yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

407 Billets

2 Éditions

Billet de blog 20 sept. 2022

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

La délicate affaire Quatennens

L’affaire conjugale qui atteint l'homme politique Quatennens doit être jugée délicatement. Elle n'a rien à voir avec celle, bestiale et scandaleuse, qui concerne PPDA. Il s'agit d'un drame personnel dans un couple qui ne s'entend plus psychologiquement et qui a amené le mari à gifler sa. femme. Il faut comprendre cette faute et ne pas l'exclure de ses fonctions de dirigeant de LFI.

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                            La délicate affaire Quatennens 

Qualifier seulement de « délicate » l’affaire dans laquelle l’homme politique de gauche, Quatennens, s’assumant au surplus comme tel pleinement, peut paraître inconvenant, voire déplacé, de la part de quelqu’un, moi-même donc,  qui suis un intellectuel  résolument engagé à gauche, de conviction communiste, et donc, dans ce cas, hostile à la domination de l’homme sur la femme et aux violences, quelles qu’elles soient, que celles-ci peuvent subir de la part des hommes. Je voudrais donc m’en justifier en comparant d’abord cette situation dramatique à une autre, bien plus grave, celle de PPDA, l’ancien directeur de TFI, dont on vient de connaître le détail grâce à un livre qui vient de paraître, qui trace le portrait abominable d’un homme de pouvoir médiatique, ambitieux, cynique et libidineux, prisonnier de ses pulsions sexuelles et les imposant aux femmes de son entourage professionnel.

Car les actes qu’il a commis (et il n’est pas le seul dans la classe médiatique et politique) , sont d’une gravité rare et ils tombent sous le coup d’une condamnation intransigeante, non seulement juridique mais proprement morale : manipulation mensongère de collaboratrices à des fins personnelles, stratégie non seulement pour les séduire avec leur consentement éventuel mais pour les forcer à des rapports sexuels non consentis, dont le viol, avec la violence que cela implique et les dégâts psychologiques que cela entraîne… j’en passe. Tout cela relève d’une forme de toute-puissance masculine et de cruauté qu’aucun désir « naturel » ne saurait justifier.

Or, et je le dis franchement, le cas de ce qui arrive à Quatennens, politiquement engagé à France insoumise, est tout à fait différent selon moi. D’une part il condamne, sincèrement je crois, ce qu’il a fait et ce sur la base de véritables convictions « féministes » qu’il a à nouveau formulées, qui rejettent toute forme de violence faite aux femmes, au-delà du simple refus de la domination masculine exercée sur elles. Et il a exprimé un réel remords, qui n’est pas tactique ou de façade, par rapport à ce qu’il a fait à sa femme, dans un cadre privé ou intime, il faut le rappeler. Or c’est là que la donne change totalement par rapport à l’affaire PPDA ou d’autres affaires similaires.

Je m’explique, avec un maximum de prudence ou, plutôt, de lucidité psychologique : nous sommes en présence d’une douloureuse affaire de couple, dont on connaît au moins l’origine dans des confits conjugaux qui sont malheureusement plus courants qu’on ne le croit, quelle que soit la classe sociale où ils se produisent. Je dis conflits « conjugaux » parce qu’il y a un mariage ici, mais on pourrait dire aussi « amoureux » quand il y a seulement une histoire sentimentale en couple et quand on veut être un peu intelligent et réaliste dans ce domaine. Il suffit de lire la grande littérature dans le domaine de l’amour (voir Stendhal dont j’ai parlé ici) pour savoir que l’amour dans la vie à deux n’est pas « un long fleuve tranquille », et que des désaccord peuvent survenir qui n’étaient pas prévus : des modes vie différents, le sentiment d’être abandonné ou moins aimé qu’on le prévoyait, des différences inattendues de personnalité qui apparaissent, des désaccords parentaux dans l’ordre de l’éducation, enfin des conflits politiques ou idéologiques qui, aujourd’hui, surviennent avec une fréquence nouvelle, surtout entre des personnes engagées et qui peuvent déclencher des blessures d‘amour-propre ou carrément de la haine. Peuvent s’ensuivre alors des gestes violents, qui ne sont pas de l’ordre des actes sexuels évoqués plus hauts, mais font souffrir et brisent le couple et son entente psychologique. A quoi s’ajoute le fait que ce n’est pas là un système stratégique conscient, mais, la plupart du temps, la conséquence d’un énervement conjoncturel, y compris répétitif, entraînant des comportements relevant d’impulsions inconscientes ou non calculées ou non maîtrisées. Je suppose que mes lecteurs auront entendu parler autour d’eux de ce genre de dérives malheureuses et créant de la souffrance, qui sont plus fréquentes qu’on ne le croit, hélas, et ce dans de nombreux milieux sociaux.

Qu’en conclure alors pour ce qui arrive à notre homme politique et quelle position normative prendre, car on ne saurait s’abstenir de  juger, ce qui ne veut pas dire punir ? Autant dans le cas de PPDA (comme dans celui de D. Strauss-Kahn, autre exemple) la responsabilité individuelle est effectivement engagée sur la base de mobiles médiocres, impliquant des positions de pouvoir, autant il me semble, ici, que : 1 la faute est d’une tout autre nature et plus fréquente qu’on ne le dit et, 2, qu’elle  implique des mobiles psychologiques renvoyant à un déterminisme  humain plus important qu’on ne le pense spontanément et qui me paraît  devoir échapper à la loi juridique, à distinguer de la loi morale légiférant sur les rapports  interpersonnels intimes. Bref, d’un côté une bestialité sexuelle que tout être humain doit pouvoir surmonter et s’interdire, l’éducation aidant ; de l’autre une affectivité fragile, dépassée par les événements personnels d’une vie individuelle, et qui ne me paraît pas devoir relever de la moindre condamnation juridique mais simplement du remords.. Quatennens doit donc  avoir le droit de poursuivre et pouvoir poursuivre  ses activités politiques, y compris au service de la cause des femmes, mais dans d’autres conditions amoureuses..

                                                                  Yvon Quiniou.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget
Journal — Exécutif
Retraites, chômage, énergie : Macron attaque sur tous les fronts
Le président de la République souhaite mener à bien plusieurs chantiers d’ici à la fin de l’année : retraites, chômage, énergies renouvelables, loi sur la sécurité, débat sur l’immigration… Une stratégie risquée, qui divise ses soutiens.
par Ilyes Ramdani
Journal
« L’esprit critique » cinéma : luxe, érotisme et maternité
Notre podcast culturel débat des films « Sans filtre » de Ruben Östlund, « Les Enfants des autres » de Rebecca Zlotowski et « Feu follet » de João Pedro Rodrigues.
par Joseph Confavreux

La sélection du Club

Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste