Carrefour au Brésil, les coups les plus bas.

A Porto Alegre, deux vigiles de l'entreprise ont tué à coups de poing et de pied un client noir devant son épouse, la veille du jour national de la conscience noire. La scène a été filmée par un livreur qui était à proximité, et la vidéo a parcouru le monde. Mais elle fait remonter à la surface une série d'autres événements impliquant Carrefour.

Carrefour Brésil

Le groupe créé en 1959 s'est développé au Brésil à partir de 1975, où il est maintenant le premier employeur étranger du pays. Avant le drame du 19 novembre 2020, le groupe était déjà connu pour la violence de ses pratiques.

2020, Porto Alegre

A Porto Alegre, deux vigiles de l'entreprise ont tué à coups de poing et de pied un client noir devant son épouse, la veille du jour national de la conscience noire. La scène a été filmée par un livreur qui était à proximité, et la vidéo de l'agression a parcouru le monde.

2020, à Rio
Blouse seulement pour les blancs. © Conjur Blouse seulement pour les blancs. © Conjur

Nataly Ventura da Silva, employée de nettoyage, est renvoyée du "Hipermercado Atacadão", une enseigne du groupe, pour "être entrée en conflit avec ses collègues". Suite à sa plainte, le parquet mène une enquête, et découvre que la dispute commence quand l'employée a trouvé sur sa blouse : "ne doit être utilisée que par des blancs". L'employé responsable, qui a reconnu le fait, est alors renvoyé par l'entreprise qui dit avoir découvert les faits par l'enquête de justice (consultor jurídico).

 

 

2020, Recife

Corps d'un employé décédé dans le magasin, masqué par des parasols; Corps d'un employé décédé dans le magasin, masqué par des parasols;
Un employé d'un prestataire de Carrefour a pris un malaise et est mort dans le magasin. Pour ne pas interrompre le commerce, son corps a été recouvert par des tapisseries et des parasols de 7 heures à 11h30 (Brasil Econômico, Globo, UOL). Carrefour a présenté des excuses, et reconnu qu'il aurait dû fermer le magasin.

 

2019, São Paulo

La justice interdit à Carrefour de contrôler les entrées et sorties de ses employés aux toilettes. Carrefour annonce qu'il va faire appel de cette décision (RBA).

2018, São Bernardo do Campo (São Paulo)

Un client, Luís Carlos Gomes, avait ouvert une boîte de bière. Surpris par les vigiles, il veut payer la bière. Il est entraîné dans les toilettes où on lui fait un étranglement et lui donne des coups. Gomes qui est handicapé a eu plusieurs fractures et en est resté avec une jambe plus courte que l'autre (BdF).

La vidéo, enregistrée par les caméras de surveillance, a été publiée au journal national de la TV Globo.

2017, Rio
Tiré de The Intercept Brasil 20/12/2017 © The Intercept Brasil Tiré de The Intercept Brasil 20/12/2017 © The Intercept Brasil

des travailleurs qui avaient demandé le paiement du travail les jours fériés ont renvoyés sous prétexte des réductions de coûts. Les employés renvoyés avaient participé à un mouvement de grève. Un des employés dit au journaliste ne jamais avoir vu en 12 ans de maison de renvoi entre Noël et le jour de l'an (The Intercept Brasil). Les employés ont reçu 30R$, quelques euros pour travailler pendant les fêtes, pas de la moitié de ce que prévoit la loi.

 

2009 Osasco, São Paulo

Cas de Januário Alves de Santana. Un client, technicien en électronique, a été agressé par les gardes qui l'ont pris pour un voleur et l'ont accusé de voler sa propre voiture. Une manifestation s'est organisée avec une banderole "où sont les noirs?" et "Carrefour raciste". Carrefour a annoncé rompre son contrat avec l'entreprise de sécurité (Portal Geledes)

Photo à Carrefour Osasco (São Paulo) © Portal Geledes Photo à Carrefour Osasco (São Paulo) © Portal Geledes

 

Nécessaire remise en cause générale de Carrefour

A chaque événement de ce type, Carrefour annonce avoir exclu les coupables, ou mis fin au contrat avec l'entreprise de vigiles. Mais il est clair que l'enseigne n'est ni sociale, ni regardante sur la personnalité des agents de sécurité.

A São Paulo, un magasin a été mis à sac.

Magasin Carrefour São Paulo mis à sac. Magasin Carrefour São Paulo mis à sac.

 

"Le géant de la distribution, premier employeur privé étranger du Brésil, avec 90 000 employés et plus de 700 magasins, est désormais dos au mur. Lundi, l’action du groupe a chuté de 5,35 % à la bourse de Sao Paulo. Pour le moment, ni les excuses officielles de Carrefour, ni la création d’un fonds de 25 millions de reais (3,9 millions d’euros) pour lutter « contre le racisme au Brésil », ni la rupture du contrat avec la société de sécurité Vector, pour laquelle travaillaient les deux vigiles accusés du meurtre de Porto Alegre, n’ont été suffisantes pour calmer l’incendie." (Le Monde, 27/11/2020)

 

Carrefour, la viande moins chère © Image circulant sur les réseaux sociaux Carrefour, la viande moins chère © Image circulant sur les réseaux sociaux

Le racisme très fréquent au sein des forces de l'ordre comme des agents de sécurité est connu. Il n'exonère pas le géant de la distribution, connu pour ses actes de violence (Wikipedia Brésil), qui devra mettre en cause profondément son fonctionnement.

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.