La Semaine de Jupiter : Coeur de Ville, Belmondo, Séminaire Gouvernemental

Tous les lundis, on tente de débriefer avec humour la semaine passée du Président, au fil de quelques actualités. Parce qu'il vaut mieux en rire... Cette semaine, à défaut d'urbanité, Jupiter fait dans l'urbanisme.

Action cœur de ville

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

Cette semaine, la quatrième rencontre nationale « Action Cœur de ville » s’est tenue à la Cité de l'architecture et du patrimoine. Il s’agissait d’une mise à jour d’un programme portant sur 222 villes moyennes françaises lancé il y a 3 ans.

On les appelle « villes moyennes », pourtant, elles n’en ont pas, de moyens.

Une ville moyenne, si tu sais pas ce que c’est, c’est un endroit où t’es obligé d’aller en voiture, où les gens te parlent avec un accent bizarre, et où ils ont même pas de friperies éthique et spirituelle qui te servent du jus détox à base de chou Kale bio gluten-free tout en te faisant écouter le dernier hit de la transe péruvienne ! les cons.

Tiens, il s’intéresse aux villes moyennes maintenant, Jupiter ? Tu crois que c’est parce que ses conseillers lèche-bottes n’arrêtent pas de lui dire qu’il devrait être plus urbain ?

Dans son discours, Jupiter s’est félicité de la réussite du programme de revitalisation des villes moyennes. Dents creuses, revitalisation, politique incisive : Avec Macron, s’occuper d’une ville moyenne, c’est juste un RDV chez le dentiste.

C’était donc ça, aller chercher la croissance avec les dents !

Plus que le résultat, le Président a vanté la méthode mise en place, se félicitant d’« un modèle de l’action publique de demain [...] Le pilotage par l’État de partenariats public-privé entre les collectivités et les acteurs économiques locaux ».

En clair : c’est l’État via l’ANCT (Agence nationale de la cohésion des territoires) qui décide de qui reçoit quels financements, et pas les collectivités locales. 

En encore plus clair : Nique la décentralisation.

Les partenariats public-privé, ça c’est super. C’est l’État (donc nous) qui paye (payons) les investissements, et c’est le privé qui en récolte tous les bénéfices, sans aucune contrepartie. Macron il prend aux français pour tout donner à ses amis du privé : Merci, urbain des bois !

 Jupiter a rappelé que les « parlementaires de la majorité et de l’opposition débattaient sur ces sujets » depuis déjà quelque temps, mais que comme ça « Ça va beaucoup plus vite et je crois que ça rend les gens plus heureux. ».

Ah oui c’est sûr, le débat démocratique c’est bien sympa, mais bon, si on peut s’en passer c’est quand même plus simple !

Et puis franchement, plus vite qu’un débat parlementaire ?? non, ça j’y crois pas, c’est impossible !!! Tout de suite, sous vos yeux ébahis, la liste des choses qui vont moins vite qu’un débat parlementaire :

-

-

-

-

-

 

Ces décisions interviennent dans un contexte où les français veulent changer de cadre de vie, soi-disant depuis la crise sanitaire. Avec le télétravail, les villes moyennes redeviennent "attractives" (là c’est pas une citation, c’est moi qui mets des guillemets : "Attractives", Blois, Laval, Dijon, Maubeuge, vraiment ??? faut arrêter de picoler).

« Nos concitoyens aspirent tous à retrouver de la proximité, aspirent tous à limiter leurs trajets, aspirent tous à retrouver le sens du circuit court, aspirent tous à retrouver le beau là où ils vivent ». Et ils aspirent surtout un air moins pollué.

 « Emmanuel Macron a confirmé que le plan serait prolongé jusqu’en 2026 et a annoncé que 350 millions d’euros supplémentaires, issus des fonds européens, allaient être consacrés aux projets de redynamisation des centres-villes ». On sait jamais, dès fois qu’il repasserait en 2022, il pourrait continuer à : Au choix : a) redynamiser, ou petit b) redynamiter les centres-villes.

 Enfin, Jupiter a « annoncé le prolongement au-delà de 2022 du dispositif de défiscalisation Denormandie pour la réhabilitation des logements anciens ». Ah mais oui, enfin quelque chose que je comprends, ça les logements Denormandie je connais bien : Maison à colombages, toits de chaumes, murs en torchis, tomettes au sol…

Mais fallait me demander, moi des idées pour améliorer les cœurs de ville j’en ai plein, par exemple :

- interdire les zones industrielles

- Maximiser les mobilités douces, les transports en communs

- Fermer tous les supermarchés pour privilégier les commerces de proximité

- Interdire la gentrification

- préserver les maigres espaces naturels restants

- Raser la ville de Lisieux

 

Hommage à Belmondo

Après ce gros effort, Jupiter s’est logiquement offert une petite séance de récupération bien méritée. Macron c’est une vraie recyclerie ambulante, il récupère tout ce qu’il trouve. Y a plus que lui qui soit irrécupérable.

C’est bien, un hommage national, c’est facile à organiser et ça lui permet de passer pour un mec sympathique aux yeux des fans de Jean-Paul Belmondo (soit auprès 98,68 % de la population française).

Attention, sujet délicat : on ne se moque pas impunément d’une idole qui vient de mourir, c’est mal vu. Mais moi Belmondo je m’en fous je peux en parler sans problème, la preuve : j’ai jamais vu aucun de ses films. Macron c’est pareil, il s’y connait pas en virologie, ça l’empêche pas de parler de covid, de vaccins et de pass sanitaire tous les jours depuis un an et demi.

Une cérémonie officielle a donc été organisée dans la cour des Invalides pour des obsèques nationales.

« Nous l’aimons parce qu’il nous ressemblait ». Mais attends : un mec beau gosse, blanc, belle gueule un peu cassée, pas tout à fait jeune premier, mais pas non plus vieux croulant, séducteur, qui a tenu les plus belles femmes dans ses bras, mi-flic mi-voyou, qui fait son cinéma, qui appartient à la nouvelle vague (du covid), tu vois de qui je veux parler ???

Mais c’est bien sûr, Jupiter, c’est notre Bébel à nous, gens de 2021.

Quand Belmondo exécutait ses cascades lui-même, Jupiter réalise ses propres pirouettes sans trucages :

- D’abord contre la levée des brevets sur le vaccin, puis rapidement pour, après les annonces de papi Biden : sans trucages

- Contre l’obligation vaccinale, puis finalement pour : sans trucages

- Un ministre mis en examen, ça démissionne, mais en fait non : sans trucages

- « Ce que révèle cette pandémie, c'est qu'il est des biens et des services qui doivent être placés en dehors des lois du marché. » : sans alcool dans le sang

Attention : ces exploits ont été réalisées par un Professionnel. N’essayez pas de les reproduire à la maison.

Belmondo quand il entrait dans une pièce, c’était le fameux Toc Toc Badaboum !, avec Jupiter le magicien, c’est Pouf Pouf Perlimpinpin !

Adieu Bébel, bienvenue Juju !

La cérémonie s’est achevée au son de la musique de la pub Royal Canin. Très fort, même dans une cérémonie républicaine, Macron ne peut s’empêcher de faire un rappel à la royauté.

Tu noteras que Macron n’est pas le seul à avoir honoré Belmondo avec classe : Delphine Rousseau, candidate écologiste à la Présidentielle, a brillamment salué le départ de Jean-Marie Belmondo.

Une bourde comme ça, ça va pas aider à ne plus voir le vert à moitié vide.

 

Séminaire Gouvernemental et recadrage du patron

Un séminaire gouvernemental exceptionnel s’est tenu lors du dernier Conseil des Ministres.

C’est là qu’on voit que l’ordre des mots est important : Si je dis « Le dernier Conseil des Ministres », tout le monde voit ce que c’est. Si je dis « le Conseil du dernier des Ministres », on ne sait pas de qui je parle : y a trop de prétendants.

Un Séminaire ? tiens tiens ! Moi quand je dis que je pars en séminaire, c’est juste une excuse bidon pour tromper ma femme sans qu’elle ne s’en rende compte. Pour eux, c’est une façon de faire cocu toute la France.

Jupiter a justifié ce séminaire par le souhait de définir la feuille de route pour les 200 derniers jours avant la présidentielle. Youpi : plus que 200 dodos, et après c’est fini !

Pour cela, les membres du gouvernement avaient pour devoir d’apporter « trois réformes pouvant aboutir d'ici à 2022, grandes ou petites, ainsi que trois actions réalisées qui pourront être valorisées dans le bilan global d'Emmanuel Macron »

Ah, il est trop fort, ce Jupiter ! c’est ludique, c’est moderne comme façon de faire de la politique, et en plus ça participe à sa réélection, le tout aux frais de l’État !

Allez, vous rangez vos cahiers et vous sortez une copie double grands carreaux. Vous avez deux heures, les calculatrices sont interdites :

- Blanquer est venu avec ses antisèches planquées dans sa trousse.

- Bruno Lemaire, assis au premier rang, la langue posée sur les chaussures Richelieu en cuir de veau du Président, a proposé 37 réformes.

- Dupond-Moretti, collé au radiateur, a remis une copie blanche sur laquelle il avait juste écrit « l’audace, c’est ça » : deux heures de colle.

- Véran a eu une seule idée : proposer une quatrième dose de vaccin, parce qu’il lui manque quelques ronds de Big Pharma pour financer sa nouvelle piscine.

- Darmanin s’est pointé avec des réformes pompées sur Le Pen & Zemmour (les Jacob & Delafon de la pensée politique : une fois que tout est sorti, t’as plus qu’à tirer la chasse) : il a eu les félicitations du jury.

Mais comment distinguer une grande d’une petite réforme ? C’est très simple, si ça fait du pognon pour les actionnaires, que ça casse les conquis sociaux, que ça augmente les inégalités : petite réforme. Si en plus de tout ça, t’arrives à faire croire aux électeurs que c’est un bilan positif  et à te faire réélire : grande réforme.

Jupiter en a également profité pour recadrer ses troupes. Décidément, après l’affaire du cadre la semaine dernière, ça recadre encore cette semaine. Comme Macron se prend pour le Roi Soleil, je propose de l’appeler l’"encadrant solaire".

Il leur aurait demandé de la cohésion et de l’unité pour les 200 derniers jours. Non non, pas de la cohérence hein, ça on sait pas ce que c’est, c’est pas nécessaire. Juste de la cohésion.

Pour ce qui est de l’unité, je sais pas vous, mais moi je suis toujours au « Système m’étrique ».

(Quant à Mélenchon il a toujours des propos mesurés et pesés. Hologramme près)

Macron est en colère contre ses ministres, leurs polémiques et leurs « guéguerres » par médias interposés. M’enfin, comme si les médias cherchaient la polémique à tout prix pour vendre leurs feuilles de choux ! ça se saurait quand même.

« Il faut se dégager de ce qui peut nous faire perdre du temps. Pas de faux débats, pas de fausses polémiques ». C’est pas mal, mais peut mieux faire : nous ce qu’on veut c’est pas de faux-jetons, pas de faux-culs et pas de faux-derches !

« Cela peut donner l’impression que l’on s’occupe d’autre chose que de redresser le pays, alors que c’est tout le contraire ! ». Messieurs, tous les soirs avant de se coucher, un petit comprimé de Macron©, et hop ! ça se redresse.

« "Valoriser le bilan", tel sera l'un des axes principaux de la campagne de la macronie, pour qui l'opinion publique ne connaît pas assez les actions réalisées. ». Oui, c’est vrai, pour le coup il a raison : la Semaine de Jupiter n’a commencé que depuis mars 2021, donc pour tout ce qui vient avant, les gens s’en tapent !   

 « Parmi les réformes encore réalisables, le porte-parole a cité […] le "Beauvau de la sécurité" qui doit donner de nouveaux moyens à la police et que le chef de l’État clôturera mi-septembre ». Avec Macron c’est tous les jours noël chez les flics. Malheureusement, quand Jupiter mitonne sa volaille, c'est toujours le peuple qui reçoit des marrons.

 Allez, à la semaine prochaine.

Zantrop.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.