La semaine de Jupiter : tour de France, retraites, justice

Tous les lundis, on tente de débriefer avec humour la semaine passée du Président, au fil de quelques actualités. Parce qu'il vaut mieux en rire... Cette semaine Macron se lance dans un Tour de France. La politique c'est comme le vélo : tout est une question d'équilibre, mais gare aux rétropédalages.

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

Tour de France des territoires

Cette semaine, Jupiter a décidé de lancer son Tour de France des territoires, afin de « prendre le pouls » de la population. Prendre notre pouls, ça va lui faire bizarre : c’est la première fois de sa vie qu’un ex-banquier va palper des flux sans gains. 

Ça va, ça aurait pu être pire : il aurait pu vouloir prendre notre température. L’année dernière j’avais proposé qu’on dote les flics de tonfas-thermomètre rectal, pour interpeller tout en détectant les malades. Bizarrement ça n’a pas été retenu ?

Les mauvaises langues et surtout celles de ses adversaires politiques disent qu’il profite de sa fonction de Président pour démarrer officieusement sa campagne pour 2022. Ah mais non, mais pas du tout, ils ont rien compris : il ne fait pas campagne aux frais de l’État, il va à la campagne mettre l’État au frais par ces fortes chaleurs ! faut arrêter de voir le mal partout, enfin.

Jupiter a donc commencé son tour de France par un déplacement dans le Lot. Il y a rencontré les professionnels du tourisme. Des gens tout à fait comme lui en fait : il est à l’Élysée en touriste, il visite le Patrimoine, et sitôt son séjour fini, il repart en laissant une note sur Trip Advisor :

 

★★★★★ « Logement cossu et super sympa, sans vis-à-vis, tout équipé, hyper bien situé en plein cœur de Paris. Séjour très agréable et relaxant, au programme : 5 années de farniente et de rigolade. Quel dommage que ce soit déjà fini, on aurait aimé rester encore quelques années de plus… »

 

Interrogé au sujet de l’impôt sur la fortune, Jupiter s’est offusqué : « Est-ce qu’on peut massivement taper les gros contribuables, idée qu’on adore chez nous ? On peut le faire, mais les gros s’en vont ! ». C’est vrai qu’en tant que Président, il n’a pas beaucoup de leviers ou de moyens à sa disposition pour contraindre les riches qui profitent des avantages de la France à payer leurs impôts en France… C’est fou ce qu’on est démuni quand on est Président de la 6ème nation la plus puissant au monde, on ne se rend pas compte !

Et puis surtout, faudrait quand même pas fâcher ceux qui l’ont mis au pouvoir, ils risqueraient de ne pas revoter pour lui en 2022 !

Il a aussi annoncé qu’il devrait « prendre des décisions, certaines difficiles » au cours de l’été. On imagine déjà des choix impossibles, des dilemmes cornéliens, des alternatives terribles :

    - Slip de bain ou boxer à la piscine de Brégançon ?

    - Rosé-pamplemousse ou Corona pour l’apéro ?

    - Est-ce que je regarde plutôt la saga de l’été sur TF1 ou Fort Boyard sur France 2?

Et peut-être même que certaines « ne rendront pas possible sa candidature » en 2022. Quel suspense ! C’est peu de dire que le mec maîtrise l’art du storytelling et les techniques de teasing. En fait Macron c’est un peu notre Hitchcock à nous : Voter pour lui en 2022, c’est choisir le pire scénario possible, celui qui combine Psychose et Sueurs Froides en même temps !  

Toujours au sujet du tourisme, sur son compte Twitter, il se fend d’un magnifique « cette année, les vacances estivales auront une saveur particulière, c’est le retour des jours heureux ! » Sans déc' ? Évoquer Les Jours Heureux, le programme du CNR, pour deux pauvres semaines au camping les flots bleus ? Il exagère pas un peu, là, le Jean Moulin des Club Med ?

Tiens on devrait le filmer pendant ses congés en août, on appellerait ça les vacances de Monsieur Culot.

Pour finir, lors de sa petite sortie dans les rues de Saint-Cirq-Lapopie, Jupiter a eu quelques débats avec des citoyens légèrement énervés. Bain de foule, échanges houleux, propositions très vagues : c’est sûr, tout indique que dans sa tête il est déjà en vacances à la plage.

 

Réforme des retraites

Cette semaine toujours, Macron a annoncé la possible reprise de la réforme des retraites. La réforme, laissée en plan pour cause de crise sanitaire, ne peut pas être reprise en l’état, elle doit être retravaillée.

Avec le covid, plus y a de retraités aux urgences, moins y a d’urgence à s’occuper des retraités.   

Cette réforme, Jupiter la trouvait « Très ambitieuse, extrêmement complexe et porteuse d’inquiétudes ». Ça, en langage politicien, c’est ce qu’on appelle la jurisprudence « Référendum sur la constitution européenne » : Si vous êtes contre, c’est parce que vous êtes vraiment trop cons pour comprendre.

Vite vite, un dessin réac de Plantu pour éclairer nos lanternes de benêts. Ah merde, non, trop tard, il est déjà à la retraite lui aussi.

Les retraites finalement, c’est comme le plein emploi, l’insouciance, la joie de vivre et le Tang orange : c’est un plaisir de boomers que les jeunes d’aujourd’hui ne connaîtront plus jamais. 

 Jupiter s’interroge : « Est-ce que nous pouvons ne rien faire sur les retraites dans les mois qui viennent ? » Attends, tu nous poses la question à nous sérieusement, ou tu te demandes ce qui est le mieux pour favoriser ta réélection ?  Parce que bon ça fait déjà quatre ans que tu fous rien, donc un an de plus ou de moins, tu sais…

Ah non, c’est faux, il ne fout pas rien, je ne peux pas me laisser dire ça : il prend des décisions qui maintiennent les injustices en favorisant ses copains les grands patrons qui l’ont élu pour ça, quand même. En économie, ça s’appelle le Retour sur Investissement.

Selon Édouard Philippe, la réforme des retraites est « un objectif auquel on ne peut pas se soustraire et qu’on doit regarder en face ». Ah bah en fait il fallait le dire plus tôt : une réforme des retraites c’est juste une photo de classe. Expliqué comme ça, j’aurais compris tout de suite. Allez les français, on ne bouge plus, on sourit bêtement et on attend que ça passe.

Il poursuit : « il faut penser à l’équilibre des retraites, et prendre des réformes impopulaires », et « la question du financement des retraites doit être posée ». Elle est posée, et c’est sûr qu’avec eux la question elle est vite répondue. Ça fait des décennies qu’on entend la même chose : recul de l’âge légal de départ, et suppression des régimes spéciaux. Niveau complexité de la réflexion, on repassera…

Non, le seul régime auquel Macron ne touchera pas c’est le régime kébab, comme ça il peut continuer à remettre des légions döner à ses copains.

De toutes façons, depuis que le covid est passé par là, les seules personnes encore concernées par la réforme des retraites c’est les trois-quatre généraux séniles qui ont rédigé une pétition dans Valeurs Actuelles, et Emmanuel Macron à partir de 2022.

Le retraité, c’est comme l’ours polaire, la baleine bleue ou le sympathisant socialiste, c’est une espèce en voie de disparition. On fait semblant de s’en inquiéter 5 minutes, et puis après on reprend son activité comme avant. On s'en souciera quand il sera trop tard. 

 

 Lancement des États Généraux de la Justice

Oyez oyez, avis à la population, le Bon Roi Jupiter, celui qui a mis son culot à l’envers, a convoqué les États Généraux (Ouais !) … de la justice (Oooooohhhhhh).

Le but sera « d’échanger sur la situation de la justice dans notre pays, notamment au regard des préoccupations de nos concitoyens sur la sécurité ». L’ensemble des acteurs de la justice y participera, avec l’objectif de mettre tout le monde d’accord avec la fin de l’automne. Autant dire : impossible.

Beaucoup d’échanges pour un échec qui s’annonce dès le départ : en fait les États Généraux de la justice c’est juste le parcours d’un français à Roland Garros.

Jupiter a rappelé son « profond attachement au principe de la séparation des pouvoirs et au principe de l’indépendance de l’autorité judiciaire dont il est le garant ». Oh que oui, il y est très attaché : il s’est même menotté aux différents pouvoirs pour être sûr qu’ils ne lui échappent pas. 

Cette annonce intervient dans un contexte de crise de confiance dans la justice. Pour rappel, la critique de la justice faisait partie des mots d’ordre de la manif des policiers, à laquelle Darmanin a participé.  Normalement les symboles de la justice c’est la balance et le glaive, eux ce qu’ils voudraient c’est les remplacer par l’indic et le pistolet.  

Au passage, tu sais à quoi on reconnaît un ministre de l’Intérieur dans une manif de flics ? C’est le seul qui garde son Alliance quand il va draguer le RN !

D’ailleurs, il y a tellement de policiers relaxés que le ministère de l’Intérieur devrait bientôt changer de nom pour s’appeler le ministère de la détente, du zen et de la coolitude.

Prudent, Dupont-Moretti déclare qu’il ne faut pas « opposer justice et police » alors que, selon un sondage, la préoccupation sécuritaire est parmi les principales inquiétudes des français.

Le saviez-vous ? Selon un sondage, si on commence une phrase par « selon un sondage », ce qui suit est automatiquement vrai.  

Préoccupation sécuritaire, tiens donc …  sniff, sniff : Ah oui en effet, ça pue la campagne présidentielle à plein nez là. Tiens, je sens même des relents de Marine le Pen et des effluves de vote « utile ».

En France, il y a deux signes qui t'annoncent qu’on est en campagne pour une élection Présidentielle : le retour du thème de l’insécurité dans les débats, et la réapparition sur le devant de la scène de Manuel Valls, qu’on ressort de sa housse de protection tous les 5 ans. Parce qu’on sait jamais, si des fois il pouvait gratter un petit quelque chose…

Bon, moi je suis d’accord avec eux, la justice française est beaucoup trop laxiste : il faut plus de peines de prison et moins d’aménagement des peines. ça réduira pas le sentiment d'insécurité, mais ça permettra à Bouygues de continuer à remporter des marchés pour construire de nouveaux établissements pénitentiaires.

Encore une preuve supplémentaire que la prison est efficace, c’est qu’un cluster vient d’être détecté dans la prison de Roanne. Un cluster dans une prison, zut, comment ils vont faire : ils vont quand même pas être obligés d’empêcher les détenus de sortir, de mettre un couvre-feu, et de les placer à l’isolement !

Le Garde des Sceaux ajoute : « policiers et magistrats sont dans la même barque ». À mon avis la barque prend l’eau et ils sont en train de couler. Ça expliquerait pourquoi on dit « écoper » d’une peine. Si ça se trouve Dupont-Moretti c’est pas le ministre de la justice, c’est juste le garde des seaux.

En fait ça commence comme une blague, mais la chute est tragique : Policiers et magistrats sont dans un bateau. Les magistrats tombent à l’eau. Les Policiers restent aux commandes. 

La démocratie boit la tasse.

 

à lundi prochain.

 Zantrop

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.