Le coup du front républicain

Franchement, je ne m’y attendais pas à celle-là ! Le retournement est spectaculaire. Aujourd’hui, en 2021, et en prévision de l’élection présidentielle, le front anti-Mélenchon se met en place, se gaussant de se donner le titre de front républicain, contre ce complotiste de Méluche.

Moi aussi, ce Méluche m’énerve quand il arrive du café du Commerce pour nous dire qu’il trouve ça bizarre, une panne des numéros d’urgence au moment où la privatisation menace, ou qu’il se rappelle l’histoire du petit vieux agressé à la veille de l’arrivée au 2e tour de l’élection du plus immonde détail de notre Histoire, que tout ça est écrit, etc. Oui, j’avoue, c’est énervant, et je n’arrête pas de lui répéter devant mon poste : mais tais-toi donc ! T’es à la télé là, tu ne peux pas continuer la conversation du bistrot ! Redis-leur ce que tu me disais l’autre jour, à ton premier meeting de sortie de confinement, sous la pluie d’Aubin.

Je préfère ce Mélenchon. Quand tu leur dis que 9 Français sur 10 sont d’accord pour augmenter le SMIC, pour conditionner les aides publiques à des contreparties sociales et écologiques, pour créer un pôle public du médicament, pour interdire le glyphosate et limiter la malbouffe. Ou encore, que 8 Français sur 10 sont d’accord pour rétablir l’ISF, pour taxer les profiteurs de crise, pour plafonner les frais bancaires, pour reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle et pour ouvrir le droit à un parrainage citoyen à l’élection présidentielle. Sans compter que 7 Français sur 10 sont pour la retraite à 60 ans, pour la proportionnelle aux élections législatives, pour le référendum d’initiative citoyenne ou encore pour la sortie du nucléaire. Et enfin, quand tu as ajouté que 6 Français sur 10 sont pour la VIe République, pour la semaine de 4 jours, pour le RSA jeune, pour interdire le travail détaché ou pour en finir avec les fermes-usines. Voilà, c’est ça qu’il faut répéter et dire que c’est justement ça, le programme !

Alors j’en vois d’ici pouffer sous cape de ma naïveté et de la démagogie de l’idée d’un tel avenir en commun. C’est clair qu’avec une bande de journalistes préférant le spectacle d’un nouveau duel entre la peste et le choléra, la tâche n’est pas aisée. Si seulement, ils arrêtaient un peu de servir la soupe à toutes les idées de gouvernance les plus extrêmes, ne laissant plus la place qu’à un tourbillon de sirènes de flics. On se croirait dans une série ou chacun fait monter la sauce, pour le suspens, à celui qui sera le plus virulent, le plus agressif, et s’il n’y a pas de violence, on en fabrique !

Ah ! mais si, y’a de la violence ! Voyez par vous-même ces jeunes qui s'entretuent, les féminicides, les agressions, et puis la police, victime quotidienne de toutes les incivilités, la drogue, les armes, le terrorisme … Voyez l’état de la France ! Cette dégradation incroyable ! Et puis, il y a le gauchisme aussi. Alors là, c’est unanime. A la solde des Arabes, c’est-à-dire des terroristes, dans la langue médiaticohorribilis, les islamo-gauchistes ont remplacé la peste brune, et contre qui il s’agit désormais de brandir un nouveau front républicain.

Non, mais allez-y les gars, ne vous gênez surtout pas, vous avez presque atteint le fond de la vase dans laquelle vous vous engluez chaque jour un peu plus. Même les camarades de lutte s’en donnent à cœur joie ! Si ce n’est pas malheureux toute cette misère intellectuelle qui semble les animer, comme des vautours tourneraient autour de leur proie. Ces politiques, ces médiatiques, sont devenus de vulgaires polémiqueurs à deux balles, des tweettos de la bande passante. Il n’y a plus de politique, il n’y a que de l’anecdote, du fait divers, du vomi nationaliste et surtout, une nouvelle tête à abattre.

Rira bien…

Felleries (Nord) © Carole Ma Felleries (Nord) © Carole Ma

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.