yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

2 Éditions

Billet de blog 19 mars 2022

Quand l'Ukraine offre un visage déplaisant

Malgré le malheur qui l'accable et dont il faut dénoncer la cause, à savoir la Russie d'abord,il faut savoir que ce pays nous offre un visage déplaisant s'agissant de la GPA. Celle-ci autorise un terrible "marché de la vente d'enfants" qu'il faut critiquer éthiquement et qui ouvre la porte à une procréation artificielle dans la ligne du Transhumanisme Rien ne saurait la justifier!.

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                       Quand l’Ukraine offre un visage déplaisant

Je m’excuse d’intervenir à nouveau sur l’Ukraine avec un point de vue qui va sans doute déplaire à beaucoup, mais tant pis, la sincérité et l’honnêteté avant tout face à un battage médiatique à sens unique. Et sachant, en préalable, que je condamne l’intervention russe comme je l’ai déjà indiqué ici même. Mais voilà : je viens d’apprendre par un article substantiel du Monde, que l’Ukraine est un pays où se pratique un trafic, payant bien entendu, de la GPA qui me parait scandaleux et que la guerre rend en plus très douloureux pour ceux qui y recourent – mais là n’est pas le problème ici.

Je précise que je ne suis pas partisan de la GPA et ce depuis longtemps  car il n’y pas de droit à l’enfant à tout prix – j’entends au prix d’interventions techniques artificielles qui permettent à un couple stérile d’obtenir une gestation via une mère porteuse, et cela encore moins, de mon point de vue, quand il s’agit d’un couple d’homosexuels où elle glisse vers la PMA. J’ai avec moi, pour soutenir cette vue éthique, sinon morale, F. Héritier ou le psychanalyste Winnicott (et d’autres) qui indique que l’enfant a besoin de parents et pas seulement d’amour : voir ce qu’il se passe à l’adolescence chez les enfants adoptés quant ils sont tourmentés de ne pas connaître leur origine biologique (ce qui n’est pas tout fait le cas ici). Or le passage par une mère porteuse peut être vécu douloureusement lui aussi, après coup, surtout lorsque des raisons accidentelles amènent l’enfant à vivre avec sa  génitrice plus longtemps que prévu.

Un autre motif doit inquiéter, qui ne concerne pas seulement l’Ukraine, c’est le prix, en argent cette fois-ci, que cela coûte – entre 40 000 et 60 000 euros d’après l’article du Monde : énorme, bien entendu, et hors de portée des ménages pauvres, sans compter le déplacement onéreux à l’étranger puisque la GPA, à juste titre, est interdite en France. C’est donc, en réalité, à un terrible « marché de la vente d’enfants » que nous avons affaire, dénoncé comme tel par une Organisation mondiale. A quoi s’ajoute, hélas, le fait que ce marché peut aller jusqu’au choix du sexe de l’enfant, et pourquoi pas un jour celui de la couleur de ses yeux, ce qui nous met directement dans l’orbite du Tanshumanisme qui se développe aux Etats-Unis et qui ouvre des perspectives horribles pour l’humanité : celles, par l’intermédiaire des progrès inouïs de la science et de la technique médicales, de produire l’homme à sa guise,  et, dans le cas de la procréation artificielle, de produire, et non de procréer, un enfant comme un objet ou un jouet destiné à nous faire plaisir et soumis à nos désirs. Or comme le disait remarquablement le philosophe marxiste Lucien Sève en humaniste invétéré : « La liberté d’un homme tient au mystère lié à l’aléa de sa naissance » (je cite de mémoire), parce qu’il n’a pas été programmé dans son identité ! Et en plus cette pratique de la GPA est réservée officiellement aux couples mariés, obstacle qui est fréquemment contourné, dans ce pays.

Dernier point qui nous fait revenir à la guerre que subit l’Ukraine (et que je condamne, je le répète, mais en tout lucidité sur les responsabilités respectives de l’Occident et de la Russie) : il est clair que ce choix de ce type d’enfantement est en lui-même douloureux – même si on le désapprouve éthiquement, il faut l’admettre. Or il faut avoir conscience aussi que la guerre entraîne de nombreuse difficultés concrètes que je détaille à peine, comme la séparation de la mère porteuse avec l’enfant de ses parents effectifs (si elle dure trop), la fuite risquée à l’étranger, les difficultés liées à la reconnaissance de la nationalité de l’enfant, etc. Ici c’est à nouveau la guerre qu’il faut condamner et ne pas intensifier comme le fait l’Occident européen et américain par ses livraisons d’armes irresponsables à l’Ukraine.

Voilà de quoi, selon moi, réfléchir à nouveaux frais sur ce qui a lieu  dans ce pays et sur ce qu’il faut faire  pour que cela cesse : ouvrir des négociations générales dans le silence des armes.

NB : J’indique, par un souci intransigeant d’honnêteté, que la GPA est aussi autorisée en Russie, même si c’est sous des formes plus souples ou socialement plus humaines (d’après ce que j’ai lu). Elle est donc l’objet de la même condamnation de ma part, mais il ne semble pas (toujours d’après mes sources) qu'on y trouve « un marché de la vente d’enfants ». Léger souvenir du passé soviétique ?

                                                                    Yvon Quiniou

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Affaire Abad : une élue centriste dépose plainte pour tentative de viol
Selon nos informations, Laëtitia*, l’élue centriste qui avait accusé, dans Mediapart, le ministre des solidarités d’avoir tenté de la violer en 2010, a porté plainte lundi 27 juin. Damien Abad conteste « avec la plus grande fermeté » les accusations et annonce une plainte en dénonciation calomnieuse.
par Marine Turchi
Journal — France
Opération intox : une société française au service des dictateurs et du CAC 40
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal
Le procès des attentats du 13-Novembre
Le procès des attentats du 13-Novembre a débuté mercredi 8 septembre à Paris. Durant neuf mois, vingt accusés vont devoir répondre du rôle qu’ils ont joué dans cette tuerie de masse. Retrouvez ici tous nos articles, reportages, enquêtes et entretiens, et les chroniques de sept victimes des attentats.
par La rédaction de Mediapart
Journal — International
Tragédie aux portes de l’Europe : des politiques migratoires plus mortelles que jamais
Vendredi 24 juin, des migrants subsahariens ont tenté de gagner l’Espagne depuis Nador, au Maroc, où des tentatives de passage se font régulièrement. Mais cette fois, ce qui s’apparente à un mouvement de foule a causé la mort d’au moins 23 personnes aux portes de l’Europe.
par Nejma Brahim et Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA