yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

413 Billets

2 Éditions

Billet de blog 10 nov. 2020

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

L'inquiétante tentation de la démesure

Le rapport de l'homme à la nature extérieure et à lui-même a considérablement changé depuis l'Antiquité à nos jours : du respect du monde naturel à sa maîtrise mesurée revendiquée par Descartes, on est passé à son exploitation débridée par un capitalisme productiviste qui a provoqué notre crise écologique et qui veut même transformer l'homme. Attention : danger!

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

            Je permets de présenter la conclusion de mon dernier livre , L'inquiétante tentation de la démesure. L'homme face à l a nature et à lui-même, paru chez L'Harmattan, tant il me paraît indispensable de critiquer la démesure productiviste du capitalisme actuel. Celui-ci  provoque une crise écologique qui menace la survie de l'humanité et entend même, chez certains, inciter à transformer biologiquement l'homme. Il y a là un délire mortifère!                                    

     Conclusion du livre 

A l’issue de cette longue réflexion sur notre  aventure historique dans notre rapport à la nature et à nous-mêmes à travers les penseurs qui l’ont reflétée, voire impulsée, avec ses moments et ses faces diverses mais débouchant sur la catastrophe dans laquelle nous sommes plongés, il faut bien en synthétiser les lignes essentielles et progressives sous la forme de thèses. 

Thèses sur et contre la démesure 

1 A la base et au cœur de notre histoire il y a bien notre rapport à la nature et la production de nos moyens d’existence que nous tirons d’elle, pour survivre et vivre.

2 Ce rapport est à la fois technique et social et il a considérablement évolué au cours du temps.

3 Il a d’abord été extrêmement mesuré en raison du faible développement de la technique et de la connaissance scientifique sur laquelle elle repose. Il a consisté en un simple usage de  cette nature à l’aide d’outils, spécialement dans la production agricole ou l’artisanat. Il s’est accompagné, dans ce cadre, de conceptions faisant de la nature une réalité qui dépendait très peu de nous et qu’il fallait respecter, voir à laquelle il fallait se soumettre pour vivre bien, comme le préconisaient l’épicurisme ou le stoïcisme.

4 Le christianisme, tout en donnant une origine divine au monde, n’a pas sacralisé la nature, l’offrant même à l’exploitation de l’homme au nom de Dieu.

5 La donne a changé avec le développement de la science physique à la fin du Moyen-Age, nous incitant à maîtriser la nature dans ce qu’elle a de néfaste mais aussi pour l’adapter à nos besoins divers et améliorer notre existence concrète : Descartes a été le héraut philosophique de ce programme, initiant à son insu une conception de l’histoire marquée par le progrès scientifico-technique avec ses bienfaits pour l’homme et en vue de ces bienfaits, sans démesure donc.

6 Le siècle des Lumières, avec sa philosophie propre, a prolongé fortement ce programme, corrélé avec le développement des sciences et des techniques, voir le début de l’industrialisation, mais toujours centré moralement sur le bonheur et la liberté de l’homme : l’Encyclopédie, Condorcet et d’autres penseurs l’auront magnifiquement illustré, y compris Rousseau pour la politique, et la révolution de 1789 l’aura conclu.

7 La suite est plus compliquée si l’on pense aux réactions hostiles aux Lumières, proprement démesurées, d’un Burke ou d’un J. de Maistre ou, en plein 19ème siècle, au délire irrationnel de la « volonté de puissance » chez Nietzsche, dont l’anthropologie profonde annonce les excès de l’idéologie nazie au siècle suivant, avec son idée que certains hommes doivent dominer la majorité des autres du fait de leur supériorité dite « raciale ».

8 Mais pendant ce temps-là, le capitalisme industriel se développe, avec ses progrès quantitatifs dans l’ordre de la production, mais aussi une tendance d’ores et déjà à la démesure, en particulier dans le sort qu’il fait subir parallèlement aux travailleurs qu’il exploite. C’est cette double tendance à la démesure, technique et surtout humaine/inhumaine, portée par la recherche du profit à tout prix, que Marx va analyser et dénoncer dans son œuvre. Ses analyses restent encore valables aujourd’hui… sauf qu’il n’a pas vraiment anticipé les atteintes terribles portées à la nature par le productivisme capitaliste à venir.

9 On trouvera au siècle suivant une forme de critique de cette situation chez Heidegger, dans son procès philosophique intenté à la Science et la Technique, mais démesuré, lui aussi, quoique en sens inverse. Par contre, le développement du capitalisme va susciter une pensée favorable inconditionnellement au libéralisme, chez Hayek aux Etats-Unis en particulier, dont l’audience va être démultipliée par l’échec de l’expérience soviétique, qui a eu sa part de démesure dans la violence avec Staline.

10 C’est cette démesure libérale, se traduisant par une marchandisation complète de l’existence sociale et individuelle, qui va marquer le début du 21ème siècle, y compris à l’échelle de la planète tout entière.

11 Nous y sommes, sauf qu’une surprise de taille va assommer l’humanité, prévisible mais non prévue : la crise écologique actuelle qui met en cause, pour la première fois, la survie ou la vie, comme on voudra, de l’espèce humaine à terme. Cela doit impérativement nous entraîner à modifier notre modèle actuel de développement, capitaliste, industrialiste, productiviste et mercantile, car l’écologique, le social et l’économique sont intriqués : il n’y a pas de solution purement écologique à la crise écologique

12 Reste à savoir aussi et tout aussi impérativement, d’où cela vient-il ? Car seule une analyse lucide et impitoyable des causes de cette catastrophe peut nous aider à la surmonter. Or c’est là une question difficile à résoudre. On peut se contenter, dans un premier temps, d’accuser notre mode de production avec sa démesure tendancielle interne, détruisant la nature et entraînant la médiocrisation de l’homme dans la consommation, ce que nous constatons, de fait. Celle-ci n’en serait donc qu’un effet et il suffirait de l’abolir pour résoudre notre situation.  Il y a beaucoup de vrai dans ce diagnostic… sauf qu’il ne répond pas à la question de la cause de ce mode de production avec son délire productiviste, car il est tout de même l’œuvre d’hommes. N’y aurait-il alors pas une tentation permanente pour la démesure, inhérente à la nature humaine, avec ses différentes composantes comme la multiplication sans fin des besoins, mais aussi des traits psychologiques comme l’appât du gain, la tentation de la puissance, voire une séduction pour ses effets violents ainsi que Freud en a fait l’hypothèse avec sa « pulsion de mort » conçue, plus rationnellement, comme instinct de violence que les guerres ont manifesté et qu’il nous faudrait réprimer et sublimer ? Ou encore l’homme ne serait-il pas tenté de s’équivaloir à un Dieu ? Si tout cela était vrai et cela peut a priori être envisagé (songeons aux deux guerres mondiales et aux horreurs du nazisme, approuvées par les Allemands), ce serait à la morale incarnée dans les lois de l’Etat, relayée par l’éducation, d’intervenir. Sauf que cette intervention doit être mue par un projet indissolublement moral, politique et, finalement, anthropologique, qui doit porter, lui, sur le fonctionnement de nos sociétés et qui doit donc s’en prendre au mode de production capitaliste Car même s’il provient aussi d’une tendance à la démesure qui serait inhérente à l’humanité, le déploiement de celle-ci n’est pas fatal et il faut dépasser ce système qui produit une psychologie qui l’entretient en retour

13 D’où une dernière thèse : l’éducation, à l’échelle collective comme individuelle, est une instance fondamentale pour améliorer l’être humain, dans ses comportements et ses motivations de vie, si l’on veut qu’il puisse maîtriser sa maîtrise de la nature qui de bienfaitrice est devenue destructrice de celle-ci et potentiellement auto-destructrice pour l’humain. Ce sera le rôle de ce que Gramsci appelait un nouveau « sens commun de masse », à teneur  à la fois morale, pour les rapports inter-humains, et éthique pour nos choix de vie, et qui peut-être la source d’une sagesse sociale. Le pire n’est donc pas sûr, l’intelligence nous autorise un optimisme de la volonté.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Journal — France
L’encombrant compagnon de la ministre Pannier-Runacher
Des membres du ministère d’Agnès Pannier-Runacher sont à bout : son compagnon, Nicolas Bays, sans titre ni fonction, ne cesse d’intervenir pour donner des ordres ou mettre la pression. En outre, plusieurs collaborateurs ont confié à Mediapart avoir été victimes de gestes déplacés de sa part il y a plusieurs années à l’Assemblée nationale. Ce que l’intéressé conteste.
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal — Europe
Ukraine : le soupçon de la collaboration plane sur les villages libérés
Dans la région de Kherson, certains villages ont vécu pendant des mois à huis clos, sous occupation russe. Des voisins ont été tués ou sont portés disparus. La difficulté à mener des enquêtes rapides dans un pays mis sens dessus dessous par la guerre permet à la rumeur de prospérer.
par Mathilde Goanec
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Canicule : transformer nos modes d’élevage pour un plus grand respect des animaux
L’association Welfarm a mené cet été la campagne « Chaud Dedans ! » pour alerter sur les risques que font peser les vagues de chaleur sur la santé et le bien-être des animaux d’élevage. Après des enquêtes sur le terrain, des échanges avec les professionnels de l’élevage, des discussions avec le gouvernement, des députés et des eurodéputés, Welfarm tire le bilan de cet été caniculaire.
par Welfarm
Billet de blog
Abattage des animaux à la ferme. Nous demandons un réel soutien de l’Etat
Solidarité avec Quand l’Abattoir Vient A la Ferme : Depuis 2019, la loi autorise les éleveurs, à titre expérimental, à abattre leurs animaux à la ferme. Ils n’ont toutefois bénéficié d’aucuns moyens dédiés et doivent tout à la fois assurer les études technique, financière, économique, sanitaire. Respecter les animaux de ferme est une exigence collective. Nous demandons un réel soutien de l’État.
par Gaignard Lise
Billet de blog
L’animal est-il un humain comme les autres ?
Je voudrais ici mettre en lumière un paradoxe inaperçu, et pour commencer le plus simple est de partir de cette célèbre citation de Deleuze tirée de son abécédaire : « J’aime pas tellement les chasseurs, mais il y a quelque chose que j’aime bien chez les chasseurs : ils ont un rapport animal avec l’animal. Le pire étant d’avoir un rapport humain avec l’animal ».
par Jean Galaad Poupon
Billet de blog
Le cochon n'est pas un animal
Pour nos parlementaires, un cochon séquestré sur caillebotis dans un hangar n'est pas un animal digne d'être protégé. C'est pourquoi ils proposent une loi contre la maltraitance animale qui oublie la grande majorité des animaux (sur)vivant sur notre territoire dans des conditions indignes. Ces élus, issus des plus beaux élevages politiciens, auraient-ils peur de tomber dans l'« agribashing » ?
par Yves GUILLERAULT