zazaz
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

2 Éditions

Billet de blog 5 janv. 2020

Quand faut y aller…

C’est parfois difficile de prendre son courage à deux mains, mais quand la situation est pire que tout ce que l’on aurait imaginé, il est temps. Ceci est un appel à la mobilisation générale de toutes les femmes pour la défense de notre système de protection sociale, de retraites, et pour exiger des conditions salariales décentes pour tous.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

J’en connais beaucoup qui ne tiennent plus en place. Il ne se passe pas un jour, et parfois une heure, sans qu’une femme ne me dise sa colère ruminée, son désarroi persistant, son dégoût du mépris, sa honte du système, ou sa révolte grandissante contre le président. Je reconnais chez elles ce que ressentent souvent les femmes battues, humiliées, manipulées, contraintes et autres joyeusetés trop souvent quotidiennes. Il y a aussi les guerrières, celles qui refusent à tout prix d’être des victimes ou celles qui s’en sont sorties, non sans séquelles.

Les unes tentent tout ce qu’elles peuvent pour aider les autres à ne plus subir, mais pour passer le cap, il faut souvent un élément déclencheur, un truc qui fait déborder le vase. Ici, nous avons la réforme des retraites. C’est un peu comme si on nous disait : « À partir de maintenant, tu ne manges plus, tu coûtes trop cher à la société ! Crève plutôt. » Comme si tu n’étais rien. Avant, tu avais subi toute sorte d’infériorisations, de la main au cul à la différence de salaire. Ton incapacité ou ton incompréhension avaient été mises en avant plus d’une fois pour justifier un énervement, une insulte, voire un coup. Décidément, nous sommes vraiment sur ce schéma du dominant et de la dominée, cet esprit machiste qui nous gouverne.

Il est donc temps de ne plus tolérer ce monde qui détruit nos vies, celles de nos enfants, et termine celles de nos vieux dans la misère. Bien sûr, il faut continuer à dénoncer les féminicides, mais comment doit-on nommer le fait que des femmes crèvent de faim ou de froid ? Comment qualifier la dépendance de fait que sous-entendent les mesures gouvernementales ? La non-individualisation des pensions et des minimas sociaux est un crime contre l’autonomie, et le plus souvent celle des femmes. Avec les mesures sur la pension de réversion, les femmes qui seront restées mariées auront moins, plus tard, et celles qui auront eu le courage de partir, de divorcer, ne toucheront plus rien en cas de décès de leur bourreau. C’était une maigre compensation, mais elle a sauvé beaucoup de femmes de la misère.

De nombreux petits groupes de femmes se parlent et imaginent des actions dans leur ville, à Paris, dans une manif ou proche des lieux de pouvoir. Il n’est pas rare d’en voir prêtes à prendre les armes, les vraies, pas de ces paroles de blogs ou de commentaires instantanés lancés en invective aux puissants, comme on balancerait une bouteille à la mer. Les barrières d’âges sont totalement dépassées et je vous affirme que les plus vieilles ne sont pas les moins actives, en manif ou en souterrain.

Nous avons bien pensé à une grande action de femmes, un truc spectaculaire, puissamment relayé par les médias. Un évènement haut en couleur, fort en symbole, riche de toutes nos personnalités, mais nous avons tant d’idées, de colères, que l’action collective à grande échelle est ardue. Peu importe, car ce qui compte maintenant, c’est de ne plus se laisser faire par des hommes qui fomentent des lois scélérates, soutenus par des femmes soumises à la volonté des dominants.

Quelle que soit notre situation personnelle, la mobilisation de toutes les femmes est essentielle pour gagner les combats, de plus en plus nombreux, contre les injustices. Femmes, filles, mères, grand-mères, intérimaires, précaires, fonctionnaires, infirmières, enseignantes, au boulot, au chômage ou à la retraite, nous avons toutes une bonne raison de nous battre, de descendre dans la rue pour un monde meilleur. Si les femmes ne s’étaient pas mobilisées en nombre, nous n’aurions pas le droit de vote ni celui de travailler. La pilule serait interdite, l’avortement encore illégal et notre corps ne nous appartiendrait toujours pas (ce dont certains doutent encore).

Nous devons toutes descendre dans la rue, en province comme à Paris, organiser et participer à toutes les actions possibles, seules ou en bande, agir, parler, expliquer, convaincre que nos libertés et nos droits à tous, femmes et hommes, sont en train d’être violés.

Comme d’ab’, je compte sur nous !

À consulter pour savoir si votre retraite de femme sera plutôt LOL ou WTF : https://laretraite.lol/grandesgagnantes/

Paris, le 19 décembre 2019 © Bsaz

Pour retrouver les photos de Bsaz qui nous a fait vivre une extraordinaire année en images
site Internet : https://bsazart.wixsite.com/bsaz-photographie
page FB : https://www.facebook.com/bsaz.photographie/

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
« Tout augmente, sauf nos salaires »
Des cortèges de travailleurs, de retraités et de lycéens ont défilé jeudi, jour de grève interprofessionnelle, avec le même mot d’ordre : l’augmentation générale des salaires et des pensions. Les syndicats ont recensé plus de 170 rassemblements. Reportage à Paris.
par James Gregoire et Khedidja Zerouali
Journal — Écologie
En finir avec le « pouvoir d’achat »
Face aux dérèglements climatiques, la capacité d’acheter des biens et des services est-elle encore un pouvoir ? Les pensées de la « subsistance » esquissent des pistes pour que le combat contre les inégalités et les violences du capitalisme ne se retourne pas contre le vivant. 
par Jade Lindgaard
Journal — Politique économique
L’inflation relance le débat sur l’augmentation des salaires
Avec le retour de l’inflation, un spectre resurgit dans la sphère économique : la « boucle prix-salaires », qui serait synonyme de chaos. Mais ce récit ancré dans une lecture faussée des années 1970 passe à côté des enjeux et de la réalité.
par Romaric Godin
Journal
La grande colère des salariés d’EDF face à l’État
Ulcérés par la décision du gouvernement de faire payer à EDF la flambée des prix de l’électricité, plus de 42 % des salariés du groupe public ont suivi la grève de ce 26 janvier lancée par l’intersyndicale. Beaucoup redoutent que cette nouvelle attaque ne soit que les prémices d’un démantèlement du groupe, après l’élection présidentielle.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
« Je ne vois pas les sexes » ou la fausse naïveté bien-pensante
Grand défenseur de la division sexuée dans son livre, Emmanuel Todd affirme pourtant sur le plateau de France 5, « ne pas voir les sexes ». Après nous avoir assuré que nous devions rester à notre place de femelle Sapiens durant 400 (longues) pages, celui-ci affirme tout à coup être aveugle à la distinction des sexes lorsque des féministes le confrontent à sa misogynie…
par Léane Alestra
Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin