Yvon Huet
Retraité, journaliste à Vie Nouvelle et Présence
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 déc. 2019

l'Espagne à la croisée des chemins

L'Espagne est rongée par un conflit qui bloque son fonctionnement démocratique. Il faut que la gauche saisisse l'opportunité d'un règlement pour empêcher la droite de revenir au pouvoir. C'est aujourd'hui possible avec ceux qui, parmi les indépendantistes catalans, refusent de pratiquer la politique du pire.

Yvon Huet
Retraité, journaliste à Vie Nouvelle et Présence
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le roi bourbon a fait savoir son désagrément face aux négociations que mène le socialiste Sanchez avec la gauche catalane indépendantiste, ERC. Nous savons en France, par la voix de Manuel Valls, que le rêve des forces réactionnaires et patronales était de favoriser un accord PP/PSOE pour "sauver" l'unité de l'Espagne, avec le soutien de VOX, extrême droite franquiste qui menace la démocratie espagnole depuis le procès de Madrid notamment.

La gauche espagnole, PSOE et IU-PODEMOS, n'a qu'un seul choix aujourd'hui, celui d'empêcher les nostalgiques de Franco de revenir en force au pouvoir, ce qui serait le cas s'il y avait de nouvelle élections. N'en doutons pas, la question catalane a servi de prétexte à bloquer toute possibilité d'avancée démocratique et sociale dans toute l'Espagne. 

La Catalogne est une région dont l'histoire est emprunte d'une lutte sans merci contre le Franquisme et l'obscurantisme, notamment religieux. Elle l'a payé très cher. Elle ne mérite pas qu'on la classe dans le camp des soit-disant "égoïstes" de la géopolitique. Rien à voir avec la Ligue du Nord en Italie qui s'inspire du fascisme mussolinien. 

Raison de plus pour que la situation se débloque et pour que la Catalogne retrouve toute sa place, notamment par la libération de TOUTES ET TOUS les prisonniers qui ont été condamnés à 104 ans de prison à 9 pour avoir voulu favoriser  l'autodétermination des Catalans face à l'intransigeance du pouvoir central de Madrid investi par le Parti Populaire néofranquiste.

Le 9 décembre, à Montpellier, la LDH organisait, avec le collectif pour la solidarité avec la Catalogne, dans les locaux de l'association coopérative, la Carmagnole, une réunion qui a permis de bien comprendre les tenants et aboutissants d'une situation qui ne peut se satisfaire de raccourcis simplistes. Parmi les intervenants, Dominique Noguères, vice présidente de la LDH ainsi que Mercé Barcelo, professeur de droit constitutionnel à l'Université de Barcelone ont détricoté le processus du procès de Madrid et apporté une analyse historique et juridique étayée de la crise catalane.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti