yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

396 Billets

2 Éditions

Billet de blog 11 avr. 2022

Pourquoi voter pour Macron, candidat président de droite?

Nous devrons voter Macron au 2ème tour de la présidentielle. Car si celui-ci est un homme politique clairement de droite dans de nombreux domaines - néolibéralisme, soutien aux riches, conception de l'école, entre autres - il s'agit de refuser Le Pen avec son nationalisme égoïste, sa haine des immigrés, son racisme et son hostilité à la liberté de pensée. Il faut donc choisir le moins pire!

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                       Pourquoi voter pour Macron, candidat président de droite? 

Bien entendu il va falloir voter pour Macron contre M. Le Pen au second tour de cette présidentielle. Mais il faut savoir à quoi, hélas, nous nous engageons, en éclairant l’homme politique qu’il est et qu’il va continuer à être.

Au positif il y a son brillant de parole, sinon sa rhétorique, sa capacité à décider et une forme de stature d’homme d’Etat que même Chevènement lui a reconnue (en contredisant ses convictions de fond). Mais derrière cela il n’y a pas grand-chose ou, plutôt, il y a un homme politique mû par l’ambition et dont le projet est fondamentalement réactionnaire. D’abord il faut savoir ce qu’il en est de sa philosophie politique, que je connais bien pour l’avoir analysée dans un livre à l‘occasion de la sortie de son programme Révolution en 2016. En quelques mots c’est une philosophie libérale ou néo-libérale, comme on voudra, inspirée sans qu’il le dise par le théoricien de ce courant, Hayek : la société repose sur l’individu, considéré comme une entité soustraite aux déterminismes sociaux des rapports de classe, il s’agit donc de favoriser son initiative au travail et dans l’activité économique, en oubliant qu’elle n’est pas du tout la même selon l’appartenance sociale, ce qui rend les individus fondamentalement inégaux au départ et donc à l’arrivée. La seule solution à cette injustice objective (mais Macron ne prononce pas ce terme à connotation morale d’« injustice » : c’est un amoraliste) c’est, selon lui, l’augmentation globale de la richesse produite, suivie d’un « ruissellement » du haut vers le bas… qui n’a jamais lieu, pourtant, d’une manière automatique, cette richesse étant monopolisée par le haut – les riches, précisément, à qui on fait en plus des cadeaux fiscaux!

Tout cela avait été amorcé sous la gouvernance lamentable de Hollande et réalisé ensuite pleinement par le même Macron quand il fut élu président, achevant ainsi la trahison de l’idéal socialiste déjà commencée : on a vu les inégalités sociales s’accroître au profit des riches, cependant que les classes moyennes se paupérisaient un peu et, surtout, que la pauvreté des plus pauvres augmentait ! Or que va-t-il se passer lorsqu’il sera élu, et non seulement il le sera mais il faut qu’il le soit contre son adversaire d’extrême-droite ? Il suffit d’examiner son programme annoncé, en trois ou quatre points : 1 Le maintien, voire l’augmentation des réductions d’impôts pour la haute bourgeoisie. 2 L’augmentation de l’âge de la retraite de 62 à  65 ans, soit même un an de plus que ce qu’il avait jusqu’ici programmé ! Il oublie ce faisant tout ce qu’il peut y avoir de pénible dans certains métiers après 60 ans (y compris dans l’enseignement) et que ce faisant, il va accroître le nombre de chômeurs jeunes. Sans compter qu’il y a travail et travail et qu’on peut mener une vie gratifiante et reposante hors du travail, quand on a une culture suffisante pour l’occuper, ce qui n’est pas le cas de tous ! 3 Des conditions nouvelles exigeantes concernant l’accès au RSA pour les chômeurs, avec une critique « moralisante » de ceux-ci et de leur hésitation face aux obligations de travail. 5 Un projet de réforme de l’enseignement proprement désastreux, d’orientation clairement libérale, qui met à mal notre service public d’éducation nationale : autonomie des établissements, recrutement des enseignants par les chefs d’établissement… c’est-à-dire, en un sens, « à la tête  du client » et non sur des critères objectifs nationaux et égaux pour tous, initiatives de formation locales, etc. 5 Enfin, et plus largement à la suite de ce point, continuation de l’atteinte aux services publics, non seulement dans l’enseignement, mais dans la santé, la poste, les transports, etc. – ces services publics au service de tous, issus du programme du CNR à la Libération et qui sont uniques dans le monde.

Tout cela est bien entendu terrible. Alors, me dira-t-on, pour quoi appeler à voter pour lui malgré tout ? Tout simplement parce que en face il y a pire, eh oui ! Une candidate d’extrême-droite qui va jouer, avec Zemmour qui s’y rallie, sur la tragique fibre du nationalisme qui augmente les crispations, sinon les conflits éventuels entre les nations, au lieu de se contenter de défendre la souveraineté économique et citoyenne de celles-ci, mise à mal par le capitalisme mondialisé et européen. Mais une candidate, aussi, qui va s’en prendre d’une manière irresponsable et haineuse aux immigrés (même si l’immigration non contrôlée est un problème), flirtant alors avec le racisme, qui risque aussi de s’en prendre aux libertés publiques comme on le voit en Pologne et en Hongrie, et, enfin, j’en passe, une candidate qui ment aux français en prétendant défendre les intérêts du peuple : c’est là un populisme mensonger car Le Pen est une partisane du pire capitalisme qui soit, y compris quand elle s’adresse démagogiquement aux petits patrons. Je laisse de côté les menaces qui pèseraient sur les programmes d’enseignement et sur la liberté de l’esprit critique que l’Ecole doit développer !

Le choix de voter Macron consiste donc, hélas, à voter pour le moins pire des deux candidats. Mais il le faut absolument. Quelle époque politique, décidément !

                                                                   Yvon Quiniou

NB: On aura compris que , par-delà cet épisode dramatique, il va falloir reconstruire la gauche!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier