Son blog
348 abonnés Le blog de yvon quiniou
Ses éditions
1 / 2
Voir tous
  • Réflexions intempestives sur l'immigration

    Par
    La question de l'immigration se pose avec force aujourd'hui. Il faut l'aborder lucidement face à la montée des intégrismes religieux qui la polluent. Il faut voir que le "multiculturalisme" est un piège si les minorités immigrées restent dans leur identité religieuse sectaire, antirépublicaine La seule solution rationnelle et raisonnable se trouve dans le "codéveloppement".
  • La délicate affaire Quatennens

    Par
    L’affaire conjugale qui atteint l'homme politique Quatennens doit être jugée délicatement. Elle n'a rien à voir avec celle, bestiale et scandaleuse, qui concerne PPDA. Il s'agit d'un drame personnel dans un couple qui ne s'entend plus psychologiquement et qui a amené le mari à gifler sa. femme. Il faut comprendre cette faute et ne pas l'exclure de ses fonctions de dirigeant de LFI.
  • Relire Stendhal sur l'amour

    Par
    Il faut relire Stendhal parlant de l'amour tant son analyse est d'une rare profondeur et d'une rare finesse. Qu'il s'agisse de ses types ou de ses manifestations comme la cristallisation, on s'y reconnaîtra. Et on sera aussi ravi de voir ses variations à l'étranger, en particulier en Italie. On est loin de ce qui se lit en France aujourd'hui, faute d'inspiration et d'aspiration éthique!
  • Qu'il faut refuser le capitalisme, y compris à l'Ecole

    Par
    Qu'il faille refuser le capitalisme pour divers motifs, cela est évident. Mais un autre scandale vient d'éclater en Suède, qui le défigure encore plus : l'achat par des particuliers d'écoles, y compris publiques et avec l'aide de l'Etat et des communes. Tout cela pour permettre de faire du profit en visant une clientèle capable de payer cher l'enseignement. Il faut arrêter le capitalisme!.
  • Non au mythe Virginie Despentes

    Par
    Virginie Despentes vient de publier un livre, "Cher Connard", qui fait l'objet d'un encensement quasi général qui me paraît injustifié. Je tiens à indiquer que l'ouvrage est provocant par la vulgarité de son style et, surtout, celle de ses affects: drogue, alcool, sexualité "à tout va". On y trouve l'expression d'un anti-féminisme désolant. Quelle tristesse!
Voir tous