La semaine de Jupiter: Moyen Âge, Rwanda et Californie

Tous les lundis, on tente de débriefer avec humour la semaine passée du Président, au fil de quelques actualités. Parce qu'il vaut mieux en rire... Au Moyen Âge on croyait que la terre était plate, aujourd'hui on a la preuve que Jupiter est vide.

La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay La semaine de Jupiter © Image par WikiImages de Pixabay

 La France au Moyen-Âge

Dans un long entretien de 20 pages accordé au magazine Zadig, Jupiter a déclaré que la France vivait actuellement des « temps très moyenâgeux ». Tiens tiens, on se demande ce qui lui fait dire ça : est-ce que c’est parce qu’on a un président-monarque qui règne sans partage, parce que ses ministres sont des bouffons, ou parce qu’il perpétue la tradition des croisades anti-musulmans ?

La preuve qu’il se prend pour le roi entouré de sa cour, c’est que même quand c’est pour une simple interview, il ne se déplace pas à moins d’être sûr qu’il aura une vingtaine de pages à son service.

La France se situe donc approximativement entre 500 et 1500 selon Jupiter (et 50 selon la police).

Remarque, ça se tient : le Dieu Jupiter, c’était plutôt l’Antiquité, donc c’est logique que pour lui on fonce tout droit vers le Moyen Âge.

Et puis honnêtement ça veut dire quoi, un « temps très moyenâgeux » ? C’est avant ou après dissipation des brumes matinales ? On peut avoir l’avis de Joël Collado ? 

Le pire c’est qu’il aurait pu choisir « médiéval » ou « flamboyant », ou quelque chose de moins négatif. Mais non, même pas. Crois-moi, avec Jupiter, on ne vit pas au Moyen Âge, on vit juste à l’âge moyen. Très très moyen.

Ce qui étaye sa théorie, c’est qu’il a l’impression que la France revit « Les grandes jacqueries, les grandes épidémies, les grandes peurs ». Il a oublié de citer les grandes manœuvres politiciennes, les grands projets inutiles et les grands gavages des entreprises du CAC40, mais bon ça collait pas tellement avec sa métaphore vaseuse. 

Il a également parlé du mouvement des gilets jaunes. Enfin il a sûrement dit un truc du genre « les gueux en pelisses d’or qui occupoient les intersections circulaires pour empoicher chars à bœufs et carrosse de Sa Majesté de poursuivre chemin »

En plus de ça, il trouve que « les français sont un peuple très résistant et extraordinairement tenace ». En fait les français pour Macron c’est comme des bactéries qui seraient devenues résistantes à force de prendre trop d’antibiotiques. C’est pas faux, il suffit juste de remplacer « antibiotiques » par « gouvernements ».

Pour Macron le re-bâtisseur de cathédrale, les français sont donc des gueux. Ça tombe bien, on a un Président dégueu lui aussi.

Tu noteras qu’il y a eu une évolution, avant c’était un peuple de « gaulois réfractaires ». Bon c’est normal aussi, on approche des élections, il faut quand même que les sans-dents votent pour lui.

Au Moyen Âge la plupart des gens croyaient que la terre est plate, aujourd’hui tout le monde s’accorde à penser que Jupiter est creux.

Courage, après le Moyen Âge, on devrait bientôt arriver à la Révolution et l’abolition des privilèges.

 

Reconnaissance de la responsabilité de la France au Rwanda

Jeudi, Emmanuel Macron s’est rendu au Mémorial du génocide perpétré contre les Tutsis à Kigali au Rwanda.

À l’époque, en 1994, la communauté internationale avait mis plus de 3 mois pour réagir. Dans la continuité de cette réactivité sidérante, la France n’a mis que 27 ans à amorcer un début de reconnaissance.

Pour les Rwandais, la reconnaissance de la responsabilité de la France, c’est un peu comme le retour de Benzema en équipe de France : On y croyait plus, on avait fini par se faire à l’idée, et puis finalement, comme quoi, tout arrive.

La presse signale que Macron est allé plus loin que ses prédécesseurs. C’est bien, mais ça ne devrait pas nous étonner, c’est même une de ses caractéristiques principales : à chaque fois tu te dis qu’il ne va pas pouvoir aller plus loin, et pourtant il arrive à faire pire que ce que tu pensais.

Macron a commencé son discours par une citation : « Seul celui qui a traversé la nuit peut la raconter ». C’est beau. Sauf que Jupiter aux commande depuis quatre ans, c’est pas celui qui traverse la nuit, c’est celui qui nuit à la traversée.

 « Au cours des prochaines heures, nous allons écrire ensemble une page nouvelle de notre relation avec le Rwanda et l’Afrique ». Tout est déjà écrit, il n’y a plus qu’à signer là, tout en bas. Non non, pas la peine de lire les caractères en tout petit : On sait bien que quand l’Afrique des Grands Lacs rencontre la France des Gros Lâches, ça se finit toujours par des contrats juteux pour « nos » entreprises.

Pour Macron cependant, « la France n’a pas été complice ». Jusqu’ici il a raison : l’accès aux archives qui le prouvent n’a pas encore été autorisé par le gouvernement.

Il paraît que tout est la faute à Mitterrand. Franchement je veux bien le croire sur parole, mais je ne vois vraiment pas ce que le ministre de la culture de Sarko pourrait avoir à faire dans cette histoire ? 

Même si elles constatent une avancée sur le sujet, les associations de victimes regrettent l’absence d’excuses, et déplorent que Macron n’ait pas demandé pardon.

C’est vrai que demander pardon c’est très difficile. Presque autant que de tenter de faire des blagues sur un thème aussi douloureux que le génocide. Toutes mes excuses. 

 

Seine Saint-Denis / Californie, même combat

Toujours dans l’interview pour Zadig, Jupiter nous a appris qu’il voyait la Seine-Saint-Denis Comme la « Californie française ». Ça y est, c’est officiel : le compteur de macronades vient d’exploser.

Attends attends, ne me dit pas que Julien Clerc va être obligé de reprendre son répertoire ? 

« La Seine-Saint-De-Nis ! La Seine-Saint-De-Nis ! »

Franchement, pour un mec qui pense qu’on met un pognon de dingue dans les minimas sociaux, ou qu’on trouve du travail en traversant la rue, ça me paraît pas si déconnant que ça.

Au moins, il aura laissé une trace de son mandat Présidentiel : avant lui on prenait des vessies pour des lanternes, maintenant on prendra la Seine-Saint-Denis pour la Californie.

Il a même précisé : « Il ne manque que la mer ». Et aussi l’argent, les meufs en bikini, Hollywood et le LSD. (Bon en vrai pour les acides on devrait pouvoir s’arranger).

J’imagine déjà la gueule de ton/ta conjoint(e) :

- Chéri(e), pour nos prochaines vacances on part en Californie !

- C’est vrai ? Génial ! on va où exactement : Los Angeles ? San Francisco ? ou plutôt San Diego ?

- Non : Boboche, Auber et Sevran-Beaudottes. Tu vas voir c’est super, Il ne manque que la mer !

Pas étonnant qu’il kiffe autant la Seine-Saint-Denis, quand on sait que les habitants du 9-3 sont appelés les séquano-dionysiens. Car selon la légende, Dionysos serait sorti de la cuisse de Jupiter !

« J’aime énormément la Seine-Saint-Denis » : Mais je suis sûr que c’est réciproque. J’ai hâte de voir des dealers avec des Tee-Shirt floqués « I love Macron ». (OK OK, c’est un cliché : Je sais bien que les dealers ne sont pas en Tee-shirt, ils sont en sweat à capuche) 

Si Jupiter aime tant ce département, c’est parce qu’il aurait « le plus grand nombre de création de start-up par habitants ». Incroyable ! C’est bien beau d’avoir la stat’ sur le nombre de start-up qui se créent, mais on peut avoir le chiffre sur le nombre de start-up qui se cassent la gueule par habitant, maintenant ?

D’ailleurs, la Seine-Saint-Denis est surtout le Département le plus pauvre de la France métropolitaine. Un quart des habitants vit sous le seuil de pauvreté. Rien qu’à voir la nécropole des Rois de France dans la Basilique Saint-Denis, tu comprends qu’on loge mieux les morts que les vivants dans ce pays.  

Pour finir, il se confie : « le 7 avril 2020 je vais à Pantin et je comprends qu’il faut rouvrir l’école ». Macron à Pantin, c’est Paul sur le chemin de Damas : Il a entendu Geoffroy Roux de Bézieux qui lui disait « Manu, Manu, pourquoi m’as-tu trahi ? », et hop, il s’est converti.

Tu vois l’ironie : il a suffi qu’il se rende à Pantin pour rappeler au monde qu’il n’était qu’une marionnette de la finance.

à lundi prochain.

 Zantrop

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.