yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

2 Éditions

Billet de blog 2 avr. 2022

Un admirable film, « Retour à Reims » critiquant le capitalisme

Vient de sortir un film admirable « Retour à Reims », de J.-G. Périot. Il dénonce le capitalisme en lui-même, travers son histoire désastreuse évoquée concrètement sur le plan humain. Mais il rappelle aussi l’abandon de sa critique et de son projet de le dépasser, dans la période qui remonte à Mitterrand. Seul le PCF échappe à cette critique, à juste tire selon moi.

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                            Un admirable film critiquant le capitalisme

Le film Retour à Reims, inspiré du livre éponyme de Didier Eribon, est admirable dans son registre et il ne constitue pas seulement « un éloge de la classe ouvrière »  comme l’a dit Le Monde- – même si les dérapages racistes de celle-ci, dans un contexte social donné, y sont montrés –, ni une simple « histoire intime de la classe ouvrière » comme l’a indiqué L’Humanité – même si c’est cela aussi. En réalité, ce film est plus profond que ces jugements n’en disent, et je voudrais le montrer en quelques points.

1 C’est d’abord l’évocation de la réalité désastreuse de la classe ouvrière en régime capitaliste, y compris au 20ème siècle : exploitation, chômage, conditions concrètes de travail abominables, conditions aussi de vie, y compris familiales ou de couple, très pénibles, habitat lamentable, aliénation de l’individualité dans les classes populaires, même quand elle s’ignore, renforcée par la ségrégation scolaire,  etc.. J’en passe et des plus malheureuses, qui ont été expliquées  par Bourdieu, dont Eribon fut le disciple théorique. Beaucoup de films, aujourd’hui, évoquent-t-ils cela, qui demeure dans notre présent, quoi qu’on on en dise ?

2 C’est aussi l’histoire d’un espoir d’y mettre fin à travers un socialisme incarné surtout par le Parti communiste, qui fut fort durant une longue période, mais que le PS a pu aussi être le ressort idéologique un temps, en particulier lorsque Mitterrand pris le pouvoir sur cette base, avant qu’il ne la trahisse, en 1983, au nom d’une Europe mythique.

3 De ce point de vue, c’est le constat lucide d’un abandon par le PS de son idéal socialiste, qui fut bien une catastrophe politique et idéologique, qui s’est traduite ensuite, sous prétexte de la chute du « socialisme » soviétique, par son ralliement au libéralisme économique, sous Hollande et à travers  son ministre de l’économie Macron, qui en est la preuve aujourd’hui.

4 Le film, lucidement, nous explique pourquoi le populisme social et anti-immigrés du FN est en train de séduire les classes populaires, du fait que celles-ci sont confrontées à des conditions de vie de plus en plus détestables, qui les opposent aux immigrés et à la violence sociale dans les quartiers, qui n’est pas le seul fait de ces immigrés mais la conséquence de la misère sociale globale due au capitalisme lui-même, que notre gouvernement ne cesse de servir. C’est pourquoi il en ressort clairement que c’est à la gauche dans son ensemble de retrouver sa vocation qui est celle de défendre en priorité la situation de ces classes populaires, par le recours aux fondamentaux du socialisme (ou du communisme), dont la collectivisation des grands moyens de production, à savoir leur nationalisation et leur soustraction à la recherche du profit pour une minorité de privilégiés, fait fondamentalement partie.

5 On aura compris que ce film, à travers son talent d’exploiter des archives cinématographiques très émouvantes, milite très courageusement pour un avenir post-capitaliste intégral, pour une autre civilisation donc, à savoir communiste, et c’est pourquoi  je suis convaincu qu’il faut voter dans ce sens aux prochaines élections.

                                                  Yvon Quiniou, philosophe engagé et amoureux du cinéma.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison