Yves Tourneur

Olinda - Brésil

Son blog
10 abonnés Le blog de Yves Tourneur
Voir tous
  • Carrefour au Brésil, les coups les plus bas.

    Par
    A Porto Alegre, deux vigiles de l'entreprise ont tué à coups de poing et de pied un client noir devant son épouse, la veille du jour national de la conscience noire. La scène a été filmée par un livreur qui était à proximité, et la vidéo a parcouru le monde. Mais elle fait remonter à la surface une série d'autres événements impliquant Carrefour.
  • Le mouvement Black Lives Matter est-il financé par la Chine ?

    Par
    "Le mouvement Black Lives Matter est financé par la Chine." On trouve cette même information sur les sites brésiliens pro-Bolsonaro et sur des sites d'extrême-droite américaine. Les arguments qui appuient ce scoop sont bien légers. Ce type d'infox constitue l'information de combien de personnes dans les deux pays ?
  • Scandales politico-judiciaires au Brésil : retour aux sources, le procès Banestado.

    Par
    Le scandale Petrobras qui a ruiné les plus grandes entreprises du Brésil, mené Lula en prison et destitué Dilma Rousseff s'inscrit comme la suite d'affaires judiciaires, commençant par le scandale Banestado. De nouvelles révélations mettent en cause des politiques, des industriels et un membre de la cour suprême brésilienne, qui avait légalisé la destitution de Dilma Rousseff et accusé Lula.
  • Climat délétère au Brésil

    Par
    On apprend jeudi 23 avril que l'ex-juge Moro donne sa démission du gouvernement Bolsonaro. Le lendemain matin, les informations sur cette démission étaient encore contradictoires, révélant un profond désarroi du gouvernement. Cette information intervient au milieu d'une tourmente et une montée du pouvoir des militaires. Article écrit à chaud, donc susceptible de révision.
  • La réception ratée de Ronaldinho.

    Par
    Le footballer Ronaldinho Gaucho a été arrêté au Paraguay avec un faux passeport, alors qu'il pouvait disposer d'un passeport diplomatique. L'ex-juge anticorruption Moro, ministre de la justice, demande instamment sa libération. Bolsonaro, le parrain des casinos américain et Steve Bannon complètent la toile de fond de cet étrange tableau.