yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

403 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 févr. 2018

La gauche peut-elle être complice des religions?

Nous assistons à un retour catastrophique des religions. Que le pouvoir politique de Macron s'en accommode, voire s'en félicite, ne doit pas nous étonner. Mais que la gauche, dont l'identité est laïque et fondée sur une critique rationnelle et raisonnable des méfaits des religions dans l'histoire, s'en fasse la complice est surprenant. Nouvelle défaite de la pensée progressiste?

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La gauche a choisi de croire que les révoltes paysannes d’apparence religieuse au Moyen-Âge, les prêtre ralliés à l a révolution française, les prêtres ouvriers et les curés rouges, et même les théologies de la libération pouvaient faire oublier que les Eglises, en tant qu’appareils, ont toujours été du côté des puissants, des dominants, des exploitants. Nous devons nous en souvenir deux ans après la manif contre l’égalité des droits face au mariage et quelques jours après la mal nommée « marche pour la vie ». Les religieux de toute croyance sont de retour et ceux qui reviennent aujourd’hui sont les pires.

La gauche dans le passé a constamment entretenu un rapport critique avec les religions, fondé sur son idéal d’émancipation intellectuelle, personnelle et collective, que celles-ci n’ont cessé de bafouer. Cette critique se fondait sur une valorisation de la raison en même temps que sur son projet de transformation progressiste de la société. Tout cela s’éloigne depuis la fin des illusions liées à la tragédie que fut l’expérience soviétique : le post-modernisme, complice du libéralisme triomphant, fait des ravages, jusqu’à mettre en doute l’idée de vérité et à remplacer le souci moral des autres par un « souci de soi » terriblement apolitique et narcissique. Le retour du religieux peut s’engouffrer dans cette brèche irrationaliste et proposer un sens de substitution.

Pourtant, cette même gauche avait pu négocier avec les religions, dans un cadre  résolument laïque (qu’elles avaient d’ailleurs combattu), spécialement lorsque le PCF« tendait  la main » aux ouvriers  chrétiens : l’attention à la commune situation d’exploités des ouvriers croyants et incroyants permettait d’envisager leur alliance dans le combat de classe contre le capitalisme bien, au-delà de la résistance commune face au nazisme. Le facteur religieux passait au second plan, sans cesser d’être un objet de critique, dans laquelle la raison, à nouveau, était présente. On n’est plus dans ce contexte historique. Nous sommes face à une remontée des religions dans leurs aspects les plus réactionnaires. Intellectuellement le refus de la rationalité scientifique refait surface via, en particulier, un créationnisme intégral venant des Etats -Unis, refusant Darwin et sa thèse de l’origine naturelle de l’homme. Même l’Eglise catholique, prenant acte pourtant de cette théorie, a refusé de l’appliquer à l’esprit humain ! Et l’on n’insistera pas sur le cas de l’Islam, radicalement hostile aux sciences de  l’homme. Intégrisme, fondamentalisme et sectarisme marchent de plus en plus d’un même pas ! Or, de tout cela, la gauche officielle et les écologistes ne paraissent guère s’émouvoir, voire manifestent une complaisance indigne, qui traduit une démission idéologique autant qu’un électoralisme à courte vue, les croyants étant des électeurs.

C’est pourquoi la gauche doit reprendre son flambeau théorique initial. Elle ne doit à aucun moment renoncer à sa défense intransigeante de la raison, même si, ce faisant, elle s’oppose aux mythes religieux les plus répandus. Comme elle ne doit pas accepter l’ambition des Eglises de vouloir influer sur le pouvoir politique : la loi de Dieu doit s’effacer, dans la Cité, devant les lois humaines et c’est en ce sens que la société doit aussi être laïque. De même, elle doit maintenir son lien essentiel avec la critique des religions qui nous vient de la philosophie des  Lumières et des penseurs qui ont suivi (Feuerbach, Marx, Nietzsche, Freud), lesquels ont démontré définitivement que, issues du malheur humain, elles l’alimentent.

Derrière ce renoncement, Il y a le refus d’investir les questions morales, sinon spirituelles, de l’existence sur une base non religieuse, qui permettrait pourtant de leur apporter des réponses non partisanes, favorisant le vivre-ensemble. Mais il y a aussi un refus idéologique du rationalisme marxiste tel que le système soviétique a cru l’incarner. Un nouvel obscurantisme, insidieux, a alors entraîné une partie de la gauche à accepter l’idée que nombre de questions brûlantes, comme celles du féminisme ou de la crise écologique, pouvaient être traitées sans mettre en cause le capitalisme, ce qui est absurde. Seul un pouvoir démocratique de la collectivité sur elle-même, qu’on l’appelle éco-socialiste ou éco-communiste, en est capable, hors de la dictature de l’argent.

Cela implique aussi le refus de tous les intégrismes, au-delà du seul intégrisme religieux,  car  l’intégrisme politique ou  l’intégrisme économique relèvent du même esprit. C’est le cas de l’économie érigée en valeur absolue, qui oublie  la sphère de l’épanouissement personnel  qu’une vraie politique de gauche doit au contraire favoriser, ou de la « religion » de la croissance, ce « nouvel opium du peuple ». Reste que c’est le totalitarisme religieux, au sens strict, qui nous importe ici, d’autant qu’il est couplé avec une apologie du libéralisme économique dont les théocraties islamiques sont le pire exemple, avec la complicité tacite de nos dirigeants. Ajoutons que le christianisme peut alimenter une anthropologie fondée sur le culte d’un individu libre et responsable, soustrait aux déterminismes sociaux que la raison sociologique révèle et sans que la référence à une transcendance aide en quoique ce soit à moraliser le jugement politique porté sur notre société, comme on le voit chez Macron. Une exigence démocratique complète implique donc que l’on dénonce la religiosité ambiante qui nous enfonce un peu plus dans ce qui est bien une crise de civilisation ! Une gauche authentique, laïque mais aussi sociale, doit rester irréligieuse dans tous les domaines.

Paul Ariès, directeur de la revue « Les Z’Indigné’(e)s et Yvon Quiniou, philosophe.

Paul Ariès a publié « Les rêves de la jeune Russie des soviets, une lecture antiproductiviste du stalinisme », Le Bord de l’eau, 1917, et « La face cachée du pape », Max Milo, 2016.

Yvon Quiniou a publié « Critique de la religion. Une imposture morale, intellectuelle et politique », La Ville brûle, et va faire paraître « Qu’il faut haïr le capitalisme. Brève déconstruction de l'idéologie néolibérale», H§O.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal
L’affaire des « biens mal acquis »
Les Bongo au Gabon, les Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, les Obiang en Guinée équatoriale... Depuis 2007, la police et la justice enquêtent sur le patrimoine faramineux en France des familles de trois clans présidentiels africains qui règnent sans partage sur leur pays.
par La rédaction de Mediapart
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin

La sélection du Club

Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme ? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·es, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart