La Semaine de Jupiter : 2025, Ecole, Déconfinement

Tous les lundis, on tente de débriefer avec humour la semaine passée du Président, parce qu'il vaut mieux en rire... La Semaine de Jupiter, c'est une injection hebdomadaire d'anti-Macron garantie sans thromboses ni myocardite.

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

Cette semaine, le journal l’Opinion a demandé à Macron d’imaginer l’actualité de 2025.

Attends attends, Laisse-moi deviner, c’est facile : en 2025, Jupiter est toujours Président, il a éradiqué la faim dans le monde une bonne fois pour toute, la 6ème extinction des espèces est enrayée, le réchauffement climatique n’est plus une fatalité, et surtout, les ouvertures faciles sont devenues vraiment faciles ?

Ok, supprimer le covid à l’horizon 2025 ce serait cool, mais le problème des lacets ronds qui se défont tout le temps, il y a pensé ???

Tout faux. Sa vision se résume aux propositions suivantes : « Une jeunesse qui aurait trouvé du travail et toute sa place dans la société », « Un nouveau modèle productif plus écologique et numérique » et un « nouveau modèle de protection sociale ».

Traduction : Les jeunes sont des feignasses ou des casseurs qui foutent rien, on va poursuivre notre modèle économique actuel avec nos objectifs de croissance débiles mais sous couvert de green-washing, à grands coups d’algorithmes et au prix d’une aliénation par le numérique, et puis on va casser encore un peu plus la sécurité sociale parce que bon, les sans-dents ça va bien cinq minutes mais faudrait qu’ils se bougent le cul pour faire de la thune.

(Tout ça en si peu de mots, il est fort notre Jupiter.)

Non mais c’est un ouf lui, c’est tellement moderne et avant-gardiste comme vision. C’est pas 2025 qu’il a imaginé là, c’est carrément 2125 ! Attends il a oublié de dire aussi : « réduire les allocations parce que les chômeurs c’est tous des assistés qui profitent du système », « foutre les étrangers dehors parce que c’est eux qui nous piquent nos boulots », et « me remettre la petite sœur, et fissa ». Macron c’est pas dans l’Opinion qu’il a écrit son programme, c’est dans un PMU.

Arrête, c’est du plagiat, il a simplement recopié le programme de Xavier Bertrand ! Mais que fait CopyComic ? 

C’est sûr qu’imaginer l’égalité de salaire femme/homme, la semaine de 32 heures ou juste la réouverture de lits d’hôpitaux, c’était trop rétrograde pour Jupiter.

Sinon, quelqu’un lui a dit que vers 1945, le Conseil National de la Résistance avait pondu un programme autrement plus visionnaire et moderne ? Ah mais non, je suis con, il peut pas savoir lui, le CNR ça fait pas partie de son Roman National. Faut dire que pour eux c’était facile aussi, ils sortaient de la guerre, et il y avait un monde nouveau à imaginer.

Quoi, comment ça, qui a dit que « nous sommes en guerre », et qui parle sans arrêt du « monde d’après » ? 

« Si nous ne cédons rien de l’ambition de transformation que les français ont portée au pouvoir en 2017, notre Nation peut prendre toute sa part à l’invention du monde qui vient ». Oh hé, il va se calmer le Rastignac d’Amiens ! Pour ceux qui n’ont pas encore compris, ça veut dire que t’as pas intérêt à voter pour un autre que Manu en 2022. C’est plus de l’anticipation, c’est un film d’horreur en fait.

Perso si c’est pour faire ce genre d’anticipation merci bien, mais je préfère quand même relire Alain Damasio ou Arthur C. Clarke.

 

 

Lundi 26 avril, Macron s’est rendu dans un classe de CM2 de l’école Paul Cézanne à Melun. Pas pour célébrer le 35ème anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, mais pour marquer le coup de la reprise de l’école après 3 semaines d’interruption.

Le nuage de Tchernobyl c’est comme le variant indien du covid : tu sais qu’il est déjà partout même si le gouvernement t’assure qu’il s’est arrêté aux frontières du pays.

Pour lutter contre le risque de faire re-flamber l’épidémie, tout un protocole extrêmement précis et détaillé a été mis en place. En gros, il suffira d’ouvrir les fenêtres régulièrement.

Et puis, pas d’inquiétude, le gouvernement fournira des tests salivaires. Promis juré craché!

Ainsi que des autotests. L’autotest, comme son nom l’indique, c’est un peu comme jouer au Loto avec le covid. Ce lundi, super cagnotte exceptionnelle de 2 millions de malades dans les écoles. Allez-vous vous laisser tenter ? 100 % des gagnants ont tenté leur chance !

Il paraît qu’au début ils avaient carrément prévu de demander aux instits de faire des prises de sang aux élèves, ils auraient appelé ça le « dispositif en saignant ».

Les parents sont également invités à ne pas laisser les enfants manger à la cantine. Et voilà, ils ferment les seuls restos qui étaient encore ouverts. Remarque, ça leur fera pas de mal aux gamins d’arrêter de manger la bouffe chimique des cantines (on est combien déjà au classement pizza ?)

Jean-Michel Blanquer a rappelé sa mesure phare de fermeture des classes dès le 1er cas de Covid. « Je préfère avoir à fermer 1% des classes que 100 % de écoles ». Et aussi : On peut tromper 1000 personnes 1 fois, mais on ne peut pas tromper 1000 personnes 1000 fois. Euh non, on peut tromper 1 personne 1000 fois… Non… Prenez un chewing-gum, Jean-Michel.

Et puis surtout, la vaccination a enfin été ouverte aux enseignants de plus de 55 ans. Non mais les enseignants de plus de 55 ans faut arrêter, c’est une légende, ça n’existe pas : soit ils sont partis en retraite suffisamment tôt pour ne pas devenir fous, soit ils sont enfermés à la Vérrière depuis longtemps.

Le président a demandé aux élèves : « êtes-vous contents de rentrer physiquement ? ». L’école sous Macron c’est devenu comme les boîtes de nuits : t’es heureux quand tu sais que tu as enfin réussi à rentrer.

Il a également rappelé que « L’école permet de lutter contre les inégalités sociales et de destin. C’est pourquoi nos enfants doivent pouvoir continuer à s’y rendre et à apprendre avec un protocole strict » Euh non en fait, si l’école luttait vraiment contre les inégalités, y a longtemps qu’elle aurait été interdite par les différents gouvernements hein. S’il est si important que nos enfants s’y rendent, c’est parce que l’école sert surtout de garderie pour que papa-maman puisse aller bosser comme des cons pour ne surtout pas arrêter la sacro-sainte économie du pays.

Jupiter est fier de proclamer très haut que la France a été le pays qui a le moins fermé ses écoles depuis un an (10 semaines de fermeture au total). Et celui qui a le plus fermé de lits d’hôpitaux depuis 20 ans ?

Les enseignants ont confirmé avoir rattrapé le retard du 1er confinement, et les évaluations ne montrent pas de baisse de résultats par rapport aux années précédentes : ouf c’est bon, le niveau des élèves est toujours aussi médiocre que d’habitude. Mission accomplie, Monsieur le Président.

Avant de partir, pour faire encore mieux que Jean-michel Blanquer qui avait fait une marelle avec des élèves la semaine précédente, Jupiter a tenu à jouer sept parties de marelle. Sept parties : que ce soit dans la cour de récré ou avec Brigitte, c’est toujours l’éducation nationale qui lui a permis d’atteindre le septième ciel.

Cette visite avait enfin pour but de « remercier les enseignants de leur engagement depuis le début de la crise ». Fallait pas se déplacer pour si peu, une augmentation aurait amplement suffi.

 

 

Puis Jupiter s’est adressé à la PQR dans la salle des fêtes de l’Elysée afin de dévoiler le calendrier du déconfinement.

La PQR, comme son nom l’indique, c’est la presse torchon qui peut servir de papier hygiénique après l’avoir lue. (Alors que la presse people, non :  la matière est déjà imprimée directement dessus).

La Presse Quotidienne Régionale, c’est la reine du fait divers. Ça tombe bien : Macron aussi il voudrait faire diversion. Entre un article sur René le chasseur qui a pris un cycliste pour un sanglier, la sortie de route du Dédé 75 ans encore bourré comme un coin en rentrant du comice agricole, et la fameuse foire aux picots de Lisieux, on a donc pu lire les annonces de Jupiter.

À commencer par les grands titres :

« Macron esquisse un déconfinement prudent »

« Macron dessine les contours du déconfinement »

« Une réouverture par petites touches ».

« Une reprise en pointillé ».

Mais en fait Jupiter c’est un esthète, c’est le peintre impressionniste du déconfinement, le Pablo Picasso de la Réouverture.

(Les gens de LAREM qui lisent ce billet : Pourquoi Picasso ? je vois pas trop bien le rapport avec Citroën là ?). 

Il a donc précisé Le calendrier de sortie des restrictions. Comment ça se passe, c’est plutôt comme avec le facteur, Il va falloir choisir entre Le calendrier avec les chatons, celui avec le Mont-Saint-Michel ou les Champs de lavande ? Ou c’est plutôt comme pour les Rugbymen du Stade de France avec Dupont-Moretti et Darmanin à poil qui se cachent le sexe derrière un Code Civil et un tonfa ? (qui a dit : «  Un Zippo aurait suffit ? »

Je vous épargne le détail des mesures, vous les connaissez déjà toutes et puis ça va rechanger dans deux jours sur un énième coup de sang de Jupiter.

Les médias ont salué l’équilibre entre risques économiques et risques sanitaires. On savait déjà que les politiciens étaient tous des clowns, maintenant on a carrément le Président funambule. On voudrait bien ouvrir un cirque à l’Elysée, le problème c’est qu’on a trouvé personne qui puisse être qualifié de Monsieur Loyal… 

Le Président a également indiqué qu’il se rendrait au concert test d’Indochine. Un concert test d’Indochine, c’est quand les gens restent jusqu’à la fin, ça prouve qu’en plus de la perte du goût et de l’odorat, le covid provoque aussi des surdités.

Ça rend sourd, c’est dangereux et y a pas de plaisir : le covid pour nous en 2021, c’est la masturbation pour les gens en 1950.

À noter qu’un pass sanitaire - test négatif ou certificat de vaccination - sera demandé pour assister à des évènements de plus de 1000 personnes. (Ouf, pour les partouzes c’est bon). Le pass sera possible au format papier, mais de préférence sur l’appli TousAntiCovid. Et pour ceux qui ont l’appli TousAntiMacron, ça se passe comment ?

Allez, à la semaine prochaine.

Zantrop

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.