Playlist Ferrovipathe

Et maintenant, quelque chose de complètement différent : une playlist musicale. Le thème du jour sera : le train. Avec de vraies minutes de retard.

 © Image par WikiImages de Pixabay © Image par WikiImages de Pixabay

(Playlist presque inspirée par Jean Castex, dit le "déglingos des trains")

Nous qui n’avons que les transports en commun, je vous propose cette semaine une playlist train, afin d’être parfaitement raccord avec cette société qui déraille.

Pour partir sur de bons rails, la compagnie Zantrop (“Les Transports Zantrop : Un chemin de fer dans un train de velours”) vous offre donc ce billet, pour un voyage qu’on peinera cependant à qualifier de première classe.

Qu'est-ce qu'un ferrovipathe, me direz-vous ? Eh bien, c'est simple : c'est un trainspotter, de l’autre côté de la Manche.

(Ou un passionné de train, de l’autre côté de l’Atlantique en français du Québec.)

Attention, on rigole, mais toujours dans le respect : rappelez-vous bien qu'il ne faut jamais ferrovipathe ce qu’on ne voudrait pas qu’ils nous fassent.

Notez qu’on ne trouvera dans cette playlist ni traces de Léo, puisque sa voix Ferré est sans issue depuis le 14 Juillet 1993, ni de de Bashung, ce menteur nocturne qui pretendait prendre “des trains à travers la plaine”.

Bon c'est sûr que si on continue à ce train-là, on n'est pas rendu. Alors, attention au départ imminent. Les transports Zantrop vous souhaitent un agréable voyage sur notre compagnie.

 

Locomotive : Nightrain, Guns N’Roses. Locomotive, véhicule qui fournit l’énergie motrice d’un train, qui doit son nom au génial Patrice Loko, qui tira l’ensemble du FC Nantes vers la victoire du Championnat de France lors de la saison 94/95. Comment mieux débuter ce voyage en train qu’avec ce titre des G’N’R, sorti en l’an de grâce 1987, ici dans sa version Live :

“I’m on the nightrain, ready to crash and burn”

Et bien mon vieux Zantrop, ça démarre bien : t’as tout faux, puisqu’il n’est pas du tout fait allusion à un train dans cette chanson, mais bien à une piquette californienne…

Oui bon, ça va, pas la peine de me railler si je m’égare : C’est MA playlist d’abord, et je l’aiguille comme je veux.

Outre sa loco, un train, c’est un peu comme une barque : on y va à la rame. Alors en voiture(s), Simone(s).

Voiture n°1 : On a Train, Yuksek.

Que dire à part que ce titre entrainant m’évoquera toujours mes allers-retours Paris-Lyon en TGV, à l’époque bénie où j’allais y rejoindre ma chérie tous les week-ends, sauf qu’en fait c’était sur le Caen-Rennes, que j’y allais en voiture et que c’était pour des déplacements à caractère strictement professionnels ? Je pense qu'on a saisi l’idée.

 

Voiture n°2 : Gros train de vie, Salut C’est Cool. Quand on fait un morceau avec une grosse section rythmique, on l’appelle soit “Train quelque chose”, soit “Elephant machin”, ça marche bien en géneral (n’importe quoi).

On appréciera ici le jeu de mots du titre, ainsi que le minimalisme des paroles, répétitives comme un voyage en train.

À noter que techniquement que le mantra “Teuf-Teuf fait le train” n’est plus valable, puisqu’aujourd’hui les trains sont électriques. Le tchou-tchou du train, c’est comme le symbole “disquette” pour sauvegarder un document informatique, le geste de la manivelle avec le bras pour demander à quelqu’un d’ouvrir sa vitre en voiture, ou voter en pensant que ça changera quelque chose : c’est désuet et dépassé mais tout le monde le fait encore. 

Voiture n°3 :  Catch your train, Scorpions. Le train c’est le contraire du covid : celui-là normalement on fait tout ce qu’on peut pour être sûr de l’avoir. Un morceau tout en puissance avec la voix de Klaus Meine qui arrive bientôt à maturité, et le superbe jeu de guitare du Hendrix Allemand, Uli Jon Roth. Un titre que l’on vous conseillera de mettre en sonnerie de réveil sur votre téléphone, afin d’être sûr de ne pas rater votre train.

 

Voiture n°4 :  Le train de 19h, Philippe Katerine. On calme un peu le jeu sur ce titre de Katerine, commis sur l’album Robots Après Tout. On retrouve ici toute la nonchalance de Katerine sur ce poème en hommage au train de 19 h qui sent l’histoire vraie. (J’aimerais savoir ce que sont devenus les deux lycéens à la peau florissante qui sont heureux pour une raison que la morale m’interdit de reproduire ici ?)

“On est secoués de partout !” C’est sûr que Philippe Katerine est plutôt secoué. Lui c’est sûr, la Fée Roviaire s’est penchée sur son berceau.

Voiture n°5 : Blue Train, John Coltrane. On change de registre pour aller vers le jazz avec ce classique intemporel du saxophoniste John Coltrane. Qu’on devrait plutôt écrire Col-Train, eu égard à la quantité de rails qu’il s’est fait. Morceau à consommer sans modération.

Voiture n°6 : J’entends siffler le train, Richard Anthony. Richard Anthony, l’inventeur de l’entonnoir (en vieux françois : Anthonoir), s’inscrivant ainsi dans la longue tradition des chanteurs-inventeurs :  on doit notamment au groupe ABBA l’invention de l’abattoir, Robert Plant nous a légué le plantoir, Carla Bruni le brunissoir, et Kate Bush le bouchoir. Quant à Johnny Hallyday, n’ayons pas peur de dire qu’il nous a laissé un beau foutoir. 

Bref, tout ça pour dire que c’est vachement triste d’entendre siffler un train.

Vachement, d’ailleurs, c’est le cas de le dire, tant vaches et trains sont associés dans l’imaginaire collectif.  Notez que je préfère l’idée d'une vache qui rumine dans le pré en regardant le train, qu’une vache qui m’urine dans le train en regardant de près.

Voiture n°7 : Train, Thylacine. La spécialité de Thylacine, outre d’être ce mammifère marsupial appelé également loup de Tasmanie disparu depuis 1936, est de composer des morceaux de musique électronique à partir de sons enregistrés lors de ses voyages. Ce titre n’échappe donc pas à la règle puisqu’il a été composé en 2015 lors de son trajet à bord du transsibérien.

L’auditeur attentif y retrouvera donc des sons caractéristiques de train, le tout sur un beat entrainant et une mélodie prenante qui composent une belle invitation au voyage. 

Voiture n°8 : Trans-Europe Express, Kraftwerk. Evidemment, après le transsibérien, place à un autre trans, le Trans-Europ-Express, qui inspira le groupe Kraftwerk le temps d’un album en 1977.

Associer train + Allemagne, en voilà une idée dangereuse …

Votre attention s’il vous plaît, le train TEE 9867 à destination du point Godwin arrivera en gare voie 3”

Décidemment, ça fait beaucoup de Trans. Ça me donne une idée, on devrait en faire un festival qui s’appellerait, par exemple, les Trans Musicales?

Voiture n°9 : Ice Train, Ashra. On complétera le train avec leur comparse allemand Manuel Göttsching et son Ice Train (s’est-il inspiré du Transperceneige ? J'aurais pu vérifier en me renseignant sur internet mais ça aurait été un travail beaucoup trop soigné, c'est pas mon genre) en ouverture de l’album Correlations en 1979. Je dis bien Correlations, et non pas Corail-nation (ça c’est la France).

D’ailleurs, est-ce que le récent rapport du GIEC s’intéresse à la disparition de notre barrière de Corail ?

 

Voiture n°10 : Le Train du soir, Raphaël

“- J’lui trouve un goût de Pomme

- Y en a”

Ok je corrige : Voiture n°10 : Le Train du soir, Raphaël (feat. Pomme)

Enfin, on termine en beauté par une chanson romantique en queue de train. Moi-même, qui ait découvert l’amour dans l’arrière-train d’une Micheline, je ne suis pas insensible à ce morceau qui m’étreint le cœur.

 

Attention à la marche en descendant du train. (Et méfiez-vous d’En Marche si vous voulez pas l’avoir dans le train.)

Avant de descendre, assurez-vous de ne rien oublier dans le train, même si, comme d’habitude, je vous propose d’y laisser quelques morceaux si ça vous chante (à condition qu’ils soient bien étiquetés, ou sinon le GIGN se fera un plaisir de les faire exploser). 

Zantrop

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.