zazaz
Abonné·e de Mediapart

146 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 janv. 2022

Vaticination  2022

Après cinq années bien pourries à supporter les délires d’un président hors sol, je voulais lui prédire le pire à venir pour ces prochaines semaines. De toute façon, je ne souhaite jamais une bonne année, ni à mes amis ni à personne, alors à mes ennemis, j’en parle même pas !

zazaz
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mon année 2021 s’est terminée plutôt au bout du rouleau et pour tout vous dire, au bout de la seringue. C’est en effet le 30 décembre que j’ai reçu ma première injection de Moderna et je n’en retire aucun soulagement, aucune fierté, aucune sensation du devoir accompli, ou encore, un quelconque sentiment d’obéissance. J’ai décidé ça après avoir passé seize heures sur un brancard dans le couloir des urgences du CHU de Rennes, et j’ai pensé que je pourrais peut-être leur épargner ma présence au cas où je choperais le Covid et que ça tournerait mal. Là, je n’étais pas là pour ça, alors je les ai regardés travailler durant ces heures à attendre qu’on me trouve une chambre avant de m’opérer. Il y avait des affichettes un peu partout sur les murs pour dire la grève, l’agonie de l’hôpital public, le manque de tout, mais tous étaient à s’affairer dans ce couloir où une bonne quinzaine de brancards s’entrechoquaient sans relâche au fil des arrivées, des consultations ou des transferts.

Ceux qui me connaissent un peu savent que je suis surtout anti-Macron avant d’être anti-vax et c’est donc à l’occasion du discours du président le 12 juillet dernier, avec l’annonce du passe sanitaire, que j’avais décidé, quoiqu’il en coûte, de ne pas me faire vacciner. Réaction puérile m’a dit ma mère, et comme je suis sa fille, j’ai persisté et j’ai tenu bon six mois de plus. C’est pas rien de vivre six mois en pestiférée. Tu t’engueules avec pas mal de monde, des fois tu te justifies, des fois tu dis rien, laissant passer les vagues successives, c’est fou comme les gens s’excitent avec ce truc. Les historiens vont halluciner. Bref. Ces dernières semaines, j’ai donc rencontré pas mal de soignants dans différents contextes : généralistes, urgentistes, chirurgiens, infirmières, aides-soignantes…, en maison médicale rurale, en CHU, en libéral et, à ma grande surprise, aucun ne m’a jamais parlé de vaccination sauf quand c’était moi qui abordais le sujet. Pas une affiche en salle d’attente, aucune incitation ni culpabilisation. J’ai eu l’impression d’un autre monde et en y repensant, même la sécu ne m’a rien envoyé. Merci tous.

Quand j’ai entendu le président dire qu’il avait très envie d’emmerder les non-vaccinés, il était déjà trop tard pour moi. À quelques jours près, je repartais pour des mois de boycott et une bonne dose de vaccin anti-Macron. J’ai presque regretté, surtout que tous les vaccinés ont l’air de se choper quand même le truc ! L’Omicron va finir de prendre le dessus sur le précédent et à la fin, on sera 100% d’infectés et tout cela n’aura servi à rien. Ou alors les variants s’uniront et le Deltacron assurera le pire, en attendant l’élection présidentielle.

Les répercussions de toutes les erreurs du gouvernement sur la vie quotidienne des gens normaux ne se comptent plus tellement ça déborde, surtout dans les établissements scolaires. Je crois que si j’avais encore des enfants scolarisés, j’aurais pété un câble depuis longtemps ! Les enseignants, qui doivent subir et imposer aux élèves toutes les contradictions, cachés derrière des masques pour ne pas trop montrer leur désarroi, sont donc descendus dans la rue ce 13 janvier et ils étaient certainement plus de 77 500 (selon le ministère), mais peu importe. À la télé, ils disent que les représentants syndicaux sont sortis plutôt satisfaits de la réunion de trois heures d’hier soir avec Castex et Blanquer. Il va y avoir des milliers de personnes recrutées pour assurer les remplacements, et puis des millions de masques FFP2 qui arrivent très, très bientôt, surtout pour les écoles maternelles parce que les instits sont face à des enfants non masqués ! Je rêve ! Que restera-t-il d’autre, dans la mémoire de ces enfants, que le bec de canard de leur première institutrice ? Les fous ! Ce gouvernement, ces ministres, ce président, ils sont tous fous ! Alors nous pourrions espérer un internement collectif avant le printemps…

Voilà donc un peu de pire pour le président en ce début d’année, mais je suis certaine que l’on peut encore imaginer plein de trucs pour qu’à la fin, c’est nous qu'on gagne. Racontez-moi, ça va m’aider à tenir !

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal
À Bobigny, les manœuvres de l’académie pour priver des enseignants d’un stage antiraciste
La direction académique de Seine-Saint-Denis a été condamnée en 2020 pour avoir refusé des congés formations à des professeurs, au prétexte de « désaccords idéologiques » avec Sud éducation. D’après nos informations, elle a retoqué de nouvelles demandes en tentant de dissimuler, cette fois, ses motivations politiques. Raté.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone