Macron et la République des experts

Après les experts de la pandémie, les experts de l'économie. Ils vont nous dire d'une seule voix idéologique ce que sera notre place réservée dans leur monde. Ou comment faire passer avec élégance un suppositoire libéral à une population revendicative, groggy par le confinement, enfièvrée par la crise économique qui la submerge.

Macron et son gouvernement (Philippe, Lemaire et Darmanin en tête) n'ont montré aucun signe d'infléchissement de leur politique d'avant. Les milliards mis sur la table pour l'instant (Air France, automobile...) n'ont qu'un seul but, celui de relancer la machine libérale sans autres remise en question.

Reste qu'une bonne partie de la société civile réclame autre chose, rêve d'autres voies, revendique, de plus en plus avec véhémence, la parole.

Comment donc contourner tous ces mauvais coucheurs, garder le cap libéral et injecter les nombreux autres milliards à venir dans la machine à cash sans se faire remonter les bretelles ?

La manœuvre macronienne, sur le champ de ruine de l'économie post-pandémie, consiste donc à créer une commission à sa pogne tout en tentant d'impressionner le petit peuple et rendre irréfutables toutes ses futures propositions. A l'image de la commission de scientifiques qui a eu le dos large dans les (mauvaises) décisions prises au début de la crise pandémique.

Rendez-vous compte : deux anciens « prix Nobel » et un ex chef économiste du FMI, tous rodés aux plateaux TV et surtout intellectuellement Macron-compatibles. Le reste de la commission ne dépareille pas. Tous font partie du même monde des économistes satellites du système libéral. Homogénéité idéologique, relevée avec justesse par les Économistes atterrés.1

Donc pas de risques de scènes de ménages à la table de ces « experts » indiscutables et de bon aloi, pas de confrontation directe avec l'extérieur de leur monde idéologique, pas de comptes à rendre aux soutiers de la République. Juste la mission de flatter l'oreille de Macron avec un discours aux harmonies libérales, conformes à la politique invariable présidentielle.

Et pour lui, des conclusions qui seront bien plus faciles à imposer et opposer aux ignorants de la chose économique, comme les « gentils animateurs » du Grand débat ou de la Convention citoyenne pour le climat qui ont distrait les agités des ronds-points, les trublions des zad ou les emmerdeurs des associations environnementales.

D'un côté des experts triés sur le volet, bardés de diplômes, gonflés suffisance et de notoriété BFMesque ; de l'autre des râleurs limités à leur petit monde d'en bas, toujours à se plaindre que le « ruissellement » de fortune, théorisé par ces mêmes experts, ne soit jamais arrivé jusqu'à eux. Ou alors au compte-goutte.

Les grincheux pourront toujours faire dégringoler la côte sondagière du Président, ils auront du mal à contrecarrer les arguments de « prix Nobel».

La République des experts professionnels dans toute sa splendeur. Les déconfinés sous haute surveillance n'ont plus qu'à faire leur deuil du débat démocratique et pluraliste. On est en guerre, qu'on vous dit !

1 : https://blogs.mediapart.fr/les-economistes-atterres/blog/310520/l-economie-neoclassique-au-dessus-ou-au-dessous-de-tout

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.