Son blog
191 abonnés Le blog de yvon quiniou
Voir tous
  • La contestable amitié politique de Macron pour Trump

    Par
    La rencontre de Macron et de Trump a été l'occasion pour le premier d'afficher une amitié politique pour le second très contestable, sinon scandaleuse, vu le positionnement ultra-libéral du premier et les autres défauts de sa politique. Mais elle révèle aussi l'idéologie libérale de Macron sur le plan économique, qui choquera tout homme de gauche soucieux de morale en politique.
  • Le christianisme à l'origine de la laïcité?

    Par
    Dans son livre sur le "moment catholique", J.-L. Marion prétend nous démontrer que l'idée de séparation des Eglises et de l'Etat, qui définit la laïcité, aurait son fondement dans le christianisme tel qu'il l'imagine. Il oublie son histoire effective qui en a fait le premier adversaire intellectuel de celle-ci, avec tous ses méfaits pratiques. Il alimente ainsi un nouvel obscurantisme.
  • Le fantasme religieux de Jean-Luc Marion

    Par
    Dans son livre "Brève apologie pour un moment catholique", J.-L. Marion défend une conception totalement imaginaire du christianisme. Refusant les constats de son déclin, occultant tout ce qu'il a eu de pire dans son histoire, il en appelle à son renouveau en politique, lui seul pouvant fonder une vraie communauté républicaine. On est en plein fantasme!
  • "Les chemins difficiles de l'émancipation", analysés par F. Gulli

    Par
    L'aliénation présente de multiples formes: politique, sociale, économique, individuelle et elle marque notre rapport à l'histoire. Comment s'en émanciper et échapper au pessimisme d'un Marcel Gauchet qui critique pour une part notre société, mais n'ouvre aucune perspective? Florian Gulli, philosophe, analyse clairement la position d'Yvon Quiniou dans son dernier livre.
  • Que reste-t-il de la révolution d'Octobre?

    Par
    "L'Humanité" publie un Hors-série consacré à la révolution d'Octobre d'un grande richesse: multiplicité des angles d'attaques, qualité des contributions, conséquences pour notre présent. Le communisme est-il mort? On en sort convaincu que non, si on le distingue radicalement du stalinisme qui a dominé en URSS.