Une révélation de la personnalité des procureurs du lava-jato.

Les procès de Petrobras, qui ont mené Lula à la prison, ont fait l'objet de nombreuses critiques. La publication des messages entre juges et procureurs les éclaire sous un jour nouveau, montrant un parti-pris et des connivences inconstitutionnelles. Une nouvelle série de révélations permet de cerner l'esprit de l'équipe de procureurs menée par le pasteur Deltan Dallagnol.

L'ancien Président a perdu en peu de temps Marisa, son épouse, Vavá, son frère aîné, puis Arthur son petit-fils à l'âge de 7 ans, de méningite.

Vavá, Arthur, Lula et Marisa Vavá, Arthur, Lula et Marisa
Marisa

Après un harcèlement continuel et aux convocations régulières de la justice, l'exposition à la télévision de ses conversations personnelles avec ses enfants, à l'invasion de son domicile lors de la tentative d'arrestation de Lula, Marisa Lula a fait un AVC qui l'a emportée le 3 février 2017. On avait assisté à ce moment à un déchaînement de haine dans la presse et les réseaux sociaux. L'équipe de procureurs n'était pas en reste, comme le révèle le contenu de leurs messages. Pendant son agonie, Dallagnol, également pasteur, écrit "elle est arrivée à l'hôpital comme un légume". Sa collègue Januário Paludo répond : “Ils éliminent les témoins”. Les procureurs faisaient les gorges chaudes de la situation. Ils craignaient que Lula utilise la situation pour "faire sa propagande".

Laura Tessler Laura Tessler
La procureure Laura Tessler : "qui va faire la prochaine audience de Lula aura besoin de patience pour la séance de victimisation", elle nie le rôle de la justice dans son accident cérébral et met en cause une "infidélité de Lula". Son collègue Antônio Carlos Welter : "la mort de Marisa fait un martyr du PT et a libéré pour une ballade sans conséquence politique". La procureure Jerusa Viecili ironise :"vous voulez que j'aille à l'enterrement ?". Une autre critique la présence d'une de ses collègues à l'enterrement : "c'est comme assister à la mort de l'épouse d'un chef de la maffia". Leur chef Dallagnol traite le message de Lula aux obsèques de "absurdité totale".

Vavá, frère aîné de Lula

Pasteur Deltan Dallagnol Pasteur Deltan Dallagnol
Alors que l'ex-président était incarcéré, les procureurs débattent sur l'autorisation d'assister aux obsèques de son frère aîné. Dallagnol : "il va demander d'aller aux funérailles. S'il y va, ça va être un tumulte intense". Un procureur parle de "tourisme", un autre prévient : "préparez-vous à une nouvelle romance pour les obsèques". Alors que Welter propose de l'autoriser, un autre répond : "le salopard veut se promener, et voilà que Welter a de la peine". Lula n'aura pas le droit d'aller à l'enterrement.

Arthur, petit-fils de Lula

Le procureur Pozzobon Le procureur Pozzobon

 À la mort du petit Arthur, une juge : "On s'intéresse à [la rupture du barrage de] Brumadinho... ça passera vite… beaucoup de pleurnicheries". Pour le juge Pozzobon, "Lula a utilisé la mort de son petit-fils comme stratégie pour s'humaniser… comme si c'était possible dans son cas".

Le contre-coup des révélations

Jerusa Viecili Jerusa Viecili
Après publication des messages, la procureure Jerusa Viecili, confirmant l'authenticité des messages, a officiellement exprimé des regrets et présenté des excuses au président Lula pour avoir plaisanté sur la mort de son épouse.


De nombreuses personnalités politiques de tout bord ont exprimé leur indignation, à l'instar de la candidate à la vice-présidence, Manuella Davila :

"Comment appelez-vous des personnes dénuées de sentiments et d’empathie? Des gens froids qui se moquent de la mort? Le comportement des procureurs de #vazajato avec l'ancien président Lula est répugnant".

 

Références :

Brasil 247 du 27 août 2019 (1)

Brasil 247 du 27 août 2019 (2)

Diario do Centro do Mundo du 27 août 2019

Correio 24 horas du 27 août 2019

UOL du 27 août 2017 et Video

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.