Y’aurait pas une ou un volontaire ?

Je vous explique. En France, on est un peu dans la mouise, et ce, depuis pas mal d’années. Même si nous n’avons pas testé les femmes, on a essayé plein de pantins, mais rien n’y a jamais fait. La devise censée nous unir au rythme de Liberté, Égalité, Fraternité est à bout de souffle, alors on cherche une tête.

Ne nous emballons pas ! Il ne s’agit pas d’une tête d’affiche pour la galerie du CAC40 ou celle des médailles, nous ne cherchons ni un banquier ni un militaire. Nous ne voulons pas non plus d’un secrétaire général d’un parti ou d’un syndicat ni d’un fils ou d’une fille à papa. Il nous faudrait juste un ou une volontaire pour la transition, car il ne conviendra pas de reproduire, mais de briser les chaînes qui nous lient au monde d’avant.

Nous avons essayé beaucoup de stratégies pour changer, sinon le monde, du moins le pays, mais même si nous étions parfois à deux doigts d’une vraie révolution par l’émeute, il faut bien avouer que les dernières tentatives ont échoué. Il nous reste la solution de ce que certains nomment encore la démocratie, c’est-à-dire, dans le cas qui nous intéresse, les élections. Le ou la candidate recherchée devra donc se plier au jeu pour organiser la suite.

Il lui faudra tout de même convaincre le plus grand nombre de la suite envisagée, à savoir le retour à la démocratie en premier lieu. Car nous ne retournerons pas en arrière, nous devons aller de l’avant avec des intérêts communs aux humains et non aux capitaux. Je vous vois d’ici rigoler de ces utopies, et dans ce cas, vous n’êtes pas la personne qu’il nous faut. Une fois élue (féminisons, car il serait de bon goût de varier le genre), la tâche première sera de mobiliser tous les moyens nécessaires pour l’accès au logement de quiconque en ferait la demande. Les soins et la nourriture indispensables à chacun seront également une priorité.

Dans le même temps, il vous reviendra d’organiser ce qu’il conviendrait d’appeler des « États généraux » avec l’ensemble des volontaires, à l’exception des personnalités en place actuellement, a minima : les députés, sénateurs, ministres, membres de cabinets, préfets, procureurs, juges et autres suppôts des pouvoirs en place depuis la Constitution de 1958. Ne faisant pas partie de ces castes, peut-être vous dites-vous qu’un bon plan d’avenir s’ouvre pour vous ? Les opportunistes font également partie de la liste, passez votre chemin.

Pour les procès à venir concernant les manquements des gouvernants lors de la crise sanitaire du Covid-19, les conflits d’intérêts à tous les niveaux, la corruption au plus haut sommet, la répression démesurée infligée aux manifestants et particulièrement aux Gilets jaunes, les mensonges d’État, la non-assistance aux personnes en danger telles les soignants à domicile, en Ehpad ou à l’hôpital, les femmes abattues par leur conjoint (1 tous les 2 jours sur l’ensemble du pays), les étrangers sans papiers, les migrants sans destination, les enfants sans avenir… Pour tout cela, les dossiers sont en préparation.

Vous l’aurez compris, nous allons reconstituer nous-mêmes les règles et votre rôle s’arrêtera où commencera celui des citoyens, à savoir la définition des priorités sociales, des équilibres financiers, des urgences climatiques et de l’ensemble des libertés de chacun. Si vous vous sentez à relever le défi, rejoignez-nous et n’oubliez pas : ce n’est qu’un début et nous continuerons le combat tant qu’il le faudra !

Tout doit disparaître © Tony Calais Tout doit disparaître © Tony Calais

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.