Le futur de la démocratie occidentale se joue au Brésil

C'est le titre d'un article de fond du journaliste Pepe Escobar. Que l'on partage ses positions ou pas, il force à s'interroger sur le futur de la démocratie. Le même manipulateur de marionnettes, Steve Bannon, a été à l’œuvre aux USA, en Grande Bretagne, au Brésil, et souhaite maintenant fédérer les mouvements populistes européens à Bruxelles.

La finance contre la pensée ?

Ghosn illustre l'idéal macronien des premiers de cordée. Avec un revenu en millions d'euros, probablement impossible à dépenser, il a besoin de faire payer sa contribution au bien commun, ou l'appartement de sa sœur, par les contribuables japonais (et probablement les autres). La baisse des impôts sur les plus riches a également fait partie des priorités de notre gouvernement. On a l'impression que ce monde joue un championnat acharné d'échecs entre peu de joueurs, dans lequel les pièces sont les richesses de la planète, la misère et nous-mêmes. Toujours plus, toujours plus vite, l'idéal des jeunes boutonneux des GAFAM devient le modèle.

Pourtant, la planète prend feu. L'espérance de vie que l'on pensait croître sans limite pourrait avoir atteint un plafond, et a régressé aux USA pour la première fois. La misère et la faim que l'on croyait en voie d'éradication reviennent en force au Brésil. L'Histoire dont certain nous annonçait la fin nous montre l'apparition de phénomènes nouveaux et inquiétants en Hongrie, Pologne, Italie, USA et Brésil entre autres. La science dont la progression est fulgurante, tant pour nous situer dans un espace-temps après le Big Bang, que pour comprendre la biologie et les étapes de l'apparition de l'homme sur terre, est maintenant niée par des croyances anti-vaccins ou créationnistes en pleine expansion.

Y a-t-il un lien entre la course folle aux super-profits et la progression de l'obscurantisme ? Le Brésil nous indique qu'elles sont menées par les mêmes zélateurs, et ce n'est peut-être pas un hasard. Pour certains ultralibéraux, la démocratie est une forme de gouvernement qui a fait son temps, et ils suggèrent de la remplacer par une prise de décision optimisée par des programmes informatiques.

La pensée scientifique est née à Athènes avec la démocratie. En voulant la mort de cette dernière, donc aussi celle du citoyen, ils souhaitent un monde dans lequel la pensée serait inutile. Et comme il est difficile de vivre sans ligne d'horizon, arrivent les évangéliques avec lesquels ils ont un modèle totalement compatible. Les victimes, nous, avec gilets jaunes ou pas, sommes désarmés depuis que Dieu est mort, et le Grand Soir aussi.

Lire l'article de Pepe Escobar :

https://consortiumnews.com/2018/10/09/future-of-western-democracy-being-played-out-in-brazil/?print=pdf

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.