Voir tous
  • La superbe complexité de Desplechin

    Par
    "Les fantômes d'Ismaël", le nouveau film de Desplechin, nous confirme que celui-ci est un des cinéastes les plus originaux de sa génération. Il déploie la trame complexe d'un cinéaste concevant un film dans lequel il projette ses fantasmes amoureux et familiaux, tout en étant aux prises avec une situation affective inédite. Un film profond, à la fois sombre et et lumineux.
  • Bertrand Russell, le grand démystificateur des religions

    Par
    Bertrand Russell, le plus grand philosophe du 20ème siècle, aura su mettre son intelligence au service de la compréhension rationnelle de la vie sociale et politique, afin de contribuer à l'améliorer. D'où sa critique intransigeante et lucide des religions - de toutes les religions - qui ont fait et font plus de mal que de bien à l'homme. Il faut entendre ce message.
  • Brève réflexion sur la politique selon Macron

    Par
    Macron a une formation de philosophe et il est intéressant d"examiner ce qu'il pense de la politique. Or j'avoue ma déception: coincée entre le court terme et le long terme, insérée dans une mondialisation inévitable, la politique paraît n'avoir qu'un pouvoir faible sur le réel. Pourtant, il revalorise justement l'idéologie. Mais celle-ci n'est qu'un attrape-tout, au service du libéralisme.
  • Doillon et Rodin : quand l'art nous exhausse au-dessus de nous

    Par
    Le film de Doillon sur Rodin est à voir absolument. Évoquant le travail l obstiné d'un grand artiste ainsi que les retombées de son activité sur sa vie amoureuse difficile, il témoigne de la passion que l'art peut susciter chez un créateur. Et il nous permet de contempler nombre de ses chef- d'oeuvre et d’expérimenter le pouvoir de l'art sur nous.
  • Macron, un coup à gauche, un coup à droite: OK ou KO?

    Par
    On a élu, par défaut, un président caméléon. Passé de la gauche à la droite, le voilà qu'il nomme comme premier ministre un homme qui revendique son identité de droite, dans un gouvernement qui mêlera donc la droite et la prétendue gauche. C'est brouiller le clivage gauche/droite qui a un fondement social et oublier tous les progrès obtenus contre la droite. Il n'est pas sûr que cela réussisse.