yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

397 Billets

2 Éditions

Billet de blog 30 avr. 2022

Redécouvrir le matérialisme historique: un grand livre d'Andréani

Le matérialisme historique de Marx, avec ses prolongements politiques qu'il implique, est-il dépassé comme une mode idiote le prétend? Tony Andréani, ancien professeur à Paris 8, soutient brillamment que non dans un livre récent. Il constitue pour lui une connaissance scientifique de l'histoire et du capitalisme, quitte à l'enrichir ou à le compléter. A lire impérativement!

yvon quiniou
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                           Redécouvrir le matérialisme historique : un grand livre d’Andréani 

Par les tristes temps qui courent il est non seulement urgent mais fondamental de revenir au matérialisme historique de Marx pour comprendre à nouveaux frais ce qui nous arrive – à nouveaux frais, je veux dire contre la domination des idées libérales qui envahissent nombre d’esprits qui se prétendent savants et ne sont qu’ignorants, et qui, du coup, alimentent la catastrophe capitaliste tous azimuts qui s’annonce, crise écologique incluse. C’est l’honneur du philosophe Tony Andréani que de le faire dans son nouveau livre, Matérialisme historique. Les concepts fondamentaux revisités, qui vient de paraître chez L’Harmattan ; mais il le fait, en réalité, en scientifique car il considère, à juste titre, que le corpus théorique que nous a légué Marx est bien de nature scientifique, quitte à ce qu’il faille le renouveler partiellement et surtout l’enrichir avec les nouvelles connaissances dans le champ des science humaines que l’auteur du Capital ne pouvait connaître.

Je ne saurais en parler ici dans le détail, car cela supposerait un article de revue  très riche et qu’il faudrait que j’ai eu le temps de le lire, ce qui n’est pas le cas puisque je viens de le recevoir. Mais je connais l’auteur et ses idées depuis longtemps, je les partage et je vais m’inspirer ici de sa préface qui en résume l’esprit et les angles d’attaque, quitte aussi à l’avoir parcouru en diagonale, comme on dit. La thèse essentielle est donc que nous sommes en présence d’une conception scientifique de l’histoire « qui n’a pas de concurrent sérieux » parce qu’elle repose sur une base matérialiste, le développement des conditions matérielles de la production, qui est l’apanage de l’homme distingué des animaux. C’est dire que nous ne sommes pas en présence d’une philosophie parmi d’autres (même si elle a un présupposé philosophique matérialiste, comme toute science), mais d’un savoir qui, comme tout savoir, peut connaître des ruptures et des apports venant des sciences humaines entendues au sens large. L’ouvrage en recense l’essentiel, inspiré d’une très longue thèse de doctorat qu’il avait soutenue il y a longtemps (parue chez Méridiens-Klincksieck), prétendant même nous apporter ainsi « le code génétique du capitalisme », code ouvert, bien entendu, à de nouveaux développements issus des découvertes sur l’histoire non occidentale (qui était le centre du Manifeste) et celle des sociétés primitives, ou d’innovations comme celles de Keynes qui permettent de mieux comprendre l’économie capitaliste aujourd’hui (le livre est très riche d’ouvertures en ce sens). Et puis, bien entendu, il y a les transformations du capitalisme lui-même depuis le 19ème siècle ( y compris sous l’effet des idées  marxiennes) et l’approche des autres sociétés du monde, qui amènent Andréani à critiquer ce qu’il peut y avoir de « nécessitarisme » dans l’idée d’un développement historique qui mènerait nécessairement ou inévitablement à dépasser en fait le mode production capitalisme (voir la fameuse Préface de 1859). Du coup, l’auteur ose se dire non un « refondateur » de l’œuvre de Marx – ceux qui ont tenté cela et qu’il cite, ne sont guère convaincants –, mais son « continuateur ».

C’est dans cette perspective où « continuer » ne veut pas dire « répéter », qu’il peut s’ouvrir aux lacunes de ce corpus théorique et, en particulier, mais c’était inévitable selon moi, à son insuffisante approche de la réalité humaine quand on l’envisage sous l’angle des « rapports interindividuels ». C’est ici que son appel à la psychanalyse me paraît décisif, non pour réfuter l’anthropologie marxienne mais pour lui apporter ce qu’elle ne pouvait contenir, à savoir la problématique de l’inconscient et l’idée d’une psychogenèse de l’individualité, qui dépasse son seul enracinement dans l’histoire et la société, et il a raison de s’inspirer aussi de G. Mendel.

Cette liberté d’esprit dans l’examen d’abord fidèle à Marx, lui permet d’énoncer de nouveaux aperçus sur l’histoire contemporaine, y compris sur les régimes qui ont prétendu s’en réclamer et en ont en réalité abîmé l’idée dans la conscience collective, y compris celle d’intellectuels qui auraient pu se montrer plus intelligents ou moins ignorants ! C’est ainsi qu’il rappelle que, en bonne logique « matérialiste historique », il est clair que la révolution soviétique ne s’est pas faite dans les conditions que Marx assignait à une transformation sociale visant le communisme – à savoir un capitalisme développé avec une base ouvrière ou prolétaire, en un sens structurel qu’on oublie –, qu’elle ne pouvait donc réussir en Russie et qu’elle a donné avec le stalinisme le contraire de l’idéal marxien, contraire qui ne pouvait donc invalider l’idée communiste bien comprise « scientifiquement ». On pourrait dire la même chose de la révolution chinoise lors de l’époque de Mao, qu’il aborde brièvement  mais lucidement, quitte  à montrer, en sens inverse et courageusement, les acquis positifs et novateurs qui se font jour actuellement. De même, mais sur un tout autre plan, on signalera ses éclairages sur les excès du capitalisme néo-libéral dans l’ordre de la production, de la consommation, de l’imposition de besoins ou de désirs artificiels d’une grande médiocrité – tout cela alimentant ce qu’il appelle avec moi une "démesure humaine" assez effroyable.

Dernier point dans ce bref aperçu : le retour, philosophique cette fois, à la morale en politique tel que je le préconise depuis longtemps. Et il a raison à la fois de soutenir que la science, quelle qu’elle soit, ne peut rien nous en dire sur le fond car on est sur un registre qui lui échappe, celui des valeurs, et d’affirmer, tout autant, qu’elle est présente dans la critique du système capitaliste et de son inhumanité comme dans l’adhésion à  l’idéal communiste, et ceci au nom de ces valeurs morales essentielles que sont la liberté et l’égalité de tous les hommes, au même titre, ou encore le respect de la personne humaine que son exploitation bafoue. Kant, de ce point de vue et même s’il n’y insiste pas, demeure un penseur fondamental de la morale qu’aucune science ne saurait réfuter.

On aura compris tout l’intérêt de ce livre, malgré la brièveté inévitable de mon propos, et à quel point Andréani donne totalement tort, d’emblée, à certains intellectuels encore à la mode comme Lyotard, Deleuze ou Foucault, partisans irrationnels de la « déconstruction » et de la « post-vérité ». Eh bien non, l’approche « matérialiste-historique » de la réalité, capitaliste en particulier, est tout simplement vraie sur le fond et il faut s’en inspirer, tous enrichissements apportés, pour changer le monde !

                                                                        Yvon Quiniou

Tony Andréani, Matérialisme historique. Les concepts fondamentaux revisités, 383 p., L’Harmattan.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal — Écologie
L’industrie de la pêche est accusée d’avoir fraudé les aides Covid de l’Europe
Alors que s’ouvre le 27 juin la Conférence des Nations unies sur les océans, Mediapart révèle avec l’ONG Bloom comment les industriels de la mer ont fait main basse sur les indemnités destinées aux pêcheurs immobilisés durant la pandémie. Des centaines de navires, aux pratiques de pêche les plus destructrices pour les écosystèmes marins, auraient fraudé près de 6 millions d’euros de subventions publiques.
par Mickaël Correia
Journal
Le RN et l’Algérie : le mythe colonial au mépris de l’histoire
À quelques jours des 60 ans de l’indépendance de l’Algérie, le maire de Perpignan, Louis Aliot (RN), met à l’honneur l’Organisation armée secrète (OAS) et les responsables du putsch d’Alger pendant un grand week-end d’hommage à «l’œuvre coloniale».
par Lucie Delaporte
Journal — Fil d'actualités
L’Ukraine demande plus d’armes et de sanctions contre Moscou après des frappes sur Kiev
Le gouvernement ukrainien a réclamé dimanche plus d’armes et de sanctions contre Moscou aux pays du G7, réunis en sommet en Bavière (Allemagne), à la suite de nouvelles frappes russes survenues à l’aube sur un quartier proche du centre de Kiev.
par Agence France-Presse

La sélection du Club

Billet de blog
Les taiseux d'Algérie
Dans un silence fracassant, excusez l'oxymore, les Algériens ont tu l'Algérie et sa guerre d'indépendance. Ils ne pouvaient plus en parler, des générations entières ont grandi dans le silence de leur père et de leur grand-père. Une mémoire calfeutrée derrière les non-dits omniprésents.
par dchraiti
Billet de blog
Pacification en Algérie
Témoignage d'un militaire engagé en Algérie ayant participé à la pacification engagée par le gouvernement et ayant rapatrié les Harkis de la D.B.F.M en 1962
par Paul BERNARDIN
Billet de blog
France-Algérie : une autre commémoration est-elle possible ?
L’Algérie hante la France, tel un spectre chiffonné, sûrement autant que les Français obsèdent les Algériens. Malgré le travail déjà fait, il y a tant de vérités enfouies, tant de paroles non entendues qui font défaut et empêche de construire un récit collectif. Et surtout tant de rendez-vous à ne plus manquer. Pour participer à cette libération de la mémoire et de nos imaginaires, le Club vous propose un travail collectif pour honorer cette 60e année de paix.
par Le Club Mediapart
Billet de blog
Glorification de la colonisation de l’Algérie et révisionnisme historique : le scandale continue… à Perpignan !
Louis Aliot, dirigeant bien connu du Rassemblement national et maire de Perpignan, a décidé de soutenir politiquement et financièrement la 43ème réunion hexagonale du Cercle algérianiste qui se tiendra au Palais des congrès de cette ville, du 24 au 26 juin 2022. Au menu : apologie de la colonisation, révisionnisme historique et glorification des généraux qui, pour défendre l’Algérie française, ont pris les armes contre la République, le 21 avril 1961.
par O. Le Cour Grandmaison