La condamnation de Lula par la justice brésilienne

Contexte : La présidence de Lula.

Ouvrier métallurgiste, Lula da Silva a été élu en 2002, réélu en 2006, et est sorti avec 87 % d'opinions favorables. Sous sa présidence, le PIB du Brésil a fait un saut de 35,6 à 66,9 milliards de $.

Sa présidence est surtout marquée par les grands plans sociaux "électricité pour tous", "faim zéro", "pharmacie populaire" et surtout "bourse famille", qui sort 13 millions de personnes de la faim et 40 millions de l'insécurité alimentaire.

Cette prospérité profite à tous au Brésil, mais davantage aux plus pauvres qu'aux plus fortunés. Mais elle fait des mécontents du fait d'une haine de classe inimaginable en Europe, qui rend intolérable à l'élite de fréquenter les pauvres sur les routes et dans les aéroports.

Elle irrite surtout les USA qui voit d'un mauvais œil le développement d'une éventuelle émancipation des pays latino-américains : fond pour le convergence structurelle du Mercosud, (FOCEM, 2005), le lien avec la communauté Andine par l'union des nations Sud-américaines (UNASUL, 2008), l'association avec les Caraïbes (CELAC, 2011).

Ils voient surtout d'un mauvais œil l'alliance des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) et leur banque de développement qui permettrait un pôle économique qui leur échapperait dans ce qu'ils considèrent depuis deux siècles comme leur pré carré(i).

 

La reprise en main.

Les USA se lancent alors dans une nouvelle reconquête de ce pays par plusieurs moyens.

Un soutien massif à des églises néo-pentecôtistes ultraconservatrices (dont la pénétration a été facilitée par le retrait de l’Église Catholique des zones de pauvreté et la fin de la Théologie de la libération prônée par Jean-Paul II).

L'offensive de "think tanks", en fait réseaux ultralibéraux(ii) qui diffusent des fake news : on trouve brusquement des milliers de vidéos sur Youtube accusant Lula ou son fils de détenir des propriétés immenses, son fils de rouler dans une Ferrari carrossée en or, etc(iii). Ils propagent une idéologie de l'égoïsme absolu(iv), créent et organisent le financement de mouvements de jeunes inconnus qui arrivent spontanément : Vem pra Rua, Movimento Passe Livre, Movimento para um Brasil Livre, etc. et des mouvements mondiaux comme Studients for Liberty.

Un intense travail auprès des milieux judiciaires. C'est en particulier le rôle de Mme Ayalde, qui se trouvait en Amérique Centrale lors de la destitution par le pouvoir judiciaire du président élu Zelaya, qui a été nommée ensuite ambassadrice au Paraguay, où a été destitué par le pouvoir judiciaire le président élu Lugo, et enfin nommée ambassadrice au Brésil.

Une campagne sans précédent d'espionnage électronique. Selon Snowden, le Brésil a été le plus écouté du monde en 2013. C'est ainsi que les américains découvrent le degré de corruption de la société nationale Petrobras.

Enfin, une utilisation de procès contre la corruption pour éliminer la présidente Dilma Rousseff, mais surtout pour éliminer du champ politique l'ancien président Lula da Silva. Le procès du Lava-Jato, dont on sait maintenant qu'il était piloté depuis les USA, comme l'explique l'Attorney General Kenneth Blanco(v).

 

Les accusations.

Le procès contre Lula repose sur les affirmations de personnes incarcérées menacées de prison à perpétuité. Aucun document n'atteste la propriété de l'appartement de luxe qu'on lui reproche d'avoir caché. Au contraire, le titre de propriété de cet appartement a été publié par une juge dans une autre affaire, il est au titre de la société de BTP OAS. Lula a porté plainte auprès du comité des droits de l'homme de l'ONU le 28 juillet 2016, dénonçant de nombreuses irrégularités de l'enquête, dont divulgation de conversations privées, écoute du cabinet d'avocats et l'arrestation à l'aube du 4 mars par 300 militaires armés, face aux caméras opportunément invitées. La demande a été jugée recevable et l'ONU a délégué l'avocat anglo-australien Geoffrey Robertson(vi) qui avait entre autres défendu des victimes de Pinochet et Julian Assange.

 

Le juge.

Le juge Moro qui a mené le procès contre Lula enquête et prononce la condamnation, selon la loi brésilienne, héritage particulier du droit portugais de l'inquisition. Ce juge était connu pour avoir blanchi tous les accusés, politiques de droite, dans un procès d'escroquerie bien supérieur à Petrobras (Banestado). Il monnayait ses verdicts dans l'enquête actuelle, et son épouse est accusée dans une escroquerie à l'enfance inadaptée (APAE). Il faisait des voyages constants aux USA. Après l'avoir longtemps nié, il a reconnu récemment travailler avec l'aide des service américains, et a annoncé qu'il s'installerait aux Etats-Unis à la fin du procès. Le juge a fait l'objet de livres d'apologie, de posters et de tee-shirts à son effigie, a eu droit à une double page dans Le Monde(vii). Il a constamment fourni des documents à la chaîne TV Globo, y compris des écoutes de la Présidente de la République obtenues illégalement avec les moyens techniques américains.

 

Le cinéma.

L'arrestation du Président Lula devait se faire de manière spectaculaire, par 300 hommes armés à 6h du matin à son domicile de la banlieue ouvrière de São Paulo, la chaîne Globo ayant été prévenue et disposé ses moyens, y compris un hélicoptère, et interrompu ses programmes pour une matinée en direct. Lula a été mené à l'aéroport où il devait être pris en charge par un jet privé qui le mènerait dans l'état du juge Moro. Des témoins l'ayant reconnu, peut-être les militaires, la cour suprême prévenue fait arrêter l'opération. Les avocats de Lula ont appris plus tard que toute la scène avait été filmée par la police. Après avoir nié, le juge Moro a reconnu ces enregistrements illégaux. Il a refusé de les rendre, et on a su plus tard qu'ils ont été fournis à une équipe de cinéma liée à la TV Globo pour faire un film de fiction à gros budget, et vendu les droits pour 22 pays. La scène forte du film était l'arrestation de Lula. Ce film a fait un flop. Un nouveau film a donc été financé, une série sur Netflix, confiée à un réalisateur reconnu, Jose Padilla ("Tropa de elite" "Robocop"). Pour accréditer la corruption de Lula, il lui fait tenir dans les dialogues les propos d'un corrompu reconnu, Romero Jucá (une vague de désabonnement à Netflix est en cours pour réprobation).

Prospective à court terme

Lula a été condamné en première et seconde instance, son habeas corpus devrait être jugé le 4 avril et devrait être arrêté immédiatement après. Orateur hors pair, il est largement en tête des sondages pour la présidentielle de fin 2018. Une fois Lula empêché de s'exprimer, un candidat soutenu par la chaîne Globo devrait pouvoir être élu, ou du moins c'est ce qu'elle espère, ce qui devrait ainsi clôturer le cauchemar de Wall Street.

Quelques références

i De Paul Craig Roberts, considéré comme un des pères des Reaganomics. Washington Launches Its Attack Against BRICS, Paul Craig Roberts, Institute for Political Economy, 22/04/2016. There Has Been A Coup In Brazil, Paul Craig Roberts 29/05/2016

iiCato Institute, Atlas network, Hoover institution, Institut Millenium, Institut Ludwig von Mises,Instituto liberal, ...

iiiQuelques exemples collectés sur une Page de blog

iv"A nova roupa da direita" (Les nouveaux habits de la droite), Pública, 25/06/2015, traduction anglaise.

vTexte du discours sur le site du ministère US de la justice ou video du discours sous-titrée en portugais.

vi Article "The case for Lula", Foreign Affairs, 19/04/2017 et "Lula's truth" video 5/02/2017

vii"Le juge Sergio Moro, l’Eliot Ness brésilien", Le Monde, 17/12/2015

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.