yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

2 Éditions

Billet de blog 21 oct. 2014

Le Monde, Gauchet et Aragon, "un salaud"!

Décidément je ne comprends pas Le Monde qui, après m'avoir refusé une tribune (ça lui arrive de plus en plus) répondant à Marcel Gauchet et dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle est argumentée et honnête (voir mon précédent billet) donne au contraire la parole au directeur du Centre de recherches politiques Raymond Aron

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Décidément je ne comprends pas Le Monde qui, après m'avoir refusé une tribune (ça lui arrive de plus en plus) répondant à Marcel Gauchet et dont le moins qu'on puisse dire est qu'elle est argumentée et honnête (voir mon précédent billet) donne au contraire la parole au directeur du Centre de recherches politiques Raymond Aron - ce qui veut tout dire d'emblée tant Aron (que j'ai lu et cité dans mes travaux, spécialement à propos de Marx) fut, malgré son intelligence érudite, un penseur politique pleinement réactionnaire, hostile à la gauche et, en son temps, au Programme commun de celle-ci. Cela permet de comprendre ce qui va suivre.

L'auteur de cette tribune, Patrick Guennifey, se lance dans une diatribe d'une virulence extrême et portée par un mépris rare à l'encontre de ceux qui ont protesté contre la fonction attribuée à Gauchet aux journées de Blois. Je cite ses expressions d'une qualité intellectuelle peu fréquente: "tant de bêtise et d'ignorance", "l'intelligence est devenue une denrée rare" (à le lire, j'approuve: il contribue à sa rareté) et "le nombre des nécessiteux augmente" ainsi que celui des "demi-savants" qui peupleraient nos universités. Arrêtons-nous ici : où enseigne-t-il sinon à l'EHESS et sait-il, lui ce "savant entier", que dans les années 1990-2000, l'entrée à l'Université, en philosophie en tout cas, était quasiment interdite de facto aux marxistes (j'en sais quelque chose)? A quoi il ajoutera, en fin d'article, qu'il n'y a là que des "intellectuels au fond très bêtes et très méchants" qu'il compare à des "Fouquier-Tinville  de notre époque", aux "méthodes staliniennes" (attention à l'anachronisme!). Honnêtement : il est dangereux de faire ce genre d'assimilation dans un article doté d'une telle violence, sans le moindre respect pour l'interlocuteur, car elle est facilement retournable contre celui qui la profère. Guennifey ne serait-il pas un moderne Fouquier-Tinville, coupeur de têtes intellectuelles, en opposition radicale avec la tolérance liée aux idées libérales qu'il défend?

Au fait, pourquoi tant de haine et si peu d'arguments? La suite de l'article nous le fait comprendre. Ceux qui protestent contre la fonction attribuée à Gauchet (et pour mon compte, à cela seulement) ont un tort indélébile à ses yeux : ils appartiennent à cette "gauche imbécile" (sic) qui croit pouvoir critiquer le capitalisme et projeter le dépassemenet d'un libéralisme qui fait pourtant fallite partout. Ce ne seraient-là qu"idées vermoulues" et "théories loufoques". On lui laissera la responsabilité de ces charmantes, en réalités imbéciles, accusations! Pas un mot sur le retour en force depuis la crise de 2008, et au plus haut niveau, de la critique marxienne, économique et sociale, de notre système actuel... dont même l'Université a, à sa manière, reconnu la validité en inscrivant Marx à l'écrit de l'agrégation de philosophie cette année, pour la première fois de son histoire : l'Université deviendrait-elle elle aussi "vermoulue" et "loufoque"? Guennifey ignore peut-être ce retour en force, mais il a une excuse : l'insupportable silence des médias, y compris Le Monde, sur les travaux des intellectuels qui travaillent à partir de Marx - silence qui s'apparente, soyons clair, à une véritable censure idéologique consciente et assumée dans les comités de rédaction. C'est pourquoi la thèse d'un libéralisme considéré comme la fin de l'histoire par Gauchet (je ne parle que de cet aspect de sa pensée) est insoutenable : c'est un propos performatif  destiné à faire se réaliser un désir en le présentant comme un pronostic objectif et ayant en vue, ou en tout cas pour effet, de conditionner les consciences dans ce sens. Quant à l'idée d'un triomphe définitif de la démocratie dans le monde, que je souhaite autant que lui mais avec ses conditions socio-économiques et culturelles sans lesquelles elle n'est qu'un leurre, elle ne manifeste pas une grande lucidité théorique quand on voit la situation mondiale aujourd'hui (voir à nouveau mon précédent billet).

Dernier exemple, le plus symbolique, de ce mépris qui m'a tout l'air d'un mépris de classe (comme on disait autrefois, mais la formule redevient hélas d'actualité) : voici que Aragon, le talent en plus il est vrai, est plus ou moins rangé dans cette même catégorie des esprits critiques, hostiles au capitalisme (ce qui est vrai), donc imbéciles (ce qui est faux), et qu'il aurait même été (à ce titre?) "un salaud, l'affaire est entendue". On appréciera à nouveau le "compliment" et on laissera au lecteur le soin de le retourner ou pas à son  auteur.

                                                          Yvon Quiniou

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison
Billet de blog
Macron s’est adressé aux rapatriés d’Algérie en éludant les crimes de l’OAS
Le 26 janvier, le président s’est adressé à des « représentants des pieds-noirs » pour « continuer de cheminer sur la voie de l’apaisement des mémoires blessées de la guerre d’Algérie ». Les souffrances des Européens qui quittèrent l’Algérie en 1962 ne sauraient être contestées. Mais certains propos laissent perplexes et ont suscité les réactions des défenseurs de la mémoire des victimes de l’OAS.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti