zazaz
Abonné·e de Mediapart

140 Billets

2 Éditions

Billet de blog 13 sept. 2019

Aux marches du Palais

Il était une fois, au cœur de la capitale, un Palais de la femme destiné à accueillir les plus démunies. Petite, je passais tous les jours en autobus devant cet édifice, rêvant ce lieu comme un véritable palais, une sorte de joyau mystérieux. Je n’ai franchi la porte qu’il y a quelques semaines.

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le Palais de la femme vers 1930

 C’est sur les ruines du couvent dominicain des Filles-de-la-Croix (dont on dit qu’il fût la sépulture de Savinien de Cyrano de Bergerac) que cet imposant bâtiment a été construit en 1910, au n° 94 de la rue de Charonne. Grâce aux dons d’Amicie Lebaudy, bienfaitrice catholique, la fondation Groupe des maisons ouvrières y créa le premier « hôtel populaire pour hommes célibataires » qui furent les premiers mobilisés en 1914. Déserté, l’hôtel se transforma en hôpital de guerre, puis en bureaux administratifs jusqu’en 1924. En 1926, l’Armée du Salut lança une grande souscription pour acquérir le bâtiment et y créer le Palais de la femme, devenu en moins de 100 ans l’Enfer de la femme.

Cour intérieure du Palais © zazaz

Malgré les gentils reportages du Figaro Madame, un roman à l’eau de rose d’une écrivaine à succès et de multiples interviews données par la directrice du Palais, la vie des 450 résidentes est bien loin de l’image d’un lieu d’accueil idéal. Depuis un moment, je voyais les résistantes du Palais s’agiter sur Internet et diffuser leurs vidéos prises devant la Mairie du XIe arrondissement et son commissariat attenant, haut lieu de mes souvenirs d’adolescente. Ce samedi du mois de juillet, j’avais donc décidé de me rendre enfin au rendez-vous hebdomadaire de ces femmes en lutte devant les marches du Palais. Invitée par une résidente, j’allais pouvoir franchir les portes battantes de l’entrée de ce monument, classé historique depuis 2003. Je ne pouvais m’empêcher d’admirer l’architecture intérieure, la gigantesque verrière, les mosaïques, les vieilles tables en bois de la bibliothèque, le piano d’un autre âge et l’escalier magistral, mais je n’étais pas venue pour cela.

Le grand hall © zazaz

 
Des conditions de vie indécentes, disaient-elles, des loyers entre 400 et 500 euros pour 8 à 12 m2, infantilisation, internements des femmes et placements d’enfants abusifs, lesbophobie, grossophobie… STOP, hurlaient-elles. Malgré toutes ces manifestations, la création d’un comité de soutien, des rencontres avec des élus, rien ne semble y faire, mises à part les sanctions dont les plus activistes sont une nouvelle fois les victimes.

Car il s’agit bien de victimes. De la violence des hommes en premier lieu, car beaucoup sont au Palais suite à des coups, des menaces, des tentatives de meurtre, de maris, de frères ou de proxénètes. En lieu et place de leurs bourreaux, les femmes sont encadrées par un éducateur spécialisé, appelé ici chef de service, faisant appliquer sa loi du haut de son mètre quatre-vingt-dix et de ses 120 kilos. Et puis il y a les hommes résidents, car une soixantaine de places leur sont désormais réservées. La direction appelle cela de la socialisation, mais la réalité vire au tapin à 10 balles et un retour vers l’enfer pour certaines.

Victimes aussi de la violence sociale imposée à tous, mais en particulier aux femmes, les rendant encore plus précaires et soumises à la violence institutionnelle que sont les services sociaux. Car voilà, en plus de supporter les rats, souris, cafards, punaises de lit dans leurs chambres exiguës, la chaleur intenable en été, la nourriture avariée de l’épicerie solidaire, le couvre-feu du soir, les femmes du Palais sont à la merci du bon vouloir de la direction quant au traitement de leurs dossiers pour un logement social décent, en appartement.

Devant la mairie du XIe arrondissement, 2019.

J’ai rencontré une femme, séparée de force de son enfant handicapé, placé dans une famille d’accueil en banlieue, à qui la direction faisait croire que son dossier Dalo (Droit au logement opposable) était en cours, alors qu’il n’en était rien avant que le comité de soutien ne le découvre et s’en occupe. Depuis cinq ans, elle ne vit pas avec son enfant du simple fait de la négligence des salariés de l’Armée du Salut. Mais peut-être s’agit-il de directives, car finalement, cela rapporte un bon pactole à la fondation reconnue d’utilité publique depuis 1931. En effet, l’Armée du Salut a de l’argent pour réaliser des travaux de modernisation, à savoir une crèche de 44 places (au détriment d’une trentaine de logements) et une grande cuisine moderne avec tables et chaises pour les mères et leurs enfants. Outre les 121 millions d’euros de subventions publiques annuelles (montant 2016) encaissés par l’Armée du Salut, des salles du Palais sont louées 1500 euros par jour à divers clients, et il serait étonnant que les loyers payés par les résidentes et les APL (pour celles qui en bénéficient) aillent dans la poche du Saint-Esprit !

Les brimades quotidiennes sont également le lot des résistantes (ou pas) : tickets restaurant au chantage, interdiction de recevoir, oublis administratifs privant d’allocations, convocations, intimidations, menaces, insultes, fiches d’incident à leur encontre auprès de la Drihl (Direction régionale et interdépartementale de l’hébergement et du logement), et parfois l’expulsion sans préavis, comme le racontait Christine, en 2017, dans la vidéo ci-dessous.

Christine, expulsée sans préavis du Palais en septembre 2017 © Collectif des femmes du Palais

Quand les femmes craquent, on les envoie au centre psychiatrique Saint-Maurice, à trois rues de là, pour des séjours permettant de les neutraliser à coups de tranquillisants et autres antidépresseurs. Elles en reviennent un peu plus paumées, aptes à subir leur sort, tel que programmé par l'institution. Certaines se suicident et d’autres meurent seules dans leur chambre ou avec leur enfant à leurs côtés, comme ce fut le cas pour une résidente en 2016, dont le corps a été découvert au bout de deux jours à cause des pleurs de son enfant.

Oui, ces histoires sont terribles et inacceptables, mais il ne suffit plus de s’indigner des conditions dans lesquelles vivent ces femmes pendant des années, et pour la plus ancienne depuis 25 ans. Samedi dernier, quelques jours après l’ouverture du « Grenelle » de Marlène Schiappa et à la veille d’une manifestation contre toutes les violences faites aux femmes, nous avons rencontré beaucoup d’élus du XIe, au forum des associations de l’arrondissement. Ils sont navrés et moi, je suis en colère. La compassion n’est plus de mise, il faut désormais agir concrètement. Il faut faire grand bruit autour de ce « charity business » dans lequel l’Armée du Salut s’est de toute évidence spécialisée.

Quant à notre « secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes et de la lutte contre les discriminations »,  il serait temps qu’elle s’occupe de toutes les violences faites aux femmes depuis le sommet de l’État.

En attendant, et à défaut de te soulever Paname, sauve ces femmes de l’enfer du Palais. S’il te plaît.

Témoignage de Cherifa, résidente du Palais. Septembre 2019 © Révolution permanente


Les revendications des résidentes, par le Collectif des femmes du Palais :

  • Possibilité de se réunir entre résidentes : mise en place de réunions d’information, d’un panneau d’affichage pour les locataires, un réel organe de représentation des résidentes auprès de la direction pour porter leurs revendications.
  • Arrêt immédiat des expulsions et négociations de vrais contrats de location des chambres.
  • Avancement sur la question des relogements avec un suivi social professionnel et efficace.
  • Améliorations des conditions de vie au sein du Palais : installation de kitchenettes ; revenir à une politique d’inclusion réservée aux femmes, femmes trans incluses. Distribution continue d’eau et d’électricité.
  • Arrêt de la maltraitance institutionnelle. Respect des droits de TOUTES les femmes, y compris LGBTQI+, à la dignité, à une vie privée, à la sexualité de leur choix.
  • Assurer la sécurité des femmes au sein de l’établissement et garantir le confort (hygiène, ventilation, cuisines en état de fonctionnement) et l’intimité des résidentes.
  • Garantie de soins adaptés avec mise en place d’une infirmerie efficace et respectant le secret professionnel médical.
  • Baisse des loyers et production automatique de quittances de loyer à hauteur du loyer réel.
  • Mise aux normes des lieux de vie : isolation et ventilation des chambres, adaptation aux besoins des femmes handicapées/âgées.
  • Traitement durable des nuisibles : rats, punaises de lit, cafards, souris.
  • Respect du secret professionnel de l’équipe du Palais dans le domaine du parcours social des résidentes et de leur dossier médical.
Les aliments périmés de l'épicerie solidaire © Collectif des femmes du Palais
Le local à poubelles du Palais © Collectif des femmes du Palais
Les dégâts des souris dans les chambres
La punition © Armée du Salut

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Financement de la vie politique

À la Une de Mediapart

Journal
Le passe vaccinal définitivement adopté sous les invectives
Avec 215 voix « pour » et 58 « contre », le projet de loi « renforçant les outils de gestion de la crise sanitaire » a été adopté par le Parlement dimanche, lors d'un ultime vote des députés. Après de nouveaux débats houleux sur l’utilité et la proportionnalité de sa mesure principale : le remplacement du passe sanitaire par un passe vaccinal.
par Joseph Confavreux
Journal — Littérature
Éric Vuillard : « La narration politique, c’est de la mauvaise littérature »
Dans son dernier récit, « Une sortie honorable », l'écrivain aborde la guerre d’Indochine, largement reléguée dans la mémoire nationale, et le cadre politique et financier qui l’a soutenue. Entretien sur la politique, l’histoire et la littérature.
par Joseph Confavreux, Ellen Salvi et Lise Wajeman
Journal
« L’esprit critique » : autour des ouvrages d’Éric Vuillard, Joshua Cohen et Julia Deck
Notre émission culturelle hebdomadaire débat du récit « Une sortie honorable », d’Éric Vuillard, de celui intitulé « Les Nétanyahou », de Joshua Cohen et du roman « Monument national », de Julia Deck.
par Joseph Confavreux
Journal
La faim, seule certitude dans le chaos afghan
Au sixième mois de leur prise du pouvoir, les talibans hésitent entre davantage de répression et une très relative modération. Sur la scène internationale, ils n’ont marqué aucun point. À l’intérieur, la famine menace toutes les provinces.
par Jean-Pierre Perrin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte à Jean-Michel Blanquer en 31 points
Le vendredi 14 janvier 2022, vous avez déclaré « je ne suis pas parfait, je fais des erreurs… ». La liste des erreurs est longue. Une lettre d'une professeur de Lycée Pro, qui décline la longue liste des excuses qui serait nécessaire à Blanquer, bien plus que ce que le mouvement des derniers jours lui a arraché du bout des lèvres.
par Samy Johsua
Billet de blog
De la grève, de l'unité syndicale et de sa pertinence
Attention : ce billet n'est pas anti-syndicaliste. Il sera peut-être qualifié comme tel par des gens qui ne savent pas lire. Je laisse volontiers ceux-là dans leur monde noir et blanc. Je suis syndiqué et j'invite tout le monde à l'être. Sans syndicats nous mourrons. On n'aimerait juste pas mourir avec. 
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Absence ou absentéisme : le management néolibéral par les mots
A propos des enseignants non remplacés, absentéisme ou absence ? Un glissement lexical qui traduit la volonté néolibérale d'utiliser insidieusement le discours pour modifier les représentations du travail et augmenter les exigences faites aux travailleuses et travailleurs.
par Paul DEVIN
Billet de blog
La lutte continue !
La lutte continue ! Mais il ne suffit pas de l’énoncer, il faut la faire vivre. Ce n’est que dans la continuité de la mobilisation que nous parvenons à obtenir des avancées, si petites soient-elles. En cette année de présidentielle, les citoyens ont tout intérêt à profiter de cette période pour se rendre visibles et audibles pour faire avancer leurs revendications et apostropher un gouvernement réfractaire aux avancées socio-économiques à destination des petits salaires.
par aeshloi2005