L'insupportable dérive islamophile de la gauche

Une insupportable complaisance envers l'islam envahit la gauche, y compris communiste, que plusieurs faits attestent. Elle tourne ainsi le dos à l'héritage des Lumières comme à celui de Marx qui voulait libérer l'homme de la religion. C'est là une insupportable démission et de l'intelligence et de l'exigence, morale autant que politique, d'émancipation, qu'il est impératif de dénoncer.

L’insupportable dérive islamophile de la gauche

 

Je me sens une  nouvelle fois dans l’obligation d’intervenir sur la question de l’islam telle que la gauche, dans sa grande majorité, tend à la méconnaître ou à la masquer en faisant « silence » sur elle, comme Jean Birnbaum l’a justement indiqué dans son ouvrage récent, Un silence religieux, ainsi que dans un débat franc avec moi sur France-Culture il y a quelque temps. Ne pas le faire, ce serait renier d’une manière indigne une de mes convictions les plus profondes.

Ce qui m’y a décidé, c’est un évènement que je trouve proprement scandaleux dont je viens de prendre connaissance : la Jeunesse communiste de Bobigny a invité les musulmans de leur ville à fêter la fin du ramadan avec eux. Entendez bien : fêter la fin du ramadan dans un cadre communiste officiel ! C’est un peu comme si à Lourdes, des militant communistes ou plus largement de gauche invitait les pèlerins à trinquer avec eux ! Ce qui s’est traduit (c’était annoncé pour vendredi dernier) par la manifestation d’une sympathie ouverte, publique et politique, sinon idéologique (je souligne), envers une religion rétrograde, obscurantiste, dogmatique, anti-laïque, haineuse, machiste, homophobe, et hostile  aux incroyants  jusqu’à commander leur meurtre – autant de traits que je n’ai pas inventés, qui sont présents dans sa doctrine originelle (voir mon livre sur l’islam ainsi que celui d’Onfray, malgré quelques propos contestables) et auxquels adhèrent non tous les musulmans, de fait, mais  tout au moins les djihadistes, en fait et en droit, spécialement dans les pays où cette religion domine. Comment ont donc fait ces jeunes militants communistes, voulant il est vrai lutter contre le racisme antimusulman, pour concilier leurs principes inspirés de Marx (critique irréligieuse, égalité homme/femme dans ce cas) avec la fréquentation revendiquée politiquement (j’y insiste à nouveau) de ceux qui les nient ostensiblement ? Au fait, y avait-il des femmes voilées, autorisées donc par leurs maris à y être ? Et si c’était le cas, avait-on conscience du côté des responsables de cette rencontre, de la signification anti-féminine du voile ? C’est bien un intellectuel proche du PCF et fondamentalement anti-raciste qui  pose ces questions !

Elément déclencheur de ce billet, cet événement, local il est vrai, m’a fait venir à l’esprit d’autres éléments plus larges et tout aussi scandaleux, concernant la gauche dans son ensemble et à charge contre elle dans ce dossier. Je rappelle d’abord (j’en ai déjà parlé ici) qu’E. Badinter, féministe et laïque impeccable autant que courageuse, a été attaquée par l’Observatoire de la laïcité présidé par J.-L. Bianco pour avoir critiqué publiquement l’islam sur les points que j’ai dénoncés, dont le port du voile en visant à la fois son sens machiste et sa valeur de signe religieux ostentatoire… au point que trois membres de cet Observatoire ont protesté en démissionnant de leurs fonctions pour désavouer leur président. C’est dire la claire orientation de cet organisme en faveur d’une laïcité molle et minimale, proche du communautarisme, et qui, il faut aussi le savoir, consulte en son sein des courants religieux islamiques extrêmement douteux sans qu’aucun parti politique à gauche s’en émeuve, au contraire ! Même une association comme la Libre Pensée, que je respecte habituellement pour son combat, pacifique et intellectuel, contre l’aliénation religieuse, s’est crue obligée de soutenir la condamnation des propos de Badinter… au nom du droit à la liberté d’expression ! Mais quelle est cette liberté d’expression qu’on revendique et que vaut son droit quand elle consiste à s’en prendre à ceux qui se battent contre  une religion qui la nie et bafoue les droits de la femme ?

Enfin, un autre fait, massif lui, doit être connu de ceux qui n’ont  renoncé ni à l’idéal laïque, ni à sa valeur formatrice, pour l’individu comme pour le vivre-ensemble, à travers l’école et l’éducation à la raison, ni enfin à la moralité en politique. J’ai appris que dans la banlieue parisienne à nouveau (mais cela doit valoir pour bien d’autres banlieues ou villes ouvrières où vivent des population déshéritées et immigrées), on finance à l’aide de l’argent public des associations qui se disent culturelles alors qu’elles ne sont que le prête-nom pour des associations cultuelles musulmanes, lesquelles en profitent pour, par exemple, construire des mosquées où des prêches extrémistes sont souvent proférés. Il est vrai que la même chose se produit, sous diverses ou d’autres formes, dans la sphère d’influence des autres religions, la catholique en particulier ; mais un scandale ne se justifie pas par l’existence d’un autre scandale et, surtout, il se trouve que c’est l’islam qui est en cause ici du fait de son prosélytisme particulièrement actif et dangereux, dans un contexte global lui-même très menaçant. Un analyste aussi réfléchi et avisé, mais aussi critique, que Marcel Gauchet, dans son excellent livre Le malheur français, dénonce cette situation avec beaucoup de lucidité. Car ce qui est en question ici, plus largement, c’est une pratique clientéliste de la politique qui affecte tous les partis, particulièrement à gauche dans ce cas, et qui est proprement immorale : s’accorder les suffrages des musulmans dont on sait qu’ils votent majoritairement à gauche, précisément. N’a-t-on pas vu, sur un plan différent, le NPA faire figurer une musulmane voilée sur une liste électorale au mépris de tout principe laïque ? Il est vrai que l’on peut ajouter à cette motivation très peu digne, celle, plus honorable, de préserver, à un certain niveau tout au moins, la paix sociale et on l’a vu plus haut chez des militants communistes, celle de lutter contre un racisme antimusulman lui aussi menaçant. Mais tout cela se fait en bafouant les valeurs d’impartialité et de liberté constitutives de la République et dont on se réclame en façade. Il y a là une véritable régression de la politique dont Gauchet signale justement qu’elle contribue à son discrédit massif dans la population. C’est ainsi qu’on fait aussi le lit de l’extrême droite, sans le vouloir  bien entendu! Mais la naïveté ou le cynisme, au choix, ne constituent pas des excuses.

Concluons : rien ne saurait justifier de pareilles formes de complaisance à l’égard de l’islam quant on se situe, au minimum, dans le camp du progrès et encore plus quand on est animé par un objectif d’émancipation humaine universelle, qui implique qu’on lutte contre tout ce qui aliène l’homme, religions comprises. Et il convient de le dire et de le redire, malgré beaucoup de médias qui refusent de diffuser ce message  et contre la mode idéologique qui pervertit l’intelligence d’une certaine gauche néo-marxiste : l’islam contient un potentiel totalitaire qui peut à tout moment s’actualiser (et c’est le cas dans les pays musulmans). Comme les autres religions me dira-t-on, ce qui est vrai. Sauf qu’il est présent à un degré officiel extrême dans son texte fondateur, le Coran. Et sauf aussi que les deux autres religions du Livre ont dépassé, contraintes et forcées par l’histoire (et non spontanément), leur Moyen-Age où la violence était à la fois professée (voir le Deutéronome dans la Bible) et pratiquée (voir les guerres de religion aussi violentes et barbares que l’islamisme radical actuel), alors que l’islam en est resté à son Moyen-Age, spécialement dans les régimes où il justifie ou incarne directement un pouvoir terriblement oppressif, sinon tyrannique, tant il est vrai que cette religion est d’emblée politique.

Il est donc impératif de réagir idéologiquement (en dehors de toutes les autres actions socio-politiques qui ne perdent en rien leur urgence propre) et de refuser toute islamophilie aveugle, inconsciente, naïve, mystificatrice et auto-mystificatrice. Comme il est indispensable de rester fidèle, au-delà de celui des Lumières, à l’héritage marxien pour qui « la critique de la religion est la condition préliminaire de toute critique » : pour pouvoir critiquer la terre afin de l’améliorer, il faut commencer par dissiper intellectuellement les illusions religieuses qui en voilent les atrocités, voire en commettent d’autres qui leur sont spécifiques. Ce n’est pas là une haine dépassée et pré-marxiste de la religion comme le soutient Pierre Tévianan dans un pamphlet spécieux et  peu subtil intitulé  La haine de la religion, alimentant ainsi une vision compassionnelle des peuples opprimés (ce qu’ils sont, effectivement) qui se croit autorisée à les excuser de leurs croyances délétères et aliénantes sous prétexte qu’ils sont opprimés. C’est au contraire assumer à nouveau un devoir de critique intellectuelle de toutes les formes d’inhumanité liées au phénomène religieux, dans des conditions inédites mais persistantes, même si cela vous expose à des réactions hostiles malhonnêtes et inattendues de la part de vos amis politiques – j’en sais hélas quelque chose ! L’islam est donc lui aussi « un opium du peuple » qui l’enfonce dans sa « détresse réelle » en la lui faisant oublier et il n’y a rien en lui qui soit porteur d’un quelconque facteur d’émancipation ! Refuser de s’engager dans cette tâche de critique que je persiste à qualifier de morale, c’est se faire le complice d’une nouvelle « trahison des clercs (comme disait Benda), d’un nouvel abaissement de la raison dont la gauche, y compris la gauche anti-capitaliste, nous offre l’affligeant et désespérant spectacle. Je ne veux pas en être !

                                                                    Yvon Quiniou

 

Post-scriptum : Le gouvernement vient d’accepter de reculer d’un jour l’oral du baccalauréat, en tout cas pour les musulmans, en raison du ramadan. Quelle pitoyable décision, qui vient confirmer tout ce qui précède ! Quelle « soumission » comme dirait hélas Houellebecq !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.