les surfaces pour les agrocarburants, voire pour alimenter les méthaniseurs géants en construction.

La situation française souffre du même mal (ceteris paribus sic stantibus, toutes choses étant égales par ailleurs) : la disparition de ses paysans et de son agriculture vivrière, remplacés par des productions industrielles exportatrices et/ou dépendantes des importations d’intrants (engrais, alimentation animale…), conduit à des tensions sur les approvisionnements ‒ voir les rayons vides d’huile de tournesol ou de farine ‒ et à la détresse des familles pauvres devant la valse des étiquettes. La grippe aviaire, qui ne grippe que l’élevage industriel, la peste porcine qui menace l’élevage tout aussi industriel du porc (pour ne citer que ces deux maux de ce modèle de production) ne font qu’ajouter au désordre.

L’autosuffisance alimentaire de la France n’est qu’une utopie dans ce contexte de mondialisation et malgré la richesse de ses terroirs.3 L’indépendance alimentaire, tant dans les pays du Sud qu’en Europe, ne sera réelle que si on laisse l’espace suffisant aux paysans nourriciers, à la production locale et à l’agroécologie.

Troupeau de limousines en Haute-Garonne © Yves Guillerault

1. : https://theconversation.com/la-mondialisation-est-elle-bonne-pour-la-sante-181906.

2. : https://www.franceinter.fr/emissions/la-terre-au-carre/la-terre-au-carre-du-jeudi-21-avril-2022.

3. : Voir aussi le blog de Christophe Gatineau https://www.lejardinvivant.fr/2022/04/03/pourquoi-la-france-devrait-sinquieter-de-sa-securite-alimentaire/?utm_source=mailpoet&utm_medium=email&utm_campaign=Famine

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida