La Semaine de Jupiter : Brevets, Xavier Bertrand, Napoléon

Tous les lundis, on débriefe avec humour sur la semaine passée du Président, au fil de quelques actualités, parce qu'il vaut mieux en rire... Pour avoir accès à une injection de Semaine de Jupiter avant tout le monde, merci de vous inscrire sur "Vite ma Dose".

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

Levée des brevets 

Jeudi, Jupiter a inauguré le nouveau centre de vaccination parisien au parc des expositions de la porte de Versailles. Le choix stratégique du parc des expos s’est fait pour des raisons pratiques : les employés ne seront pas dépaysés, ça les change pas tellement des bovins piqués aux hormones et gavés d’antibiotiques du salon de l’agriculture, et les vaccinés ne seront pas étonnés qu’un président en campagne vienne leur flatter la croupe.

Le chef de l’État y a promis l’administration de près de 2000 injections par jours. 2000 injections par jour c’est bien, c’est presque autant qu’une clinique de chirurgie esthétique à Hollywood pour le Botox.

Il en a profité pour sortir des effets annonces. Macron c’est un joueur de cartes de saloon dans un western, il a toujours une bonne carte planquée dans sa manche à sortir au bon moment, mais nous tout ce qu’on veut c’est le voir repartir avec du goudron et des plumes.

Donc, les plus de 50 ans pourront avoir accès au vaccin 5 jours plus tôt. Et 5 jours mine de rien, à cet âge-là, ça compte.

Et puis surtout, à partir du 12 mai, comme aucun créneau ne doit plus être perdu, les RDV qui n’auront pas trouvé preneurs seront ouverts à tous les adultes sans condition sur Doctolib. Doctolib, c’est cette société privée qui fait du profit sur la santé en faisant le boulot que le gouvernement devrait normalement faire.

Mais aussi sur : vite ma dose, Je veux mon vaccin : breton, Covidliste, Covid Anti Gaspi… Bientôt sur tous vos smartphones : Tinder Covid, pour rencontrer des vaccins chauds sur ta région.

Car Macron ne veut plus gâcher aucune dose. Alors quand c’est le vaccin c’est non au gaspillage, par contre quand il faut faire construire une nouvelle piscine au bord de la mer à Brégançon, là c’est open bar avec l’argent public. C’est plus deux poids, deux mesures, c’est deux doses deux volumes. 

En plus de tout ça, depuis qu’il a appris que Biden était pour la levée des brevets sur les vaccins, Jupiter s’est empressé d’annoncer qu’il était lui aussi favorable à cette mesure.

En 2021, Joe Biden est favorable à la levée des brevets alors qu’en 1997 Bill Clinton était favorable à l’abaissement de sa braguette. Comme quoi les Etats-Unis, ça change vraiment d’un président à l’autre.

Le Président français se dit donc désormais « tout à fait favorable » à la levée des brevets.  En quelques semaines, il est passé d’une « solution de dernier recours » à « tout à fait favorable ». Le mec c’est le concorde des avis politiques : il change de position à une vitesse supersonique. Attention à l’atterrissage quand même.

En fait Macron c’est le Lucky Luke du retournement de veste. À force de trop la retourner, elle va finir par s’user, mais ça tombe bien, il devrait en prendre une aux prochaines élections. 

Maintenant, il veut carrément faire du vaccin un « bien public mondial ». Venant d’un mec qui avait dit le 12 mars 2020 que « ce que révèle cette pandémie, c’est qu’il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché », on y croit à mort. C’est plus Macron, c’est Mère Teresa qui nous gouverne. Franchement, ils doivent bien se fendre la gueule, ceux qui écrivent ses discours.

Enfin bon, Jupiter minimise son revirement, en rappelant qu’« Aucun site en France n’est capable de produire la substance active nécessaire à l’ARN messager ». Et alors, je vois pas où est le problème ? aucun site en France n’est capable de produire de la matière grise nécessaire à gouverner, et pourtant ça fait des siècles qu’on subit des politiciens qui prétendent le faire.

Macron je ne sais pas s’il a fait médecine, par contre c’est sûr qu’il a prêté le serment d’hypocrite.

Ah non mais moi je suis totalement d’accord avec lui, les vaccins c’est comme le Coca-Cola, la recette doit rester secrète : si les gens savaient vraiment ce qu’il y a dedans, ils n’en voudraient plus.

Le seul avantage d’une levée des brevets, c’est que ça lui permettrait de faire un gros chèque aux labos privés pour les indemniser. Comme en plus à partir de 2022 il va commencer à chercher du boulot, et qu’il a quelque notions d’épidémiologie depuis le covid, il a tout intérêt à faire des cadeaux à ses possibles futurs employeurs…

Comme en plus il lui avait déjà fait le coup sur la fiscalité des multinationales le GI Joe, ça commence à agacer Macron.

Interrogé par un journaliste sur son retard par rapport aux Etats-Unis, il a lâché son meilleur « Je ne peux pas traiter vos complexes, moi je n’en ai pas ».  C’est bizarre, j’ai vérifié chez mon primeur, c’est pas encore la saison du melon pourtant ? 

Il a aussi dit : « Quand il y a un an, nous européens on lance Act-A, vous ne dites pas « vous européens, vous avez un leadership moral », vous dites « les Etats-Unis ne vous suivent pas ». Et quand les Etats-Unis nous suivent, vous dires qu’ils ont le leadership ». Oh mais dis-donc, c’est qu’il serait jaloux comme un pou, le De Gaulle du Lider Price !

En plus pour se défendre, il a même ajouté que « Les Etats-Unis, c’est 20 points de dépenses publiques en moins que la France. Notre pays et l’Europe ont un modèle très protecteur en temps de crise ». Dans le jargon technique de la diplomatie internationale macronienne, c’est ce qu’on appelle la technique du « détournement de regard » : nous on fait de la merde, mais c’est pas grave, regardez le voisin, il fait encore plus de la merde. C’est bien, c’est constructif ça, c’est comme ça qu’on tire une société vers le haut et qu’on va vers un monde meilleur.

En plus, « un modèle très protecteur en temps de crise », sans déconner ! qu’est-ce qu’il faut pas entendre. Ils devraient lancer une marque de préservatifs : Les capotes Jupiter, pour se faire baiser par un modèle protecteur. 

Bon par contre pour les collégiens qui y croyaient à moitié, rêvez pas trop : le brevet des collèges lui est bien maintenu.

 

Xavier Bertrand en colère

Cette semaine aussi, Xavier Bertrand a sonné « l’appel à la résistance». Attention, il est colère, le Jean Moulin des Hauts de France. 

Xavier Bertrand juge que Macron est un « calculateur froid, un destructeur ». Pour Bertrand, Jupiter c’est le Terminator des partis politiques. Perso je suis d’accord avec l’image du robot, mais comme il fait du réchauffé et qu’il nous sert toujours la même tambouille, pour moi il est plus proche du Thermomix que du Terminator.

Il estime qu’Emmanuel Macron « joue avec le feu ». Oui oui, on confirme, on l’a bien vu avec l’exemple de Notre-Dame de Paris.

Il l’accuse d’avoir accentué « les fractures de la société française » et divisé « les français jusqu’à l’explosion des gilets jaunes ». Des fractures et des gilets jaunes : si on y réfléchit, la France sous Macron c’est juste un gigantesque accident de la route. On est sûr qu’il a le permis au fait ?

Pour lui, Macron a brisé la droite en PACA en proposant un accord LR-LREM, et Renaud Muselier « s’est fait piéger ». Qu’est-ce que tu veux, il a pas pu le voir venir : chez LR ils sont tellement honnêtes et droits qu’ils ont pas l’habitude des coups fourrés ou des magouilles (Clin d’œil à Sarkozy, coucou Chirac, salut Balladur…)

Xavier Bertrand appelle enfin à se méfier des « apprentis sorciers du macronisme » qui déroulent le tapis rouge à Le Pen. Des apprentis sorciers qui invoquent une sorcière, c’est vrai que c’est plutôt cohérent comme image. En plus il a raison, si ça se trouve Macron c’est Harry Potter. Tu vas voir que bientôt on va apprendre que Brigitte l’a retrouvé dans la cheminée de l’Elysée en train de crier « POUDRE DE CHEMINETTE !!! »

De son côté, fustigeant la droite qui flirte avec le RN, Jupiter a rétorqué que « c’est un fait que, ces derniers jours, les masques tombent ». Toujours ce sens inouï de la métaphore, merci Président Covid.

Attends, attends, moi j’ai une solution : ce serait pas plus simple si les élections c’était qu’un seul tour avec un parti unique, et le RN en face ? Ah non merde, c’est déjà le cas aujourd’hui.

En fait ce qu’il faudrait pour une vraie démocratie, c’est un seul bulletin de vote, ça arrangerait tout le monde.

Bon c’est bon, il a fini Xavier Bertrand ? il veut pas écrire la chronique à ma place, non plus ?

 

Le bicentenaire de Napoléon Bonaparte

Le 05 mai, Jupiter s’est rendu aux Invalides pour fêter les deux siècles du bicentenaire des 200 ans de la mort de Napoléon à Sainte-Hélène.

Le couple présidentiel est arrivé sur place en dansant au son de Abba et son fameux tube « Waterloo ! ». Ils ont été accueillis par le prince Jean-Christophe Napoléon (descendant de l’empereur) et son épouse la Comtesse Olympia d’Arco-Zinneberg (Descendante d’Astra-Zeneca).

Ils se sont réunis en petit comité, puisque seulement 250 convives étaient réunis. Ouf ça va, on voit que les consignes de rassemblement de 6 personnes maximum sont respectées... C’est dégueulasse, eux ils ont le droit de se bourrer la gueule au champagne et de se gaver de petits fours en intérieur pour revivre leur glorieux passé en célébrant un mec mort il y a 200 ans, et nous on peut même pas aller en terrasse boire une mousse pour oublier la journée et ne pas avoir à penser au lendemain.

Toute la presse a rappelé le courage de Macron, puisqu’avant lui seul le Président Pompidou avait osé célébrer les 200 ans de la naissance de Napoléon. En même temps ils sont gentils, à part sa naissance et sa mort, ils auraient voulu qu’on célèbre quoi : son coup d'état ? son rétablissement de l'esclavage ? ses centaines de milliers de morts ?

Il faut reconnaître quand même que Napoléon est le personnage historique préféré des français. Car aussi étonnant que cela puisse paraître, Pétain n’est arrivé que 2ème, juste devant Eric Zemmour, Jean-Marie le Pen et Charles Martel. 

Moi Napoléon je savais même pas que c’était une figure historique : vu comment il était déguisé, je pensais que c’était un personnage de carnaval comme Arlequin ou Polichinelle. Il faut quand même avoir une sacrée confiance en soi pour aller à la boulangerie demander une baguette moulée pas trop cuite en étant habillé en torero. Honnêtement, quelles sont les chances de tomber sur un taureau?

Toujours est-il que Macron « assume l’héritage de Napoléon ». Tu m’étonnes, c’est clairement son idole. Depuis le covid, il se voit en stratège de guerre. Ça en a le goût, ça en a l’odeur, Sauf que c’est pas du vrai : Macron c’est du Napoléon Canada Dry.

Tu verras que dans quelques années quelqu’un finira par écrire : « Ce siècle avait 17 ans, le Covid était en gestation, déjà Jupiter perçait sous Macron »

« On ne déboulonne pas, on n’efface pas », a-t-il déclaré à l’encontre des adeptes de la Cancel Culture qui critiquaient la célébration de Napoléon. Par contre bizarrement, quand il s’agit de célébrer officiellement les 150 ans de la Commune, là y a plus personne ? On déboulonne et on efface, Monsieur Macron ?

Il ne faudrait pas « effacer le passé au motif qu’il ne correspond pas à l’idée qu’ils se font de notre présent », mais bien critiquer Napoléon selon les critères de l’époque. Tiens tiens, mais ça sonne comme un élément de défense par anticipation : Quand Jupiter sera mis face à son bilan, il faudra le plaindre parce qu’il aura eu le Covid à gérer, peut-être ?

En gros pour Jupiter, Napoléon c’est comme le vaccin Astra Zeneca : c’est sûr qu’il y a eu des morts, mais bon si on n’y regarde pas de trop près, le bilan est globalement positif.

Jupiter a résumé ce bilan mitigé par une bien belle phrase : « De l’Empire nous avons renoncé au pire, de l’Empereur nous avons embelli le meilleur ». Pas mal, c’est pas du Victor Hugo, mais ça cogne presque comme une punch de Booba. Au début il avait écrit « On a gagné ! les doigts dans l’nez ! ils ont perdu ! les doigts dans l’cul ! », et puis après il a demandé à un nègre de finir le boulot.

Puis il a terminé son hommage en déposant une gerbe.

Ça tombe bien, moi aussi.

Allez, à lundi prochain.

Zantrop

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.