Yves Tourneur

Olinda - Brésil

Son blog
10 abonnés Le blog de Yves Tourneur
Voir tous
  • Retour sur le coup d'état au Brésil

    Par
    Un procès fleuve révéla l'ampleur de la corruption, et mit en cause l'ancien Président Lula. Simultanément, des campagnes très intenses sur internet et les média brésiliens révélaient sa richesse. Sa condamnation et incarcération ont été rapportées dans la presse nationale et internationale. On a finalement découvert que tout était un stratagème des USA. Bref retour sur les faits et bilan.
  • L'ADN des brésiliens, quand la biologie conforte les connaissances historiques.

    Par
    Beaucoup de brésilien décrivent dans leur famille une histoire d'ancêtre indienne séquestrée. On a également documenté de nombreux cas de viols d'esclaves par leur maître. Ces récits viennent de prendre leur mesure dans le projet sur l'ADN des brésiliens : "DNA do Brasil".
  • Carrefour au Brésil, les coups les plus bas.

    Par
    A Porto Alegre, deux vigiles de l'entreprise ont tué à coups de poing et de pied un client noir devant son épouse, la veille du jour national de la conscience noire. La scène a été filmée par un livreur qui était à proximité, et la vidéo a parcouru le monde. Mais elle fait remonter à la surface une série d'autres événements impliquant Carrefour.
  • Le mouvement Black Lives Matter est-il financé par la Chine ?

    Par
    "Le mouvement Black Lives Matter est financé par la Chine." On trouve cette même information sur les sites brésiliens pro-Bolsonaro et sur des sites d'extrême-droite américaine. Les arguments qui appuient ce scoop sont bien légers. Ce type d'infox constitue l'information de combien de personnes dans les deux pays ?
  • Scandales politico-judiciaires au Brésil : retour aux sources, le procès Banestado.

    Par
    Le scandale Petrobras qui a ruiné les plus grandes entreprises du Brésil, mené Lula en prison et destitué Dilma Rousseff s'inscrit comme la suite d'affaires judiciaires, commençant par le scandale Banestado. De nouvelles révélations mettent en cause des politiques, des industriels et un membre de la cour suprême brésilienne, qui avait légalisé la destitution de Dilma Rousseff et accusé Lula.