yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 mars 2022

Peut-on aimer Houellebecq?

Le nouveau livre à succès de Houellebecq mérite qu'on en discute pour savoir si l'on peut l'aimer ou non. C'est un livre inégal, où il est question de la famille, de l'amour et de la politique au plus haut sommet de l'Etat, tout cela étant parfois abordé avec un certain cynisme. Mais il y a aussi un questionnement philosophique sur la mort qui nous "anéantit". A lire malgré tout.

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                                           Peut-on aimer Houellebecq ? 

Ma question porte seulement sur le dernier livre de Houellebecq, Anéantir, qui suscite de nombreux avis contradictoires dans la presse, du  Figaro  qui l’encense à L’humanité qui le déteste. Et je précise d’emblée que j’aime beaucoup cet écrivain depuis longtemps, voire je l’admire, et que cette fois-ci je suis partagé, le considérant comme un livre inégal sur le plan littéraire et contestable, éminemment contestable, sur un plan qu’il faut bien dire idéologique, tout en considérant aussi qu’il nous présente une vision de l’existence humaine, de type philosophique, qui peut nous toucher par son pessimisme existentiel, lucide et profond, mais aussi nous décevoir.

D’un point de vue purement littéraire, l’ouvrage se présente d’abord comme une histoire de famille et d’amour aux multiples aspects compliqués : des événements, surtout, où la mort tient une place importante, avec ses conséquence intra-familiales toujours émouvantes et ses incidences amoureuses qui peuvent être belles et touchantes – c’est le cas de l’amour retrouvé de deux personnages, Prudence et Paul (l’ombre portée de l’auteur) – mais qui peuvent aussi nous faire penser, parfois, à un récit du journal  Nous deux, version supérieure bien entendu, et donc nous décevoir tant l’anecdote renouvelée du livre peut paraître superficielle ! Reste que Houellebecq a l’audace de nous montrer à quel point la vie de famille à notre époque devient compliquée, sauf que nous avons le mérite de l’assumer comme telle après des siècles d’hypocrisie qu’il a raison de dénoncer, au moins implicitement.

Mais cet aspect du livre s’associe à un autre aspect, très différent, carrément politique, qui nous met en présence d’une vie au plus haut sommet de l’Etat – un actuel ministre y étant impliqué dont on aura deviné l’identité –, avec une description des mœurs de la gouvernance qui, sans être véritablement cynique, me parait quand même terriblement complaisante, d’autant qu’elle comporte parfois des signaux pour le moins désagréables, en tout cas chez les personnages, en direction de l’extrême droite. Cela est vrai, y compris quand il parle de Trump aux Etats-Unis – dont il faut savoir (ce que peu de journaux disent) qu’il en a fait une ignoble apologie il y a quelques années. Mais, après tout on peut considérer qu’il n’y a là qu’un portrait réaliste de ce qu’il se passe aujourd’hui, sauf qu’on aurait aimé qu’un minium de sentiment de révolte devant les injustices sociales ou les intrigues politiciennes se manifeste dans ce livre, ce qui n’est pas le cas.

Enfin, il y a un troisième aspect, double, de ce livre qui en fait le prix, malgré tout : sa dimension à la fois amoureuse et existentielle, sinon philosophique à ce niveau, qu’on soit d’accord avec ce qui est dit ou pas. L’amour y tient une grande place, même si on peut regretter le poids de la sexualité, parfois vulgaire, qu’il lui donne, en insistant, par exemple, sur l’importance des « bites » » dans ce domaine – détail qui n’est pas fondamental selon moi, mais qui correspond à une forme de désespoir amoureux chez lui : tout se passait comme s’il  réduisait souvent l’amour à cette dimension, et se contentait d’un rapport médiocre aux femmes, qu’il ne paraît pas beaucoup estimer. Reste qu’il peut parler aussi, et paradoxalement, de l’élan amoureux en termes extraordinairement délicats, qui révèlent alors chez lui, et à l’inverse, une sensibilité  éloignée de tout cynisme sentimental, y compris quand il s’agit de l’amour nouveau qu’éprouve un de nos dirigeants politiques actuels, dont il est l’ami et qu’il ose évoquer à demi-mots. Mais il y a surtout son désespoir ou son pessimisme existentiel qui lui est propre, lequel lui inspire des réflexions philosophiques qu’on peut contester mais qui ne sont pas anodines. Il y a d’abord sa vision de l’homme, très noire et qu’on peut refuser – l’homme lui paraissant mû essentiellement par son intérêt égoïste – et ce  d’autant plus qu’elle peut nourrir une tentation pour l’extrême-droite qu’il ne semble pas récuser à travers certains de ses personnages. Mais il y a aussi un pessimisme qu’il a le courage d’assumer et de formuler et qui est, si je puis dire, digne d’intérêt, à savoir que le temps nous voue tous à la mort, qu’il nous « anéantit » au bout du compte. C’est ainsi qu’il est capable de dire, magnifiquement selon moi,  à l’occasion du récit de la mort d’un proche (la mort est très présente dans son livre) que « toute vie est une fin de vie » ou encore que ce qu’il ne supporte pas dans le temps (il parle de lui à travers l’un de ses personnages), c’est « l’impermanence en elle-même », donc « l’idée qu’une chose, quelle qu’elle soit, se termine », ce qui n’est «  rien d’autre qu’une des conditions essentielles de la vie ». Or on peut contester cette vue : n’est ce pas parce que la vie « passe » qu’elle a du prix et peut-on s’imaginer vivre éternellement ? Mais il nous interpelle à ce niveau de réflexion et c’est pourquoi non seulement on peut, mais on doit aimer ce « nouveau Houellebecq », malgré les réticences ou les polémiques qu’il peut provoquer.

NB: On ne niera pas la grande maîtrise d'écriture de ce livre.

                                                                                                        Yvon Quiniou

Michel Houellebecq, Anéantir, Flammarion.           

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA