La semaine de Jupiter : voitures électriques, féminisme, retraites

Tous les lundis, on tente de débriefer avec humour la semaine passée du Président, au fil de quelques actualités. Parce qu'il vaut mieux en rire... Cette semaine, le Président joue la tenue décente dans les écoles pour contrer la descente soutenue dans les sondages.

Déplacement à Douai sur le site Renault

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

Lundi, Jupiter s’est rendu à Douai sur le site des usines Renault pour officialiser l’implantation d’une giga-usine chinoise de batteries. Et surtout pour essayer de recharger les siennes après sa grosse claque électorale aux régionales.

Retiens-le bien : c’est la seule et unique fois que tu m’entendras dire que le Président Macron est sur Douai.

Dès que Macron est arrivé sur place, il a demandé où étaient les musiciens, et si Manu Katché allait jouer un morceau. Juste avant de comprendre qu’on parlait pas des mêmes batteries. Faut l’excuser, lui son truc c’est pas les batteries, ce serait plutôt le pipeau.

Le chef de l’État y a retrouvé un Xavier Bertrand goguenard, tout juste réélu Président. Des Hauts-de-France. Pour l’instant. On croise les doigts pour lui : si ça se trouve en 2022 il est capable d’avoir plus de 50 % des voix des 25 % de gens qui continuent à voter.

Les deux hommes se sont donc livrés à un affrontement passif-agressif tout en sous-entendus et petites piques verbales digne d’un concours de zizis dans la cour de récré en CM2. Une campagne électorale tout à fait normale, quoi.

La visite de l’usine n’était qu’un prétexte pour vanter l’attractivité française et officialiser l’investissement de deux milliards du groupe chinois Envision, qui va créer 1000 emplois d’ici 2024. « Il y a le potentiel pour aller jusqu’à 2500 emplois à l’horizon 2030 » se flatte même l’Élysée.

2024, 2030, « du potentiel », c’est bien, ça reste assez vague, ça laisse le temps d’oublier les effets annonces et de ne pas penser que le gouvernement va détruire plein d’autres emplois par ailleurs en même temps.

C’était aussi l’occasion de présenter un complexe de production de voitures électriques lancé par Renault constitué par ses trois usines dans la région, le fameux « Pôle ElectriCity ». Les constructeurs automobiles c’est comme les coiffeurs, il faut toujours qu’il y ait un jeu de mots dans le titre.

Macron souhaite « transformer le nord en silicon Valley » et voir la région devenir « la vallée européenne de la batterie électrique ». Bah pour l’instant avec Jupiter, c'est surtout la vallée des couleuvres.

Remarque pour quelqu’un qui prend la Seine-Saint-Denis pour la Californie, c’est cohérent. Attends, Renault c’est la marque au losange, je comprends pas pourquoi ils ont pas pensé à appeler leur complexe « losangeles » ?

Jupiter a lancé un appel au rassemblement des énergies pour assurer l’avenir de la filière automobile électrique. C’est sûr qu’il en faudra de l’énergie pour alimenter la voiture électrique. Tu vois les politiques de Macron c’est comme ses énergies : leur problème, c’est qu’elles ne sont pas renouvelables.

On pourrait dire comme dans la fameuse pub : « Ça ne marchera jamais ! ». Malheureusement si, ça marchera. Pas pour sauver la planète hein, mais pour enrichir le PDG de Renault et "verdir" l’image de la marque au losange.

Sur son compte Twitter officiel, Macron explique que « la transition écologique du secteur automobile est déjà une réalité ».

Bien sûr. Est-il nécessaire de rappeler que la durée de vie des batteries est très faible, que leur production est polluante, ou que la consommation de ces bolides fera tourner des centrales nucléaires extrêmement dangereuses et qui arrivent en fin de vie ?

« Gnagnagna le nucléaire c’est une énergie propre, c’est l’énergie la plus décarbonée d’abord ». Ouais c’est vrai ça ! D’ailleurs, va dire ça aux morts de Tchernobyl ou Fukushima, ou aux habitants de La Hague et de Flamanville, ils seront contents. Les pro-nucléaires ils sont pas seulement décarbonés, leur cerveau a carrément arrêté de phosphorer. 

Macron en a également profité pour mettre en avant sa politique depuis le début du quinquennat pour l’ « attractivité et la compétitivité », avec entre autres : 

- La Flat tax de 30 % 

- La réforme* du droit du travail 

- La baisse des impôts de production 

- La baisse de l’Impôt sur les Sociétés à 25 % 

- Les coups de langues sur les chaussures des grands patrons

 

Attends, c’est un bilan, ou un top 5 des pires mesures jamais prises par un Président ?

*Attention, c’est pas réforme qu’il faut lire, c’est démolition : si même le correcteur automatique d’orthographe est macroniste, on est mal.

Jupiter a ajouté que c’est « à ce prix qu’on retrouve la souveraineté technologique ». Attends attends, on parle bien de la filiale japonaise d’une usine chinoise, tu m’expliques où elle est la souveraineté là ???

Toute cette mascarade se déroule en plein sommet Choose France, qui réunit à Versailles (!) une centaine de dirigeants étrangers pour des investissements en France. Rien de bien intéressant là-dedans. Alors que s’il avait pensé à organiser le sommet « chausse France », on y aurait peut-être trouvé quelques pointures…

Macron s’est félicité que la France soit devenue le pays le plus attractif d’Europe. Tu peux pas d’un côté te vanter d’être le plus attractif pour les étrangers, et de l’autre refuser que des migrants arrivent par milliers. C’est le « en même temps » dans toute sa splendeur.

Les migrants, ils devraient traverser la méditerranée sur des batteries électriques, tu verrais qu’on les accueillerait à bras ouverts. 

L’Élysée en fin de compte, c’est un peu comme une usine de batteries aussi, mais plutôt de batteries de cuisine : quand tu arrives tu te prends pour le chef, et tu peux être sûr que tu repars avec quelques belles casseroles en souvenir.

 

Féminisme et crop top

« Je revendique d’être féministe. Le féminisme est un humanisme ! »

C’est le scoop de la semaine : Jupiter serait féministe.

J’ai bien vérifié pourtant, les poules n’ont pas encore de dents.

(Par contre les poulets ont des mains et des pieds à n’en plus finir. Saloperies de grenades.)

Mais qu’est-ce qu’il faut pas entendre : Macron c’est l’anti canal de Suez, avec lui plus c’est gros, plus ça passe. 

Il paraît que Jupiter a fait de l’égalité hommes-femmes la grande cause de son quinquennat. Ah bon ? Moi je croyais bêtement que c’était la violence policière, l’étouffement par asphyxie ou le tabassage de manifestants ?? 

Que ce soit dans son Interview pour Elle ou au Forum Génération Égalité, le chef de l’État « souligne des avancées sur les violences faites aux femmes ». Citons entre autres :

- Le bracelet anti-rapprochement. Ah ça c’est super, mais on pourrait en avoir pour les flics ?

- Grâce à Macron, le mot « féminicide » est entré dans le dictionnaire. Bon, ça n’empêche pas les couteaux d’entrer dans les femmes, c’est sûr, mais c’est un progrès.

- il a refusé l’allongement du délai d’avortement à 14 semaines de grossesse au lieu de 12 semaines. Là-dessus, aucun doute, le chef de l’État a un avis « bien tranché ». Enfin, « bien tranché », en matière d’avortement, pas sûr que les termes soient bien choisis…

- « Un ministre de l’intérieur visé par une plainte pour viol ». Bienvenue dans le monde nouveau : Avant, la politique bling-bling c’était « si à 50 ans t’as pas une Rolex t’as raté ta vie ». Dans le monde d’après, tu rates ta vie si t’es ministre et que t’as pas encore eu ta plainte pour viol.

Comme il n’y avait pas de sujets importants cette semaine, ou plutôt pour détourner l’attention des sujets plus importants de cette semaine, le Président féministe nous a ressorti la polémique du crop top.

« À l’école, je suis plutôt tenue décente exigée ! ». C’est bien vrai ça : tu crois qu’il serait en couple avec Brigitte si Macron s’était pointé devant elle en crop top en cours de français ?

Non mais pour une fois je trouve qu’il a raison : t’imagines Jean Castex en trikini ? Blanquer en débardeur moulant et minijupe ? Castaner en chemise ouverte jusqu’au nombril et cravate autour de la tête ?

(Désolé pour ceux qui sont en train de manger, je sais que c’est pas des images très ragoûtantes)

Bon pour Castaner en fait c’est plausible, je suis sûr qu’on l’a déjà vu comme ça en boîte de nuit.

Ce qui l’embête avec le crop top, c’est qu’il laisse voir le nombril des Français, du coup on s’aperçoit bien que Jupiter n’est pas le nombril de la France…

Le Président l’a bien dit : « Tout ce qui vous renvoie à une identité, une volonté de choquer ou d’exister n’a pas sa place à l’école ». Vous avez entendu les enfants ? vous n’existez pas, vous êtes juste les bons petits soldats du macronisme.

Quand la courbe de popularité du Président est proportionnelle à la longueur des tee-shirts, ça en dit long sur la société dans laquelle tu vis.

 

Retour du come-back de la suite de la réforme des retraites 2

Devinette : qu’est ce qui revient de manière périodique, qui est douloureux et qui fait saigner ? c’est facile, c’est soit les menstruations, soit la réforme des retraites. 

Bon, comme Jupiter n’a plus de règles depuis longtemps, il a choisi de s’attaquer à la deuxième.

La réforme des retraites c’est comme Jésus, Benzema en équipe de France ou les jeans taille haute, personne n’y croyait plus du tout et pourtant ça finit par revenir quand tu t’y attends le moins.

Macron il a encore rien compris, il relance la réforme des retraites pour se remettre en selle après sa défaite électorale, mais nous tout ce qu’on veut c’est pas la réforme des retraites, c’est juste la retraite des réformes.

La réforme des retraites pour un Président en cours de mandat, c’est un peu comme les blagues de ton oncle raciste dans les repas de famille : ça casse les couilles de tout le monde, mais bon apparemment c’est un passage obligé.

La réforme des retraites est aussi appelée « La mère de toutes les réformes » par les copains de Macron.  Ah oui ? Tiens c’est marrant, du coup moi les gens de LREM qui se rassemblent pour réclamer le retour de la réforme, j’appelle ça « un collier de nouilles pour la fête des mères ».

Le Président souhaiterait repousser l’âge de la retraite à 64 ans dans un délai très bref, et faire passer son projet de système universel par points.

Allez hop, finie la bamboche. Et voilà les vieux, on oublie la pétanque, les voyages organisés et les disques d’André Rieu, on se remet au boulot, et fissa.

Il y a quelques semaines j’avais écrit que « les retraites finalement, c’est comme le plein emploi, l’insouciance, la joie de vivre et le Tang orange : c’est un plaisir de boomers que les jeunes d’aujourd’hui ne connaîtront plus jamais ». Mais c’est faux : le Tang orange fait son grand retour en supermarché. Par contre pour l’insouciance et la joie de vivre on peut toujours se brosser…

Franchement pour réussir à faire passer à coup sûr sa réforme nauséabonde, j’ai une solution, il devrait faire comme sur le Bon Coin : il propose un âge de départ à 90 ans, les français sont dans la rue pour demander le retour à 62 ans, et hop on coupe la poire en deux à environ 75 ans. Comme ça tout le monde à l’impression d’être gagnant. Et voilà. Fastoche.

En France les retraités c’est comme les migrants : personne ne veut d’eux, quand ils sont là on sait pas quoi en faire, ils coûtent de l’argent à la société, et bientôt tu vas voir que si ça continue ils vont venir nous piquer nos boulots !!!

Tout serait une question d’âge pivot, cet âge d’équilibre en dessous duquel les Français subissent une décote sur leur pension. Au-dessus ça va, en dessous bonjour les dégâts : En fait l’âge pivot c’est l’inverse du nombril des adolescentes.

Le report de la réforme pourrait donc être soumis au Parlement dès le mois d’octobre. Pour rappel, la moyenne d’âge des parlementaires français est de 114 ans, donc la retraite à 63 ou 64 ans pour eux, ça change que dalle.

Mais ça n’entrerait en vigueur qu’après la présidentielle. La réforme, hein, pas les parlementaires. Eux il y a bien longtemps qu’ils n’entrent plus en vigueur.

Bon, visiblement c’est la fin des régimes spéciaux, mais pour Jupiter c’est encore la saison des salades.

Allez, à lundi prochain.

Zantrop.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.